Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 9 février 2023
Antananarivo | 15h36
 

Divers

Pêche illicite dans l’Océan Indien

Deux navires appréhendés

mardi 27 novembre 2007 | Lanto

L’exploitation illicite des ressources halieutiques génère de pertes importantes pour les pays. Non seulement, elles sont d’ordre économique mais aussi écologiques, car les espèces concernées sont vouées à la disparition si des actions de protection ne sont pas menées.

Dans ce cadre, un plan de surveillance de pêche dans la région de l’Océan Indien a été mis en place pour appréhender les réseaux de pêcheurs illégaux. Une première mission a été accomplie depuis le 14 novembre 2006. Elle a pris fin hier avec des résultats palpables : infractions administratives par des navires comoriens qui ont été avertis, déroutement d’un navire taiwanais, conservation importante de requins. Les requins sont saisis et scellés à bord pour constituer la preuve de l’infraction.

Deux bateaux, un patrouilleur malgache et un patrouilleur français ont effectué la mission. Des vols régionaux des avions malgaches ont permis de réaliser une inspection des eaux territoriales qui s’étalent sur une surface de 5 millions de km2. Des inspecteurs malgaches et comoriens s’y trouvaient à bord. De telles missions seront organisées d’une manière régulière pour faire reculer les navires illicites dépourvus de pavillon et de matriculation.

Visite au CSPM

En fait, le centre de surveillance de pêche de Madagascar (CSPM) a été chargé de la coordination. Cette entité a été visitée, hier, par le Chargé d’Affaires de l’Ambassade de France et le Chef de la Délégation de la Commission européenne (CE), Jean-Claude Boidin. Il est à souligner qu’un accord de partenariat sur la pêche est conclu entre la CE et Madagascar. Négocié en 2006, il prévoit le paiement d’un montant fixe de 1,2 million d’euros basé sur un tonnage de référence et indépendant de toute quantité pêchée. Ce montant est payé auprès du Trésor malgache. Une somme de 35 euros par tonne est payée par ailleurs directement par les pêcheurs à l’Etat malgache.

L’Europe est le principal importateur de crevettes malgaches, provenant de la pêche ou de l’aquaculture. La valeur des exportations malgaches de crevettes pêchées est d’environ 40 millions d’euros.

Publicité




Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS