Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 1er octobre 2022
Antananarivo | 19h32
 

Politique

Union Européenne

Elections : Les recommandations de la MOE-UE restent valables

vendredi 23 septembre | Mandimbisoa R.

L’Ambassadrice de l’Union Européenne, Isabelle Delattre, lors de sa première conférence de presse hier à Ankorondrano a évoqué les recommandations émises par la dernière Mission d’Observation Electorale de l’Union Européenne (MOE-UE).

Les recommandations sont totalement indépendantes et rédigées en toute liberté par leurs auteurs, affirme Isabelle Delattre. Chaque point soulevé aurait été entériné et doivent être suivis de faits, précise la diplomate. Pour elle, l’Union européenne reste neutre et nie toute forme d’ingérence ou d’une interprétation similaire.

Concernant les réactions enregistrées récemment sur certains points des recommandations rapportées, l’ambassadrice a souligné que la mission a été accomplie et achevée à l’issue d’une invitation explicite malagasy en 2018.

L’Union européenne va-t-elle poursuivre la mission d’observation électorale à Madagascar en 2023 ? Pour l’ambassadrice cette question dépend de Madagascar. L’UE resterait toutefois attentive au respect des valeurs démocratiques et républicaines lors de cette prochaine échéance a prévenu Isabelle Delattre.

18 commentaires

Vos commentaires

  • 23 septembre à 10:29 | Besorongola (#10635)

    L’union européenne c’est la France vue de Madagascar. La France a-t-elle fait son choix pour 2023. Rappelons que les tenants du pouvoir actuels ne voient pas de bon œil ces recommandations de la MOE-UE car elles risquent de mettre fin au premier tour de vita !

    Répondre

  • 23 septembre à 10:31 | Besorongola (#10635)

    ENTRE MR HO ET MACRON, LES CONTENTIEUX S’ALLONGENT !

    Selon Le Monde, entre la France et Madagascar, la liste des contentieux s’allonge sur fond d’interférence russe.
    Demande de restitution des îles Eparses, emprisonnement de deux Français accusés de tentative de coup d’Etat, rapprochement militaire avec Moscou sont au coeur des tensions entre les deux pays.

    Par Laurence Caramel / Le Monde.

    Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du « Monde Afrique » depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du « Monde Afrique ».

    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2022/09/22/entre-la-france-et-madagascar-la-liste-des-contentieux-s-allonge-sur-fond-d-interference-russe_6142783_3212.html

    Sauf à ne pas en parler, Andry Rajoelina aurait difficilement pu se montrer plus sobre sur un sujet pourtant présenté comme une fracture dans les relations entre Madagascar et la France : les îles Eparses. A la tribune des Nations unies, mercredi 21 septembre, le président malgache s’est borné à réitérer, à la fin de son discours, sa demande de restitution de ce chapelet d’îles situées dans le canal du Mozambique, sans s’appesantir, comme il l’avait fait un an auparavant, sur cette « blessure encore douloureuse dans le cœur de [son] pays et de [son] peuple ».

    « Nous nous réjouissons de la tenue très prochaine de la deuxième rencontre de la commission mixte franco-malagasy sur le sujet et, forts des deux résolutions [adoptées par l’ONU en 1979 et en 1980] qui confirment la légitimité de notre revendication, nous espérons pouvoir compter sur le soutien des Nations unies pour parvenir enfin à une solution concertée, juste et apaisée », a-t-il glissé. Le chef de l’Etat s’est gardé de faire valoir l’appui ostensible que lui apporte la Russie,....

    Répondre

  • 23 septembre à 10:40 | Besorongola (#10635)

    RAPPEL.

    Mission d’observation

    L’Union européenne insiste sur la réforme du cadre juridique des éléctions
    vendredi 2 septembre | Mandimbisoa R.
    Comme prévue, la mission d’observation électorale de l’Union européenne en 2018 a finalement rendu son rapport final et ses recommandations en vue de l’amélioration des conditions électorales dans l’avenir à Madagascar. Le contenu de ce rapport est malheureusement loin d’être reluisant pour le régime en place. Pareilles pour les recommandations et consignes diverses.

    La mission avait recommandé que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) soit élevée au statut d’institution d’état et rendue responsable de la fixation du calendrier électoral comme sa prédécesseur la CENI de transition, ces mesures n’ont pas encore été prises. Faute de réforme du cadre juridique, les carences de la législation électorale persistent. Dans son rapport, la mission de suivi réitère l’importance d’entreprendre une révision globale du cadre légal électoral, afin de corriger les faiblesses constatées et d’assurer l’exercice effectif des droits électoraux.

    La mission d’observation dit également tout haut ce que tout le monde pense tout bas à propos notamment des nominations des Présidents de la CENI et de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC). Certes elles ont été « faites en respectant les dispositions constitutionnelles et légales », mais « la présence de personnes réputées proches du pouvoir à des postes pouvant influer le résultat des élections ne renforce pas la confiance des électeurs dans le processus démocratique dans l’optique des scrutins de 2023 », selon la mission.

    Ingérence ou pas, cette mission d’observation électorale indique clairement que « plusieurs facteurs contribuent également à dépeindre un contexte politique ne favorisant pas l’inclusivité et le dialogue, ce qui pourrait restreindre le champ démocratique en préparation des élections de 2023 ». Elle souligne notamment la nomination de personnalités proches du pouvoir à la tête de la CENI et de la HCC, l’absence d’amélioration du cadre législatif électoral, l’absence d’organe indépendant de régulation des médias, la concentration de la propriété des médias, l’autocensure des journalistes, le Sénat dominé par la mouvance Présidentielle …

    Parmi ses recommandations, la mission a remis sur le tapis la loi sur l’opposition. « La loi a supprimé quelques privilèges du chef d’opposition, notamment son cabinet et le droit de nominer 3 membres au sein de la CENI ». Selon les interlocuteurs de la mission, « la loi n’a pas été appliquée jusqu’à présent, faute de décret d’application ».

    Répondre

  • 23 septembre à 11:14 | Albatros (#234)

    C’est quoi une "ingérence" ?.

    - Peut-on parler d’ "ingérence" quand l’UE "RECOMMANDE" à Madagascar de "revoir" la copie de son fonctionnement électoral ?.

    - Peut-on parler d’ "ingérence" quand l’ONU "RECOMMANDE" à le France de "rétrocéder" les Iles Eparses ?!.

    Que se passera-t-il si Madagascar rejette les "recommandations" de l’UE ?. Rien !.
    Si ce n’est un contrôle plus stricte des fonds nécessaires à Madagascar !.
    Que se passera-t-il si la France rejette les "recommandations" de L’ONU ?. Rien !.
    Les "Grandes Puissances" ayant d’autres "chats à fouetter" en ce moment !(en attendant la montée des eaux !).

    Répondre

  • 23 septembre à 11:22 | arsonist (#10169)

    Il y a une formule que je trouve bien appropriée quelquefois.
    C’est celle-ci : Élections, pièges à c.ons !

    Surtout dans des pays comme Madagougou !

    Répondre

    • 23 septembre à 18:33 | ANTASITO (#11328) répond à arsonist

      On voit qu’il y a du vécu, n’est ce pas...

  • 23 septembre à 12:35 | Besorongola (#10635)

    L’UNION EUROPÉENNE VEUT METTRE DE L’ORDRE DANS LES ÉLECTIONS GASY.

    La nomination d’une française comme ambassadrice de l’Union Européenne à Madagascar n’est pas par hasard.

    Préparatifs des élections : L’UE plaide en faveur du suivi des financements de campagnes

    Isabelle Delattre, nouvelle ambassadrice de l’Union européenne à Madagascar
    Le dossier relatif aux recommandations émises par la mission de suivi des observations électorales de l’Union européenne ne sera pas une affaire classée. Isabelle Delattre va plaider en sa faveur.

    Le ton est donné. Au cours de sa première rencontre avec la presse, Isabelle Delattre, dotée d’une maîtrise des dossiers et non pas du genre à arrondir les angles, a choisi d’être tranchante sur les différentes lignes défendues par l’Union européenne concernant les sujets qui font jaser dans le pays en matière de relation bilatérale et de coopération. Concernant les élections, la nouvelle ambassadrice a affirmé que « les recommandations émises par la mission d’observation électorale de l’Union européenne, que les autorités ont déjà entériné, doivent être suivies des faits ». Elle l’a martelé, hier à Ankorondrano, devant la presse. « Nous allons travailler dans ce sens », poursuit-elle. Elle a évoqué le rapport de suivi qui a été récemment publié par cette mission de suivi des observations électorales dépêchée par Bruxelles, laquelle est pourtant « indépendante » d’un point de vue hiérarchique avec la commission européenne souligne toujours Isabelle Delattre, pour mettre l’accent sur les priorités que son équipe va défendre en matière de préparatifs des élections futures, notamment, entre autres, sur « l’autonomie financière de la commission électorale, le suivi effectif des financements des campagnes électorales et le respect de la liberté d’expression et de la liberté de la presse ».

    Financements de campagne. Sur ces points qui ont été largement soulevés par le document de suivi, l’ambassadrice se veut être intraitable même si elle reconnaît, toutefois, que « c’est impossible de mettre en œuvre toutes les recommandations en un an ». « Il faut être réaliste », dit-elle. Mais pas pour autant camper dans l’immobilisme, car Isabelle Delattre connaît bien son sujet en ayant piloté depuis Bruxelles, pendant quatre ans, les dossiers de coopération de l’Union européenne pour l’Afrique australe et l’océan Indien. « Il faut identifier ce qui peut être réalisé avant la tenue des élections comme, par exemple, le mécanisme de suivi des financements des campagnes », exhorte-t-elle. L’Union européenne veut, en effet, que les recommandations réitérées dans le rapport de suivi des observateurs européens pour améliorer la crédibilité du processus électoral soient mises en œuvre. Et, à en croire les propos de la nouvelle ambassadrice, la représentation de Bruxelles va maintenir sa vigilance sur les moindres écarts par rapport à ces « principes ». Et « si nous avons des signes de violation des principes fondamentaux au cours du processus », selon Isabelle Delattre, la nouvelle cheffe de l’équipe locale de l’Union européenne qui ne compte pas rester les bras croisés.

    Répondre

    • 23 septembre à 12:36 | Besorongola (#10635) répond à Besorongola

      .... Danger. Isabelle Delattre a aussi entamé sa rencontre, hier avec la presse, sur le sujet brûlant de la crise russo-ukrainienne et aborde la position de « neutralité » prise par Madagascar. Dans cette guerre, « il ne s’agit pas de choisir un camp, mais il s’agit de choisir la paix », soutient la nouvelle ambassadrice qui voit dans la « neutralité » un « danger pour la paix mondiale ». C’est pour cette raison que la diplomate va « insister pour la défense des valeurs universelles et mobiliser pour mettre un coup d’arrêt à cette agression russe en Ukraine ». Et elle a affirmé, hier, qu’elle avait « fait passer le message aux interlocuteurs malgaches », après les différentes rencontres qu’elle avait eues depuis ces trois semaines depuis son arrivée au pays. Et même si la partie malgache refuse de s’aligner à la position de l’Union européenne sur cette guerre en Ukraine,cette dernière compte « garder ouvert les canaux de communication sur ce sujet », persiste Isabelle Delattre.

      325 millions d’euros. La nouvelle ambassadrice de l’Union européenne a passé en revue les sujets qui ont animé la coopération de Bruxelles avec Madagascar, notamment sur les domaines de l’aide au développement à laquelle une enveloppe de 325 millions d’euros est donnée par l’Union européenne pour 2021-2024, dont 150 millions est déjà adoptée pour cette année. Les priorités, selon toujours Isabelle Delattre, sont portées sur la promotion de la redevabilité des actions publiques avec 41 millions d’euros alloués, la santé 32,5 millions euros, l’environnement et l’agriculture 50 millions d’euros et l’énergie avec 22 millions dédiés. Pour 2023, l’ambassadrice a affirmé que l’éducation et la biodiversité seront les axes prioritaires des aides apportées par Bruxelles.

      Rija R. Midi Madagasikara.

    • 23 septembre à 18:48 | kartell (#8302) répond à Besorongola

      Si la représentante de l’UE abuse aussi de la langue de bois, où allons-nous ?
      Oser, sans arrière-pensée, affirmer que choisir la paix ce n’est pas choisir son camp, de quoi s’agit-il alors ?..
      Le temps béni de la pommade est révolu, il faut être franc et direct avec les petits qui coquinent avec le potentat devenu, schizophrène, ces petits apprentis deviendront à leur tour et à leur niveau : incontournables, par mimétisme du copié/ collé !..
      La contagion guette aussi dans ce milieu, où croire que miser sur un consensus impossible serait la voie royale, oui, mais pour plonger la planète vers un cahot où les sans-grades en seront les premières victimes..
      Aujourd’hui, il ne s’agit plus de prendre des gants face aux susceptibilités, mal placées, mais de mettre en jeu des aides et des secours de première urgence aux seuls amis déclarés de la démocratie, enfin de ce qu’il peut encore en rester !..
      Rester fermes et sans concession s’imposent, désormais, sinon, la politique du croire, non seulement vire à l’échec cuisant, mais en plus, elle discrédite celle d’une Europe qui cherche sa voie dans ce domaine et qui est en train de perdre son âme et ses dernières gouttes de crédibilité qu’elle possède encore à son actif.
      Revoir la marche à suivre devient impérative et urgente !..

  • 23 septembre à 15:33 | dahalo (#8794)

    Isandra,
    Les carottes sont cuites, et être juge et parti ne marchera pas cette fois ci, Je serais curieux de voir comment les oranges vont faire pour essayer de contourner comme à leurs habitudes ces recommandations.
    S’il y a une chose sur laquelle rajoel est toujours passée outre c’est la transparence au niveau du financement de sa campagne. Cette fois ci on espère que ce ne sera plus le cas et que chaque candidat aura la même chance sans tricherie et sans le azo raisina fa tsy mitombona du HCC

    Répondre

  • 23 septembre à 18:03 | Jipo (#4988)

    Bonjour .
    pour ceux qui savent encore lire , tout est dit dans ces hypocrisies !
    "Les recommandations sont totalement indépendantes et rédigées en toute liberté par leurs auteurs, affirme Isabelle Delattre. Chaque point soulevé aurait été entériné et doivent être suivis de faits, précise la diplomate. Pour elle, l’Union européenne reste neutre et nie toute forme d’ingérence ou d’une interprétation similaire. »

    Les recommandations sont totalement indépendantes : my ASS !
    comme les GOPE ! les recommandations ne sont rien d’ autres que des INJONCTIONS !
    « chaque point évoqué doit etre suivi de faits « dans un jargon moins mielleux EXECUTION : si non ? SANCTIONS ! les mêmes méthodes appliquées par les mêmes pourritures !
    https://www.politico.com/news/2022/09/14/global-covid-pandemic-response-bill-gates-partners-00053969

    Répondre

    • 24 septembre à 07:58 | zandede (#10615) répond à Jipo

      zandede
      Avis conforme. Ce sont des injonctions ! Quand est ce que ce pays grandira ? Demain n’est pas
      la veille parce que la culture de la mendicité est fortement ancrée dans l’esprit de nos dirigeants !!!

  • 24 septembre à 09:03 | Yet another Rabe (#4812)

    @ zandede,

    24 septembre à 07:58 | zandede (#10615) répond à Jipo

    Bonjour,

    Votre grande et grave question :
    - "Quand est ce que ce pays grandira ?"

    Ma réponse :
    - Quand ce peuple Malagasy aura compris l’ enjeu civilisationnel principal, celle de son existence même dans ce Monde impitoyable.

    Et pour celà, il lui faut changer complétement de paradigme en remplaçant le tryptique "Chasse, Cueillette, Pêche" par "Travail, Éducation, Confiance" :

    https://www.madagascar-tribune.com/Plus-de-22-000-menages-beneficient-d-un-transfert-monetaire.html#forum453009

    Je suis malheureusement pessimiste, car à la façon dont évolue les choses, pour la prise de conscience des Malagasy qu’ il n’ y a pas d’ homme providentiel, mais qu’ ils seront ou non leur propre homme providentiel en travaillant et d’ abord arriver à se nourrir correctement, demain ne sera pas là veille.

    Cordialement

    Répondre

    • 25 septembre à 06:35 | zandede (#10615) répond à Yet another Rabe

      @ Yet another Rabe

      Merci pour votre réponse , je ne pense pas qu’il faille trop désespérer parce que je suis certain
      que nous avons des patriotes qui pourraient inverser la tendance même si à la date d’aujourd’hui
      ils n’adhèrent pas à cette politique spectacle vécue au quotidien. J’ai écrit un texte sur le thème
      suivant " Madagascar pays pauvre ou pays appauvri" et je suis disposé à le partager.
      Bien à vous

  • 24 septembre à 11:11 | Yet another Rabe (#4812)

    Re-,

    À l’ instar des recommandations de l’ UE, moi YaR, je me permets de faire 2 recommandations pour la tenue de ce forum :

    1) Que ce forum MT reste libre et démocratique dans le respect :

    - de la charte du forum,

    - d’ aucune atteinte à la personne physique nommément désigné en son nom propre, et à sa dignité d’ être humain de quelque manière que ce soit, et pour qui que ce soit

    - de l’ expression des opinions de tout un chacun, qui doit être complètement libre et l’ outrance à la libre appréciation de chacun, pour porter ses jugements et conclusions sur les faits avérés de l’ Histoire, les réalités du moment, les personnages désignés sous leurs pseudos.

    2) Que ce forum MT reste dans sa finalité :

    - Un lieu d’ échanges des opinions et d’idées exprimé avec civilité et non avec des invectives.

    == Je pose comme postulat, que chaque personne sur ce forum est suffisamment :

    - censée et intelligente pour pouvoir se faire sa propre opinion sur la pertinence, et juger sur le fond et non sur la forme, de la rationalité et crédibilité des écrits d’ autrui.

    Le cas échéant, ou bien la personne est une propagandiste patentée, ou un perturbateur à des fins politiques, ou je dirais, malheureusement tant pis pour elle, car elle n’ est juste qu’ un imbécile incapable de se bâtir une opinion rationnelle et crédible.

    Même si la syntaxe est le support de la sémantique, quelle que soit l’opulence du champ lexical, du vocabulaire de tout un chacun, la sémantique, du moment que cette dernière ne souffre d’aucune ambiguïté prime sur la syntaxe.

    Bien entendu, bien écrire est fortement souhaitable et souhaité, mais dans le fond des choses, le sens des écrits est plus important que la forme, du moment que ce sens ne permet qu’ une unique interprétation, une compréhension sans ambiguïté.

    - responsable de ses écrits, car ou elle reste crédible, ou le discrédit lui sera imputable et certainement imputé par quelqu’un.

    Cordialement

    Répondre

  • 24 septembre à 11:31 | observateurtrèslucide (#11344)

    Yar,
    Votre élitisme est confondant !
    Non ce n’est pas la forme qui compte !
    Pour certains ,nés avec une cuillère dans la bouche at ayant aussi profités des largesses d’un état aux ordres d’une minorité ,il est facile d’avoir suivis des formations de haut niveaux (andafy s’il vous plait)leur permettant de s’exprimer facilement dans une langue étrangère !
    Alors ensuite parler de respect et de démocratie dans ces conditions c’est surement une plaisanterie de mauvais gout !
    Quand des gens comme vous font leur études en France ou dans un autre pays démocratique ,ils profitent de celle ci ,pourquoi ne serait ce pas aussi le cas pour les pauvres de ce pays ?

    Répondre

    • 24 septembre à 11:46 | Yet another Rabe (#4812) répond à observateurtrèslucide

      Observateur extra lucide,

      Primo, je ne suis pas né avec une cuillère dans la bouche.

      Secundo, je ne m’ adresse aux canidés qu’ avec un vocabulaire très limité qu’ ils peuvent comprendre, "couché, ouste".

      C’ est vrai que le racisme inter espèce existe aussi, entre l’ espèce humaine et l’ espèce canine.

      C’ est pourquoi, Observateur extra lucide, je me permets de vous rappeler que pour votre santé, cessez d’ invectiver les gens, d’ aboyer sur les humains.

      Anticaste, ce n’ est pas bon pour votre cœur, quand bien même, il y a des cliniques vétérinaires de très haute volée en France pour réparer vos outrances.

    • 24 septembre à 20:42 | Jipo (#4988) répond à observateurtrèslucide

      Bonsoir , sans vouloir m’ immiscer dans votre « dialogue « il me semble que vous avez compris le contraire de ce que YAR a exprimé dans la langue de molière avec une perfection qui force l’ admiration !
      Ce dernier justement dénonce la forme pour privilégier le fond .
      je me permettrais de rajouter que quand la forme étaye le fond dans un Français parfait ce que cette langue permet, cela ne peut que rehausser les débats , les échanges voir promouvoir la langue en plus d’ éduquer ou compléter certaines lacunes .
      le fond d’ abord et les formes si affinités ?
      Ne serait que permettre à ceux qui ne possèdent pas cette difficile langue, puissent également s’ exprimer et s’ améliorer en Français .
      Je ne faisais que passer , A ciao à + 😈

Réagir à l'article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, merci de vous connecter avec l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 

Archives