Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 26 novembre 2020
Antananarivo | 04h41
 

Société

Assainissement

Des maisons à démolir dans les zones inondées en permanence en saison de pluies

mercredi 26 février | Fano Rasolo

Beaucoup de maisons bâties sur des terrains non constructibles au sein de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) seront à démolir prochainement.

Depuis quatre semaines, un comité mixte composé de trois équipes émanant respectivement de la direction de l’urbanisme de la CUA, de la Région Analamanga et du ministère de l’Aménagement du territoire et des travaux publics (MATP) est descendu dans les zones inondées en permanence à chaque passage de fortes pluies. Cette commission a recensé les constructions illicites à démolir dans les quartiers d’Ambodivona, Andravoahangy et Besarety, qui sont régulièrement envahies par les eaux lors des précipitations.

« Nous sommes au stade du recensement des maisons à démolir. Nous avertissons les occupants des constructions illicites qu’ils doivent quitter bientôt leurs domiciles. La démolition est incontournable pour déboucher les canaux d’évacuation afin que les inondations ne soient plus récurrentes dans ces différents quartiers », a déclaré Hery Rasoamaromaka, gouverneur de la Région Analamanga, hier, lors de la descente du comité mixte à Besarety.

« Nous savons tous que les inondations s’aggravent constamment dans la capitale. Des zones auparavant non inondées le deviennent maintenant, comme récemment à Analakely. Nous sommes obligés de recourir aux démolitions pour résoudre ce problème récurrent à chaque saison des pluies », poursuit-il.

Un responsable au sein de la CUA a expliqué ainsi : « Ce n’est pas seulement dans ces trois quartiers (Andravoahangy, Besarety, et Ambodivona) que nous avons déniché des constructions illicites dans la ville d’Antananarivo, mais nous priorisons les zones à inondation répétitive lors des précipitations intenses. La commission effectue chaque jeudi cette descente pour localiser les constructions édifiées dans des lieux non autorisés ».

Il a par ailleurs indiqué que les démolitions débuteront dès que le recensement et la sensibilisation des habitants de ces trois quartiers auront pris fin, la commission procédera par la suite à d’autres descentes dans d’autres zones abritant des constructions illicites.

Le gouverneur de la région Analamanga a précisé que les démolitions de toutes les constructions illicites dans la ville d’Antananarivo se termineront avant la fin de cette année pour préserver durablement des inondations la capitale de Madagascar.

5 commentaires

Vos commentaires

  • 26 février à 09:16 | DanBe (#2256)

    Bonjour,
    C’est une très bonne chose, enfin !
    Quel dommage que ceci n’est pas été suivi et fait au fur et à mesure de ces constructions illégales qui bouchent les canaux...
    Aujourd’hui, c’est indispensable, mais cela va être un drame humain, car les habitants de ces constructions illégales sont très nombreux. Ou vont ils aller habiter ?
    Le laxisme des dernières décennies va rendre très difficile les actions enfin entreprises pour assainir la capitale, comme pour les marchands de rue.

    • 26 février à 09:33 | vatomena (#8391) répond à DanBe

      Où donc logera-t-on tous ces déguerpis , , ? une solution : Vite construisons un Tanamasoandro ! On pourra les loger là !On pourrait meme les embaucher pour remblayer puis construire. Un peu de miséricorde messieurs les décideurs

    • 26 février à 12:21 | Ibalitakely (#9342) répond à DanBe

      Izany mitady toerana ametrahana olona esorina @ tranony izany ohatra no tokony natao, rehefa nisy ihany ny vola, t@ 2009 fa tsy Antsonjombe e, Hôpitaly somary manaraka penitra e, kianjan-gidro e !! Dia izao indray kianjan’omby no mahamaika.
      * Io ao Besarety io ohatra ny orinasa COLAS no nampanaovin’ny CUA fa rehafa nisy izany governora izany dia natsahatra @ antony tsy fantatra COLAS ??

  • 26 février à 10:58 | ANTICASTE (#10704)

    Les permis de construire ainsi qu’un tas de règles d’urbanismes ont été appliquée dans ce pays jusqu’aux année 1970 !
    Ces règlements étaient basé sur le bon sens de la gestion du vivre ensemble ,donc rien de vazaha sauf dans l’approche cartésienne !
    Tout a coup pour des raisons obscures, tout a été jeté a la poubelle par l’amiral et ces sbires !
    Ensuite les successeurs n’ont pas trouvé judicieux de revenir a ces règles d’urbanismes ,pourtant comprises dans les lois interne Malagasy !
    Tout existe encore ,il suffit d’appliquer ces lois et cela vaut en beaucoup de choses de la vie courante et pratique !

    L’émergence économique doit aussi passer par l’acceptation citoyenne au respect de la discipline des règles de vie commune et des lois
    Les premiers à donner l’exemple ,comme en toutes choses, doivent être les membres de l’élite !
    Le régime actuelle ne part pas dans cette direction car ses décisions ne vont pas ,comme pour la ville nouvelle,au respect des procédures pourtant écrites !

    C’est bien clair tout repose sur la discipline de l’élite à tous les niveaux !
    Pour moi rien n’est entendu en ce pays dans ce sens ,les riches et les forts se comportent encore et toujours en horrible prédateurs désordonnés et indisciplinés !
    Donc no futur

    • 26 février à 14:38 | betoko (#413) répond à ANTICASTE

      A Behoririka un chinois avait construit un immeuble ide 4 étages illegalement et qui avait fait grand bruit .Une partie de l’immeuble devrait être démoli , rien n’a été fait jusqu’à présente On se demande pourquoi ?
      Et à Anjohy l’equipe de Lalao Ravalomanana avait démoli une maison car parait il elle menace les autres maison et le tunnel d’Ambanidia c’est ce que le propriétaire avait contesté car la maison aurait été construit légalement avec permis de construire à l’appui

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS