Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 28 février 2021
Antananarivo | 00h07
 

Développement

Commune Talata Volonondry

Des projets de développement durable et de promotion du tourisme

mardi 10 avril 2012 | Luna

Les « tanàna lavitra andriana » ou localités éloignées des décideurs, comme certaines communes rurales de la région d’Analamanga ne peuvent compter sur le seul maigre budget communal octroyé par l’État. Elles font parties de celles qui doivent se débrouiller et ne compter que sur elles mêmes ou s’ouvrir aux aides étrangères. Parmi elles se trouve Talata Volonondry, une commune rurale située à 27 km d’Antananarivo, comptant 28 fokontany dont plus de la moitié n’ont pas encore accès à l’eau potable et à l’électricité. Grâce à l’aide étrangère, plusieurs projets de développement y voient cependant actuellement le jour ; des programmes se mettent en place avec des collaborateurs étrangers pour la promotion des sites touristiques environnants par le biais d’une « Maison du tourisme » à mettre en place. Trois communes rurales seront concernées, Ambohimanga, Talata Volonondry et Manandriana.

Le maire de Talata Volonondry fait remarquer que le taux de recouvrement d’impôt de la commune est variable et inquiétant. Le taux de recouvrement d’impôts s’est élevé à plus de 70% avant 2009 pour chuter à 30% durant la crise puis stagner à 40% cette année. Les rentrées d’argent de la caisse communale restent maigres par rapport aux travaux d’envergure nécessaires à la population. Les subventions respectent rarement la ponctualité et les travaux n’attendent pas. Il est donc temps de trouver une source de revenu pour l’autonomie de la commune, confie le maire.

Cela n’a pas empêché le projet colossal de Maison du tourisme avec l’aide précieuse d’ONG, d’opérateurs économiques et quelques rares résidents étrangers déterminés à apporter leur part pour la commune. Les sites touristiques et stratégiques des environs ne connaissent pas grand entretien et nécessitent plusieurs rénovations, sans compter plusieurs kilomètres de routes inaccessibles qui font reculer les touristes. Le Rova d’Ambohidrabiby qui abrite chaque "taom-baovao malagasy" (nouvel an malgache) et d’autres évènements culturels, se retrouve toujours délaissé après usage. Si les taranak’Andriana, la classe politique ainsi que les diverses associations culturelles y font annuellement leurs petits "cinémas", aucun geste concret pour sa conservation n’a été observé depuis. Il revient encore à la commune de ramasser les détritus et de veiller sur le site. Si la promotion du tourisme est un projet à long terme qui ne verra pas le jour dès demain, le premier magistrat de la ville se mobilise toujours pour des solutions immédiates et faisables rapidement pour alléger les charges et difficultés de la population. Parmi elles figurent l’inauguration de bornes fontaines à Ambohibao Amohimahazina. Ce fut une collaboration avec l’association étrangère MDF (Madagascar Development Fund) qui a pris toutes les dépenses en charge. Réputée pour instaurer des infrastructures sanitaires en zones rurales, MDF poursuit actuellement ses œuvres au niveau d’autres communes rurales mais reste toujours en contact avec Talata Volonondry pour une suite probable de leur collaboration.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS