Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 28 mai 2022
Antananarivo | 09h29
 

Politique

Chefs Fokontany

Acteurs politiques et non de développement

mardi 23 octobre 2007 | Eugène R.

Dire que les chefs Fokontany sont les acteurs du développement à la base n’est pas prouvé jusqu’ici.

Plus d’un constatent qu’on a confié à ces chefs Fokontany une mission politique depuis la formation médiatisée d’Iavoloha. Une formation qui s’est terminée une semaine avant l’élection législative du 23 septembre dernier. Dans le cadre de ces Législatives, ces chefs Fokontany sont les principaux artisans de la victoire des candidats du parti au pouvoir (TIM), avec leur indemnité dérisoire mensuelle de 150.000. fmg. Mais, ce ne sont pas uniquement des acteurs politiques.

Dans certaines parties de l’île, des chefs Fokontany se comportent comme des représentants directs du président de la République au niveau de leurs circonscriptions. Pire, ils se permettent de terroriser leurs administrés. Dans le district d’Ambovombe Androy durant la dernière campagne législative, il suffisait qu’un chef Fokontany ait sorti son portable et ait menacé de téléphoner directement au président Marc Ravalomanana pour terroriser des partisans d’un candidat indépendant. Là où plus d’un s’interrogent : quelle mission ces chefs Fokontany qui viennent de recevoir une formation sur le leadership à Iavoloha assument-ils exactement actuellement ? En tout cas, ces chefs Fokontany poursuivent leur mission politique avec les élections qui vont venir dont les communales, les régionales et les sénatoriales.

A noter que les chefs Fokontany sont placés sous la tutelle du ministère auprès de la Présidence chargé de la Décentralisation et de l’Aménagement du Territoire, dont le patron n’est autre que l’actuel président national par intérim du TIM, Yvan Randriasandratriniony. Une tutelle qui favorise l’abus et l’impunité.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS