Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 18 décembre 2018
Antananarivo | 18h56
 

Politique

« Ni, ni » et résolutions de Dar-es-Salam

Andry Rajoelina consulte Paris

mardi 18 décembre 2012

Dans le cadre des consultations auprès des partenaires concernés par le processus de sortie de crise à Madagascar, consultations qui ont été annoncées par le communiqué conjoint qui a été publié à l’issue de l’entretien personnel entre le président de la République Unie de Tanzanie et le président de la Transition, Andry Rajoelina a pris l’avion pour Paris, ce lundi soir du 17 Décembre 2012. C’est l’objet d’une communication de la présidence de la transition qui précise que le président de la transition doit y rencontrer le ministre français des Affaires Etrangères, Laurent Fabius.

Faut-il rappeler que le sommet de la SADC du 8 décembre 2012 et les résolutions qui s’en sont ensuivies ont été précédés par de multiples séances de travail entre le ministre tanzanien des Affaires étrangères et son homologue français et selon certaines sources, ils auraient abouti à une rencontre entre les présidents des deux pays. Ce qui laisse présumer que les résolutions de Dar-es-Salam et les recommandations de « ni, ni » et autres propositions sur le retour des exilés, dont Marc Ravalomanana, ont été convenus avec au moins ce partenaire, pour ainsi dire, la France.

Rencontre avec des autorités françaises et avec le SG de l’OIF

Lors de la mission qu’il va mener en terre française, le président de la Transition aura également des rencontres aves des autorités françaises, au cours desquels les sujets de discussions auront trait au processus de sortie de crise et à l’appui des élections devant être tenues à Madagascar en Mai 2013.

Par la même occasion, Andry Rajoelina aura également un entretien personnel avec le Secrétaire Général de l’OIF, Abdou Diouf, se rapportant à l’appui des mêmes élections.
À noter que c’est un ministre des Affaires étrangères d’un pays membre de l’OIF et à la fois de la Commission de l’océan indien qui avait publiquement suggéré le « ni, ni » comme issue à la crise. Dès lors, tout ici porte à croire que Andry Rajoelina est aujourd’hui en train de persuader les partenaires de ses décisions qui lui seul connaît, ou du moins de négocier les accompagnements à cette sortie de crise, soit sa candidature soit son retrait.

De l’avis de quelques analystes, Andry Rajoelina est aujourd’hui en train de convaincre les autorités françaises pour qu’elles le soutiennent jusqu’à la transmission des pouvoirs et des clés du palais d’État au prochain président élu. La cérémonie de passation de pouvoir entre l’ancien président français et l’actuel l’inspire beaucoup pour donner une image d’alternance démocratique paisible et marquer ainsi le changement dans l’histoire de succession au pouvoir. Un point de vue comme un autre.

Recueilli par Bill

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS