Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 27 mai 2020
Antananarivo | 15h39
 

Société

Journée mondiale de la liberté de presse

Andry Rajoelina annonce la libération des journalistes en prison

lundi 4 mai | Mandimbisoa R.

Arphine Rahelisoa peut retrouver la liberté, tout comme d’autres journalistes actuellement en détention suite à la déclaration du président de la République, Andry Rajoelina hier soir. Cette libération entre surtout dans le cadre de la journée mondiale de la liberté de la presse, célébrée le 3 mai.

Après les différents appel à la libération ces derniers temps de la journaliste Arphine Rahelisoa, les autorités semblaient vouloir faire table rase sur cette affaire et dans la foulée décider de remettre en liberté les journalistes qui se seraient « déviés » » du bon chemin.

Concernant la restriction d’une partie des libertés fondamentales de la presse, dans le cadre de l’État d’urgence instauré dans le pays actuellement à cause de la crise sanitaire, le ministère de la Communication et de la Culture, s’est défendue dans un communiqué relatif à cette célébration de la journée mondiale de la liberté de presse : « La restriction est imposée par la nécessité de préserver la santé et la vie de nos concitoyens. Par conséquent, l’exercice des libertés fondamentales y compris la liberté de presse en situation d’exception ne saurait être la même qu’en période normale. La situation d’exception impose un nouveau cadre temporaire à celle-ci. Par ailleurs, l’exercice abusif de cette liberté, c’est à dire, ne tenant compte ni des impératifs de la situation d’exception ni des règlementations en vigueur ne saurait aucunement être érigé en liberté de la presse ».

Pour sa part, lors de la célébration de cette journée, l’Ordre des journalistes malgache (OJM) a effectué un court passage devant la stèle commémorative du 3 mai, à Soarano, avant de se relayer sur le plateau de la chaine TV Plus Madagascar, pour parler entre autres de la liberté de presse à Madagascar et surtout de l’extension et de la couverture nationale des chaines de radiodiffusion et de télévision. Sur ce point, le ministère de tutelle a précisé dans son communiqué qu’il y travaille. Cela doit se faire « d’abord par voie d’appel d’offre, puis sous réserve de basculement vers le mode de transmission TNT », indique le communiqué.

7 commentaires

Vos commentaires

  • 4 mai à 09:41 | betoko (#413)

    Voilà une bonne chose concernant ces journalistes emprisonnés , Qui a dit qu’Andry Rajoelina est un dictateur ?

    • 4 mai à 18:13 | kunto (#7668) répond à betoko

      C’est quand qu’il s’occupe de la JIRAMA ? les délestages - les vol de jiro ... etc ... ( azafady tompoko )

    • 4 mai à 21:21 | ASSISE (#10453) répond à betoko

      Aoka re marina e !

      Azonao ve ny dikan’io fanontanianao io ?

      Iza no milaza aminao fa misy ny mpangalatra ?

      Anefa ianao mahaino vaky trano, sinto-mahery, . . ., sns

      Iza no milaza aminao fa misy vonon’olona ?

      Anefa ianao mahaino olona maty novonoin’olona isan’andro.

      Ny marina Tompoko, ny heloka rehefa voafaritra, mazava araka ny nanazavana azy, mazava efa ho iray volana izay. Mila MIRACLE MON AMI ny fanovana azy, raha tsy hoe DONDRONA, manala-baraka izany an ! Dondrona ireo nanamafy fa heloka, mazava, no hanagadrana olona iray.

      Ary misy olona ao ambadik’io DONDRONA io, tsy nanana ambara izy nandritra izay fotoana izay, anefa handray fepetra arahina "fananarana" hanaporofona fa tsy ampy fisainana ireo nanagadra.

      Eto, resaka fitsarana (fampanoavana moa ilay izy izay ?), resaka lozam-pifamoivoizana mahafaty olona ve dia sarotra porofoina ny nahafaty ilay olona ? Fahafahana eo noho eo, tsy mandalo famonjàna vonjy maika akory.

      Dia mbola misy milaza ihany hoe tany tsy ory fahefana sy misy làlàna ity tany ity.

    • 5 mai à 09:37 | râleur (#3702) répond à betoko

      Quand l’Exécutif a un Pouvoir judiciaire, cela s’appelle une dictature. C’est vrai partout dans le monde
      IL n’y a qu’une décision de Justice qui peut liberer un prévenu ou un condamné par la Justice. Si c’est une amnistie, il faut une loi d’amnistie validée par le parlement
      Dans ce cas précis, pour respecter au moins la forme, il aurait fallu que ce soit les juges (le Parquet dans ce cas) qui arrête la mise en liberté et la décision doit être motivée (charge insuffisante, .....)
      Mais on est à Mada, donc le Président peut décider qui doit faire caca et qui pour faire pipi et tt le monde applaudit 😂😜😂😜

  • 4 mai à 12:32 | Vohitra (#7654)

    Ny famonjana tsy ara-drariny, sy ny fandalovana amponja nandritry ny herinandro maro anie ka tsy ho voakosoka hivalona na oviana na oviana any amin ny tantara ho fanadinoana ny lasa velively tsy akory...

    Rehefa ny zo fototra maha olona sy ny zo manome fahafahana arovan ny lalana velona no voahosihosy ao anatin ny indray mipimaso, dia mijanona ho kitra sy takaitra mirakitra ny tantara...

    Mbola ho be no ho sisa hoy ny fiteny...

    Ary manodiava indray andro any ho an izay manana fikasandratsy...

    Ary tsy Faratsiho no faran ny tody tsy akory...

  • 4 mai à 18:10 | kunto (#7668)

    KUNTO ny Patriote Malagasy d’Antananarivo

    - TOUS les prisonniers politique qui n’ont pas commis de crimes doit être libérés Monsieur le Présidents ...

  • 4 mai à 21:23 | ASSISE (#10453)

    Aoka re marina e !

    Azonao ve ny dikan’io fanontanianao io ?

    Iza no milaza aminao fa misy ny mpangalatra ?

    Anefa ianao mahaino vaky trano, sinto-mahery, . . ., sns

    Iza no milaza aminao fa misy vonon’olona ?

    Anefa ianao mahaino olona maty novonoin’olona isan’andro.

    Ny marina Tompoko, ny heloka rehefa voafaritra, mazava araka ny nanazavana azy, mazava efa ho iray volana izay. Mila MIRACLE MON AMI ny fanovana azy, raha tsy hoe DONDRONA, manala-baraka izany an ! Dondrona ireo nanamafy fa heloka, mazava, no hanagadrana olona iray.

    Ary misy olona ao ambadik’io DONDRONA io, tsy nanana ambara izy nandritra izay fotoana izay, anefa handray fepetra arahina "fananarana" hanaporofona fa tsy ampy fisainana ireo nanagadra.

    Eto, resaka fitsarana (fampanoavana moa ilay izy izay ?), resaka lozam-pifamoivoizana mahafaty olona ve dia sarotra porofoina ny nahafaty ilay olona ? Fahafahana eo noho eo, tsy mandalo famonjàna vonjy maika akory.

    Dia mbola misy milaza ihany hoe tany tsy ory fahefana sy misy làlàna ity tany ity.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS