Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 20 septembre 2019
Antananarivo | 23h50
 

Enseignement

Université de Mahajanga

Dilemme

samedi 15 février 2014

Le Conseil consultatif pour la concorde et la reprise des activités pédagogiques à l’université de Mahajanga a déclaré avoir rempli sa mission. Le calme serait revenu et l’on attend la réhabilitation des infrastructures au campus de l’université de Mahajanga pour que les activités pédagogiques retrouvent leur cours normal et que les étudiants reprennent le chemin des amphithéâtres et salles de cours.

Suite aux manifestations meurtrières du mois de janvier dernier, les cours ont été suspendus au même titre que le président de l’université de Mahajanga. Un Conseil consultatif composé entre autres du FFKM local, des notables et des représentants de la religion musulmane a été créé pour résoudre le problème. D’après le secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur, la mission de médiation du Conseil consultatif a été fructueuse ; ce Conseil consultatif a achevé sa mission et le président de l’université a repris du service.

Mais les étudiants et leurs parents ne sont pas de cet avis quoique le secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur affirme que tout est rentré dans l’ordre. 80% des revendications des étudiants ont été satisfaites, dit-il. Quant au limogeage du président de l’université, il ne voit pas de quelle faute grave il est coupable ; de plus ce président a été élu par ses pairs donc il ne peut être démis de ses fonctions qu’en cas de faute grave.

Des étudiants et leurs parents en revanche évoquent la mort par balle d’un étudiant entraînée la décision du président de l’université qui a levé la franchise universitaire mais surtout de l’usage de vraies balles de la part des forces de l’ordre autorisées à entrer dans l’enceinte de l’université par le président de l’université. Du point de vue des étudiants et des parents, ces faits sont suffisants pour justifier la responsabilité du président de l’université dans la mort de l’étudiant.

Autre problème de gouvernance, c’est cette inconcevable gestion de la Sirama qui n’a pas d’état financier depuis 2004 et 2012. Les machines qui actionnent les sucreries de la Sirama datent de 1923 pour la plupart et les dettes sont énormes, parmi lesquelles les arriérés de salaire des employés, les dettes aux fornisseurs… et qui s’élèvent à plus 6,5 milliards d’ariary. La présidente directrice générale de la Sirama affirme que selon les promesses du président de la République, la Sirama peut redémarrer sa production cette année après sa fermeture en 2005. Les pépinières sont en mesure de fournir les jeunes plants et on envisage de produire 40 000 tonnes de sucre si les besoins financiers de 14 milliards d’ariary pour les réhabilitations des usines sont disponibles.

Recueilli par Bill

11 commentaires

Vos commentaires

  • 15 février 2014 à 09:11 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    - "Il faut en finir avec le CHIENLIT".==Grèves,manifestations etc...
    Reprise des cours ou "DEHORS" !
    Le Président de l’Université est le seul Maître,à bord !
    Qu’il rétablisse son "AUTORITE" !
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 15 février 2014 à 11:56 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Autorité , Repression , peine de mort, xénophobie vous n’ avez que ces mots à la gueule , circulez sale facho . /

    • 15 février 2014 à 16:23 | betoko (#413) répond à Jipo

      Merci JIPO , mais est ce que la petite cervelle de Basile serait en mesure de vous(nous)comprendre

    • 15 février 2014 à 18:18 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à betoko

      A la demande de la direction,je me dispense de vous répondre .
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefartisoa@gmail.com

    • 15 février 2014 à 20:42 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Décidément vous collectionnez toutes les qualités ...
      En liaison télépathique directe avec le Nègre de MT !

    • 16 février 2014 à 13:05 | betoko (#413) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      De quelle direction ? Cela m’étonne beaucoup . Dites plus tôt que vous manquez d’argument .Avez vous remarquer qu’aucun des internautes ici vous approuvent quelque soit le sujet . A votre place j’aurais honte à moins que chez nous le ridicule ne tue pas
      Une de vos dernières c.o.n.n.e.r.i.e.s c’est à propos des îles éparses . Votre idole , grand ami , et mentor disait que TV+ ceci en substance avant les élections . " Je suis très étonné que le ministre des affaires étrangères n’a fait aucune déclaration au sujet de ces îles pourtant on vient de découvrir qu’elles regorgent des millions de mètre cube de pétrole et de gaz

    • 16 février 2014 à 13:50 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à betoko

      N’avez-vous pas reçu un message..de la "DIRECTION" de MT ?????
      Ne me répondez pas..S.V.P.
      Merci
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 15 février 2014 à 09:30 | poiuyt (#584)

    ... la mort ... due en raison de la décision

    la mort due à la décision

    la mort en raison de la décision

    la mort conséquence de la décision

  • 15 février 2014 à 11:39 | krizzy2 (#5166)

    "Suite aux manifestations meurtrières" : C’est la répression qui a été meurtrière. Les manifestations ont été violentes, obligeant le Président à faire appel aux forces de l’ordre. L’esprit borné de certains étudiants et de leurs parents fait craindre pour l’avenir de cette université, car il n’y a pire sourd que celui qui ne veut entendre (raison)

  • 15 février 2014 à 18:29 | Rado (#4599)

    Je pense que toutes les Universités de Madagascar devront avoir leur Manuel de Procédures avec une planification stratégique de ses objectifs par faculté et instituts qui le constiuent ! Ce qui est en charge de les appliquer ce sont les Présidents et que chacun s’en tient à leur responsabilité !

  • 16 février 2014 à 03:55 | el che (#344)

    "de plus ce président a été élu par ses pairs donc il ne peut être démis de ses fonctions qu’en cas de faute grave." (bill)


    Bill, cette affirmation est erronée , et cause des disfonctionnements graves dans le bon fonctionnement des administrations .
    En effet, nulle n’est besoin de fautes graves pour "limoger un haut fonctionnaires. D’ailleurs s’agit d’afectation d’office de celui-dans une autre région.
    Enfin il est le responsable du bon déroulement de l’université , et doit en assumer les conséquences.
    C’est un principe républicain que nous devrions assimiler. C’est mistère qui décide de l’affectation de ses hauts fonctionnaires, même en temps normal.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS