Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 21 novembre 2019
Antananarivo | 14h38
 

Economie

Iavoloha

Des exposants du FIM chez le président Ravalomanana

lundi 14 mai 2007

Le président Marc Ravalomanana a rencontré dans la soirée du 10 mai 2007, au Palais d’Etat d’Iavoloha, une délégation d’exposants à la Foire internationale de Madagascar. Ces exposants représentaient la France, la Réunion, l’île Maurice et Madagascar.

Le Chef de l’Etat a profité de cet événement économique de grande envergure pour faire appel à tous les investisseurs internationaux à venir à Madagascar. « Je suis convaincu, a-t-il déclaré, que le secteur privé est le moteur de développement du pays ». « Nous figurons parmi les pays les plus pauvres du monde mais nous sommes un pays à très fortes potentialités. Nous regorgeons de multiples ressources et ce ne sont pas les opportunités d’affaires qui manquent, c’est à vous de voir », a-t-il ajouté en leur assurant toutefois un climat d’investissement favorable, sécurisé et stable.

Une contradiction flagrante

S’adressant à la presse réunionnaise, le Chef de l’Etat s’est dit très confiant quant à la possibilité pour Madagascar de pouvoir doubler son produit intérieur brut pour les quelques années à venir, et ce, grâce à la mise en œuvre du MAP, à la décentralisation effective stipulée dans la nouvelle Constitution, et surtout, à la part active que vont prendre les fokontany dans le processus du développement du pays.

D’après le Président de la République, les secteurs d’activités à développer en priorité à Madagascar sont l’agrobusiness et les infrastructures. Concernant les énergies renouvelables, il a déclaré que le gouvernement s’attablait déjà sur ce secteur en essayant de trouver les moyens nécessaires pour venir à bout du manque de Madagascar dans ce domaine. En effet, l’offre en énergie à Madagascar est encore loin de satisfaire la demande, soit 400 Mégawatts de fournis contre un besoin de 2000 Mégawatts.

Les opérateurs étrangers présents ont manifesté particulièrement leur intérêt sur les secteurs de l’agrobusiness, les télécommunications, la formation et les énergies renouvelables.

Avant cette mise en confiance pourtant, un étranger, de surcroît un missionnaire jésuite qui a vécu plus de 30 ans dans le pays a fait l’objet d’une mesure administrative d’expulsion sans qu’aucun motif n’ait été rendu public.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS