Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 28 février 2021
Antananarivo | 01h41
 

Economie

Interview

Christian Alphonse Razafimbahiny sur le « Manuel de la Réussite »

samedi 9 juin 2007

Dans le milieu économique, Christian Alphonse Razafimbahiny est un fervent défenseur du secteur privé au sein du GEM et un militant de première heure de l’avènement des micro et petites entreprises en tant que membre fondateur de l’APEM/SIPEM. 

Sur le plan social, il œuvre surtout avec la JCI (Jeune Chambre Internationale) en tant que Sénateur et il a aussi marqué son passage dans le sport (Judo, Handball) comme pratiquant puis dirigeant. Fort de toutes ses expériences ajoutées à celles de son métier (expert conseil) et sa passion (enseignant universitaire à Madagascar et à l’étranger), il livre dans son nouveau livre les techniques de la « Réussite ».

• Tribune : Le Leadership est la matière d’enseignement en vogue du moment, y a-t-il un lien avec la réussite que vous traitez dans votre ouvrage le « Manuel de la Réussite » ?

C. R. : « Absolument, il n’y en a pas qu’un mais plusieurs liens au point d’aboutir à une fusion totale. Le leadership est inconcevable sans réussite et une habitude de réussite mène toujours au leadership. C’est du reste cette fusion qui entraîne l’éternelle confusion entre le leadership et le management. J’essaie d’éclaircir cela dans le manuel afin que les usagers atteignent plus aisément le stade ultime du « leader charismatique ».

• Tout ça a l’air bien compliqué, est-ce à dire que votre livre s’adresse essentiellement aux leaders ?

« Bien sur que non ! Pouvez-vous me citer une seule personne qui ne veuille pas réussir ? Si oui… c’est une personne qui a un problème psychologique. En fait, je me suis efforcé, dans la rédaction des principes et règles du manuel, à m’adresser à un public le plus large possible. Ce qui fait dire à l’éditeur dans sa communication que le manuel s’adresse à tous. Sans distinction d’âge : pour les jeunes en début de carrière ou la seconde vie des retraités. Sans distinction de sexe : la performance professionnelle ne distingue plus le masculin ou féminin…Sans distinction de moyen : à des degrés différents certes, l’ouvrier comme le PDG affrontent la vie et doivent réussir. Sans distinction d’origine : il est temps de cesser d’user de xénophobie comme excuse à notre échec… »

• Donc vous vous érigez en psychologue… d’autant que la première partie du manuel est consacrée à la « connaissance de soi ».

« Certains me reprochent de jouer à l’apprenti psychologue parce que je n’ai pas fait d’étude en ce sens. Que celui qui ne fait pas quotidiennement de la psychologie me jette la première pierre. Eduquer les enfants, échanger avec son partenaire ou conjoint, communiquer avec les collègues…c’est de la psychologie pour tout le monde, à la seule différence que j’y ai mis plus de réflexion dont je livre les résultats avec des recommandations dans la deuxième partie. Je reconnais que la prétention de donneur de leçon choque a priori, surtout dans notre mentalité malgache. Je l’exprime clairement dans mon avant propos « aucune âme sur terre ne serait sauvée si l’on devait attendre que les messes et les offices religieux soient célébrés par des anges et non des humains : prêtre, pasteur, rabbin ou imam ». Bouddha a dit « ne croyez pas les individus, croyez aux enseignements ».

• Justement le malgache semble adopter la philosophie du « vivons heureux, vivons cachés »…

« Justement avant de se cacher soyons heureux : le bonheur ne s’obtient pas avec des échecs alors que la réussite contribue énormément au bien -être qui constitue le fondement du bonheur. Le manuel ne fait qu’indiquer des chemins déjà pris par d’autres qui ont réussi sur plusieurs plans. Ils en ont retiré de la joie sentimentale, de l’aisance matérielle, de la satisfaction du pouvoir… Le tout pour une somme modique, tout ce qui a de plus accessible au malgache qui veut réussir. Et je suis convaincu qu’il s’agit de tous ».

• Cependant, le livre est écrit en français !

« Qui est aujourd’hui une langue officielle du pays ! Je dois l’avouer, je n’ai pas la capacité linguistique nécessaire pour écrire dans ma langue maternelle. Notre vocabulaire est insuffisant pour exprimer ce que je veux dire. Mais de façon pragmatique, le marché de la lecture, pas seulement du livre puisque j’y inclus les journaux, est encore au minimum, selon mon point de vue, à 80% en français. Croyez moi que ce n’est pas faute d’effort, je reconnais que l’usage du manuel n’est pas facile parfois. Si la réussite était facile, on n’aurait pas besoin de manuel. En contrepartie pour aider ces usagers, nous envisageons un séminaire spécifique sur le thème de la Réussite ».

• Dans ce sens, a-t-on besoin d’astrologie et des bonnes manières pour réussir ?

« Certains y croient, d’autres pas, que la chance intervient dans la réussite. A ceux qui y croient, le manuel donne des orientations pour améliorer leur chance. A ceux qui sont moins crédules, le manuel explique que ces croyances aident à réduire le stress pour mieux affronter des épreuves et les réussir. Quant aux bonnes manières, la troisième partie développe à la fois celles de l’occident et celles du pays, car elles sont nécessaires partout. Plus vous gravissez des échelons dans la société, plus les manières changent, plus vite vous les adopterez, plus vite vous vous adapterez, ce qui vous permettra de poursuivre votre progression. C’est aussi simple que ça ! »

• Pouvez-vous nous dire ce que ça a demandé et ce que ça vous à coûté d’écrire ce livre ?

« En énergie, c’est beaucoup de sommeil perdu en lecture, jugez en avec la bibliographie qui n’est que partielle. En temps, il m’a fallu deux années pour boucler le manuscrit. En argent, faites le calcul en homme par jour sur la base des honoraires de mon métier car je ne l’ai pas fait pour être gagnant-gagnant avec l’usager à pouvoir d’achat réduit ».

• Avez-vous un message particulier pour les lecteurs ?

Je me garderai de le faire pour vendre le manuel. Toutefois, avec ou sans le manuel, ici ou ailleurs, la réussite de chaque individu, dépend de la réussite de tous, et inversement. Gardons toujours en tête cette interdépendance.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS