Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 29 juin 2022
Antananarivo | 00h25
 

Economie

Production de pétrole à Madagascar

1.000 barils par jour à partir du mois de septembre

jeudi 28 juin 2007 | Alphonse M.

C’est confirmé. L’or noir existe bel et bien à Madagascar. Au cours d’un bref entretien qu’il nous a accordé lors de son transit à l’aéroport de Plaisance (Maurice), le directeur général de l’OMNIS (Office des Mines Nationales et des Industries Stratégiques) Razaka Elysé a annoncé que « le pays va produire 1.000 barils de pétrole par jour à partir du mois de septembre prochain ». En fait, il s’agit d’un projet pilote dans le site de « Tsimiroro » qui va durer deux à trois ans. « Ce projet pilote nous permettra d’évaluer les caractéristiques de nos produits, leur traitement ainsi que les modalités de production » devait indiquer ce premier responsable de l’OMNIS.

Une manière de dire que l’exploitation commerciale de l’or noir malgache se fera en 2009, au plus tôt. Avant cette date, l’administration malgache effectuera des simulations pour éviter les éventuelles erreurs dont les conséquences pourraient être fatales pour le pays. Faut-il signaler que certains pays africains producteurs de pétrole sont actuellement dans le pétrin à cause de cet or noir. A citer entre autres, le Soudan, le Tchad, le Nigéria... où la guerre civile fait rage au détriment de l’économie et de la population civile. Contrairement à ce qui se passe dans les autres pays producteurs, le pétrole devient une source de conflit dans le continent noir.

Souci environnemental...

Y a-t-il une possibilité de cohabitation entre l’exploitation pétrolière et la protection de l’environnement ? Tel est le but de la mission dirigée par le directeur général de l’OMNIS en Australie. A l’invitation de la société « Roc Oil Company Ltd » et sur financement de la Banque Mondiale, des représentants du SAGE (Service d’Appui à la Gestion de l’Environnement), du MAEP (Ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche) ainsi que du ministère de l’Environnement se sont rendus en Australie, plus précisément à Perth, du 19 au 22 juin derniers, pour constater de visu les techniques utulisées par ce pays pour l’exploitation du pétrole.

Située dans une zone dite sensible (recifs coraliens et lieu de prédilection de langoustes), la plateforme pétrolière ne présente aucun danger pour l’environnement, a affirmé l’un des responsables de la protection de l’environnement à Madagascar. Et ce dernier d’ajouter que le risque de déversement de produits pétroliers en mer est très minime avec l’utilisation des techniques très sophistiqués. Notons que les blocs pétroliers sur la côte ouest de Madagascar se situent dans des aires protégées qui nécessitent une protection spéciale. Par ailleurs, ce « voyage d’études » a permis aux divers responsables malgaches de s’imprégner des textes et réglementations en vigueur au pays des kangourous. Là-bas, ce sont les pétroliers ou les opérateurs miniers qui ont proposé des mesures visant à protéger l’environnement. Il s’agit d’une approche participative en impliquant tous les acteurs. Le but est d’éviter les réticences des environnementalistes face à une forte probabilité de découverte du pétrole à Madagascar. Bien que la Grande île soit déjà dotée d’un Code minier et pétrolier, il est temps de mettre en place une législation permettant de réglementer l’exploitation pétrolière sans pour autant mettre en péril les richesses environnementales. La balle est dans le camp des décideurs pour que le pays ne tombe pas dans le gouffre des impacts négatifs de la manne pétrolière.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS