Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 26 septembre 2016
Antananarivo | 07h23
 

Lu ailleurs

Quand l’aide est contestée même dans les situations d’urgence

mercredi 21 janvier 2015
JPEG - 64.4 ko

L’aide fonctionne-t-elle dans les situations d’urgence ? La réponse à cette question, semble-t-il, ne dépend plus de la compassion, mais plutôt du débat en cours sur l’efficacité - ou son manque - de l’aide étrangère. Il y a deux camps puristes. D’une part, il y a ceux qui croient fermement que cela fonctionne, comme Bill Gates et Jeffrey Sachs. D’autre part, il y a ceux qui croient de tout cœur qu’elle ne fonctionne tout simplement pas et nuit à ceux qu’elle cherche à aider, comme William Easterly et Dambisa Moyo. Ces deux camps s’affrontent car il y a un milliard de personnes dans l’extrême pauvreté - dispersées dans le monde – prêtes à tout pour obtenir de l’aide du fait de leur condition de fragilité qui les empêche même de réfléchir à l’efficacité du système.

La concurrence est féroce pour prouver que l’autre camp a tort. Ces débats ayant lieu principalement dans les pays développés, où de nombreuses questions politiques ou économiques sont débattues, le milieu de l’économie du développement a abandonné sa nature complexe incontournable pour débattre en termes de choix manichéens de type blanc ou noir.

Si vous voyez gris, vous ne ferez pas partie de ce débat. L’industrie elle-même est en proie aux points de vue puristes et des « experts », avec un raisonnement rampant de type – ça fonctionne ou ça ne fonctionne pas -. Pire, on pourrait même dire que, certains « experts » ont tendance à être égoïstes avec le seul intérêt de bâtir leurs carrières et leurs gloires.

La critique porte habituellement sur l’aide étrangère seulement, qui correspond à un transfert d’argent du gouvernement d’un pays (la plupart du temps un pays occidental développé) à celui d’un autre pays (la plupart du temps un pays en développement du Sud : Afrique, Asie et Amérique latine). Notez que l’aide étrangère est une transaction entre nations. Dambisa Moyo, dans son célèbre livre (L’aide fatale) sur l’aide étrangère en Afrique, a soutenu avec force que l’aide perpétue la dépendance et ne permet pas de promouvoir la reddition de comptes dans les pays bénéficiaires puisqu’elle est gratuite. Elle a recommandé d’y mettre fin et d’orienter les pays qui en ont besoin vers les marchés de capitaux.

Récemment, les critiques de certains puristes se sont même étendues à l’action des ONG pullulant dans les pays en développement. Dans un récent discours instructif lors du célèbre programme de conférences TED, Ernesto Sirolli, une ancien « bienfaiteur » italien, analysait sur ce qu’il a fait en Zambie. Dans ce qui ressemble à une confession, il donne des détails sur les éléphants blancs qu’ils ont construits. Il déclarait sans concessions : « Chaque projet que nous avons mis en place en Afrique a échoué ...... tout ce que nous avons touché nous l’avons détruit ». Et donne ce conseil à ses successeurs : « Ce que vous devez faire est de vous taire. N’arrivez jamais dans une communauté avec des idées .... , écoutez ».

Certains vont même plus loin pour s’interroger sur l’efficacité et l’impact de l’aide dans les situations d’urgence, longtemps considérées comme le seul cas où elle est efficace, et ceci même par ses détracteurs. Prenez Haïti par exemple. Le tremblement de terre catastrophique en 2010 a frappé l’île, tuant 316 000 personnes, blessant 300 000 autres et laissant un million de personnes sans abri. Après un tel désastre, que ce soit dans les pays pauvres ou riches, vous espérerez seulement compter sur le soutien de l’aide et de la solidarité internationale. Pas du tout.

Haïti, surnommée la république des ONG, a attiré beaucoup d’aide d’urgence immédiatement après la catastrophe mais les choses ne semblent pas s’améliorer. « En effet, plus de 350.000 Haïtiens vivent encore dans des tentes dans des camps dispersés, beaucoup de ceux qui ont quitté sont revenus à des logements insalubres dans des baraques sur les flancs des collines et dans les bidonvilles sur le bord de la mer. Une épidémie de choléra qui a tué plus de 7.500 personnes depuis octobre 2010 reste une menace, avec des cas de dopage après chaque tempête tropicale. Les épidémiologistes blâment la mauvaise hygiène dans une base militaire de la mission de maintien de la paix des Nations Unies, bien que l’ONU ait nié toute responsabilité. » peut-on lire dans un récent article paru dans The Economist. Malgré les promesses de dons de milliards de dollars, la plupart sont encore non tenues - un problème de cadeaux gratuits.

Un autre article paru récemment dans le Wall Street Journal fait le même constat, selon lequel la charité n’était pas d’une grande utilité pour Haïti et accuse :

« ... L’aide étrangère, quand elle passe par le biais des gouvernements ou des ONG - fausse la politique et le commerce, ce qui compromet l’évolution de l’économie de marché. Les ressources gratuites réduisent la pression sur les politiciens pour faire les réformes nécessaires et attirer les capitaux. Lorsque la nourriture et les services sont donnés, les entrepreneurs qui pouvaient servir ces marchés sont exclus. »

L’absence d’amélioration pourrait-elle être attribuée à l’aide ? Une aide est-elle mauvaise en soi ou est-ce la façon dont elle est livrée qui est condamnable ? Le jury est toujours absent. Mais répondre à ceux qui sont frappés par des situations d’urgence, et trouver la meilleure façon d’aider ceux dans le besoin demeure un impératif humain auquel nous devons trouver des solutions adéquates. Néanmoins nos experts préoccupés par leur carrière doivent faire preuve d’un peu plus d’honnêteté intellectuelle. Tout n’est pas noir et blanc. Le monde a toujours été et sera toujours nuancé.

Par Obadias Ndaba, analyste

Article publié en collaboration avec Libre afrique

5 commentaires

Vos commentaires

  • 21 janvier 2015 à 09:54 | Be-Tsikera (#8458)

    Misy ny tranga toy ireny dia :
    - tsy matoky ny fitondrana eo an-toerana ny mpanampy ;
    - tsy mahazo antoka ny fanohanana na eo amin’ny vahoaka eo an-toerana na ireo firenena any ivelany ny endri-pitondrana eo amin’ilay firenena ;
    - ny rafitra heverina fa tsy mahomby amin’ny fitantanana ireny fanampiana ireny, na ny foto-drafitrasa na ny fomba fiasa na ny fikambanana handray sy hitsinjara ny fanampiana, ...
    - eo koa ny fiheveran’ny firenen-kafa fa mbola eo amin’ny sehatra tokony ho zakan’ny fanjakana eo an-toerana ny fiahiana sy fitantanana ny vokatry ny fahasahiranana maro samihafa amin’ny alalan’ireo fanaovana tombana izay tanterahan’ireo masoivoho maro samihafa eo amin’ilay firenena.
    Maro ny mety antony fa amin’ny ankapobeny dia « TSY FAHAZOANA ANTOKA » ny fihetsiky ny mpitondra no handavana ny tsy hanaovana fanampiana ny firenena iray.

  • 21 janvier 2015 à 11:16 | Mikah (#8761)

    Jugeons une aide à travers son impact sur la communauté aidée. Une aide va forcément déstabiliser l’organisation locale et il est de ce fait nécessaire d’y penser.

    Ainsi, on peut distinguer deux situations :
    Le cas d’une aide d’urgence, pour laquelle il est avant tout nécessaire d’assurer la survie. Il est nécessaire d’apporter une réponse immédiate et dans ce cas toute aide devrait être la bienvenue. Faut-il favoriser une aide locale ou extérieure, pour moi la question ne se pose pas.

    Par contre, dans le cas d’une aide à un problème structurel. Il faut absolument y répondre en tenant compte de la situation locale et pas toujours importer des solutions toutes prêtes de l’extérieures.
    Prenons le cas du riz chez nous, si nous continuons à en importer sans réellement nous pencher sur les solutions d’amélioration de la production locale, notre production ne fera de décroître et ainsi on ne fera qu’accroitre notre dépendance. Ce type d’aide résout le problème à court terme mais sur le long terme la situation va s’aggraver.

    • 21 janvier 2015 à 11:20 | Be-Tsikera (#8458) répond à Mikah

      Urgence veut dire : QUESTION DE VIE OU DE MORT.
      Si les aides ne viennent pas, il n’y a rien à reprocher : Les pays donateurs n’ont pas CONFIANCE en « VOUS » (le Dirigeant du pays destinataire).

    • 21 janvier 2015 à 17:47 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Be-Tsikera

      Même les aides sont arrivées,l’argent est déjà revenu au point de départ.
      Les requins des « FINANCES » ne vous laissent pas de « REPLIS ».

  • 21 janvier 2015 à 17:45 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Pour Haĩti :
    9 Milliards USD d’aide d’urgence !
    A combien se monte le taux d’attribution directe à la Population ?
    Les ONG ont fait leur « BEURRE ».
    Les gros ravaux de reconstruction sont attribués à QUI ?
    Les aides sont revenues au point de départ.
    Les riches s’enrichissent et les pauvres s’appauvrissent.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 244