Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 27 juin 2022
Antananarivo | 00h09
 

Editorial

En temps utile !

vendredi 21 novembre 2008 | Randria N.

Le sort en est jeté, les 200 et quelques employés de l’Assemblée nationale « redéployés » vont rejoindre les 106 autres du Sénat pour étoffer le rang des nouveaux pauvres. Quoi que disent les hauts responsables et qu’importent les arguments qu’ils peuvent évoquer pour se justifier, l’histoire jugera si de tels actes ont été pris dans le dessein d’une « lutte contre la pauvreté ».

Ce qui est indéniable et patent, c’est que « la lutte contre la pauvreté », si lutte il y a, vise plutôt à remplir davantage les poches des dirigeants et, au train où vont les choses, ce n’est pas demain la veille qu’ils connaîtront les affres de la misère. Nos dirigeants ainsi que leur descendance sont assurés de vivre, si ce n’est dans l’opulence, du moins loin des soucis financiers.

À titre d’exemple, le citoyen lambda n’aurait jamais imaginé que ces hommes qu’ils ont élus ont droit chacun à 15 millions de francs, 3 millions d’ariary, de carburants pour se promener et se pavaner dans leur 4x4 alors que lui et sa famille sont obligés de faire des pieds et des mains pour arriver à boucler « décemment » la fin du mois.

Il lui est tout aussi inimaginable de concevoir que malgré la pauvreté ambiante dans laquelle il croupit, la priorité de ceux qu’il a porté aux nues durant les différentes élections qui se sont succédé ces 7 dernières années n’est pas, loin s’en faut, son mieux-être, le mieux-être du citoyen lambda. Aurait-il seulement imaginé en 2002 que la présidence bénéficierait d’un budget de 2 milliards par jour, tandis que lui, malgré les belles promesses d’un développement rapide et durable, serait obligé de se contenter de brèdes et autres ersatz pour se remplir le ventre ?

Si l’histoire mettra du temps à les juger, le citoyen lambda a déjà pris son parti, et il le fera savoir en temps utile.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS