Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 25 février 2020
Antananarivo | 17h57
 

Education

Réforme de l’Education nationale

Des contestations contre les décisions du ministre

mardi 14 avril 2009

Vendredi 10 avril des personnels du ministère de l’Education nationale ont manifesté devant le ministère à Ampefiloha, contre le retour à l’ancien régime décrété par le nouveau ministre de l’Education. Aussitôt installé par les partisans de Andry Rajoelina, le ministre Razafimanjato Julien décrète l’usage de la langue française comme langue d’enseignement et la durée de 5 ans dans le primaire contrairement à ce qui a déjà entrepris dans 20 circonscriptions scolaires (CISCO) pilotes.

Depuis le début de cette année scolaires, 20 Cisco pilotes sont engagées dans la réforme de l’éducation de base. Il s’agit d’une part d’allonger la formation de base qui était de 5 ans auparavant à 7 ans dorénavant. L’objectif est d’offrir le plus de capacités aux enfants afin qu’ils puissent en cas de non poursuite de leur scolarité pour diverses raisons disposer néanmoins d’un bagage.

D’autre part et surtout, la réforme veut optimiser ces années d’apprentissage sur les bancs de l’école. Des modifications ont été apportées aux disciplines et programmes et les véhicules de transmission du savoir ont été précisés comme étant d’abord la langue maternelle, et petit à petit la langue malgache officielle. Les langues française et anglaise sont également dispensées car elles sont des langues officielles.

La préparation et la mise en œuvre de cette réforme a déjà fait l’objet de dépenses énormes en formations et en supports pédagogiques en plus des recrutements effectués, déplorent ces manifestants. Par ailleurs, ils dénoncent une volonté de faire machine arrière par rapport aux autres pays du monde, car même en France, la réforme de l’Education nationale est déjà engagée. A remarquer que la Direction des écoles catholiques a émis des réserves au sujet de cette réforme depuis le début et ces écoles n’ont pas adhéré au mouvement initié par l’Etat.

Recueilli par Bill

18 commentaires

Vos commentaires

  • 14 avril 2009 à 08:00 | Itovokely (#1891)

    C’est une très bonne décision de la part de la HAT. Dire que la France a entrepris une reforme est une raison démagogique et infondée. La France actuellement est soumis à une référence et/ou norme européenne qui n’a ni fondement culturelle,ni popularité au sein de la communauté des enseignants.

    Si on revient sur le cas de Madagascar, j’ai connu la période d’essai de la Malgachisation. Cela peut marcher évidemment si on essai de faire croire aux citoyens que 7 ans d’étude est adapté avec la réalité de la société malagasy. Qu’en est il donc pour les élèves qui veulent continuer leurs études ?

    Ce que l’ancien Gouvernement a oublié est que la langue étrangère est un simple support et qu’on en a besoin fortement quand on veut bien réussir dans ses études. Pourquoi Madagascar n’a jamais fait référence à ses voisins africains en terme de capacité d’expression.

    L’insertion de la langue anglaise comme langue officielle est salutaire, mais l’abandon la langue française comme langue d’enseignement est ridicule.
    Il faut arrêter de faire la politique au sein de l’enseignement. Tout le monde sait que 80% des fonctionnaires sont des enseignants et si on arrive à mobiliser cette frange de population la bataille est à moitié gagnée. Aucun instituteur que j’ai connu n’a salué cette décision du Pdt Ravalomanana, qui lui même je pense a été atteint par la syndrome de la malgachisation.

    • 14 avril 2009 à 09:05 | sota (#2046) répond à Itovokely

      Pour Itovokely, ne compare pas cette initiative comme la malgachisation, c’est totalement différent, l’idée même est issue de l’Unicef, vous avez penser ainsi parce que vous avez pensé toujours à Ravalomanana francophobe donc conclusion hative —> enlever le français dans l’enseignement. C’est nullemment ça, et c’est ça le problème avec les écoles catholiques, on les a pas intégré dans le processus d’élaboration du programme donc elles ne connaissent rien du programme mais savez vous que des le primaire on enseigne aux enfants des EPP à la fois la langue française et anglaise comme matière à part ? Donc ne pense pas que cette programme est pour enlever le français dans l’éducation mais tout simplement pour que nos petits malgaches maitrisent 3 ou 4 langues au minimum (sa langue maternelle, la langue nationale, le français et l’anglais). A mon avis il n’y a pas de mal à cela, par contre il y a une manque de communication au niveau du pouvoir à cette époque.

    • 14 avril 2009 à 09:47 | lanto (#2047) répond à Itovokely

      Ny anaranao moa maninona no natao hoe itovokely fa tsy natao hoe tovo fotsiny fa mahakely ny fomba fisainana sy fijery io anarana tovanana ’kely’ io.

      Fa maninona moa ny fampianarana any @ ambaratonga voalohany raha atao @ teny malagasy e ? Tsy haiko aloha ianao raha efa manan-janaka ? Fa amin’izao fotoana izao ny raiamandreny malagasy, indrindra ireo avy ety ambonivohitra, raha miresaka amin’ny zanany manomboka any @ fahazazana dia @ teny frantsay. De avy eo le zaza ampidirina amina fianarana "d’expression française" zay zary mampianatra taranja malagasy, hany le ankizy rehefa lehibe sady tsy mahay miteny gasy tsara ary ranoray no sady tsy mahazo firy teny gasy ihany koa, nefa hoe malagasy.

      Lazaina fa 80%-n’ny malagasy dia mpiompy sy mpamboly ary any ambanivohitra, izay mbola mitana ny fomba amam-panao maha-malagasy ary anisan’izay ny teny malagasy, nefa ny zanak’izy ireny no terena hanovo fianarana @ teny frantsay mbola kely ny ankizy ka lasa sahirana sy mety hahakamo azy izy ireo izany mianatra teny tsy fampiasany sy tsy fiteny izany akory any am-pianarana. Koa natao hitsinjovana an’iza le fampianarana @ teny frantsay zany ? Ny tambonivohitra izay vitsy an’isa ve sa ny tambanivohitra maro an’isa ?

      Ilaina ny fahaizana ny teny vahiny mba hampitombo ny fahalalana satria maro ireo boky na atontan-taratasy na atontan-kevitra voasoratra @ teny vahiny. Ny zavatra mba niderako an-dra8 aloha dia io teny gasy io. Fantatro fa tsy de mahay miteny frantsay, na anglisy koa azaizy, fa rehefa misy fitokanan-javatra teto amintsika de tsy mba nisy firy mihitsy izany kabary @ teny frantsay izany, hany ka na dia ireo masoivoho vahiny aza lasa niezaka nianatra ny teny malagasy ka mikabary @ teny malagasy eo imasom-bahoaka. Amiko aza izy ho filoham-pirenena rehetra tokony hanao izany daholo na mikabary any @ ONU sy ireny fivoriana iraisam-pirenena ireny, de mitondra olona mpandika teny fotsiny mba hanehoana fa mijoro @ maha-izy azy isika Malagasy.

      Amiko tsy fampianarana amin’ny teny frantsay no hampandroso ny Malagasy sy ity Madagasikarantsika ity fa ny fifehezana ny fahalalana rehetra amin’ny teny malagasy, miaraka amin’ny fahaizana tenim-pirenena hafa. Ny politka hentina mampihatra izany no tokony hodinihina tsara. Fa ny @ zao anie mbola vao ny ambaratonga fototra no atao @ fiteny malagasy ny fomba fampitana fahalalana dia efa misy tsy manakasitraka ka izany ve no mba malagasy tia tanindrazana e !!!

    • 14 avril 2009 à 14:10 | Fanoro (#1962) répond à sota

      Tout à fait d’accord avec vous. Faut pas, surtout pas non plus comparer avec la malgachisation de Ratsiraka. Ce projet est vraiment une avancée et je pense qu’il ne faut pas toujours tout dénigrer d’un bloc sous prétexte que c’est un autre qui en a eu l’idée. On a l’impression que la HAT n’a qu’un idée en tête, tout détruire de ce qu’a fait Ravalomanana même les bonnes choses. Alors qu’elle commence aussi à détruire toutes les infrastructures routières. D’ailleurs, ne commence-t-on déjà à voir les trous apparaître dans les rues de Tana comme au bon vieux temps de Ratsiraka. Et oui, ça fait couleur local et ça fait rêver certain !!!!!

  • 14 avril 2009 à 08:18 | Bena (#494)

    Cher Tovo KELY. Diaboliser la malgachisation est une chose, mais reconnaître la réalité est une autre. Je sais que vous ne savez pas que l’usage du malgache comme langue d’enseignement est déjà une REALITé dans 80% du territoire national. Et prolonger le primaire à 7 ans a comme conséquence de réduire le secondaire de 2 ans. C’est arithmétique et assez simple, mon cher. Si vous n’êtes pas convaincu de la force de ce projet, il y a des documentations disponibles au niveau de la Banque Mondiale, promotrice et bailleurs de fonds du projet. Merci

  • 14 avril 2009 à 09:21 | ando (#1061)

    Comme on dit on France, Andry représente l’immobilisme et il faut préciser que l’immobilisme a donné le résultat actuel, Madagascar est un des pays le plus pauvre du monde.

    Depuis qu’il s’est auto-proclamé, Andry n’a de cesse remis en cause les réformes entreprit par Ravalomanana.l’éducation national etc.

    Et après qu’est ce qu’il va faire encore ? détruire les infrastructures (route etc) construit par ravalomanana parce que ceux ci ont trop couté a l’Etat et que les population ne peut les mangé comme un des partisans de andry disait sur la place du 13 mai. ou bien qu’il va renvoyé les investisseurs qui ne sont pas français et ainsi comme avant ravalomanana rendre notre économie dépendante de la France avec les conséquence que l’on sait tous, ce serai plutot pas cela le néo colonianisme, plutot que le projet Daewoo ?

    Avec cela ils osent s’attaquer a l’une et rare reussite malgache qui est TIKO sous prétete que le groupe appartient a Ravalomanana qu’il considère comme son ennemie juré, car il faut dire certe Tiko appartient a ravalo mais avant tout il appartient a tout les malgache car son propriétaire c’est un malgache,de père et de mère et qui plus ai la nationalité malagasy mais pas comme certain qui sont français de papier.

  • 14 avril 2009 à 10:15 | Balita (#216)

    Efa-mira, telozoro, valam-pamaritana ... aiza nareo no hahita olona hampiasa an’ireo manerana an’izao tontolo izao ?! Fanamboarana olona bado io politika fanagasiana io satria ny manankatao dia mianatra eny @ ecole miteny vazaha. Ny zanaky Ra8 izay nametraka an’io politika io no ohatra voalohany. Tsy nisy na iray aza ny zananay nianatra t@ oniversite gasy ka maninona ny zanako no tsy hampianarina teny vahiny dieny fahakeliny ?! Tadidio fa nosy i Dago. Ny tenako izao dia nianatra t@ sekoly miteny vazaha saingy manazava @ teny gasy ny mpampianatra rehefa tsy mahazo fanazavana ny mpianatra.

  • 14 avril 2009 à 10:45 | xena (#774)

    Ka ilay projet nataon-dRavalo anie rey olona dia projet fanapotehina ankitsirano ny taranaka malagasy e ! Io fanagasiana io dia efa namotika olona maro teo amin’ny tantara ! Noho izany dia ekena ny fanapahan-kevitry ny ministra ankehitriny ! Tena mety ilay heviny, ka toherina amin’ny fomba marindrano ny fanoherana ataon’ireto TIM vitsy an’isa mitady hanakorontana ireto !

    • 14 avril 2009 à 11:16 | bibie (#1174) répond à xena

      mba misaina oa xena vo manoratra !!!

      tsssssssssss

      mapalaelo lotra enao

    • 14 avril 2009 à 20:21 | niry (#210) répond à xena

      Ahahaha.."projet fanapotehina ankitsirano ny taranaka malagasy"..ahaha..aoka aho hiomehy indray aloha amin’ity argument vaovaon’i Xena ity..ahaha..i Xena kosa aloha no tena mpandresy lahatra et é..ahahahahha..merci Xena !!

  • 14 avril 2009 à 10:48 | zana47200 (#227)

    Je trouve vraiment dommage que le régime actuel change tout ce qui a été mis en place par le régime précédent. Mesdames et Monsieur, le Rwanda a décidé il y a un an de faire de la langue anglaise leur langue d’enseignement. La langue française n’est plus enseigné au Rwanda. Il faut que vous, qui êtes au pays, et je me permets de le dire car je vis et travaille en France en ce moment, sachiez que même depuis l’avénement de l’Europe des euros, la langue de communication est l’anglais et non le français. Dans les offres d’emploi en France, même pour être secrétaire ou gouvernante ( femme de ménage dans un hôtel) il faut que vous parliez l’anglais. Persister à enseigner le français chez les élèves malgaches les réduira à ne pouvoir s’informer et se cultiver qu’en France et en français. Je tiens à vous faire savoir que lorsque j’étais à l’université en France, tous les documents scientifiques à consulter sont en anglais et en allemand. Les documents en français sont limités pour les étudiants de première année. les élèves en France actuellement sont orientés vers le système européen qui consiste à enseigner math, physique, chimie et histo-géo en anglais et ceci depuis la classe de 6è. l’anglais depuis 3 ans est aussi enseigné dans les écoles primaires. Alors Mesdames et Messieurs sortez un peu de vos idées reçues de la période coloniale. Le français n’est parlé que dans les anciennes colonies françaises et à plus forte raison dans les pays africains. Les pays asiatiques, même anciennes colonies françaises utilisent beaucoup plus l’anglais que le français. Cette francophonie tant clamée par la France n’est que le sursaut de l’agonie de la langue française et de par surcroît de l’hégémonie de la France au dépend de la langue anglaise.

    • 14 avril 2009 à 11:20 | sakaiza (#1818) répond à zana47200

      MOUTONS, vous êtes des moutons ? La langue anglaise est une langue moche et débile. Elle est difficile et réservée à une élite de gens qui veulent diriger le monde.
      Pourquoi ne pas offrir une alternative ? La diversité est une richesse !
      Pourquoi pas le français comme langue internationale ? On peut toujours choisir son devenir au lieu de se laisser asservir, même par une langue.
      Personnellement, je me fais un plaisir et j’ai la chance de pouvoir tout écouter en anglais mais de ne répondre qu’en français : ça leur fait les pieds !!!...

      Que chacun conserve aussi et surtout sa langue maternelle ou régionale n’est pas le sujet ici, mais c’est évident.

    • 14 avril 2009 à 12:43 | Balita (#216) répond à zana47200

      Introduire l’anglais comme langue d’enseignement nécessite un fond colossale car il faudrait perfectionner les enseignants, l’administration, tout le monde quoi. La langue française est plus facile à maitriser pour les malgaches et la HAT a fait un bon choix. On laissera à l’interessé d’approfondir une autre langue et pourquoi pas le chinois ou l’espagnol. Ces deux langues sont aussi très importantes actuellement.

    • 15 avril 2009 à 01:41 | niry (#210) répond à sakaiza

      Et pourquoi priver les élèves de madagascar de votre doux privilège qu’est de comprendre l’anglais ?
      Je pense quand même qu’il y a plus de moutons anglophones que de moutons francophones. Et ma foi, étant un mouton exclusivement francophone, moi même, je suis à l’arrêt avec les miens et je regarde votre troupeau partir et je me dis "ah ! si j’avais pu parler anglais, je ne me ferai pas autant manipulé par Reny Malala.."

    • 16 avril 2009 à 18:40 | kecke (#2076) répond à zana47200

      Vous rejetez le Francais, tout en le parlant, c’est bien ridicule et contradictoire. Mais vous le parlez certainement mieux que moi qui a toujours défendu cette merveilleuse langue. En tant que citoyen européen je vous assure que le francais est encore largement parlé en Europe quoiqu’on sente bien la domination croissante de l’anglais. Cette importance a beaucoup avoir avec une mondialisation capitaliste qui ne connaît qu’une langue : l’anglais. Mais cette tendance est susceptible de détruire toutes les petites langues comme le malgasy, qui est plus menacé par ce monolinguisme que le francais. Il n’est pas faux que les malgaches apprennent l’anglais. Mais je me doute que ses chances économiques augmentent avec cet apprentissage. Les travailleurs en Grande Bretagne, les Américains ou les autres anglophones ne sont-ils pas davantage menacés par le chômage ? L’anglais n’est pas une langue magique, et les magiciens capitalistes qui vous l’assurent sont des menteurs.
      Il y a maintenant une bonne chance pour les malgaches de devenir un carrefour entre le monde francophone et anglophone tout en restant fidèle à leur culture. Le francais est un atout puisque le monde deviendra multipolaire et polyglotte. Remplacer le francais par l’anglais serait un erreur horrible. Le Rwanda n’est pas un modèle, mais un exemple d’avertisseur qu’on ne repète pas. Une petite clique de leaders anglophones a imposé sa politique d’éducation sans consulter les enseignants concernés, sans consulter le peuple. A cause de sa querelle avec les dirigeants francais on a introduit l’anglais comme seule instrument d’enseignement contre la langue nationale parlée par tous et le francais. Au lieu de devenir un ’hub’, un carrefour, entre l’Afrique australe et l’Afrique orientale, entre les francophones et les anglophones, cette élite tourne le dos au Congo quoique ce pays a été exploité cruellement par ce même pay. On se débarrasse du colonialisme francais en s’engageant pour le colonialisme Britannique et en s’adhérant au Commonwealth. L’ancien ’poodle’ de M. Bush, l’ancien chef de guerre en Irak, M. Tony Blair, est le conseiller spécial du président Rwandais. Quelle révolution courageuse ! En tant qu’allemand qui a beaucoup à critiquer la France à cause de sa politique africaine, je loue l’engagement de M. Ravalomana dans la Francophonie qui a fortement condamné le coup d’état qui s’est produit au Madagascar.

  • 14 avril 2009 à 15:54 | Ramena (#404)

    Dans tous les cas, même si "des documentations existent chez ceux qui ont financé ce projet", cela ne veut pas dire que c’est ce qu’il y a de bien pour la jeunesse malgache. Cela fait penser à l’expression "mais c’est vrai, j’ai vu ça à la télé hier soir".

    Et puis, la vraie question dans l’enseignement n’est pas sur la langue mais le contenu des enseignements. On peut utiliser la langue que vous voulez mais si le contenu n’y est pas , cela ne changera rien.
    Tout l’enseignement est à revoir. Il faut oser un programme qui correspond aux réalités malgaches. Ceux qui ont l’occasion de voir ce qui se passe ailleurs tendent à copier bêtement. L’existence d’une réforme dans un autre pays ne signifie pas que nous aussi on doit réformer.

    Au delà de ces débats sur la langue, le temps qu’on passe à réformer , à contester les réformes sont autant de temps perdus pour la vraie "éducation". Et ceux qui veulent détruire l’enseignement se frotte les mains.
    On passe du temps à débattre de ses aspects alors que l’alphabétisation on n’est même pas capable de le faire depuis les années 1960.
    Comparé à des pays comme le Vietnam qui ont à peu près les mêmes niveaux d’alphabétisation que Madagascar dans ces années là, notre situation montre clairement que même nos ministres de l’éducation qui se sont succédés n’ont jamais cherché à éduquer la population. Un peuple éduqué se révolte, conteste, se pose les bonnes questions, s’intéresseront plus à ce qui se passe au pays, à la façon dont il sont gouvernés...
    Si nos ministres et dirigeants n’y pensent pas, je ne crois pas que les bailleurs de fonds vont le faire à notre place. Un peuple peu éduqué est plus facile à corrompre, que ce soit les dirigeants ou les simples citoyens. Face à un peuple peu éduqué et des dirigeants facilement corruptibles, croyez moi les ressources naturelles sont beaucoup plus rentables.
    La situation serait complètement différent par exemple si nous mettons en place des programmes de formation professionnelle en accord avec nos ressources (minières, maritimes...) Pourquoi les bourses d’études ne sont pas orientée dans ce sens pour aboutir à une meilleure exploitation et contrôle de nos ressources.
    Bref, ampianaro ny ankizy mais pas sur n’importe quoi copié ici ou ailleurs.
    Trouvons des idées neuves et arrêtons de copier bêtement ce qui se passe ailleurs. Au contraire, profitons de l’existence d’autre façon de faire pour les enrichir. Je suis persuadé qu’on en est capable...surtout si on est éduqué correctement.

  • 14 avril 2009 à 22:05 | meloky (#637)

    Bonne décision sans equivoque, Ra8 non seulement laissait des plais cancereux sur le plan économique, voulait détruire le système de l’education. Sur ce plan, la HAT merite les remerciments distingués par le courage de rehausser les niveaux, n’oublions pas les efforts des catholiques de poser toujours des questionssur ce sujet.

  • 14 avril 2009 à 22:17 | Albatros (#234)

    Que ce soit en français, en anglais, en malgache, l’important est d’éduquer le Peuple , le vrai, celui qui travaille au développement d’un pays dans la jungle mondiale.

    C’est de l’éduquer afin qu’il ne soit pas manipulé par des hommes d’affaires comme les deux principaux antagonistes de cette crise ni pas ceux qui oeuvrent dans l’ordre.

    L’éduquer, quelque soit la langue utilisée, pour qu’il puisse avoir les capacités de jugement et de choix.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS