Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 23 janvier 2022
Antananarivo | 21h44
 

Opinions

Chronique d’une crise annoncée

lundi 16 septembre 2013 | Eléonore JOHASY

Nous voici donc à la veille du lancement de la campagne électorale (la vraie…) et sans doute y-a-t-il lieu de s’en réjouir, car annonciatrice d’une probable fin de crise.

Mais vous l’aurez compris, je ne peux me garder d’être dubitative quant à une véritable fin de crise sachant que de nombreuses frustrations demeurent. Sachant que des rancoeurs restent inassouvies, que des deuils n’ont pas pu se faire, bref que notre passif est loin d’être soldé à de nombreux égards que nous connaissons tous.

Toutefois, il est des voix pour dire qu’il est temps de mettre un terme à l’actuelle transition et que cela ne sera qu’à condition que les élections se tiennent. D’une certaine manière, c’est un avis que je partage au regard de la profonde misère qui sévit dans le pays.

Donc, à moins d’une surprise de taille, je ne vois pas ce qui pourrait empêcher la tenue des élections. Nous sommes au bord de l’asphyxie, le peuple n’a plus de ressort, le pays se meurt et il n’y a de salut que par la vertu de l’expression du suffrage populaire, sésame pour l’ouverture des robinets financiers.

Je ne peux cependant me garder d’une insidieuse pensée, d’une quasi certitude - mais de celles dont on voudrait qu’elles ne se vérifient pas - que nous nous préparons à une échéance inéluctable : qu’à vouloir à tout prix un président élu (même mal élu !), nous ne soyons nos propres fossoyeurs… et l’embellie éphémère d’une sortie de crise précaire n’y pourra rien, la crise est annoncée.

En effet, qu’adviendra-t-il lorsque nous aurons ce/cette président(e) enfin élu ?!?

Il ou Elle sera auréolé(e) de la légitimité et de la légalité du verdict des urnes par un électorat dont on se doute pourtant que le libre arbitre a été passablement altéré. Néanmoins, l’honneur sera sauf et les conditions pour relancer les appuis internationaux seront désormais réunies, ce qui permettra au pays d’entamer sa lutte pour la relance et la reconstruction.

Alors, avec notre génie national qui est une réalité et le soutien certainement significatif de nos partenaires (soit véritablement soucieux de nous accompagner soit soucieux de se refaire une conscience après nous avoir lâchés dans les abysses de la pauvreté et de la dislocation sociale ou en position de pouvoir enfin se repaître de nos ressources en toute légalité), la reprise va s’opérer.

Une période critique sera alors à craindre, avec le risque d’une nouvelle crise, le risque de sombrer à nouveau, car le Malgache sorti de la misère, revigoré et ayant retrouvé ses forces et ses esprits, sera tenté de regimber, de se rebiffer et de faire valoir ses droits et sa pensée. Il ne sera plus enclin à accepter le reniement auquel il a dû s’astreindre, les vieux ressentiments se réveilleront, l’amertume refera surface, jusqu’à exploser avec une vigueur accrue du fait de l’accumulation. Les fruits de la croissance risqueront alors de servir une vendetta effroyable.

Vous avez dit crise cyclique ? Certes, lorsqu’il est affaibli voire à genoux, le pays court un risque, mais c’est quand il retrouve le chemin de la croissance que la crise est au rendez-vous. Il se pourrait que la prochaine crise ne soit pas immédiate, mais ne nous y trompons pas, ce ne sera que le temps de s’assurer la capacité (finance et manipulation) de mener les hostilités jusqu’à leur accomplissement.

Fasse le ciel qu’ainsi que je l’ai écrit plus haut, ce ne soit qu’une pensée insidieuse qui ne se réalisera pas, mais pour cela, il faudrait veiller à ce que les conditions d’un tel déchaînement ne soient pas réunies. Veiller à favoriser l’apaisement, à cultiver l’esprit républicain (Res publica) et à rassembler l’ensemble des fils et filles de ce pays vers un même combat, celui de construire le plus bel héritage pour les générations futures : une Nation unie, paisible avec une qualité de vie que nous envierait le reste de la planète.

Est-ce le cas actuellement, les conditions dans lesquelles se tiendront ces élections, la démarches des différents candidats ainsi que leurs propositions, nous laissent-elles entrevoir de telles perspectives ? Ou bien sommes-nous juste en train de préparer un nouvel enrichissement scélérat appellé à être défait en bien peu de temps ?

Comment nous assurer que les prochaines élections constituent le socle d’un développement durable et l’entame d’une ère de labeur, d’équité et de prospérité durable ?

11 commentaires

Vos commentaires

  • 16 septembre 2013 à 11:08 | tsimahafotsy (#6734)

    Chronique d’une crise annoncée
    Le titre est racoleur et démobilisateur !
    Si je lis au premier degré l’article, je tire la conclusion qu’il ne faut RIEN FAIRE , ne pas AGIR car de toutes les façons, nous irons toujours vers une autre crise. Crise avec la Transition, crise avec un président élu, crise s’il y a croissance, crise avec tous les frustrés de Madagascar, crise avec tout le passif politique, crise avec les Malgaches qui vont réclamer leur droit et leur part de gâteau.
    Pourquoi ne pas appeler l’article : Chronique d’une maladie endémique spécifique aux autochtones de l’île de Madagascar. Cette maladie se manifeste par l’humeur belliqueuse des chefs de tribus, une incapacité à vivre ensemble et à s’auto gérer, à l’auto flagellation digne du christianisme antique, une propension à quémander des aides pour les dilapider dans des dépenses ostentatoires propres aux peuples sous-développés.
    Avec tout mon respect, je me permets de faire juste un petit rappel, Madame Eléonore Johasy : Entre la Révolution de 1789 et la 5ème République, combien de fois la France a eu des crises politiques graves avant de vivre les transitions démocratiques et républicaines actuelles ?
    Le temps des hommes n’est pas le temps de la politique. Et le temps de la politique n’est pas le temps de l’histoire d’un pays.
    Une crise c’est une phase difficile, limitée dans le temps mais décisive dans l’évolution d’un groupe social.
    Parions donc sur l’avenir et mobilisons l’intelligence du peuple malgache car nous avons en nous la solution à nos problèmes.
    Le peuple malagasy n’est pas un peuple suicidaire !
    Le PLUS DUR est DEVANT NOUS, mais nous saurons y faire face !

    • 16 septembre 2013 à 12:11 | DanBe (#2256) répond à tsimahafotsy

      Pour seul commentaire : BRAVO !

  • 16 septembre 2013 à 11:36 | Boris BEKAMISY (#4810)

    Mais que veut-elle au juste Eleonore JOHASY ? (Elle aussi du NEOPADESM comme BEKAMISY)

    - Ne pas tenir l’election jusqu’à ce qu’on trouve un VACCIN à la crise malgache ?
    - Tenir l’election mais esperer NAIVEMENT que les politicards NULs/PSeudo-intellos malgaches deviennent tous des enfants de choeur ?

    Le discours de Eleonore JOHASY s’apparrente à une MASTURBATION INTELLECTUELLE de pseudo-intellos/politicards gasy NE SACHANT rien sur ce qu’elle veut vraiment pour leur PAYS et prefere se contenter de l’IMMOBILISME AMBIANT !

    Eleonore JOHASY ferait mieux de proposer une SOLUTION RADICALE à la CRISE CHRONIQUE ANNONCEE au lieu de se contenter de faire une prophetie mora sur la probabilité d’une nouvelle crise qui n’impressionne plus personne au vue de la PERVERSION POLITIQUE bien malgache

    On connait que l’HOMME EST MORTEL mais cela n’empeche pas au noveau couple des faire des ENFANTs..........Vive l’election de 25 OCtobre 2013

    Si crise il y a demain , on peut aussi voir cette nouvelle crise comme une belle OPPORTUNITE pour tirer des leçons pour le lendemain !!Connaissant que chaque crise nouvelle est une tres BELLE OCCASION pour les malgaches de DEMENTIR les idées reçues/hypotheses toutes faites, en effet , les crises successives apprennent aux malgache de mieux vivre ensemble et se connaitre plus et celà n’est pas rien dans le processus de CONSTRUCTION de la NATION MADASGACAR

    Vivement l’election du 25 Octobre 2013 !!

    • 16 septembre 2013 à 17:26 | internaute (#5979) répond à Boris BEKAMISY

      Vive l’élection du 25 octobre !
      Mais Eleonore ne dit, finalement, pas autre chose :
      « Toutefois, il est des voix pour dire qu’il est temps de mettre un terme à l’actuelle transition et que cela ne sera qu’à condition que les élections se tiennent. D’une certaine manière, c’est un avis que je partage au regard de la profonde misère qui sévit dans le pays. Donc, à moins d’une surprise de taille, je ne vois pas ce qui pourrait empêcher la tenue des élections. Nous sommes au bord de l’asphyxie, le peuple n’a plus de ressort, le pays se meurt et il n’y a de salut que par la vertu de l’expression du suffrage populaire, sésame pour l’ouverture des robinets financiers »
      On peut ne pas tout partager, s’élever contre le titre un brin excitateur (ou incitateur, c’est selon)mais elle exprime des interrogations et c’est bien légitime au vu des crises cycliques qui secouent la grande Ile ; perso, je trouve son questionnement pertinent, lucide, de bon sens, empreint d’une faculté de concevoir perspicace
      Il est, sauf à être crédule, évident que les deux élections à suivre ne régleront pas les problèmes de fonds et que l’on risque d’assister, je le crains, aprés une période de rémission (pas avérée toutefois) à de longues ’’batailles de chiffonniers’’, en fonction des options.

    • 16 septembre 2013 à 17:47 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à internaute

      Mais j’attendais PLUS d’elle en tant qu’acteur POLITIQUE ( ex-membre de gouvernement Vital ) et acteur economique ( presidente d’un syndicat d’entreprenneurs dans un secteur bien connu)et surtout EN TANT QUE JEUNE CADRE DU MILIEU POLITICO-ECONOMIQUE !!

      De son rang, il ne suffit pas de poser des questions ou exprimer des RESIGNATIONS ou des SEPTICISMEs , c’est trop facile , les tireus de pousse_pousse le font aussi quotidiennement !

      Etant un ex-membre de Gouvernement ,ET JEUNE CADRE, elle devrait avoir l’habitude d’etre une force de PROPOSITIONs pour aller au delà de cette crise cyclique qu"elle nous annonce , elle devrait etre à meme creer des idées nouvelles pour inciter une dynamique positive pour sortir Madagascar de ce crise qu’elle nous annonce d’une maniere trop FATALIStE à mon gout !

      Bref j’attendais à ce qu’elle confirme que Vital a eu raison de l’integrer dans son Gouvernement !!

  • 16 septembre 2013 à 12:09 | bbernard (#6880)

    Certes, il y a un risque non négligeable de crise post-électorale. Mais il ne faut pas noircir le tableau. Tout le monde sait que le Président qui sortira des urnes sera contesté par une partie de la population, celle qui n’aura pas voté pour lui. Mais c’est le lot de toutes les élections. Certes, les élections sont déjà entachées d’irrégularités et le seront encore, mais cela ne doit pas mettre fin au processus ni dévaloriser le futur Président. Certes, ce Président aura une rude tâche pour redorer le blason du pays et redonner confiance à la population en ses institutions, mais il peut y arriver s’il est honnête (non corrompu) et s’il a le soutien de ceux qui l’auront élu. Il y aura des hauts et des bas, comme partout, mais les malgaches sont des gens intelligents et volontaires, contrairement à ce que certains voudraient faire croire. Donc, la sortie de crise est bien à l’horizon, malgré ses fragilités.

    • 16 septembre 2013 à 15:50 | che taranaka (#99) répond à bbernard

      Akory lahaly,

      Dr ROBINSON demande donc l’aide de Marc RAVALOMANANA...chef de clan...en demandant son RETOUR IMMEDIAT.....!

      les sondages en début d’année 2013 donnent la VICTOIRE au camp Ravalomanana soit DADA lui-même soit NENY soit un CANDIDAT soutenu par la famille Ravalomanana....ROBINSON sera donc élu.....???????

      à aujourd’hui le propos est plus interrogatif qu’affirmatif.....!!!!

      HERY RAJAOANARIMAMPIANINA est donc le CANDIDAT de l’autre CLAN "WINNING GROUP" à sa tête RAJOELINA...mais aussi le vainqueur souhaité de Françafrique......et de la France......

      Voici donc les deux candidats du 2ième tour.....

      UNE FOIS ENCORE LE PEUPLE MALAGASY EST DEVANT UN CHOIX DIABOLIQUE.....

      recto:Anglo-saxon
      verso:France -françafrique

      " Veiller à favoriser l’apaisement, à cultiver l’esprit républicain (Res publica) et à rassembler l’ensemble des fils et filles de ce pays vers un même combat, celui de construire le plus bel héritage pour les générations futures : une Nation uni "(ELEONORE JOHASY citoyenne malagasy et pas du tout NEOPADESM....qui n’a plus de sens selon Dr BEKAMISY....)

      cet OBJECTIF est donc difficile à ATTEINDRE quand à priori les INTERETS des commanditaires sont prioritaires et hautement plus supérieurs que les INTERETS DES GASY....et leurs ISN....et leur TARANAKA....dixit DIdier RATSIRAKA qui déclarait dernièrement que ce sont les commanditaires qui choisissent et décident du DESTIN du pays....depuis 1960....!

      Que sous-entend DEBA à chaque fois qu’il réclame le "sommet des 4"....et rajoute .." ny sakay farany izay masiaka aza lany ihany rehefa ifanarahana"........?????!!!!

      un APAISEMENT en haut lieu pour CONTOURNER cette mainmise de la CI....de la Françafrique ou des Anglo-saxons.....?

      Comme vous ELEONORE....je ne crois pas du tout à la PAIX DES BRAVES DES VOYOUS...surtout que beaucoup pensent que la VENGEANCE est un plat qui se mange froid.....!DEBA n’a toujours pas digéré...la période ZAFY....et surtout ,en 2009,il a avoué qu’il participait au PUTSCH pour remettre la pendule à l’heure par rapport à l’AUTO-PROCLAMATION de Ravalo......et il n’est point solidaire de l’auto-proclamation de Rajoelina entachée de sang....!!!......

      avec tout çà ...AIZA NY VAHOAKA MALAGASY E !......!!!!!

      EXCLUSIONS de ces COMMIS des commanditaires

      REFONDER LE PAYSAGE POLITIQUE

      DEMOCRATIE

      REPUBLIQUE

      une fois respectés ces PRINCIPES...Les COMMANDITAIRES NE POURRONT QUE S’INCLINER DEVANT LE CHOIX DES GASY......!!!

      ZAFY-RRANJEVA....ou le chaos....

  • 16 septembre 2013 à 15:42 | Lekivy (#1953)

    Le problème d’une élection au forceps est qu’il y a tellement d’imperfections que les candidats malheureux n’auront pas du mal à trouver les arguments pour contester les résultats. Avec une trentaine de candidats pour un élu, il y aura forcément 30 frustrés, et la signature de la charte initiée par le FFM n’y fera rien.
    A qui va-t-on faire la reproche parce que les principales sources de la crise sont hors course, et donc ont leurs alibis tout fait ?

    • 16 septembre 2013 à 15:57 | che taranaka (#99) répond à Lekivy

      LEKIVY,

      il n’y pas 30 frustrés.....

      deux ou trois frustrés c’est tout....candidats vraiment indépendants....car la plupart n’est que la "SUBDIVISION" des CLANS......RAVALO/RAJOELINA

    • 16 septembre 2013 à 16:05 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à Lekivy

      Le peuple malgache..... plutot les politicards gasy seront-ils plus NULs que les maliens ??

      Pourtant chez eux ( Maliens) y a avait meme balkanisation plus complexe et des groupuscules armées à la sauce jihadiste necessitant le debarquement des troupes de Jean yves le DRIAN !! Mais l’ELECTION leur a apporté APPAISEMENT !! Comme si de rien n’etait !

      A nous malgaches de montrer au monde entier que nous ferons mieux que les MALIENS après cette election !

      Ou les politicards gasy ont ou oseront vraiment avoir le culot de se positionner ENCORE comme des eternels fossoyeurs de la Nation qui plus est devant la situation socio-economique qui prevaut à Madagascar àpres 53 ans de crise latente ??? !!

      Asakasakao ry Politicards NULs gasy tsy mataho-tody !!!

  • 17 septembre 2013 à 07:13 | Little (#7631)

    Alors là qu’est-ce que l’on veut vraiment ? Ou plutôt qu’est-ce que vous les pseudos-politiques (ayant déjà fricoter avec nos sphères du pouvoir donc ! :) ) veulent vraiment ?

    Nous autres citoyens lambda veulent aller vraiment à cette éléction ... donc ce genre de reflexion, on veut bien s’en passer, maintenant que nous croyons que pour cette fois (bulletin unique, candidats pléthoriques, etc ...) ... on va bien (sou)rire rien qu’en voyant ces pléthores de candidats usent de tous leurs créativités chacunes pour espérer avoir nos VOIX ! ... bon, MA voix :) hi, hi ... vivement le prochains scrutins. Alors citoyens Malagasy, allons aux urnes car pareil occasion n’a jamais existé pour notre pays (y)

    Nous, depuis dèjà très longtemps on est vacciné de toutes ces crises (des) politiques nullards (comme disait BB) ... donc vos reflexions sur ces "crises annoncées", on s’en fout puisque que de toute façon on l’avait vécu depuis très longtemps.

    Mafy toto hoah le vahoaka fa nareo pilitika no matahotra very kaly de mi wawa daoul e ! :(

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS