Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 19 octobre 2019
Antananarivo | 12h31
 

Portrait

Ravelo Augustin

Autodidacte et pionnier de la médecine traditionnelle

samedi 14 juin 2008 | Manjaka Hery
Le professeur Ravelo Augustin.

Né le 23 août 1931, cet instituteur, devenu professeur en médecine traditionnelle est issu d’une famille de 8 frères et sœurs. Ravelo Augustin, le fondateur du
« Raokandro Imahagaga Ravelo Augustin » ou RIRA, a respecté à la lettre la bénédiction traditionnelle des Malgaches : « miteraha fito lahy fito vavy » . En effet, il affirme avoir 14 enfants dont 7 fils et 7 filles.

Il a débuté dans la vie professionnelle comme instituteur en 1956. Sa réticence à entrer dans le parti politique PSD lui a valu plusieurs affectations en provinces. Ce qui lui a permis de faire des découvertes dans tout Madagascar. Il a été affecté à plusieurs reprises dans des villages très reculés, où la médecine traditionnelle rend plus de service que la médecine moderne. D’où son contact direct avec la médecine traditionnelle.
Ravelo Augustin, affirme aussi avoir un don pour guérir des maladies. Le constat de son don et ses découvertes dans ses lieux d’affectation ont suffi à le convaincre de se consacrer à la médecine traditionnelle.

En 1969 à Ambositra, il commence à s’intéresser aux recherches en médecine traditionnelle. Il a eu l’appui de son frère pour l’analyse des plantes médicinales en laboratoire, son frère a eu un ami à Genève pour approfondir les analyses des plantes. Il y a aussi son beau-frère qui était un docteur vétérinaire à Toulouse à l’époque. Il n’a pu commercialiser des médicaments qu’en 1972 toujours à Ambositra. Selon ses explications, ce sont les gens impressionnés par l’efficacité de ses médicaments qui lui ont donné le nom de « Raokandro Imahagaga », ou médicament traditionnel miraculeux.

En 1976, il commence à donner des soins à ses patients à Fandriana.

En 1981, il dispense des enseignements sur l’usage des médicaments qu’il vend. C’est grâce à ces enseignements que les gens lui ont donné le titre de « Professeur », selon les explications qu’il nous a données. Il affirme pourtant n’avoir comme diplôme qu’un brevet élémentaire et le certificat d’aptitude à l’enseignement ou CAE. En 1982, il décide d’ouvrir un centre de formation à Antananarivo.

Le procès du siècle

Il n’a pas que des amis dans son milieu de travail. Des médecins, jaloux de leur titre et de leur profession, ont envoyé des informateurs pour se renseigner sur le fonctionnement du RIRA et ses défaillances. Il y a même eu un praticien, occupant actuellement un poste important au sein du régime actuel, qui lui a proféré des menaces. Le professeur Ravelo Augustin a dû répliquer par une menace de médiatisation de l’affaire. « J’ai promis à mon détracteur de lui faire le procès du siècle », a-t-il affirmé.

Pourtant, le RIRA a parmi ses patients des médecins, et même des professeurs issus de l’Université d’Antananarivo. « L’avantage de mes produits c’est qu’ils ne produisent aucun effet secondaire. Il n’y a que des effets indésirables très rares », a-t-il affirmé pour expliquer la raison qui pousse ses clients à venir à lui. Les effets indésirables ne sont que des vomissements passagers ou autres malaises temporaires.

La guérison des patients nécessite entre 3 jours au minimum, et 2 mois au maximum. Parmi les maladies les plus difficiles à guérir, il y a la maladie du foie et du cœur. Mais tout dépend aussi de la gravité de la maladie. « Comme tout médecin, nous n’avons qu’une obligation de moyen et non de résultat », affirme le professeur Ravelo Augustin.. 60% des patients qui viennent chez le RIRA obtiennent des guérisons selon les statistiques qu’on nous a fournies. A part le traitement des maladies humaines, le RIRA produit également des médicaments pour animal depuis 1976. Il y a des médicaments pour les animaux domestiques et les animaux de la basse-cour. Et Ravelo Augustin propose aujourd’hui le produit nommé « Tena Tsara » ou « vraiment bon », pour combattre les maladies bovines.

Actuellement, en proposant le produit thérapeutique pour plante « Tena mety » ou « qui convient le mieux », le RIRA veut élargir ses interventions à tous les êtres vivants, qu’ils soient humains ou animaux, ou même végétaux.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS