Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 9 février 2023
Antananarivo | 15h47
 

Divers

Programme de prévention des risques sexuels

10 jours sur le développement de la femme

mardi 27 novembre 2007 | Volana R.

Un engagement : créer des groupes de parole pour que les femmes s’expriment ou puissent s’exprimer. Trois pays s’associent à cet unique programme, Burkina Faso, Cameroun et Madagascar.

Le programme aborde la question de la santé des femmes, sous un angle global, en évitant de traiter d’un côté le Sida, d’un autre la procréation, d’un troisième la violence. « Il privilégie une approche globale qui intègre santé sexuelle, droits des femmes, lutte contre les violences et réduction des risques sexuels, y compris les IST et le Vih-Sida ». Des animateurs et animatrices de divers organismes ont bénéficié d’un atelier de 10 jours (2 fois 5 jours), sous la houlette du MFPF (Mouvement français pour le planning familial), dont SISAL, SAF-FJKM, MSI, SALFA et des CSB du Sud de Madagascar.

« Les TDS (travailleurs de sexe) ne sont pas nos seules cibles, explique Nomenjanahary Ralainirinela, de SISAL de Toliara. Nous travaillons également au niveau des quartiers, écoles et associations. Les femmes ont été spécialement visées lors de cet atelier. » Dans le cadre de l’égalité des sexes, justement, et de l’autonomisation des femmes.

« Aujourd’hui, nous passons au stade de formateurs, ajoute Nomenjanahary. Dès notre retour au quartier, nous avons le devoir de former des animateurs, à notre tour. Nous aurons également, avec leur concours, à former ces groupes de parole qui permettront aux femmes d’aborder différents thèmes : la prévention des grossesses non désirées, les modes de transmission, de prévention et de traitement des IST et du Vih-Sida, la connaissance du corps, les moyens de contraception, le suivi gynécologique, la ménopause, la négociation dans le couple, les droits des femmes. Bref, tout ce qui touche à la vie de la femme, physique, économique, morale voire psychologique ». Ce n’est pas tant une plate forme pour soutirer les problèmes de ces femmes, mais cela pourrait être un moyen de les aider en ce sens.

Publicité




Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS