Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 14 août 2020
Antananarivo | 04h51
 

Editorial

Alliés ?

lundi 5 septembre 2011 | Patrick A.

C’est à un énorme afflux d’informations que l’on assiste depuis mardi 30 août, en réaction à une querelle entre le site Wikileaks et le journal britannique The Guardian. Cause de la querelle : dans un livre relatant sa collabaration avec le site d’informations confidentielles, The Guardian a publié un long mot de passe qu’il s’était vu communiquer. À en croire The Guardian, ce dernier était persuadé que ce mot de passe était destiné à son seul usage et ne pourrait servir ailleurs. Sauf que ce même mot de passe ouvrait un fichier chiffré que Wikileaks lui-même a largement distribué.

À qui la faute ? Au Guardian qui a publié le mot de passe, ou à Wikileaks qui a distribué publiquement un fichier dont il savait qu’il n’était pas le seul détenteur du mot de passe ? En tout cas, puisque le secret était éventé, le site a décidé de renoncer à sa politique de publication filtrée et de rendre immédiatement toutes ses archives publiques.

Des secrets sur Madagascar, il y en a dans ces archives. Mais Wikileaks n’a pas eu accès ni aux documents les plus sensibles, ceux classés « top secret », ni aux conversations orales. Ainsi, aucun câble émis par l’ambassade d’Antananarivo n’est daté du 17 mars 2009, date à laquelle Marc Ravalomanana a procédé à la passation de pouvoir à un directoire militaire qui allait ensuite s’effacer devant Andry Rajoelina. Nous n’aurons donc pas de révélations sur ce qui s’est passé à Iavoloha et à l’épiscopat d’Antanimena ce jour là.

Il reste que le matériau ainsi rendu public, par son volume, permet de mieux comprendre le déroulement de cette crise telle que vécue par la communauté internationale. On a souvent présenté cette communauté comme très divisée sur la crise malgache. La lecture des câbles fait cependant apparaître que si des différences de position apparaissent, elles sont beaucoup moins tranchées que certains malgaches ne les imaginent ; surtout, elles prouvent que le discours officiel ne diffère guère de celui exprimé en privé. Il serait donc trompeur de ramener le débat à « les États-Unis supporters de Marc Ravalomanana, la France soutien d’Andry Rajoelina ». En fait, c’est en croyant à de tels clichés que les principaux acteurs se sont eux-même piégés et enfermés dans la situation actuelle.

La divergence de vue la plus visible apparaît début 2010 sur les projets de sanctions internationales contre la HAT. L’ambassadeur américain Niels Marquardt les considère comme un moyen de pression nécessaire pour pousser Andry Rajoelina et son entourage à un compromis proposé par Jean Ping, président de la Commission de l’Union Africaine : le diplomate déclare même préparer une liste de personnes susceptibles d’être sanctionnées (25 janvier 2010 : « For our part, we have started on a draft list of target names »). Mais si Niels Marquards se félicite de la mise en place par l’Union africaine de sanctions fin février, il laisse échapper un certain scepticisme sur leur efficacité envers un Andry Rajoelina exposé aux pressions des durs de son camp : « Unfortunately, Rajoelina remains in a precarious position atop a fractious political alliance and under continuous threat from hardliners strongly opposed to further
concessions. The new threat of sanctions is therefore unlikely, in
our view and that of most observers here, to change his position
regarding Maputo/Addis
 ».

La France, elle, a été sceptique dès le départ sur l’efficacité de ces sanctions, ce qui a provoqué un certain agacement de Joachim Chissano envers elle. Ce n’est pas pour autant que la diplomatie française se satisfaisait de la position d’Andry Rajoelina et que l’Élysée ne se plaignait pas de l’attitude de certains acteurs de la Françafrique qui laissaient Andry Rajoelina croire que la France le soutiendrait dans son attitude. Mais la France avouait implicitement ne plus identifier à ce moment là de véritables leviers pour influencer le président de la HAT. Une partie de l’entourage de celui-ci semblait d’ailleurs être tout aussi frustré, au point que Niels Marquardt était amené à dissuader un Zaza Ramandimbarasoa de se lancer dans ce qui pouvait s’apparenter à un contre-coup d’État.

Si on les compare à la communauté internationale, les parties malgaches apparaissent alors bien plus divisées. Nous aurons l’occasion d’y revenir dans les prochains jours.

14 commentaires

Vos commentaires

  • 5 septembre 2011 à 09:57 | harmelle (#5862)

    Salut
    Extravagant !Nouveau script pour futur épisode de la guerre des étoiles avec des nains en guests stars ?
    200 000 euros, mendiés il a ,votre DJ ?
    Offusqué est le guide , milliard de dollars son unité était !
    Coup d’état Zaza préméditait, mais n’a pu réaliser ?
    Rigoler meilleur est car réalité....
    Marc.h

  • 5 septembre 2011 à 10:40 | kakilay (#2022)

    Puisque l’attaque d’Ambohitsirohitra le 16 au soir n’est pas mentionnée par Wikileaks, ni par Niels Marquards : donc elle n’existe pas ?

    Confondre la carte du menu à l’assiette que l’on vous présente au restaurant : "on ne mange pas la carte"...

    Wikileaks et autres ne nous dispensent pas de réfléchir, de penser, d’interpréter, de sentir... d’être un citoyen critique !

    • 5 septembre 2011 à 11:03 | da fily (#2745) répond à kakilay

      Affirmatif kakilay, hello...

      wikileaks n’est qu’une façade du problème, de surcroît entre chancellerie qui ne voient les choses qu’à travers leur prisme, et principalement leurs intérêts.

      Si depuis l’avènement de la transmission des câbles par Assange la planète diplomatique entière fait de l’urticaire, il n’empêche que la transversalité de l’info actuelle contribue mieux à recouper les évènements qui nous intéressent.

      De là à supposer qu’il y a alliance entre ce que l’on peut appeler 2 camps (french and american) ! mais la diplomatie est ce qu’elle est, n’est-ce pas !

    • 5 septembre 2011 à 11:21 | niry (#210) répond à da fily

      +1, Kakilahy !

  • 5 septembre 2011 à 11:54 | Madagascan (#1869)

    J’ai commencé à lire quelques notes sur Wikileaks, en filtrant sur les cables émis depuis l ’Ambassade Américaine à Tananarive.

    Ce qui est frappant, c’est qu’aussi bien Ravalomanana que Zafy, en 2010, pensaient que Rajoelina n’en avait plus pour longtemps. Ravalomanana semble très clairement jouer le pourrissement de la situation pour pouvoir revenir en sauveur, et Zafy méprise Rajoelina.

    Même Zazah Ramandimbiarison,DirCab de Rajoelina tout de même, pensait en 2010 pouvoir ejecter Rajoelina avec l’appui de militaires. Programme que les américains, même s’ils ont souligné qu’un nouveau coup militaire ne serait probablement pas une solution, n’ont pas vraiment condamné.

    Les américains étaient également persuadés que sortir Madagascar de l’AGOA allait être une menace suffisamment importante pour pousser Rajoelina à la négociation (lire, à rendre le pouvoir aux 3 autres mouvances). Il est intéressant de noter d’ailleurs que depuis le début, la France a émis de sérieuses réserves sur l’effectivité de ces mesures.

    Il y a beaucoup de critiques concernant le faible investissement de Chissano dans le processus de médiation, et la lenteur des négociations.
    C’est mon avis personnel, mais on peut voir là la volonté de pourrissement de la situation des 3 mouvances, toutes persuadées que Rajoelina ne pourra pas tenir longtemps.

    C’est évidemment une grossière erreur d’appréciation, puisque fin 2011, Rajoelina est toujours là.

    C’est également intéressant de voir que la position française était et est toujours la plus juste concernant la situation malgache (ie : inefficacité des sanctions), mais que les américains s’enferment dans un positionnement différencié, alors qu’il est clair que la France possède la meilleure connaissance du monde politique malgache, et qu’à ce titre, ces avis devraient être mieux écoutés. C’est évidemment impensable pour les américains, et pourtant...

    • 5 septembre 2011 à 12:34 | hrrys (#5836) répond à Madagascan

      Qu’ est ce que c’est cette CI ? A part ses dollars et euro .Ça n’est pour moi que
      la communauté "fictive" des pays colonisateurs qui se prétendent que M/ar est encore sous leur protectorat.

    • 5 septembre 2011 à 12:35 | Mbola Tsara (#5938) répond à Madagascan

      Le plus amusant est de voir le changement d’attitude des diplomates américains vis-à-vis de la position française.

      Jusqu’en février 2009, ils insistaient auprès de leurs autorités sur la nécessité de laisser la direction aux Français. Ils rappellaient, non sans raison, que les intérêts français à Madagascar étaient autrement plus consistants (sous entendu, ils ne prendraient pas le risque de les mettre en péril) et que toutes les autorités françaises, étaient sur le pont, à commencer par le président Sarkozy. Au cours de la même période, les auteurs des télégrammes ne cachaient pas leur respect pour Marie-Claire GIRARDIN, la chargé d’affaires de l’ambassade de France à Antananarivo.

      A partir de l’arrivée de Jean-Marc CHATAIGNER (en mars 2009), le ton des télégrammes de l’ambassade des Etats-Unis a changé vers la suspicion. Cet ambassadeur a laissé entendre aux diplomates américains sur place que sa mission était clairement de refaire à Madagascar ce que les Français avaient, avec succès, accompli en Mauritanie.

      Dès le 24 mars 2009, il a dit au corps diplomatique que les Français étaient contre toute sanction et qu’ils entraveraient toute tentative de l’Union européenne dans cette direction. Son but était de faire organiser coûte que coûte des élections, même bâclées, pour donner un verni pseudo-démocratique à ce qui n’était qu’un coup d’Etat criminel. Il a maintenu cette position, même le 25 février 2010, à la veille du prononcé des sanctions de l’Union africaine, les Français continuaient de soutenir contre vents et marées la HAT.

    • 5 septembre 2011 à 13:00 | DIPLOMAT (#846) répond à Mbola Tsara

      Mbola Tasara,

      Votre résumé est parfait, .
      Celà montre bien que les intérêts economique dominent les intérêts politiques et morales.

    • 5 septembre 2011 à 15:26 | Madagascan (#1869) répond à Mbola Tsara

      A noter que ces notes sont la vision américaine de la situation, toujours hautement suspicieuse vis-à-vis de la politique française.

    • 5 septembre 2011 à 16:50 | Mbola Tsara (#5938) répond à Madagascan

      Faux !

      Jusqu’en février 2009, les diplomates américains faisaient aveuglément confiance à leurs homologues français. Ils demandaient à leurs autorités de suivre sans hésiter le chemin tracé par les Français.

      Ce n’est qu’après le coup d’Etat et l’arrivée sur le territoire malgache de Jean-Marc CHAITAIGNER que les diplomates américains devinrent "suspicieux."

    • 5 septembre 2011 à 17:56 | Tanindrazana (#3224) répond à Madagascan

      Precision : ce n’est pas que la FRance connait et possede le dossier Madagascar. Elle y joue une importante influence en manipulant ces dirigeants et les politiciens d’une part, et en forcant les allies comme les Mauriciens, l’OIF, les KArana a jouer son jeux ou du moins avec des contreparties. Bref, on est coince avec La France dans une situation qui est loin d’etre paisible et objective. PAr dessus tout, le peuple est pousse au petit coin. ebahi et inactif. Les grands se battent et le petit peuple en subit. A qui la faute ?.... Bien sur nous dirons a la France.... mais n’empeche qu’il y a une tres grande part de notre inertie et insensibilite inamovible.

  • 5 septembre 2011 à 12:56 | Mbola Tsara (#5938)

    CONFIDENTIAL Embassy Maputo
    VZCZCXRO4983
    RR RUEHBZ RUEHDU RUEHMR RUEHRN
    DE RUEHTO #0075/01 0221101
    ZNY CCCCC ZZH
    R 221101Z JAN 10
    FM AMEMBASSY MAPUTO
    TO RUEHC/SECSTATE WASHDC 1210
    INFO RUCNSAD/SOUTHERN AFRICAN DEVELOPMENT COMMUNITY
    RUEHDS/AMEMBASSY ADDIS ABABA 0772
    RUEHAN/AMEMBASSY ANTANANARIVO 0046
    RUEHRL/AMEMBASSY BERLIN 0056
    RUEHBS/AMEMBASSY BRUSSELS 0406
    RUEHLO/AMEMBASSY LONDON 0598
    RUEHFR/AMEMBASSY PARIS 0197
    RUEAIIA/CIA WASHDC
    RUEHBS/USEU BRUSSELS
    RHEFDIA/DIA WASHDC
    RHEHNSC/NSC WASHDCC O N F I D E N T I A L SECTION 01 OF 02 MAPUTO 000075

    SIPDIS

    E.O. 12958 : DECL : 01/22/2020
    TAGS : PREL PGOV KDEM MA MZ
    SUBJECT : CHISSANO ON MADAGASCAR : MUST PRESSURE THE FRENCH

    REF : 09 MAPUTO 1042

    Classified By : Charge d’Affaires Todd Chapman for reasons 1.4 (b+d)

    ¶1. (C) SUMMARY : In a January 21 meeting, Former President and SADC Special Negotiator for Madagascar Joachim Chissano told the Charge that he commended the United States for its position on Madagascar, suspension of AGOA, and termination of the MCC Compact. Chissano said that SADC leaders decided
    in the January 14 Troika meeting in Maputo to ask France to stop supporting TGV, allowing for progress towards a transitional government. Chissano believes the key to breaking the current stalemate is halting France’s support of TGV. Chissano believes that only when TGV is convinced that French support is weakening will he reconsider his options. Therefore, Chissano believes that Paris should be the focus of USG and European engagement on Madagascar. It is evident
    from this meeting that Chissano remains well-informed and committed to continued engagement as a mediator in
    Madagascar. With the recent support he received from SADC leaders, Chissano is available for further consultation with USG officials, something he said he would welcome. END SUMMARY.


    CHISSANO COMMENDS U.S. POSITION


    ¶2. (C) On January 21, the Charge and Poloff met with President Chissano and his former Foreign Minister Leonardo Simao about the Madagascar political situation. Chissano supported the U.S. position on the suspension of Madagascar’s AGOA eligibility and the MCC compact and appreciated his interaction with USG interlocutors at the Addis meeting in early January. The Charge provided Chissano with a copy of
    AF DAS Karl Wycoff’s January 15 interview from America.gov and Chissano said he valued USG support for the SADC position and him personally.


    AU PROPOSAL SAID TO BE FAIR


    ¶3. (C) Chissano did not detail AU Commission Chairman Jean Ping’s proposal delivered January 21 in Antananarivo, but said it defines a fair distribution of prominent positions within the proposed transitional government in an effort to
    build consensus. Chissano noted that his assistant from the Foreign Ministry (MINEC), Nuno Tomaz was in Antananarivo with Chairman Ping. Chissano said that the international community should continue to work together to persuade all movements to adhere to the principals of the agreements made in Maputo and Addis and develop a credible transition plan.


    EUROPEANS NEED TO BE STRONGER AGAINST TGV


    ¶4. (C) Chissano was visibly frustrated by France’s
    position in support of TGV. He said French expatriates in Madagascar have established a direct link to President Sarkozy and convinced him that the best course for French interests is to support TGV. Chissano explained that as long as TGV was confident of French support, he would continue to be inflexible towards the other three movements and continue
    pushing for non-inclusive elections. The French are
    attempting to persuade the international community that TGV’s proposed elections will be representative of the "voice of the people," a claim which Chissano said he, SADC and the AU rejected.

    ¶5. (C) When asked about any other ideas about next steps or new approaches, Chissano said that, besides France, Rajoelina (TGV) also listens to Germany, which has not been sufficiently involved in the political situation in Madagascar. He suggested that the Germans engage to also recommend consensus-building between TGV and the other movements. Chissano commended the EU for "turning off the tap" of assistance to Madagascar. He mentioned that in
    recent negotiations the EU found itself in the difficult position of partially supporting the SADC and AU position on Madagascar, while at the same time not wanting to anger the French.

    ¶6. (C) While declaring TGV to be the main reason for the stalemate, he asserted that the other three movements are also sometimes being inflexible in their demands, particularly in regards to ministerial positions in the new transitional government. For example, Chissano said Zafy’s demands for the Ministries of Energy and Mines were a non-starter. Chissano commented that in the recent discussions in Maputo, the three movements feared giving away
    too many powerful ministries to TGV, but Chissano tried to point out to them that these ministerial assignments would be of a short duration and should not be the cause for deterring a lasting political solution.

    ¶7. (C) Turning to the SADC Troika meeting on January 14 in Maputo following President Guebuza’s inauguration, Chissano said that there was agreement for SADC to quietly contact the French and formally ask them to halt their support for TGV. The SADC leaders were resolved to maintain SADC engagement
    and to call for all movements to stick to what was agreed to in Maputo and Addis.


    ---
    COMMENT : CHISSANO FRUSTRATED, MOSTLY WITH FRANCE


    ---

    ¶8. (C) Chissano, clearly frustrated with the pace of the Madagascar negotiations, believes that only when TGV is convinced that French support is weakening will he reconsider his options. Therefore, Chissano believes that Paris should be the focus of USG and European engagement. He never took a direct shot at Ping, but only commented that the AU proposal
    was very similar to the Maputo agreements and he looked forward to learning of the result of his meetings. If Chissano felt slighted by the AU in Addis in early-January, he did not make those feelings apparent. It is evident from this meeting that Chissano remains well-informed and committed to continued engagement as a mediator in Madagascar. With the recent support he received from SADC
    leaders, Chissano is available for further consultation with USG officials, something he said he would welcome.

    CHAPMAN

  • 5 septembre 2011 à 14:16 | nandrianina1 (#1939)

    Raoviana hono ny Wikiliks no hamoaka ny raharaha Bois de Rose ???

    • 5 septembre 2011 à 15:37 | da fily (#2745) répond à nandrianina1

      Bon ben ça nous fait une belle jambe ! on s’en doutait un peu...

      Sanatria ve dia ho vazaha mody miady ???

Annonces

Filazana manjo

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS