Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 24 février 2021
Antananarivo | 23h49
 

Economie

Exploitation minière à Ilakaka

Création d’un syndicat en perspective

vendredi 4 mai 2007 | Lanto

Le site d’exploitation minière d’Ilakaka est caractérisé par l’informel. La majorité des exploitants ne sont en possession de permis d’exploitation, aucun contrat de travail n’existe entre les employeurs et les travailleurs.

Les exploitants y travaillent en équipe de 3 à 30 personnes à raison de 9 heures par jour. Leur rémunération s’élève à Ariary 3000 à 4000 par jour. Chaque nuit cinq hommes doivent rester sur le site, près du déblai qui serait tamisé pour obtenir le saphir. Les femmes vivent de la lessive, travaillent comme femme de ménage, et font parfois le travail de sexe outre l’exploitation minière. Or, les couvertures sociales des travailleurs comme le CNAPS et l’OSTIE n’existent pas. L’ONG, Médecins du monde en partenariat avec les acteurs locaux intervient en matière de lutte contre le sida. Les mesures de sécurité au travail sont quasi-inexistantes. On recense 3 à 4 décès par mois dans les puits en saison sèche, au moins un décès par jour en saison de pluies. Pour l’obtention d’oxygène, les mineurs utilisent des sachets en plastique.

Recommandations pour le secteur minier

En vue d’améliorer cette situation, les intervenants du secteur minier à savoir les ministères des mines et de l’environnement, les entreprises, l’organisme de développement, les bailleurs et le syndicat se sont concertés hier autour d’une table ronde. L’objet principal étant la mise en œuvre des recommandations de la Conférence syndicale internationale sur le secteur minier tenu au mois de septembre 2006. En effet, il s’agit de mettre en place un cadre permettant aux partenaires sociaux d’élaborer une politique de formation professionnelle adéquate en vue de répondre aux besoins imminents et à venir en terme de qualifications des ressources humaines, d’organiser et dispenser des formations syndicales pour les travailleurs du secteur informel et enfin de programmer et conduire des actions de formation sur la législation nationale du travail et les normes du travail, en particulier sur l’hygiène, la sécurité et la santé au travail.

Les actions à mener

Pour Ilakaka, en particulier, le programme d’appui à l’organisation des travailleurs dans les zones des carrières vise à persuader les travailleurs qu’ils sont en mesure de reprendre en main leur avenir par des campagnes de sensibilisation sur les syndicats, de créer une organisation syndicale.Une conférence de sensibilisation de la population sera organisé le 2 juin prochain à Andohanilakaka. Afin de doter les responsables élus , le personnel administratif et techniques de formation de base sur les législations nationales et les normes internationales du travail, notamment sur la sécurité de travail et la protection sociale, une formation professionnelle dans le secteur minier se tiendra du 19 au 21 juin 2007.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS