Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 24 novembre 2020
Antananarivo | 12h56
 

Diplomatie

Coopération suisse à Madagascar

Bref aperçu historique

jeudi 2 août 2007
Un toast à la santé de coopération helvético-malgache !

A Madagascar, la coopération suisse remonte à la fin des années 60. Elle s’est développée durant les années 70 pour déboucher sur l’ouverture, en 1977, d’un Bureau de Coordination, la représentation nationale de la DDC. Durant les années 80, les actions de coopération conduite par la DDC ont essentiellement porté sur la gestion durable des ressources naturelles, la recherche agricole, l’eau potable et la santé. Ces actions se sont élargies au renforcement des associations de producteurs et, parallèlement, un projet routier et des mesures d’appui macroéconomiques ont été mises en place. En 1998, la DDC a réduit son programme de coopération et décidé de fermer son Bureau. Un programme réduit a alors démarré par vagues successives. En 2006 la Suisse a été le premier pays étranger à s’engager dans l’accompagnement du processus électoral avec une contribution totale d’environ 270’000 Euro. En 2007 la DDC a décidé de créer un nouveau poste de responsable de la coopération au développement et d’aide humanitaire auprès de l’Ambassade de Suisse à Madagascar. Le montant total engagé par la DDC à Madagascar s’élève à environ 4 millions de Euro par an.

« Saha »

Le programme de développement rural « Saha » est le résultat de la restructuration du programme de la DDC à Madagascar entreprise en 2000 suite à la fermeture du Bureau de Coordination. Cette restructuration s’est faite en réunissant sous un seul chapeau les meilleures expériences en matière de développement rural des projets antérieurs. Saha est confié en régie à Intercooperation. Le programme de développement rural Saha touche environ 1200 groupements paysans et 400 communes dans 6 régions du pays Menabe, Haute-Matsiatra, Amoro Mania, Itasy, Analamanga, Vakinankaratra. En 2006, lors d’une analyse de son portefeuille, la DDC a jugé le programme Saha comme l’un des plus convaincant en Afrique. Elle a donc décidé de lancer une troisième phase du programme : 2007 - 2009.

Décentralisation

La DDC a accompagné le processus de décentralisation entamé par le Gouvernement de Madagascar dès 2004. Grâce à son programme la DDC a pu offrir au Ministère des expertises relatives à la fiscalité communale, à la formulation de la LP2D, aux associations intercommunales ainsi qu’une formation pour les responsables communaux fraîchement élus. A cela il faut ajouter la production par Saha de matériel d’éducation civique, diffusé à l’échelle nationale grâce au soutien du Ministère. C’est sur la base des résultats obtenus par ce programme que la DDC a décidé de poursuivre l’accompagnement des activités du Ministére. Une nouvelle phase est en préparation.

Lutte contre la corruption

En comparaison internationale, Madagascar figure au rang des pays qui peuvent se targuer de succès dans la réduction de la corruption. La Suisse a donc décidé d’appuyer le Conseil pour la Sauvegarde de l’Intégrité (ex CSLCC) par le biais de trois expertises. La première expertise, fournie par les experts de la section suisse de Transparency International a accompagné la mise en place de l’observatoire de la corruption. Les deux autres expertises se sont concentrées autour de la dimension internationale de la lutte contre la corruption et en particulier, les questions relatives au démantèlement de réseaux et à l’entraide judiciaire.

De plus, le soutien de la Suisse a permis de publier deux études sur les dimensions de corruption dans les vols de bovidés en région de Haute-Matsiatra et sur les conditions de détention pénitentiaire.

La Suisse est décidée à poursuivre son engagement en faveur de la lutte contre la corruption à Madagascar.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS