Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 17 novembre 2019
Antananarivo | 07h24
 

Education

Education Nationale

Christian Ntsay veut relancer une nouvelle concertation sur le Plan Sectoriel de l’Education

mardi 30 juillet | Arena R.

Après l’annonce du retour à l’ancien calendrier scolaire, le ministère de l’Éducation nationale a accueilli hier une séance de travail autour de la nouvelle coordination dans la gestion de l’administration au niveau dudit département ministériel.

Le Programme Sectoriel de l’Éducation (PSE), en particulier le calendrier scolaire a été débattu hier lors de cette séance de travail dirigée par le premier ministre lui-même. Face aux critiques et éventuels bouleversements engendrés par le retour à l’ancien calendrier scolaire, Christian Ntsay a insisté sur la nécessité de relancer la concertation entre tous les acteurs concernés. Les offres des services publics devrait parvenir à satisfaire les besoins prévalant avec le contexte actuel, et ce, en évitant d’opter aveuglement sur les influences étrangères, a soutenu le premier ministre.

Christian Ntsay est également revenu sur l’exécution du budget de l’État, les inspections ordonnées par le gouvernement seront strictes, particulièrement dans le contrôle des attributions de marchés publics aux soumissionnaires. Les transferts budgétaires aux organismes rattachés seront également justifiés par des programmes d’emploi bien valides, et les budgets ministériels ne seront plus établis à partir des précédents programmes budgétaires mais s’inspireront de la nouvelle vision du Président de la République, des indications de la politique générale de l’état, et de la concertation des services déconcentrés, a-t-il avancé.

Le Chef du gouvernement a par ailleurs réclamé une coordination au niveau des différents ministères. Il a suggéré, entre autres, un partenariat entre le ministère de l’Éducation Nationale et celui des Postes, pour le paiement des salaires ou des éventuelles subventions dédiées aux enseignants servant dans les zones enclavées ou loin des chefs-lieux de Région.

28 commentaires

Vos commentaires

  • 30 juillet à 10:10 | rebey (#9809)

    Arena R porte parole du gouvernement ? en totu cas cet article est trop maigre, et donc une manque de respect envers les lecteurs : notre sous développement est dû aux qualité de nos journalistes, car L’information, le donnée, le data, le big-data est le point de départ de tout

    - Ici Arena se contente de rapporter sans profondeur d’ailleurs la reunion restreinte du gouvernement
    - ailleurs et à l’époque , les Maurice tsiavonana, les Onitiana Realy, les lalatiana rakotondrazafy, critiquaient bêtement et méchamment, sans construction ni trame narrative le pouvoir en place

    mais aucune production Intellectuelle digne de ce nom : un article fouillé et courageux, un lait concentré et sucré, ou nourriture aigre et épicée d’histoire, de théorie scientifique diverses , d’investigation, de revelation

    Un journaliste se doit être un raconteur d’histoire vraie, histoire constituée et montée à partir des pieces détachées authentiques

    “Le journalisme. Il nous révèle les petitesses des soi-disant grands hommes, la grandeur des petites gens. Un manuel pratique de l’espèce humaine.”
    Jean-Marie Poirier De Jean-Marie Poirier / Le prix du souvenir

    • 30 juillet à 10:22 | betoko (#413) répond à rebey

      Oui mais soyez indulgent et tout le monde n’est pas intello comme vous .Même des grands journaliste qui ont fait science politisue ou normal sup ont leur défaut

    • 30 juillet à 12:55 | Isambilo (#4541) répond à rebey

      Quand on a un photographe de série B comme référence en matière de journalisme, on se montre discret, on s’écrase.

  • 30 juillet à 11:17 | Vohitra (#7654)

    Miarahaba Tompoko,

    Saropady tokoa ary mila fitandremana fatratra ny fanarenana ny fanabeazana, ny hoavin’ny taranaka sy ny Firenena tsy mba azo fehezina toy ny sangy miendrika kilalaonjaza na vohizina anaty hambo entanin’ny finiavana hitondra anjara biriky tsy hay ary sarotra zakaina.

    Nitsidika sy nijery ifotony ny làlana hizoran’ny Drafitrasa hitantanana ny fanabeazana eto amin’ny Firenena ny Praiminisitra, vao tsy ela no nandray fanapahankevitra ny minisitra mpiahy ny fanabeazampirenena fa TSY HANARAKA ny tetiandro voasoritra ao anatin’io Drafitra io ny tenany sy ny Departemanta hiadidiany.

    Praiminisitra lehiben’ny governemanta ny tenany, ary tomponandraikitra ara-politika voalohany amin’izay safidy sy fanapahana raisin’ny fitondrampanjakana. Adidy sy andraikitra goavana izany, olompanjakana misalotra fahefana no miantsoroka izay vokatry ny safidy raisiny amin’ny anaran’ny fanjakana ;

    Ny Praiminisitra dia olompanjakana niara-niasa akaiky tamin’ireo Filohampirenena efatra nifandimby : Ratsiraka Didier, Ravalomanana Marc, Rajaonarimampianina Hery, ary Rajoelina Andry. Tale jeneraly, Minisitra ary Praiminisitra.

    Mila manana fahasahiana tokoa izy maneho ny heviny manoloana ity dingana goavana horaisina eto amin’ny Firenena ity eo amin’ny sehatry ny fanabeazana, na inona na inona safidy sy fanapahana horaisina, izy tenany no hiantsoroka samirery izay fiantraikany eo amin’ny hoavin’ny taranaka mifandimby, tsy ny minisitra velively tsy akory no hibaby izany, fa izy Praiminisitra tenany.

    Hangatahana amim-panetrentena tokoa ary manainga mavesatra Andriamatoa Praiminisitra, hambarao izay hevitrao fa ianao no tomponandraikitra.

    Efa nisy ny tolokevitra navoitra teto mikasika izany, tsy hiverenana intsony, anjaranao no sisa.
    Tsinjovy ireo ankizy zanaky ny sahirana mba manana faniriana hanovo fahalalana monina any ambanivohitra, diniho ireo tebiteby mahazo ireo Raiamandreny voatery mandefa ny menaky ny ainy mianatra misakafo tapakibo satria sahirana ny fianakaviana, hevero ny fahasahiranana atrehin’ny ankizy mandeha manovo fahalalana ao anaty toetrandro mampididoza, mmoa tsy mba rariny sy hitsiny ve raha ny volana martsa no hatomboka ny taompianarana ?

    Heverina ho olonkendry afaka mandinika ianao, aoka tsy hatao sorona amin’ny sitrapon’ny olombitsy manankatao mirona any amin’ny fanabeazana tandrefana ny hoavin’ny taranaka, adidin’ny olompanjakana ny mandray andraikitra, raiso amimpahamendrehana raha misy ny alanenina azonao atao.

    Mila fahavononana izany mandray fanapahana izany, hoy ny fahendrena napetraky ny Ntaolo :

    - mpanefy ka matahotr’afo !
    - ombilahy tsy zehen-tandroka
    - ataovy vikin’alina ka aleo mihaotra toy izay latsaka

    Mankasitraka Tompoko

    • 30 juillet à 19:24 | lysnorine (#9752) répond à Vohitra

      @ Vohitra 30 juillet (2019) à 11:17

      « Nitsidika sy nijery ifotony ny làlana hizoran’ny Drafitrasa hitantanana ny fanabeazana eto amin’ny Firenena ny Praiminisitra, vao tsy ela no nandray fanapahankevitra ny minisitra mpiahy ny fanabeazampirenena fa TSY HANARAKA ny tetiandro voasoritra ao anatin’io Drafitra io ny tenany sy ny Departemanta hiadidiany.

      « Praiminisitra lehiben’ny governemanta ny tenany, ary tomponandraikitra ara-politika voalohany amin’izay safidy sy fanapahana raisin’ny fitondrampanjakana. »

      TSY MARINA io hoe Ratoa ministra ankehitriny « mpiahy ny fanabeazampirenena », VOLAHAINGO Thérèse, no « nandray fanapahan-kevitra » ny amin’ny famerenana ny Fizaram-potoam-pianarana amin’izay efa nisy teo aloha ihany, mba hifanojo amin’izay mihatra any Frantsa fa :

      .Ny PM NTSAY, lehiben’ny governemanta hatramin’ny Jona 2018, no NAMPANAIKY io fanapahan-kevitra io tamin’ny FIVORIAN’ny Governemanta iray notarihiny. Ny ministra ankehitriny dia kofehy nanara-panjaitra, nanaraka ambokony fotsiny, io fanapahan-kevitra EFA NORAISINA TALOHAN’ ny nahalasa azy ministra, koa aoka mba TSY HO AILIK’Ingahy PM amin’ny hafa, mba hanadiovany tena angaha, ny zavatra notapahany rehefa hitan’ny be sy ny maro fa TSY MANJARY !

      ° La ministre Volahaingo Thérèse confirme le retour à l’ancien calendrier scolaire
      samedi 27 juillet | Fanambinantsoa
      https://www.madagascar-tribune.com/La-ministre-Volahaingo-Therese-confirme-le-retour-a-l-ancien-calendrier.html

      « La ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et Professionnel (MENETP) Volahaingo Marie Thérèse CONFIRME les positions et DÉCISIONS de celle qui avait assuré l’INTÉRIM et que le CONSEIL DE GOUVERNEMENT A ENTÉRINÉES , comme quoi l’ancien calendrier scolaire sera maintenu.... »

  • 30 juillet à 11:58 | reviv (#9830)

    le PM Christian NTSAY
    prend le dossier de l’Education en main,
    il a raison de le faire.

    • 5 août à 18:47 | Rakoto (#9043) répond à reviv

      Il a raison de le faire parce que c’est un dossier éminemment important, par contre décortiqué à nouveau les concertations qui ont eu lieu n’est pas recommandé.

  • 30 juillet à 12:01 | Behantra (#9165)

    Cette nouvelle concertation signifie un recadrage de la ministre Volahaingo Thérèse

    Bravo , monsieur le PM , et que cela serve de leçon aux autres membres de ce gouvernement qui veulent poêter plus haut que leur cou

    La prochaine fois , monsieur le PM , n’hésitez pas à vous séparer de ces mauvaises herbes

  • 30 juillet à 12:26 | Behantra (#9165)

    Le PM a inculqué LA METHODE EFFICACE de travail à tous les membres de son gouvernement

    Et je pense que c’est une bonne méthode

    Il faut qu’il soit très ferme et ne pas hésiter à prendre des décisions radicales

    • 30 juillet à 12:33 | lé kopé (#10607) répond à Behantra

      Akory chaoua Behantra :e Crocodile da Voay ,e Caïman da izy ava koa, e Lezard zanak’’anakaviny ...

  • 30 juillet à 12:29 | lé kopé (#10607)

    Bonjour, outre le recueil de données ,data ou big data comme vous voulez , le journaliste doit pouvoir "classer" ses informations selon les thèmes abordés, et en extraire les points saillants pour optimiser son article .Il ne doit pas se contenter de relater des faits anodins ,sinon cela relèverait de la rubrique des" chiens écrasés" . Souvent ,les analyses s’arrêtent avec un raisonnement de syllogisme primaire ,teinté d’émotivité partisane, et saupoudré de flagorneries d’une presse servile.Le comble du ridicule est atteint quand on voit des journalistes locaux qui se filment eux mêmes, montrent leurs portraits à
    tout bout de champ, et chantent en permanence des louanges à leur "idole".Je ne m’adresse pas à ARENA ,mais à d’autres "usurpateurs" qui se reconnaîtront .Le pays n’a pas besoin de ces "enfantillages" pour se relever.

    • 30 juillet à 12:39 | Behantra (#9165) répond à lé kopé

      Journalistes locaux qui se filment eux mêmes ...

      Vous pensez à ce pôvre Jeannot qui n’arrête pas de sucer son poupouce imbibé de J&B .. dans l’attente
      improbable d’un poste sous-ministériel .. certainement

      N’est ce pas lé kopé ?

      A+

  • 30 juillet à 12:42 | Isambilo (#4541)

    Le projet de Rabary était bon. La nouvelle ministre s’est plantée...pour planter ses marques ?

  • 30 juillet à 14:01 | betoko (#413)

    Behanta
    Langue de vipère et de pu....te Cela fait au moins 15 ans que Jennot ne boit plus même pas une goute ou de la bière L’aviez vous rendu visite à l’hôpital l’année dernière , pour une intervention chirurgicale qui n’avait rien à voir avec l’alcool
    C’est lui qui vous a dit qu’il attend un poste ministériel ? M’étonne beaucoup

    • 30 juillet à 15:16 | lé kopé (#10607) répond à betoko

      Quand on parle que les Barea sont entrés dans la légende ,SOIT, mais que l’on rajoute de facto que le PRM aussi, car il a donné des sous à l’équipe (il n’ est pas le seul) ,et qu’en plus on y rajoute sa femme ,car elle a porté le maillot de l’équipe Nationale, et que les enfants aussi car ils ont déjeuné avec les joueurs ,comment vous qualifiez ce comportement ? d’investgation ? Le plus grave ,c’est que cette personne ose parler de l’histoire politique du pays ,mais ,écoutez bien ,en excluant la période de la transition ,car d’après lui, les périodes de transition sont bannies de son analyse . Quelle subjectivité !!! Il n’y a qu’à regarder les chiffres du taux de croissance : 7’5% du temps de Ra8 , 5% de Rajao , et 2% dans la période de Transition .( CQFD) .Je souhaite pour notre pays ,qu’il fera mieux avec tous ses projets.

  • 30 juillet à 14:39 | diego (#531)

    Bonjour,

    Je hâte de prendre connaissance de Budget de l’Etat Malgache.

    Be programa be les dirigeants malgaches, mais personne ne semble pas prêt à étaler en fait les richesses de l’Etat.

    Je m’attends à une annonce des deux ou trois grands investissements, en milliards, étatiques à Madagascar, sous peu ??? C’est à dire, s’endetter, parler donc de l’endettement et des longues discussions, d’explications, de négociations entre le gouvernement malgache et les Bailleurs des Fond, et les Banques dans les mois à venir ! Quels sont les priorités aux yeux du gouvernement malgache ?

    Est-ce que cela va avoir lieu ?

    L’Education ! Il faut la réformer mais à mon sens, dans l’état économique actuel du pays, ce n’est absolument pas urgent.

    Il y a des centaines des morts que le gouvernement peut éviter à travers Madagascar aujourd’hui et maintenant. Qu’est-ce qui empêche le gouvernement de s’y attaquer ?

    Ce n’est pas très glorieux, pas trop intellectuel et probablement pas très médiatique, ve.....venir sauver des vies dans le Sud serait médiatiquement peu porteur, mais le développement économique du pays passe par là.

    Un investissement bien ficelé, obtiendrait des financements si l’Etat et les Institutions du pays étaient solides et fiables.

    • 30 juillet à 15:37 | rebey (#9809) répond à diego

      Diego j’ai des questions à vous poser :
      1)quelle est la difference entre la démocratie russe et démocratie USA ?
      2)qui est le plus démocratique , l’Arabie saoudite ou Madagascar ?
      3)qui est la plus informel au point de vue institutionnelle l’Inde ou l’Espagne ?
      et la chine , est elle plus démocratique que la Colombie , est elle moins riche que le Mexique ?
      4)Qui est le plus stable , le Maroc, l’Espagne ou le Gabon ?
      est ce que l’Angleterre ou la grande Bretagne a sa constitution, et les îles Comores ?

      de toutes ces questions, et les réponses exactes que vous allez y apporter, on arrivera à conclure , que ce n’est pas la constitution, ni la démocratie, et encore moins l’endettement qui détermineront le développement d’un pays, mais ce sont plutôt :

      - le tempérament de sa population
      - le comportement de ses dirigeant
      - Et surtout l’attitude de ses elites financières et intellectuels

      croire qu’il n’y a qu’ un seul model economico-societale, sorti d’un livre de savant , et sera applicable à tout le monde, c’est de la pure theorie hors-sol

      Dans notre cas, les elites financieres et les intellectuels doivent bouger, et faire bouger la population, car attendre de nos dirigeants, je ne crois plus...., cela fait 59 ans qu’on attendait

    • 30 juillet à 16:23 | Tsisdinika (#3548) répond à diego

      Diego,

      "Une annonce des deux ou trois grands investissements, en milliards, étatiques à Madagascar, sous peu ???" Vous avez bien fait de mettre des points d’interrogation.

      Les chantiers pharaoniques (à prendre dans ses deux acceptions de gigantisme d’une part et d’inutilité sauf à flatter l’égo de son initiateur d’autre part, pour tout pharaon qui se respecte) prévus par les dirigeants actuels (ville administrative nouvelle ou plage miamièsque) peinent à trouver des pigeons pour les financer. Les bailleurs ne sont pas dupes. Cet empressement à lancer des travaux qui ne contribueront en rien à l’augmentation du PIB ne peut signifier qu’une chose...Les sponsors lors de la propagande, dont beaucoup issus du BTP, piaffent d’impatience de récupérer leur mise, avec intérêt, et scrutent anxieusement le retour de l’ascenceur. De l’autre côté, les responsables ministériels et/ou politiques bavent devant la perspective mirobolante de rétrocommissions et poussent de l’intérieur. Développement ? Education ? oui ben non.

  • 30 juillet à 15:59 | Tsisdinika (#3548)

    Remerciements au PM d’avoir recadré tout en subtilité sa ministre de l’éducation nationale.

    Certains "revolutionnaires" ont cette manie de jeter à la poubelle des années d’effort et des millions en investissements dans le secteur de l’éducation alors qu’ils sont incapables de proposer autre chose, au mieux, qu’un statu quo ante.

    On se souvient de Razafimanazato Julien, ministre sous la transition, qui avait remis en place un système éducatif bêtement copié sur le système français, lequel a contribué à faire de générations d’enfants, lui y compris, des cancres ou jugés comme tels parce que ne maîtrisant pas cette langue étrangère dans laquelle on insiste à enseigner un peuple qui possède sa propre langue et ses valeurs.

    • 30 juillet à 16:28 | betoko (#413) répond à Tsisdinika

      Et que pensez vous de la malgachisation de l’enseignement ? Voilà une des plus grosses erreurs du 1972 .Jusqu’à maintenant on peut lire dans les offres d’emploi "cherche ceci ou cela sachant bien maîtriser la langue française aussi bien écrite que parler
      Essayez de traduire en malagasy nos lois en langue française à commencer par notre constitution

    • 30 juillet à 16:48 | Tsisdinika (#3548) répond à Tsisdinika

      Betoko,

      Je suis de la génération de la malgachisation. J’ai l’air d’avoir un problème ?

    • 31 juillet à 08:41 | lanja (#4980) répond à Tsisdinika

      Betoko,

      Offre d’emploi etc.....le vrai problème n’est pas là Bétoko, le problème ce sont les gens colonisés comme vous, vous pensez toujours qu’on ne peut pas construire un pont, soigner un malade, cultiver de riz, gérer une entreprise etc... qu’avec une communication en français soutenu, il faut avoir une maîtrise parfaite de cette langue comme vous (oh, mais il y a maîtrise et maîtrise hein !) pour travailler ? savez vous combien de japonnais et de chinois parlent en français ?

  • 30 juillet à 16:41 | Turping (#1235)

    Le dilemme entre massification et diffusion de la culture marque de son empreinte l’un des domaines essentiels des démocraties : l’éducation .
    - Il faut ,dès lors se placer dans un cadre démocratique ,adapter les institutions éducatives à un nombre toujours plus grand de personnes ,car il est clair que l’école est un des lieux privilégiés de la transmission de la culture ,du savoir ,pour que tous les enfants puissent y accéder sans exclusion dès leur jeune âge .La gratuité de l’école pour tous et toutes .Le développement commence par là ,notamment l’IEM (coquille vide ) qu’on clame pour le moment.
    - A cet égard ,les politiques d’éducation des démocraties ( si elles existent ??) ne peuvent être qu’ambitieuses .
    - Toutefois il ne faut pas se tromper sur cette ambition .A voir la multiplication et le manque de cohérence des politiques scolaires ,la refonte permanente des programmes ,la perte de confiance dans la capacité de l’école républicaine à intégrer également ,à instruire véritablement ,à lutter contre l’échec scolaire ,on pourrait croire que la politique éducative à Madagascar n’est pas à la hauteur de ces ambitions ,voire une dégradation du niveau général depuis quatre décennies .
    Remarque : un baccalauréat décroché dans les années 70 a plus de valeur que la Licence actuelle c’est pathétique .Ce qui est dommage ce qu’est beaucoup de nos compatriotes ne savent plus écrire correctement ni leur langue maternelle (malgache ) ,ni le français , sans parler de l’anglais qui devrait être maîtrisé internationalement.Bien sûr ,avec la mondialisation même le mandarin est à l’affût des esprits éveillés comme les autres langues pour communiquer .....
    - Enfin ,les salaires très bas des enseignants notamment les FRAM nous laissent présager que l’enseignement a été délaissé depuis des lustres pour convoiter facilement la vie facile ; avoir un 4X4 et tous les moyens sont bons pour se l’approprier même en volant ,tuant ,...
    - Pour en finir : l’esprit de la méritocratie n’est pas au rendez-vous pour l’égalité de chance .Ceux qui s’en sortent bien se remplissent les poches pour écraser les plus vulnérables .Dommage car les vraies notions de ; Fihavanana et Soatovina ne sont plus que des notions réservées aux dézingués ....

  • 30 juillet à 16:48 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    L’EDUCATION est-elle un moyen ou un objectif pour les malagasy en général et nos dirigeants en particuliers ?
    La réponse à cette question sera déterminante pour notre pays.
    Quant aux journalismes, ils englobent plusieurs domaines dont les plus nobles sont ceux de l’investigation et les plus exécrables ceux des fakenews que beaucoup sur ce faux-rhum d’akama véhicule à longueur de journée.

  • 30 juillet à 17:46 | reviv (#9830)

    en effet Turping,
    tout est dit dans vos récits ci-dessus.

    j’ajoute que le calendrier scolaire doit être revu et adapté aux réalités du pays en tenant compte des saisons favorable au déroulement de l’enseignement en pensant d’abord aux intérêts des élèves et de leurs parents aussi.

  • 30 juillet à 17:47 | diego (#531)

    Bonjour,

    rebey,

    Je ne sais pas comment vous répondre en fait, votre conception de l’Etat et des Institutions et de droit est si différente de la mienne.

    Vous permettez, je ne pense que vous appréciez les rôles classiques et traditionnels de l’Etat, des Institutions et de droit, et de la Constitution. Il n’y a pas plusieurs modèle, affinez votre connaissance dans ce sens, vous allez comprendre pourquoi Madagascar resterait un pays instable, pauvre et toujours en crise Constitutionnelle, si l’Etat et les Institutions n’étaient pas solides, riches, et la Constitution était inviolable.

    Vous semblez être un peu confus, mais comment forme-t-on les élites, envers qui vous semblez, à juste titre, demander des efforts.....

    ....et cela veut dire quoi un tempérament de la population ?

    Les écoles et les Universités malgaches ne forment peut-être pas très bien vos élites, mais en Occident les jeunes élites sont très vite confrontées à la réalité :

    - les études économiques et de droit ou d’autres études ont été conçues pour bien former les futures élites du pays.

    En Occident, les élites ne sont pas hors sol, parlez donc pour Madagascar, où les dirigeants surtout et les élites qui gravitent autour de pouvoir racontent des âneries.

    Bonjour Tsisdinika,

    En fait, il faut s’adresser aux dirigeants et leur poser la question, pour commencer, pourquoi :

    - après quatre élections présidentielles, 2002, 2007, 2014 et 2018, les Bailleurs des Fond, les Banques et la CI ne font toujours pas confiance à l’Etat et aux Institutions malgaches ?

    Je pense que ces Institutions financières internationales mènent en bateau les élus et le gouvernement malgache. Ou tout bêtement, c’est mon avis, les élus malgaches n’ont toujours pas compris ce qu’ils doivent faire et accomplir pour obtenir la confiance de ces Institutions et les Bailleurs des Fonds.

    Et il y a sans doute cette confusion entre l’Etat et les Institutions, et les élus, les dirigeants :

    - l’Etat et les Institutions restent, les élus et les dirigeants changent, susceptibles de changer à chaque élection.

    Les élus et dirigeants malgaches se prennent-ils peut-être pour l’Etat :

    - cela va de soi, c’est l’Etat que les Bailleurs des Fonds aident et non les dirigeants....raison pour laquelle le pays ne peut conduire et trouver de l’argent pour conduire des grandes Investissements.

    Le pays n’avancera pas !

    • 30 juillet à 18:05 | lé kopé (#10607) répond à diego

      Un pays, dont les élections et le budget de l’Etat sont financés par la communauté internationale, n’a pas son Indépendance et sa souveraineté .On se plaint de l’intervention incessante des bailleurs traditionnels ,mais comment un mari cocu peut il "evincer " son rival, si ce dernier prend en charge toutes les dépenses ménagères...

    • 30 juillet à 19:49 | Vohitra (#7654) répond à diego

      Diego,

      Vous savez très bien qu’un pays donné ne pourrait jamais compter disposer d’institutions fortes tant que l’esprit et la lettre de sa Constitution ne soit pas respectée. Et que cette loi fondamentale comporte de dispositions qui permettront à des partenaires institutionnels d’accompagner et d’apporter les ressources favorisant le développement du partenariat envisagé .

      Les problèmes qui constituent des contraintes fondamentales ralentissant, voire même freinant, notre marche vers le progrès sont à mon humble avis de deux natures :

      - la dette
      - la justice et état de droit

      Avec les partenaires traditionnels (BM-FMI-UE-BAD), Madagascar ne peut être que remis sur le rail pour retrouver son chemin, mais ce sont les responsables politiques qui prennent l’initiative de faire avancer ou non le pays.

      Dans le contexte actuel, ces partenaires traditionnels nous accompagnent dans le but de ramener la situation de notre économie dans un état qui nous permettra de négocier avec le marché financier ( banque privée, banque d’investissement, fonds de développement privé...).
      Concrètement, il nous faudra nous endetter afin de pouvoir contracter de nouvelles dettes qui nous mènera vers la croissance et nous permettra d’honorer nos dettes. c’est un peu compliqué et paradoxal.

      il ne faudra pas perdre dans l’esprit que ces partenaires traditionnels sont dirigés et gérés par des personnalités issues et travaillant pour les intérêts du marché financier, ainsi, les pays pauvres en retard de développement risquent de ne plus pouvoir payer leurs dettes indéfiniment, peut être en appliquant une politique d’austérité, mais la dessus, la situation va pénaliser les couches très vulnérables.

      Alors, il faudra qu’on arrive à payer le maximum de nos dettes si on veut un progrès social significatif, et le problème c’est de pouvoir y apporter une réponse significative.

      Quant à la justice et état de droit, c’est un problème politique intrinsèque dont les premiers responsables sont les institutions de l’Etat, ce sont les Institutions Malagasy qui sont minées par la corruption, les lacunes en matière de volonté politique, une perte de crédibilité, les conflits de compétences, l’irresponsabilité, les luttes de prérogatives...

      Ainsi, avec des Institutions affaiblies et une économie endettée, et une société toujours en proie à des manifestations de revendications, comment l’Etat puisse-t-il arriver à programmer et mettre en chantier de grands investissements ? Et par dessus tout, il n’y a plus de balises permettant de ramener à leurs devoirs les Institutions défaillantes car la société civile et les forces de sécurité commencent à s’investir dans la vie politique..

      Et c’est dans ce contexte qu’il y en a qui s’était permis de promettre de nombreuses infrastructures et autres investissements dont la plupart ne sont même pas productif à moyen terme...

      Et dans ce capharnaüm et effondrement de l’Etat, on ne peut espérer la prise en main de nos élections futures (organisation et financement). Pour y arriver il faudra repenser à changer nos systèmes politiques, puis plus tard disposer d’institutions politiques fortes et veillant à la souveraineté politique et économique de notre pays.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS