Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 24 avril 2019
Antananarivo | 08h50
 

Editorial

Dynamique dangereuse

lundi 21 mai 2007 | RAW

Le chef de l’Etat a saisi l’occasion des difficultés des étudiants à poursuivre sereinement leurs études pour sonner le glas de l’enseignement universitaire public. On ne sait qui a intérêt à ce que l’année universitaire en cours achoppe mais toujours est-il que l’ébauche en cours du système LMD a déjà donné le ton de la non-gratuité de l’enseignement supérieur dans les universités publiques. Quand on se rappelle aussi des grèves universitaires de ces 30 dernières années, on s’interroge sur ce que les grèves de 9 mois des années 1976 - 1977 puis 1979 - 1980 ont apporté à l’université malgache, sinon un répit pour les finances de l’Etat et une opportunité pour les bailleurs de fond d’insister sur le gel du recrutement des professeurs.

Aujourd’hui, le problème est national car le délestage sévit dans tous les secteurs et dans la totalité des universités. De nombreux pays de l’Ouest africain en souffrent également.

La grogne est certes justifiée mais quand on apprend que des étudiants universitaires en colère donnent l’image d’assaillants du XVIII ou XIXe siècles contre des « commandos » du XXIe siècle, on perd son latin. Et puis des dirigeants qui admettent au nom d’une « réconciliation », les dépenses ostentatoires des déplacements à Andranomafana (Ifanadiana) ou des festins nocturnes suivis de brochettes parties, on avoue son impuissance. Et tout ceci au nom des « fomba malagasy » alors que la langue malgache est menacée d’être réduite à une langue « morte », juste bon pour le musée.

En tout cas, la mondialisation n’est pas gratuite. Le risque est grand pour que le Malgache dans tous ses compartiments soit confiné dans des réserves. C’est conscient de tout cela qu’on craint avec le Seces, qu’au bout de cette dynamique en cours, il n’y ait fermeture des universités publiques.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS