Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 15 juillet 2024
Antananarivo | 19h13
 

Société

Société

Accès à la justice : les personnes en situation de handicap délaissées

mardi 30 janvier |  1515 visites 

L’accès à la justice demeure semé d’embûches pour les personnes en situation de handicap dans le pays.

Le Ministère de la Population, de la Protection sociale et le de Promotion féminine (MPPSPF), dans le cadre du Plan National d’Inclusion du Handicap (PNIH) Madagascar fait état de 82% des personnes questionnées constatant une difficulté d’accès au transport et à la communication.

Les infrastructures insuffisantes et inadéquates renforcent souvent l’inacessibilité à la justice. En milieu rural, le manque d’infrastructures implique parfois un voyage long et périlleux pour atteindre le tribunal de son chef-lieu pour le citoyen lambda mais elle est encore plus difficile pour les personnes en situation en handicap.

Bien que de nouvelles infrastructures ont été fraîchement inaugurées en 2022, comme le tribunal de première instance d’Ambilobe ou celui de Sainte-Marie, elles n’ont pas été spécialement aménagées pour faciliter la circulation des personnes en mobilité réduite. Un accès qui reste par ailleurs précaire, puisque le nombre de tribunaux de première instance fonctionnels est de 39 pour l’ensemble du pays.

La langue française largement utilisée dans les tribunaux fait également partie d’une des barrières à l’accès à la justice pour les personnes présentant un handicap. Les statistiques de l’Académie Malagasy démontrent que plus de 83% de la population ne parlent pas la langue française, alors que la justice fait souvent recours à cette langue. Le taux de scolarisation des personnes en situation de handicap est faible, plus de 55% des enfants de moins de 19 n’ont pas accès à l’enseignement alors que l’un des premiers contacts avec la langue française se fait à travers l’école. L’utilisation de la langue française, sans mentionner le jargon juridique, place ainsi la justice, loin des justiciables.

Dans une tribune publiée, l’ONG Ivorary (Integrity for Developpement) plaide ainsi pour l’inclusion de tous aux services publics. Elle rappelle à l’Etat son engagement dans l’élimination de toutes barrières à l’accessibilité des personnes en situation de handicap aux bâtiments, à la voirie, aux transports, aux services d’informations (...). Une intervention plus prononcée de l’Etat en faveur des personnes en situation de handicap dans le cadre de la justice améliorerait à priori leurs conditions, mais surtout permettra de rendre effectif le principe constitutionnel de l’égalité devant le service public de la justice, lance l’ONG Ivorary.

-----

15 commentaires

Vos commentaires

  • 30 janvier à 11:13 | MALIBUC (#9345)

    En fait disons le clairement, à Dago tout le monde s’en fout des handicapés.
    D’ailleurs à la campagne on les attache avec une chaine au pied d’un arbre toute la journée afin d’aller travailler ou vaquer à ses occupations.
    Combien existe-t-il de structures d’accueil ?
    Combien de bâtiments officiels sont accessible aux handicapés ?
    Existe-t-il un ministère dédié à ces pauvres hères ?

    • 30 janvier à 12:29 | Saint-Jo (#8511) répond à MALIBUC

      Ben ! À qui le dîtes-vous ?
      Même les très nombreux patients atteints de la covid19 devaient bon gré mal gré se contenter de la pisse-mémée du traître Cédric bac-3 pour se soigner ou pour se préserver !

      Qui ne se souvient pas non plus des foza montreurs de nains pour attirer les naïfs madagougouesques à ces foires de propagande !
      Hé ! Ces montreurs de foire sont des catho , hein !

    • 30 janvier à 18:34 | FLOW (#11602) répond à MALIBUC

      Père PEDRO, s’il n’avait pas été là, que seraient devenus ces pauvres hères ?

      Oui mais de tels agissements font que la lumière est souvent sur lui et que cela dérange les mégalos.

    • 30 janvier à 19:16 | Zora (#10982) répond à MALIBUC

      Flou
      Bëëëëh Bëëëëh Bëëëëh hihihihi

    • 30 janvier à 22:47 | MALIBUC (#9345) répond à MALIBUC

      Bëëëëh Bëëëëh Bëëëëh
      Bëëëëh Bëëëëh Bëëëëh

  • 30 janvier à 12:46 | Ombiasy (#11606)

    il y a eu le montreur d’ours et main-tenant il y a l’andafy qui fait l’ours de lui meme—exhibition !

    • 30 janvier à 14:34 | vorona (#8254) répond à Ombiasy

      Bjr Existe t il une traduction en langue malgache de OURS ? Bien sûr comme il n’y a jamais eu d’ursidé ici, en malgache il serait naturel que OURS se dise OURS !

  • 30 janvier à 13:33 | #tsimahafotsy (#11508)

    MADAGASYKARA TSY MAINTSY PRECAIRE.

    - 99% des délires des lécheculistes #7070 sont causés par la précarité .

    - 96% des élèves âgés de dix ans n’ont pas la faculté de lire et de comprendre un texte court adapté à leur âge.

    - 86% des enfants de 10 à 14 ans subissent des méthodes de discipline violente

    - 83% de la population ne parlent pas la langue française, alors que la justice fait recours à cette langue du prezida vazaha de Madagougou.

    - 82% des personnes questionnées ont une difficulté d’accès au transport ,
    alors qu’il y a 1000 bus modernes pouvant transporter 50 passagers qui circulent depuis fin 2022 grâce à Andry Rajouel,

    - plus de 55% des enfants de moins de 19 n’ont pas accès à l’enseignement, alors que les écoles hôtelières suisses accueillent gratuitement les enfants gasy.

    - 47% des enfants de 5 à 17 ans sont contraints de travailler,

    - 39% des femmes et 11% des hommes âgés de 20 à 24 ans sont mariés ou ont contracté une union conjugale avant leur 18e anniversaire.

    - 11,5% des filles de 15 à 19 ans ont déjà été agressés sexuellement.

    Difficultés d’accès au transport,
    difficulté d’accès à la communication alors qu’il y a eu un grand ministre de la Communication et de la Culture en la personne de BM,
    un accès à la justice qui reste par ailleurs PRÉCAIRE, puisque le nombre de TPI fonctionnels est de 39 pour l’ensemble du pays alors qu’il en faut 218.
    Tout est précaire,
    MADAGASIKARA TSY MAINTSY PRECAIRE.

    • 30 janvier à 14:55 | Zora (#10982) répond à #tsimahafotsy

      Boloky vavy va vous répondre que ce n’est vrai tout ça, c’est l’invention des andafys. Que les malagasy sont riches vu les montagnes d’ordures sur Tana et qu’ils sont heureux.

    • 30 janvier à 18:37 | FLOW (#11602) répond à #tsimahafotsy

      En tout cas c’est au moins répéter les choses pour ne rien dire tsima.

    • 30 janvier à 19:14 | Zora (#10982) répond à #tsimahafotsy

      Bëëëëh Bëëëëh Bëëëëh hihihihi

    • 30 janvier à 22:49 | MALIBUC (#9345) répond à #tsimahafotsy

      Bëëëëh Bëëëëh Bëëëëh
      Bëëëëh Bëëëëh Bëëëëh

  • 30 janvier à 14:28 | Jipo (#4988)

    C ‘ est bien de feindre se préoccuper des handicapés, bien plus médiatique que la majorité de crève de faim , comparativement en pourcentage ya pas photo, de plus comme chacun le sait ce sont eux qui font tourner l’ économie .
    Dans un Pays de « précarité « absolue , il y en a qui arrivent à tirer leur épingle du jeu, il suffit pour cela de prendre exemple sur le 6e dan des bal poussières, car sur les Tatamis, il ne ferait pas long feu
    sans lunettes et accoutrements de circonstances, le roi serait nu et la frime ne pourrait pas opérer ...

Publicité




Newsletter

[ Flux RSS ]

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS