Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 25 septembre 2020
Antananarivo | 23h58
 

Politique

Contrôle sur les actions gouvernementales

Des députés n’ont pas mâché leurs mots

vendredi 1er juin 2007 | Eugène R.

Les députés ont interpelé hier le gouvernement de Charles Rabemananjara sur les problèmes sociaux auxquels sont confrontés depuis un certains temps les ménages malgaches.

Contrairement ce qui s’est passé au Sénat, l’ambiance a été chaude hier à Tsimbazaza lors de la traditionnelle rencontre mensuelle du gouvernement avec les députés. Des véritables débats démocratiques se sont déroulés encore une fois à l’hémicycle. Des députés n’ont pas mâchés leurs mots pour interpeler l’équipe du premier ministre Charles Rabemananjara sur les actualités qui défraient la chronique ces derniers temps. De l’arrestation des parlementaires à Toliara à la pénurie d’huile alimentaire en passant par le délestage et la discrimination dans l’application de la loi (le cas du maire TIM de Mahajanga-ville qui aurait commis un détournement alors qu’il n’est même pas jusqu’à présent inquiété, et ce contrairement à celui du maire Roland Ratsiraka qui croupit actuellement en prison), les Reboza Julien, Zakahely Boniface, Mara Niarisy, Alphonse Randrianambinina et Saina Michel ont conclu que le gouvernement du général Charles Rabemananjara est impuissant face aux problèmes sociaux auxquels sont confrontés depuis un certains temps les ménages malgaches.

Gestion stricte de temps de parole

Ces débats démocratiques se sont déroulés dans le respect strict du temps de paroles imparti à quatre groupes parlementaires qui existent à l’Assemblée nationale dont le TIM, le GPR, l’AVI et le RPSD-RPSD-Vaovao. Durant la première partie de la séance de face à face, ces groupes parlementaires ont respectivement disposé d’une heure et 30 minutes, de 20 minutes, de 20 minutes et de 10 minutes. La détermination du volume de ces temps de paroles n’est que le résultat de l’appllication d’une disposition du réglement intérieur de l’Assemblée nationale. Des députés membres du GPR se sont insurgés contre l’insuffisance de ce volume de temps de parole, mais le président de la séance Mahafaritsy Samuël Razakanirina n’a pas cedé à la pression. Lui qui a cependent essayé de faire en sorte que la démocratie regne durant le face à face d’hier. En fait, ce n’est pas le volume de ces temps de parole qui est insuffisant, mais ce sont les députés du même groupe parlementaire qui n’arrivent pas s’arranger entre eux pour que tous les membres du groupe puissent intervenir. C’était par exemple la grogne du côté de ses collègues du GPR dans la salle de séance lorsque le député Alphonse Randrianambinina, le premier à avoir pris la parole, a accaparé 7 minutes de ces 20 minutes disponibles. Alors que ce groupe compte en son sein au moins 20 députés.

Malgré ces insatisfactions compréhensibles, les députés ont pu exercer hier leur contrôle sur les actions du gouvernement.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS