Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 18 décembre 2018
Antananarivo | 18h26
 

Communiqué

Communiqué

Daewoo-Madagascar, 10 ans après

samedi 17 novembre

Le 18 novembre 2008, le « Financial Times » a révélé qu’un énorme accord était en cours de négociation entre Daewoo Logistics et le gouvernement de Madagascar. Dix ans plus tard, à quoi assistons-nous ?

Le 18 novembre 2008, le « Financial Times » a révélé qu’un énorme accord était en cours de négociation entre Daewoo Logistics et le gouvernement de Madagascar. Dans le cadre de cet accord, la société sud-coréenne cherchait à obtenir pas moins de 1,3 millions d’hectares pour cultiver du maïs destiné à l’exportation, sans que les communautés locales en soient informées. La révélation de cette affaire a contribué au renversement du gouvernement malgache quelques mois plus tard et a fait découvrir au monde une nouvelle tendance scandaleuse à l’accaparement de terres destinées à la production agricole, motivée par la crise alimentaire et financière.

Dix ans plus tard, à quoi assistons-nous ?

D’une part, nous constatons que le nombre d’accaparements de terres pour la production alimentaire et l’agriculture continue de croître. En 2016, GRAIN a comptabilisé 500 transactions portant sur 30 millions d’hectares dans 70 pays, dont la moitié en Afrique. Mais le rythme des transactions foncières a ralenti et de nombreux grands projets ont échoué. Ils ont fait faillite, ont été un fiasco ou ont été stoppés par la résistance des communautés. Aussi, pour échapper aux réactions de l’opinion publique, certains investisseurs se tournent vers des formes d’accaparement des terres plus diffuses et subtiles : agriculture contractuelle, zones économiques spéciales, agropoles et corridors d’infrastructures. Mais quelle que soit la méthode utilisée, la concentration foncière est de plus en plus forte.

Nous voyons aussi plus clairement comment beaucoup de ces accords reposent sur la violence et l’état de non-droit. En 2016, la Cour pénale internationale a élargi son mandat pour inclure l’accaparement des terres parmi les « crimes contre l’humanité » qu’elle poursuivra désormais. En 2017, Global Witness a enregistré un nombre record d’assassinats de défenseurs des droits fonciers sur le terrain et a souligné que l’industrie agroalimentaire était le principal facteur de l’aggravation de cette situation. L’année dernière, plusieurs hommes politiques et hommes d’affaires corrompus ont été jetés en prison pour s’être emparés de vastes étendues de terres agricoles pour blanchir de l’argent sale. Le bilan humain de ces accaparements s’alourdit.

Sur le terrain, cependant, nous assistons à l’émergence d’un immense espoir. Les populations s’organisent et bâtissent des alliances pour dénoncer ces projets et reprendre le contrôle de leurs terres. Partout en Afrique de l’Ouest, les femmes déplacées par les plantations de palmiers à huile gérées par des conglomérats asiatiques tels que Wilmar, Olam, Golden Agri-Resources et d’autres mettent à profit les expériences des autres, élaborent ensemble des stratégies et trouvent la force de se faire entendre pour mener la lutte. Des communautés riveraines des fermes géantes financées par les groupes européens, Socfin et Bolloré, ont formé une alliance pour faire pression sur les investisseurs afin qu’ils tiennent compte de leurs revendications et leur garantissent une eau non polluée, des conditions de travail décentes et la restitution de leurs terres. En République démocratique du Congo, les villageois qui résistent à une exploitation de 100 000 hectares de palmiers à huile appartenant à Feronia, autrefois propriété d’Unilever, contestent la légalité même du projet dans le cadre d’une plainte auprès des gouvernements européens.

Il existe de nombreux autres exemples, y compris en Asie, en Europe et en Amérique. Mais le message essentiel est que nous devons faire plus pour bloquer dès l’origine ces transactions foncières à grande échelle. Aucune d’entre elles ne permet de nourrir les populations locales, elles favorisent principalement les conflits, les expropriations et les abus.

Revenons à Madagascar, où le temps semble s’être arrêté. Daewoo Logistics est toujours présent dans le pays, dissimulé derrière un autre nom. Son offre foncière ratée est revenue hanter le processus électoral en cours dans la mesure où les mêmes politiciens qui se sont prononcés pour et contre l’accord il y a dix ans, sont à nouveau en course pour la présidence. À un moment où les communautés malgaches luttent courageusement contre plusieurs autres projets d’accaparements de terres, moins monstrueux que la tentative de Daewoo, nous espérons que l’histoire ne se répètera pas et que le nouveau régime résistera à toute autre tentation de céder les ressources du pays au profit d’un petit nombre.

Cet article est également disponible en anglais sur le site de Thomson-Reuters Foundation Place et sur le site de GRAIN.

GRAIN a publié en Octobre 2008 un rapport intitulé « Main basse sur les terres agricoles en pleine crise alimentaire et financière ». Son site web est l’une des principales références dans le monde concernant les données relatives aux accaparements de terres et aux luttes « des paysans et des mouvements sociaux pour renforcer le contrôle des communautés sur des systèmes alimentaires fondés sur la biodiversité ».

16 novembre 2018

Par GRAIN et le Collectif pour la défense des terres malgaches (TANY)

13 commentaires

Vos commentaires

  • 17 novembre à 10:27 | Vohitra (#7654)

    Bonjour a tous,

    Et oui, 10 ans deja, ce projet de Daewoo Logistics a fait coule beaucoup d encre chez nous dans le pays.

    Les mots etaient laches : haute trahison vis a vis de la Nation. Les mercenaires politiques s y etaient engouffres afin de faire vaciller un regime en passe de devenir autoritaire.

    Mais depuis cette epoque jusqu a maintenant, le premier responsable de la negociation sur ce projet, en meme temps en charge du domaine foncier au sein du gouvernement de l epoque, reste introuvable, apparement, on dirait qu il se trouve quelque part en Asie ou Japon.

    Mais pourquoi il a quitte le pays pour n ’y plus revenir alors ?il etait tout puissant a l epoque a tel point qu il pouvait meme placer ses intimes partout.

    Mr Ratolojanahary Marius devrait apporter des reponses et eclairer la Nation entiere a ce sujet.

    Pas uniquement lui. Avec lui, tous les responsables au sein de l’EDBM. Ils sont tous la dans le pays, ils avaient meme accompagne le bonhomme au cours de ses roadshows a travers l Asie l annee derniere.

    Ils doivent tous faire face a la Nation pour y apporter des reponses a nos apprehensions

  • 17 novembre à 10:54 | Isambilo (#4541)

    Daewoo Logistics a échoué ou pas ?

  • 17 novembre à 10:54 | elena (#3066)

    Bref, ce communiqué du collectif TANY, c’est pour nous rappeler que Ravalo avait un projet de vente des terres malgaches, c’est ça ?
    Donc ne votez pas Ravalo parce qu’il va vendre notre Tanindrazana !!!?
    Votre discours est à peine orienté.Merci !

    • 17 novembre à 11:21 | Isambilo (#4541) répond à elena

      C’est vrai qu’il y a une coïncidence bizarre entre la publication de cet article et l’actualité. Mais n’est-ce pas de la responsabilité de la rédaction du journal de décider de l’opportunité de publier tel ou tel article ?

    • 17 novembre à 11:45 | elena (#3066) répond à elena

      Ça fait partie du devoir d’information des journalistes.
      Mais nous,simples citoyens, nous n’oublions pas la pétition concernant daewoo, qui a été largement diffusée en 2008 auprès de la diaspora,auprès des intellectuels, des scientifiques, des universitaires en France notamment, pour préparer les esprits et faire admettre le coup d’Etat.

    • 17 novembre à 13:58 | rakoto-neutre (#8588) répond à elena

      Et on vote pour qui ?
      Rajoelina pour nous vendre au Français ou Rajao à Poutine ou à la Chine. Il faudra choisir, quel que soit la circonstance. Tous nos dirigeants qui se sont succédé depuis la 2e République sont des pourritures.

  • 17 novembre à 12:02 | Vohitra (#7654)

    Et pourquoi ne pas parler aussi de FILATEX ou de l acquisition de la plaine de Betsimitatatra par un certain R.aj.abaly parait-il ?

  • 17 novembre à 14:27 | Tsix (#10296)

    Ny fiaraha-miasa amin’ny vahiny dia anisan’ny sehatra iray entina manpandroso ny firenen-tsika. Na izany aza mila mitandrina ihany isika amin’ny fiharovana izay tokony ho antsika.

  • 17 novembre à 16:49 | LeFou (#10163)

    Voilà un magnifique " communiqué " de GRAIN... Son fondateur, un hollandais confortablement installé à Barcelone est maintenant obèse. Je ne suis pas à la place des malgaches, mais j’hésiterais à suivre les idées d’un gars tranquilou basé en Espagne devenu bien gras à force de paëllas et de sangrias et qui donne des leçons de morale agricole à 8000 km de gasy qui n’ont peut-être même pas le minimum pour survivre...

  • 17 novembre à 17:45 | Toutoun (#10298)

    Ny fivelarana @reo vahiny ary ny fahaizana mifidy ny mpiara-miasa no antoka iray hisian’ny fandrosoana sy fivoarana eto @ firenena.

  • 17 novembre à 18:02 | LAZALAZAO (#7189)

    Izaho aloha dia mahita hoe tsy mahay maka lesona sady tia mandika vilana isika Malagasy. Ny Daewoo nentin’i rajoelina hanoganam-panjakana t@ 2009 dia fiksana IRAY, fa tsy roa na telo sns... t@ izany dia hoe mpiasa malagasy no hiasa ao ary hisy ny hetra-tany ankoatry ny hofan’ny tany. Iny fikasana iny no natao hoe fivarotana tanindrazana. Betsaka ny Malagasy ny nanaiky izany nefa dia izy ireo indray no nohanjehin’ny CAPSAT eran’ny tanàna, ka maty sy noratraina sns.
    Niakatra teo ny tetezamitan-drajoelina , dia tsy nisy resaka Daewoo intsony. Fa nankaiza ny antontan-taratasy mikasikana an’iny, toa tsynisy... hay mbola fikasana fotsiny ilay izy fa natao fitaovana fotsiny hakana fahefana dia nanaraka Ramalagasy. Avy eo dia vaomaika nihabetsaka ny fivarotana ny tany ka sangy ireo vahiny no mahazo ny toerana @ izany. Tsy misy vahiny mangalatra tany izany fa lainga ben’ny mpanao polifika sy ny marivo saina daholo izany. Fa matao misy vahiny nahazo tany dia ny NY FANJAKANA MALAGASY NO NANOME ALALANA AZY. Ny fanjakana teto naombokla t@ 2009 dia i rajoelina sy rajao. Ireoindrindra no nanjika nilaza fa misy ny fivarotan-tanindrazana t@ 2009. Izy ireo indrindra aneo no tena nivarotra ny harem-pirenena sy nivarotra tany marobe t@ vahiny.
    Ho antsdika rehetra, raha izany no filoha ilaintsika dia mahantatra ny tokony ataontsika isika. Fa raha izao aloha dia tsy hanaiky ireo olona ireo eo @ fahefana mihitsy aho satria hitako sy fantatro ny efa nafitsony.

  • 19 novembre à 09:46 | râleur (#3702)

    Deawoo a pris des terres malgaches ? pas sûr et j ne vois pas où

    Par contre, on est sûr que des voyous (dont Andry et Hery), se sont enrichis en vendant des bois de rose qui appartiennent à tous mes malgaches, qui n’en n’en ont pas vu les couleurs

    Si jamais, par malheur, Andry est élu, Hery pourra être tranquille car il a tous les secrets, y compris l’enterrement en 1ère classe, avec des énormes commissions à la clé, de Air MAd (A340, ATR, missiosn bisons de James Andrianalisoa,..). Je ne parle mm pas du coup des "bus chinois" qui leur ont permis de "plumer" quelques investisseurs en prenant les commissions, sans que l’’on n’ait jamais vu les couleurs des bus

    • 19 novembre à 16:39 | mandinika (#4014) répond à râleur

      Raha adika tsotsotra amin’ny teny gasy ny voalazanao dia izao : raha lany eo Joel kely dia hihinan’ny iem....aniny ny malagasy.
      Asa raha mazava amin’ireto fanatika maro be eto amin’ny tanàna izany na tsia, fa ny hita aloa hatreto dia vao mitsikera an-drajoel dia maro no mivoavoa otran’ny........... Aleo ny tantara no hitsara fa izaho hihomehy fotsiny

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS