Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 25 février 2020
Antananarivo | 19h03
 

Culturel

Jazz

Duo inédit de Solo et de Jeanot Rabeson demain

jeudi 31 juillet 2008 | Daddy R.
Deux virtuoses seront à l’œuvre ce vendredi. (Photo : Daddy R)

Il n’y a pas plus euphorique que d’accueillir un grand pianiste, établi à l’étranger et de passage en son pays natal. Ce dernier est qualifié, d’ailleurs, de légende, en la personne de Jeanot Rabeson.

Profitant de la période des vacances, l’un des frères Rabeson installé sous d’autres cieux depuis 30 ans maintenant est dans nos murs pour se ressourcer. Ce benjamin des Rabeson, qui fait languir ceux qui ont l’occasion de le voir en train de jouer du piano, n’est autre que le paternel de Tony, un autre musicien de renommée internationale, excellent à la batterie.
Entre les heures de cours pour une conservatoire dans la banlieue parisienne où il est reconnu en tant que professeur et divers festivals de jazz, Jeanot Rabeson réserve près de 4 heures par jour à son instrument de prédilection qu’est le piano. « La maîtrise parfaite de la technique musicale ne peut être que le fruit d’un travail », martèle-t-il durant une rencontre autour d’une table au côté de Solo Andrianasolo.

« Lors d’un évènement familial en France, on a eu l’occasion de jouer quelques morceaux et l’envie de rejouer ensemble nous a toujours titillé, ce qui sera chose faite durant ce passage au pays », réitèrent les deux musiciens. Ne voulant guère manquer de partager quelques instants de bonheur avec les mélomanes avertis, Solo Andrianasolo et Jeanot Rabeson vont partager l’affiche, ce vendredi 01 Août à 21h à l’Atlantis sis à Andrononobe Analamahitsy.

En première partie, Solo accompagnera ce grand pianiste à la basse. Et ce ne sera que dans la seconde partie que le virtuose de la guitare soutiendra Jeanot Rabeson au piano. « Lors des séances de répétitions, on a pu revisiter des grands standards de tous les temps et on est sur le point d’en choisir quelques titres pour faire vivre aux mélomanes une soirée mémorable », explique Solo.

Une musique de famille

Cette formule démontre que la musique n’a pas de frontières ni de limitation familiale. « Ce n’est pas parce que Datita est un neveu que je suis toujours dans l’obligation de faire appel à lui pour m’accompagner. Le lendemain de mon arrivée en terre malgache, j’ai eu l’occasion de rencontrer Solo à pied d’œuvre durant une soirée et on a décidé de rejouer ensemble, ce qui sera chose faite, ce vendredi », affirme le pianiste. Un duo, preuve d’ouverture et d’universalité de la musique. « On peut jouer avec n’importe quel musicien, à une seule condition qu’il respecte celui qu’il accompagne. Il faut faire la différence entre accompagner et déranger », continue Jeanot Rabeson, faisant illusion à certains musiciens de la place qui ont l’habitude de faire des excès de zèle sur scène, alors qu’ils sont derrière pour assurer la bonne exécution des titres. D’ailleurs, un tel comportement donne une fausse définition à la musique « jazz ». « Ce n’est pas en jouant fort et en improvisant sur une ligne bien définie qu’on peut être qualifié de virtuose », lance celui qui a déjà assuré à plusieurs reprises la première partie d’Oscar Peterson. Déjà, le jazz est qualifié comme une musique compliquée, mais certains ne donnent pas encore l’opportunité à la population de découvrir la vraie face de cette musique basée sur le « blues ».

Selon le wikipédia, le jazz est un genre de musique née aux États-Unis au début du XXe siècle. Issu du croisement du « blues », du ragtime et de la musique européenne, il est considéré comme la première forme artistique à s’être développée aux États-Unis. Surtout, il ne faut pas se tromper !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS