Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 28 septembre 2016
Antananarivo | 19h58
 

Vite dit

Vite dit

mardi 3 novembre 2015 | Bill

- Les premières pluies ont remis au goût du jour les gros embouteillages dans plusieurs quartiers de la capitale. Et ce n’est qu’un début. Des rues sont inondées et les nids d’autruche de quelques rues dont ceux du boulevard Ratsimandrava et d’Ambodin’Isotry jusqu’au « boulevard des éponges » -côté marché du COUM 67ha, confirment les déclarations du ministre des Travaux publics de la vieillesse de ces infrastructures ou du caractère obsolète des matériaux et techniques de construction. Le ministre des Travaux publics a noté la nécessité de reconstruire les rues de la capitale. Elles font quelque 200km au total et exigent plus d’une cinquantaine de millions d’euros si on veut que la commune urbaine souhaite porter son titre de métropole. Les partenaires comme la Région Ile de France, l’Organisation francophone qui met en œuvre une vision et une politique économique, et les projets présidentiels que les gouvernants mettent en avant, sont-ils en mesure de réunir cette somme pour que la circulation dans la capitale ne donne une mauvaise image au Sommet de la Francophonie qui se tiendra l’année prochaine en cette même période des pluies ?

- Les coupures d’électricité ont repris malgré tout ce que les autorités gouvernementales ont promis. Des coupures intempestives qui vous importunent alors que les centrales thermiques sont en marche après les problèmes de ravitaillement en gasoil des deux premiers jours après leur inauguration. Des explications de certaines radios qui ont recueilli des informations auprès de la Jirama ont relayé des micro-coupures d’ordre technique ayant trait à des coupures de fils électriques ou à des poteaux endommagés. Mais le caractère apparemment tournant de quartiers en quartiers des coupures dans la ville et jusque dans ses environs immédiats ne convainc pas les abonnés. L’opinion s’interroge si on n’est pas en train de lui cacher la vérité car elle voit plutôt une relation entre les décisions de quelques compagnies distributrices de carburant de ne plus accepter les chèques carburants car l’Etat ne les paie pas, or ces arriérés atteignent les deux milliards d’ariary, et ces coupures déconcertant et dévastateurs.

6 commentaires

Vos commentaires

  • 3 novembre 2015 à 10:20 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Toute vérité n’est pas bonne à dire.

    • 3 novembre 2015 à 10:29 | Noue (#2427) répond à plus qu'hier et moins que demain

      je dirait plutôt : il n’y a que la vérité qui blesse

    • 3 novembre 2015 à 10:36 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Noue

      Oui c’est tout à fait vrai même si, ici, on est devant une absence de communication/d’explication devant des faits graves et d’ordre public peut-être qu’il applique aussi l’adage « le silence est d’or ».

    • 4 novembre 2015 à 15:08 | rakoto-neutre (#8588) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Bonjour

      La vêrité surprend toit le monde mais personne n’a le coirage de la dire eb face.

  • 3 novembre 2015 à 15:56 | Isandra (#7070)

    C’est pour ça que je suis totalement d’accord avec cet extrait d’éditos de LGDI :

    « En effet, les tananariviens ne s’encombrent pas la tête des histoires du terrain d’Andohatapenaka, bon nombre de tananariviens attend que la mairesse remette de l’ordre dans l’occupation des rues de la capitale : remettre les marchands au marché, permettre aux piétons de marcher sur les trottoirs, laisser les voitures rouler sur les rues et se garer dans les parkings qui ne doivent pas être des lieux d’exposition de voitures d’occasion à vendre, utiliser les toilettes publiques comme seuls lieux de défécations. Si la mairesse n’est pas capable de mettre de l’ordre dans les rues de Tanà maintenant, la gabegie continuera car les fêtes de fin d’année pointent déjà leur nez et dès lors que les festivités commencent il relèvera de la gageure que la mairesse puisse enlever les marchands des rues. Une fois qu’elle ferme les yeux durant les fêtes il lui sera difficile de sévir par la suite, d’autres fêtes ou veilles de fêtes vont arriver et les exceptions à l’application des lois continueront. Les tananariviens attendent de la mairesse qu’elle s’occupe de la ville et donc qu’elle laisse son mari gérer son boudin avec la Seimad et le Ministre d’Etat. »

    Que la mairesse se concentre à 100% sur les intérêts de tananariviens,...au lieu de s’occuper de ceux de son mari et sa famille,...

  • 4 novembre 2015 à 13:15 | Stomato (#3476)

    « Une cinquantaine de million d’euro... »
    La précision de l’expression des besoins est admirable !
    Et quel pourcentage de cette somme disparaitra sans laisser de traces ?
    Je ne sais où ?

    Les routes et rues de la capitale sont vieilles ? Que voulez vous celles laissées en l’état par les colons, et ravaudées par les chinois et autres coréens du nord sont a bout de souffle.
    LA solution est de demander, une fois de plus, à Reny Malala de mettre la main au portefeuille ?
    Pensez vous qu’il restera de l’argent dans les caisses de la région IDF ? Après qu’Anne ait fait tous ses dégâts ?

    Et pourtant vous avez localement les matériaux et les experts de la fabrication de voies pavées capables de défier le temps !
    Mais c’est plus reposant et rémunérateur que de tendre la main pour mendier !

Annonces

Avis de décès

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 321