Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 27 juin 2022
Antananarivo | 10h23
 

Editorial

Bravo !

mercredi 29 août 2007 | RAW

C’est le branle-bas de combat dans la classe politique qui s’affaire autour des législatives anticipées du 23 septembre prochain. Le premier défi du régime est donc acquis. Les législatives ne seront pas boycottées par les formations politiques bien que les revendications pour un Comité électoral indépendant ou pour un changement du Code électoral soient restées sans suite. En tout cas, on dira et on conviendra qu’une formation politique digne de ce nom ne peut fuir devant les échéances électorales, à moins qu’on n’aspire plus à prendre le pouvoir de manière démocratique. À moins, ajoutera un iconoclaste, que le parti n’ait ni projet de société, ni vision, ni voix de ses bases à promouvoir et à mettre en œuvre. La démocratie et le pluralisme vont certainement gagner ce 23 septembre prochain. Le TIM et ses partenaires ou ses enfants terribles du CRTIM sont suffisamment rusés pour occuper l’espace médiatique et brouiller les cartes. Mais des visages se découvrent déjà. Le grand patron demeure Marc Ravalomanana. Le Madagascar Action Plan et autres arguments ne sont que des masques. Et ce jeu des tenants du pouvoir a failli occulter le grand pas réalisé dans le camp d’en face.

Pour la première fois dans l’histoire des élections, des opposants ont réussi à établir une liste unique. Pour la première fois en matière d’élections législatives, des opposants ont convenu d’un candidat unique. Le défi ne manque pas d’intérêt pour l’avenir du pays. Les concepteurs ne baissent pas les bras et entretiennent une certaine vision à plus long terme. Arriver à couvrir plus de la moitié des circonscriptions électorales est plus qu’un grand pas de fait. Et ce malgré le délai très court imposé par le calendrier. Connaissant les comportements de nombre de politiciens et les défis logistiques et financiers d’une telle initiative, on s’interroge toutefois si ces opposants n’ont pas été aidés par ce délai. Toujours est-il que l’on ne peut que saluer cette grande première réalisée par les opposants.

Enfin et non des moindres, on saluera aussi l’initiative du président Marc Ravalomanana qui, pour détendre un atmosphère plusieurs mois durant estimé comme orageux entre l’église catholique et l’Etat, a accueilli les représentants des évêques conduits par l’archevêque Odon Razanakolona. Si les « embrassades » n’ont pas clos cette rencontre, on peut dire que les équivoques ont vraisemblablement disparu après cette visite épiscopale.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS