Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 27 juin 2022
Antananarivo | 11h39
 

Editorial

Des questionnements pour l’instant

mercredi 22 août 2007 | RAW

« Nous possédons suffisamment de connaissances en leadership pour la réalisation du Madagasikara Am-Perinasa (MAP) », a déclaré publiquement un représentant des chefs de Fokontany (CFKT). On s’attend à ce que ces CFKT transforme leur fokontany et changent les mentalités des membres du fokontany ! Le ministre de la Décentralisation, Yvan Randriasandratriniony a promis des modifications. Les ordres ne rassurent pas pour l’instant car, consacrer 80% de son temps aux activités de développement du fokontany avec un salaire mensuel de 30 000 ariary ne rime à rien sinon que le CFKT doit étoffer autrement ses revenus. Un homme de peine d’un Centre de santé de base et à la fois riziculteur, désigné chef fokontany, est désemparé. A ce jour, un peu plus de 5600 Chefs de Fokontany (CFKT) sur les 17433 que compte Madagascar ont reçu leur formation. Ils seront selon le président Ravalomanana, « de véritables vecteurs de changements dans leurs localités respectives ». Il leur fait entièrement confiance pour apporter de profonds changements sociaux. Le rôle des CFKT est primordial, car « seuls les changements opérés au niveau de chaque fokontany et au niveau des mentalités de sa population seront de réels leviers de développement pour le pays ». Le chef de l’Etat a clairement donné des consignes quant à la conduite et le suivi des réunions de quartiers, dont l’établissement de procès verbaux qu’il faut transmettre régulièrement aux ministères concernés. Première action du ministère de la Décentralisation a été de concevoir un hymne entonné par l’assemblée des CFKT. On attend d’autres actions. Car de nombreuses communes rurales n’ont plus de quoi payer les indemnités ou salaires des CFKT et des autres membres de bureau. Si le CFKT ne doit plus consacrer que 20% de son temps aux affaires administratives, l’Administration va-t-elle compléter et arrondir les revenus du CFKT ? Le ministre de la Justice, Madame Lala Ratsiharovala, a fait valoir l’importance de la prise en charge des affaires mineures et de la conciliation sociale au niveau des fokontany. En ce sens, « des responsabilités seront conférées aux fokontany concernant les problèmes sociaux, sans avoir besoin de recours en Justice ». Elle a insisté à ce titre, que « beaucoup d’affaires judiciaires au tribunal peuvent être réglées au niveau des fokontany ». Le CFKT présidera-t-il la clinique juridique ? Et en retour sera-t-il rémunéré par le ministère de la Justice ou par les usagers ? 70 ans de socialisme et plus de 10 ans de libéralisme et de capitalisme n’ont pas changé le mode de vie traditionnel dans de nombreuses localités kirghiz, tadjik et ouzbek ; pour dire que partout, les « traditions » ont la vie dure. On craint que les comportements trop souvent condamnables de nombre de présidents de « Dina », ne trouvent dans cette nébuleuse de décisions que des consolidations.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS