Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 27 septembre 2020
Antananarivo | 23h12
 

Société

État d’urgence sanitaire

Covid-19 : mesures de restriction fortement allégées

lundi 7 septembre | Fano Rasolo

Un retour à la vie normale pas à pas. Les lieux de cultes, espaces culturels et sportifs pourront enfin rouvrir leur portes dans tout le territoire malgache à partir de cette treizième quinzaine d’urgence sanitaire dans le pays.

Lors de son intervention sur les chaines audiovisuelles publiques hier, Andry Rajoelina a annoncé une série d’allègement des mesures de restriction imposées depuis le début de l’épidémie au mois de mars dernier.

Ainsi, pour les régions Analamanga, Alaotra Mangoro, Diana, Sava et Vakinankaratra, longtemps soumises à un régime de confinement sévère, les contraintes sont assouplies progressivement. Les lieux de culte pourront désormais accueillir 100 fidèles à la fois si auparavant ils étaient limités à 50. De même dans les évènements culturel et sportif, désormais autorisés, tout regroupement ne devra pas dépasser les 100 personnes. Les bars, les salles de fête, les restaurants, les cabarets et salles de cinéma ont vu leur horaires d’ouverture se prolonger jusqu’à 22 heures.

Dans les salles de cinéma, les places seront espacés par une chaise vide pour prévenir toute contamination. Les boîtes de nuit resteront fermées jusqu’à nouvel ordre. Les compétitions sportives devront se tenir à huis clos, sans présence de spectateurs.

Malgré cet assouplissement, toutes les mesures sanitaires pour éviter une éventuelle contamination restent en vigueur : distanciation physique, port de masque obligatoire, usage de gel désinfectant, désinfection... Les sanctions pour les contrevenants sont toujours maintenues et un contrôle inopiné sera effectué pour surveiller le respect des mesures barrières dans les différents établissements. Le non-respect de ces règles peuvent conduire à la fermeture de l’établissement.

1 commentaire

Vos commentaires

  • 7 septembre à 14:06 | Moustick (#10845)

    A Tamatave des amis qui travaillent dans les boutiques du Bazar Be ne reçoivent toujours pas de client ni de touriste, mais les propriétaires des boutiques, par ce manque d’activité n’ont plus de revenu. Mais ces mêmes propriétaires doivent payer la location de l’emplacement. La Mairie de Tamatave ne semble pas vouloir changer ses règles.
    C’est dégueulasse...pas de pitié.
    La mandoline ne semble pas souffrir, son salaire est toujours assuré ainsi que les ministres mais les autres peuvent crever.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS