Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 13 février 2016
Antananarivo | 06h20
 

Culturel

Livre

Un roman à quatre mains

samedi 10 novembre 2007 | Suzy R.

« Retour à l’amer » , tel est le titre du nouveau roman écrit, tout entier par é-mail, par deux femmes : la première, l’écrivain Esther R. Randriamamonjy (E.R.R.), membre de l’Académie Malgache et la deuxième, Chantal Constant, une française de Bordeaux, née à Madagascar en 1948, donc le lendemain des événements de « 47 ». Fille d’un ancien colon français, Chantal Constant, (« Maria » dans le roman), a vécu la guerre dès son âge d’embryon jusqu’à l’indépendance de « son île » que la famille a dû quitter, non sans douleur et amertume chez Maria qui allait être séparée, pour toujours, (trente ans dans le roman) de son amie d’enfance malgache, Rova.

Après trente années de séparation, signifiant silence de part et d’autre, les deux femmes se sont retrouvées grâce à l’internet et une amie Iranienne commune, Nasrin. Elles ont décidé de monter ce roman à quatre mains, qui se trouve actuellement sur les rayons.

Les souvenirs d’enfance doux et amers au quotidien : amitié, jeux, confidences, l’école et la langue française - celle de nos ancêtres communs , les Gaulois, disputes et réconciliations, tout resurgit. Vue rétrospective du passé, nostalgie naturelle et normale, certes, d’une part et échanges de point de vue entre anciens colons et ancienne colonisée sur le présent, non seulement de leur patrie respective mais aussi et surtout du monde chaotique du troisième millénaire où l’on a atterri, que l’on quitte une fois ou l’autre, où il faut amarrer (dans le sens du titre) une fois ou l’autre, et où il nous faut vivre, vivre son temps, vivre dignement, vivre la vie pleinement et utilement. « Ny fihavanana, toy ny fanahy, tsy mahalala valamparia », « L’amitié, comme l’âme, ne connaît pas de frontière », nous fait remarquer Esther R.

Deux femmes de volonté tenaces et patientes, devenues amies et internautes, au réel, deux ordinateurs à plus de dix mille kilomètres l’un de l’autre, deux styles, ont maîtrisé le temps (une année exactement, comme prévu) et « l’espace internet » pour conquérir les cœurs des lecteurs de tout bord, par l’intermédiaire de la TPFLM, « Trano Printy Loterana Malagasy », leur éditeur et toutes les librairies.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 122