Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 11 juillet 2020
Antananarivo | 08h31
 

Education

Enseignement

Des élèves exclus des inscription aux examens officiels

mardi 3 mars | Fano Rasolo

Le ministère de l’Education nationale et de l’enseignement technique et professionnel (MENETP) a publié, hier, sur sa page Facebook, une note circulaire réprouvant les agissements de certaines d’écoles privées, qui refusent aux élèves l’inscription aux examens officiels, comme le Certificat d’études primaires élémentaires (CEPE) et le Brevet d’études du premier cycle (BEPC).

« De nombreux parents d’élèves se sont plaints auprès des Circonscriptions scolaires (Cisco) de cette pratique qui consiste à ne pas inscrire aux examens officiels en tant que candidats d’écoles, les élèves n’ayant pas atteint le seuil de note fixé par l’établissement qu’ils fréquentent ou ceux qui ont des arriérés de frais de scolarité. Devenue fréquente, cette situation considérée comme un abus est dénoncée par certains parents d’élèves », selon Andriamiakatsilavo Raoniherijaona, directeur de l’éducation fondamentale au sein du MENETP.

Ce responsable indique que les Cisco d’Antananarivo, d’Atsinanana et d’Ambohimahasoa enregistrent le plus de doléances d’où la décision du ministère de publier cette note qui enjoint les établissements à faciliter les inscriptions des candidats aux examens officiels.

« Les directeurs d’établissement doivent faciliter l’inscription de tous les candidats qui ont rempli les conditions fixées par les textes officiels concernant la participation aux examens officiels. Les parents d’élèves et les responsables d’établissement doivent engager des dialogues avant de remplir la fiche d’inscription », selon le communiqué du ministère.

« Accéder à l’éducation, et l’égalité de chance pour chacun face aux examens, sont des droits fondamentaux des élèves », souligne le communiqué du ministère.

« L’année dernière suite à un arriéré de deux mois d’écolage non payé, on nous a menacé que notre fils ne pouvait pas être inscrit au baccalauréat. Nous avons dû chercher tous les moyens pour régler les impayés et ils l’ont finalement inscrit et a pu passer l’examen », témoigne une mère de famille à Ankadimbahoaka.

Dans certaines établissements, ceux qui ne remplissent pas les conditions fixées, entre autres, avoir de bons résultats tout au long de l’année, sont rayés de la liste des candidats présentés par l’école. Le taux de réussite lors des examens officiels étant souvent une des bases de critère pour les parents qui choisissent un établissement pour leur enfants, certaines écoles privées essaient de préserver leur réputation coûte que coûte.

2 commentaires

Vos commentaires

  • 4 mars à 08:00 | râleur (#3702)

    voilà ce qui arrive quand les écoles privées pullulent comme des virus partout car l’école publique a été abandonnée à son sort

    • 4 mars à 12:20 | bekily (#9403) répond à râleur

      très juste !!!!!!!!!!quasiment aucun controle pour beaucoup qui ne s’intéressent qu’au profit , sans se soucier de leur role dans la dite EDUCATION NATIONALE
      Beaucoup d’école de crétins , encadrées par des crétins !!!!!!!!!!!!

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS