Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 1er octobre 2016
Antananarivo | 09h56
 

Vite dit

Vite dit

jeudi 24 septembre 2015 | Bill

- Selon le ministre des Finances et du Budget, Gervais Rakotoarimanana, voici quelques jours, « l’inexistence d’une loi rectificative dans le cas présent n’est pas un blocage. Les ministères sont toujours autorisés à engager des dépenses qu’ils estiment obligatoires. De toutes les façons et malgré les régulations, l’Administration peut toujours fonctionner ».
Mais ailleurs, dans les petites et micro entreprises, rien ne fonctionne car les délestages ont très vite désemparé les plus vigoureuses. On tourne les pouces à longueur de journée. Et quand bien même, elles ont décalé leurs horaires de travail en raison des coupures qui ne dépendent pas d’elles, le travail s’y effectue dans l’angoisse et dans la crainte que survienne à n’importe quel moment ce malheureux et assassin délestage. En tout cas, l’esprit serein est très loin dans le travail.

- Le Premier ministre confirme que la loi des Finances rectificative (LFR) 2015 sera déposée auprès de l’Assemblée nationale avant la session ordinaire du mois d’octobre ; pour de nombreux observateurs, cette LFR 2015 a attendu la validation de la mission du FMI ; la session extraordinaire est donc prévue pour le 29 septembre. Le ministre des Finances pour sa part précise par ailleurs le 22 septembre dernier, que son département n’envisage nullement d’augmenter les impôts mais plus exactement d’élargir l’assiette fiscale. Quid des opérations de contrôle fiscal qui s’apparentent à du harcèlement ? Et quand le gouvernement envisage de réduire les subventions à la Jirama par exemple et de faire en sorte que ces subventions soient plus productives, doit-on penser que les délestages ont été au centre des préoccupations ?

- En réponse à ses détracteurs le ministre des Finances admet que le pays traverse des difficultés mais que le régime n’est pas insensible et fait de son mieux. Le gouverneur de la Banque centrale lui vient en aide et déclare ce 23 septembre 2015 que les réserves en devises sont suffisantes pour deux mois et demi, soit 600 millions de dollars. Les exportateurs commencent à rapatrier leurs devises certes mais cela n’influe pas encore sur le cours de l’Ariary, c’est juste si ces devises sont en mesure de freiner la chute de la monnaie nationale ; l’objectif aujourd’hui est d’arriver à retenir cette chute selon un membre du Cercle de Réflexion des économistes ou CREM.
Le gouverneur de la Banque centrale (BCM) avoue que les réserves en devises n’ont cessé de diminuer. Le taux directeur de la BCM n’a pas varié depuis plusieurs années. Aujourd’hui, il faut s’attendre à un réajustement de ce taux directeur. Dans cette perspective, une hausse des taux d’intérêt auprès des banques primaires ne peut donc pas être écartée

- A entendre sinon à bien écouter les explications du président de la République lors de la cérémonie de signature de la lettre d’engagement pour la lutte contre la corruption le 21 septembre, devant la communauté internationale et les bailleurs de fonds et devant ses ministres et la société civile, il connaît le circuit et le réseau des trafiquants de bois de rose. Certes il a appelé à la totale implication de tous dans la lutte mais à certains égards, on a cru comprendre qu’il ne peut rien faire, car il n’a pas les moyens et les fonds nécessaires pour ce faire. Est-ce un appel tacite à l’endroit du Fonds monétaire international (FMI) pour qu’il lui donne les ressources adéquates et que la victoire sur les trafiquants et les corrupteurs et corrompus soit assurée ? Apparemment, l’appel à été entendu à moitié car à la fin de son séjour en terre malgache, la mission du FMI a confirmé que le Facilité de Crédit Rapide sera débloqué après la validation par le Conseil d’Administration du Fonds au mois de Novembre prochain à Lima (Pérou). Le temps que 2016 arrive et le temps que le pays s’enfonce davantage dans la pauvreté et que les valeurs morales partent en fumée, la confiance mutuelle entre les administrés et les dirigeants partent en éclats ! D’ailleurs, Marc Ravalomanana a prévenu l’opinion : les prochains mois seront durs, durs et il faut se serrer la ceinture.

4 commentaires

Vos commentaires

  • 24 septembre 2015 à 11:26 | RAMAHEFARISOA Basile (#9107)

    Les dépenses obligatoires :
    - les salaires des contractuels,
    - les frais de fonctionnement de l’Administration et des Ministères.

    PLUS DE CHEQUE CARBURANT depuis avril 2015

    • 24 septembre 2015 à 13:45 | QUOUSQUE TANDEM (#543) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      « les frais de fonctionnement de l’Administration et des Ministères. »

      Si les fonctionnaires fonctionnent, tout va bien !

    • 24 septembre 2015 à 15:20 | rakoto-neutre (#8588) répond à QUOUSQUE TANDEM

      Si tout un chacun travaille dans le bon sens sans bafouer sa conscience, tout ira bien. Surtout pour ces pourritures et hypocrites de hauts fonctionnaires

    • 24 septembre 2015 à 21:03 | QUOUSQUE TANDEM (#543) répond à rakoto-neutre

      Hauts ou bas, ils se valent tous !

Annonces

Avis de décès

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 350