Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 24 novembre 2017
Antananarivo | 22h24
 

Société

Plan de relèvement et de résilience

Suivi rigoureux du Pnud

mardi 25 juillet

Une équipe mixte composée de représentants du Ministère de l’Economie et du Plan (MEP), du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation (MID), et du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) s’est rendue dans la Région Androy du 16 au 21 juillet 2017 dernier. L’objectif du déplacement étant de réaliser le suivi et la mise à niveau des activités de relèvement et de résilience dans cette région, qui ont été sévèrement touchée par une sècheresse prolongée aboutissant à une crise humanitaire.

Durant cette mission de suivi, les responsables ont parcouru les districts d’Ambovombe, de Tsihombe, et de Beloha afin de constater l’état d’avancement des programmes de lutte contre la pauvreté et d’appui à la décentralisation, et d’échanger directement avec les autorités locales ainsi que les membres des communautés bénéficiant de l’appui. Les initiatives de réduction de la vulnérabilité des populations et de relance de l’économie locale ont pu être appréciées à travers les différentes initiatives à l’exemple d’« argent contre travail assorti d’épargne » qui permettent à ce jour à près de 3000 personnes d’avoir une rentrée d’argent stable. La mobilisation des épargnes à la fin des travaux permettra également de renforcer les activités génératrices de revenus de ces populations, ciblées parmi les plus vulnérables, et d’impulser ainsi leur autonomie. Faut-il rappeler que depuis le début de l’année 2017, le PNUD en partenariat avec le MEP et le MID ont concentré leurs activités dans l’Androy, misant sur les efforts humanitaires mis en place depuis la crise, mais surtout pour de s’attaquer aux causes structurelles de vulnérabilité des populations et des institutions. Ainsi, la proposition programmatique du PNUD en appui à ses partenaires ministériels consiste à promouvoir et développer une transition entre les interventions humanitaires et celles de développement, via un relèvement résilient des ménages vulnérables de l’Androy en promouvant la décentralisation, la réduction de la pauvreté, la conservation de l’environnement et l’adaptation au changement climatique. Le processus souhaitait s’inscrire dans la continuité de la concertation nationale tenue à Ambovombe en février 2016 et durant laquelle l’Etat Malagasy a lancé un appel à l’action à l’endroit de l’ensemble des acteurs humanitaires et de développement pour développer et mettre en œuvre un plan d’action spécifique pour le Sud intégrant des solutions durables.

(Source : PNUD Madagascar)

Recueillis par Régis Kabary

6 commentaires

Vos commentaires

  • 25 juillet à 10:46 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    « Les initiatives de réduction de la vulnérabilité des populations et de relance de l’économie locale ont pu être appréciées à travers les différentes initiatives à l’exemple d’« argent contre travail assorti d’épargne » qui permettent à ce jour à près de 3000 personnes d’avoir une rentrée d’argent stable. »
    Est-ce que cette rentrée d’argent stable se situe à moins ou à plus de 2USD/J ?

    • 25 juillet à 11:25 | ratiarivelo (#131) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Salama Lecoum***** ! Izao no miseho ny ANTONY : ENCADRENY ry ZALAHY TSARA NY TANTARA (onu na Pnud) raha tsy izany vao : DECAISSEE ny DRALA dia any @ny COMPTE-ZAVONA*****mahereza nama a ?? Samy tsara

    • 25 juillet à 12:28 | Stomato (#3476) répond à plus qu'hier et moins que demain

      La question a se poser serait plutôt :
      Est-ce que cette rentrée d’argent qui arrivera à destination sera-t-elle d’au moins 2$US par jour après ponction d’usage ?
      De toutes façons ce contrôle durera ce que durent les roses, l’espace d’un matin, et vita !

    • 25 juillet à 18:07 | Behantra (#9165) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Mais depuis que le PNUD s’occupe de ces ’choses là’ à Madagasikara .... 3000 personnes c’est raiment peu ?

      Moi je suis d’avis à ce qu’on ARRETE DEFINITIVEMENT ces soit disant aides qui, en fait , ne font qu’appauvrir et asservir un peu plus la population malagasy

  • 26 juillet à 20:21 | lysnorine (#9752)

    @ Behantra-25 juillet à 18:07

    « Moi je suis d’avis à ce qu’on ARRETE DEFINITIVEMENT ces soit disant aides qui, en fait , ne font qu’appauvrir et asservir un peu plus la population malagasy »

    Izany mihitsy no isan’ny fitsipi-pitondrana pôlitika, voalohan-javatra, mialoha ny fanoritana pôlitika vaovao tanteraka, MAMONGANA ny pôlitika narahana hatramin’ny naha-BANKIROMPITRA an’i Madagasikara tamin’ny 1981-1982 noho ny pôlitikan’ny « Tolom-piavotana » sy ny « Boky mena », SY NY RAFITRA REHETRA raiki-tampisaka tamin’izany, indrindra ny momba ny BANKY FOIBE sy ny fitantanana ny VOLAM-PIRENENA.

    Indro averinay eto indray ny toro-hevitra, feno fahendrena, nomen’ny Ambasadaôro Marôkanina tamin’ny fiarahabana ny prezidan’i Madagasikara sy ny mpitondra fanjakana malagasy tratry ny taom-baovao 2016 :

    « (…) Permettez-moi à cette occasion, Monsieur le Président, de vous faire une confidence : depuis mon arrivée dans ce beau pays qui est le vôtre, JE NE CESSE DE LIRE ET D’ENTENDRE RÉPÉTER les mots « Communauté internationale », « Bailleurs de fonds », « Fonds européen de Développement », etc. À TOUTES LES OCCASIONS , qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Mon ÉTONNEMENT était, et demeure, aussi grand que je viens d’un pays, le royaume du Maroc, où ces mots sont TRÈS RAREMENT PRONONCÉS et, ce, pour une raison très simple : le Maroc, sous l’impulsion de son souverain, sa Majesté le Roi Mohammed VI, entreprend toutes les démarches et encourage toutes les initiatives pour que le royaume soit LIBRE de ses mouvements, LIBRE DE CHOISIR SES AMIS ET SES ALLIÉS et, SURTOUT, LIBRE DE DÉFENDRE SON INDÉPENDANCE ET SA SOUVERAINETÉ COMME IL L’ENTEND .

    Le Maroc COMPTE, D’ABORD, sur SES PROPRES FORCES et sur son potentiel AVANT DE COMPTER SUR L’AIDE et l’ASSISTANCE DES AUTRES. Certes, il prépare l’environnement adéquat et fait appel à des moyens ingénieux pour que les très nombreux investisseurs étrangers soient encouragés à venir investir au royaume. Mais les Marocains sont tous très conscients d’une chose. A savoir que le DÉVELOPPEMENT, la CROISSANCE et l’amélioration des conditions de vie NE DÉPENDENT PAS DES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS, mais plutôt de la vision qu’on a de son propre avenir et des EFFORTS, concessions et SACRIFICES qu’on est PRÊT À ASSUMER pour atteindre ses objectifs (…) »

    Toa mbola ho ela anefa vao hahatakatra ny maha-mari-pototra izany ftsikerana izany ny manam-pahefana malagasy sy ny mpilalao pôlitika eo amin’ny lampihazo fanaovana pôlitika ary ny manam-pahaizana manokana momba ny ekônômia sy ny vola mpanoro hevitra azy ireo sy ampiasainy. Ohatran’ ny tsy hitan’izy ireo fa :Nihara-niroborobo foana hatramin’izay ny fitomboan’ny isan’ny hoe « mpanampy » sy fanampiana an’i Madagasikara mbany ny mpihaza tombon-karena amam-tombom-barotra avy any ivelany (« investisseurs étrangers ») sy ny ...FITOMBOAN’NY FAHANTRAN’NY sarambaben’ny vahoaka malagasy.

    Koa na zovy na zovy no prezidàn’i Madagasikara sy izay governemanta tendreny ka mikiribiby, TSY MIALA amin’izany lalan-kitan-kisoa izany, NA OVIANA NA OVIANA tsy handroso ny vahoaka malagasy sy Madagasikara fa vao mainka hiorim-paka ny FIKOROROSIANY.

    • 26 juillet à 20:49 | vatomena (#8391) répond à lysnorine

      C’est bel et bon tout cela, Lysnorine, MAIS qu’elle est la réalité ? Le Maroc est ,je crois ,un pays à tres forte émigration . En ce moment ,le Roi a fort à faire avec les habitants du RIf qui se trouvent etre de plus en plus fort .

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 182