Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 26 septembre 2016
Antananarivo | 00h38
 

Diplomatie

Finances internationales

Pourquoi ne pas saisir les opportunités du Mouvement des Non Alignés ?

jeudi 26 mars 2015 | Valis

Les négociations récentes de la mission du Fonds monétaire international (FMI) conduite par George Tsibouris avec le ministère des Finances malgache n’ont pas vraiment satisfait les observateurs. Elles ont montré que l’espace de manœuvre de la partie malgache est très limitée. Le FMI exerce une pression telle qu’elle est jugée par de nombreux politiciens et observateurs comme inacceptable car frisant l’intervention dans les affaires intérieures. Le ministre des Finances, François Marie Gervais Rakotoarimanana, a même été obligé de reconnaître certaines exigences difficiles à admettre. Il a même laissé entendre que s’il était permis de refuser certaines conditions du FMI sur l’obtention de Facilités Etendues de Crédits, touchant notamment l’exonération de droits de douane sur le riz, il l’aurait fait ; c’est du moins ce que beaucoup ont compris.

En posant de telles conditions draconiennes, le FMI fait litière cyniquement du cataclysme naturel et des sinistres provoqués par le cyclone Chedza. Il tourne le dos et fait le dos rond sur la nécessité de soutenir le régime légitime du président de la République, Hery Rajaonarimampianina, dans ses efforts pour surmonter les conséquences de la crise politique.

La position du FMI par rapport à Madagascar paraît un peu étrange sur le fond. Il a approuvé quelque 17 milliards de dollars, à titre de prêts pour le gouvernement ukrainien actuel malgré qu’il a accédé au pouvoir grâce à un coup d’État.

On se pose la question, pourquoi c’est si compliqué pour le FMI de trouver des fonds pour Madagascar ? Madagascar qui est rentré dans l’ordre constitutionnel à la grande satisfaction de toute la communauté internationale et qui veut construire une vie désormais paisible, alors qu’il est très facile pour le FMI d’allouer une aussi importante somme, à titre de prêts à Kiev –somme qui sera utilisée sans doute pour financer des opérations douteuses à l’Est du pays contre son propre peuple ?

Le gouvernement malgache et ceux des autres pays en voie de développement qui se trouvent dans de pareilles situations, auront une bonne occasion pour soulever une question de la politique des deux poids deux mesures appliquée par le FMI dans le cadre du Sommet du Mouvement des pays Non Alignés. Il faut dire que c’est la deuxième organisation internationale qui rassemble le plus de pays membres après l’ONU.

Ce sommet se tiendra du 18 au 23 avril en Indonésie et sera marqué par la célébration du 60è anniversaire de l’organisation.

D’après des analystes et experts en relations internationales, il est nécessaire d’utiliser cette rencontre, où les chefs d’État et de gouvernement de plus de 100 pays doivent prendre part, pour consolider le Mouvement et élaborer une manière équitable d’aborder les affaires internationales, y compris financières. L’objectif est de faire en sorte que les pays riches dirigés par les États-Unis ne puissent pas l’ignorer et utiliser le FMI aux fins de garder leur hégémonie dans les relations internationales.

21 commentaires

Vos commentaires

  • 26 mars 2015 à 10:15 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Notre Ministre des Finances et du Budget connaît bien==très bien==le FMI et la Banque Mondiale,bref tous les requins de la « FINANCE INTERNATIONALE » ;
    Pour une fois,faisons==entièrement== confiance à ses jugements.

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa gmail.com

    • 26 mars 2015 à 18:06 | Gérard (#5118) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Madagascar un pays en développement ?????
      Madagascar est un pays plongé dans le marasme économique,
      un pays en régression constante et durable, un pays en récession, un pays en déclin, en, dépérissement, en stagnation, sclérosé et gangrené par la corruption massive des gouvernants.
      Soyons honnêtes et reconnaissons que le FMI n’est pas dupe de ce qui se passe réellement à Madagascar.
      Une information quelle qu’elle soit, que ce soit un Vahaza tué à Ambohibao par exemple comme ce fut le cas dernièrement est immédiatement relaté dans les journaux en France, même si a Madagascar on veut passer l’info sous silence... et j’en passe et des meilleures car qui irait faire du tourisme dans un pays où les forces de l’ordre tirent à balles réelles sur des manifestants ?

  • 26 mars 2015 à 10:55 | jaongaly (#6709)

    Bonjour,
    Quels sont svp ces conditions et pourquoi il est difficile de les remplir ?
    Merci.

  • 26 mars 2015 à 11:15 | Isambilo (#4541)

    Ne mélangeons pas les serviettes et les torchons.
    Le FMI prête de l’argent à l’Ukraine pour des raisons politiques : les occidentaux craignent plus que tout que l’Ukraine bascule à nouveau dans le camp russe. Ce qui occasionnerait un déséquilibre des forces au profit de la Russie et ses états satellites comme la Tchétchenie. Que Madagasar puisse basculer dans le néant ne représente aucun risque pour l’équilibre des forces au niveau mondial, ni un risque pour l’ultra libéralisme actuel. Le FMI et la Banque Mondiale sont des instruments mis en place par les pays capitalistes les plus puissants pour que leurs affaires se passent bien et selon leurs seuls critères.
    Pour ce qui est du Mouvement des Pays non-alignés, effectivement créée en Indonésie avec le Mouvement Trilatéral il ne faut pas oublier que l’Indonésie était gouvernée par Suekarno qui en était un des fondateurs. Suekarno est mort, Nehru est mort, Tito est mort et Castro ne va plus bien du tout. Le Mouvement des pays non-aligné a été créé pour échapper du camp capitaliste ou du camp socialiste. Depuis que la guerre froide est finie ce mouvement n’a plus de raison d’être et c’est une coquille vide. Fêter l’anniversaire de la création de ce mouvement relève du masochisme pour les participants. Par contre c’est une bonne affaire pour les organisateurs d’évènements.
    Rappel, Suekarno a payé cher sa défiance vis à vis des USa : il a été renversé par Suarto avec l’appui de la CIA.
    Des pays se sont passé du FMI, comme la Malaisie, l’Islande, l’Argentine et le Pérou. Mais ce sont des pays où l’état existe et les hommes politiques sont entourés de techniciens compétents sans titres universitaires ronflants. Nous, on continue à être gaga parce qu’untel ou unetelle a fait Harvard. En oubliant qu’il faut payer très cher pour s’inscrire à Harvard et, vu le montant de l’écolage, cette université n’hésite pas un seul instant à délivrer un bout de papier. Etant entendu qu’avec un diplôme d’Harvard, si vous n’avez pas un carnet d’adresse solide, vous pointez au chômage.

    • 26 mars 2015 à 12:58 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Isambilo

      L’UKRAINE,c’est la troisième mondiale toute tracée.
      Personne ne veut être le déclencheur de cette « GUERRE » ;

      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa gmail.com

    • 26 mars 2015 à 13:41 | Parole (#2602) répond à Isambilo

      L’éternelle question : qui a besoin de qui ? En 1994, après des élections en bonne et due forme, les dirigeants ont cru décrocher la lune avec leurs financements « parallèles ». La réponse du FMI était à l’époque : si Madagascar peut emprunter sur le marché financier international, il n’a pas besoin de prêts concessionnels. Quand on a compris ça on a tout compris.

    • 26 mars 2015 à 15:29 | Razaka (#7817) répond à Isambilo

      Hello Isambilo.

      Vous avez tout à fait raison de dire que c’est une Coquille vide ce ‘’Mouvement des Non Alignés’’.
      Je suis d’accord également avec votre pertinente analyse selon ma vision des choses et me semble complémentaire à ce que j’essaie de dire ci-dessous.

      === Cette Coquille Vide emmène à mon sens un Devoir de réorganisation de l’UA en général.
      A quand une Organisation de l’UA digne, indépendante et souveraine verra le jour ?
      Pourtant c’est tout à fait réalisable avec la bonne volonté et surtout par la Prise de Conscience qui manque au Pouvoir malgache notamment ===.

      === Compte tenu d’une nouvelle donne Géopolitique et Géoéconomique mondiale (que j’ai déjà posté sur MT/ ‘’DAVOS Forum 2015’’ dont j’en rapporte une petite partie ci-dessous), cette Coquille devenue Vide comme vous dites doit faire prendre conscience l’Union Africaine (UA) à s’Organiser obligatoirement et surtout AUTREMENT ===.
      ** Les Membres de l’UA ne devraient plus faire appel aux Mafias FMI-BCE-BM champions de l’Intégration Financière Mondiale.
      ** L’UA doit coopérer pour aider la CEDEAO à mutualiser ses Forces pour défendre ses frontières au Sahel et surtout Abandonner le Franc CFA (Go away Africom & Allied).
      ** Le SADC doit développer ses coopérations régionales au service de ses Membres ….. etc ….
      ** Cette nouvelle UA doit créer de nouveaux Partenariats renforcés avec les BRICS et les 3 Dragons d’Asie (Taiwan – Singapour – South.Korea) dont la réussite du modèle économique est sans équivalent.
      ** Mais l’UA doit s’organiser elle-même en profondeur et d’abandonner (par exemple) les visions et la méthode d’un Alassane Ouattara ou d’un Blaise Compaoré.

      === Pourquoi rêver une telle réorganisation l’UA ? pour les Raisons suivantes : ===
      Certes l’ancienne guerre froide est passée et semble-t-il gagnée par les USA !
      Mais une nouvelle Puissance continentalisée prône à tout prix de contrer la Multipolarité de l’Echiquier mondial au détriment de la Souveraineté Nationale surtout des Petits Pays.
      C’est la Nouvelle Aire de Puissance USA qui se continentalise. Elle s’étend du Canada au Mexique dont Cuba nouvellement intégré. Plus tous les Pays Riches du Golf et Israël, le Vassal E.U (OTAN) bien évidemment renforcée par des ex Pays de l’Est nouvellement intégrés.
      == L’Ukraine n’est qu’un exemple parmi tant d’autre où c’est la seule volonté des USA qui domine son vassal l’Otan plus proche des conséquences. A tel point que l’EU où la France (en particulier) doit se plier malgré tous ses problèmes à ne pas livrer à Moscou le Porte-Avions militaires ! ! ! ==
      ** Le FMI la BM et la BCE sont des grandes Institutions au service d’une Intégration Financière Anarchique à grande échelle de cette nouvelle Aire de Puissance et ses Multinationales.
      ** Je ne vais pas rentrer dans les détails techniques, mais d’abord la Monnaie a de l’importance dans l’économie car elle est émise sous Forme de CREDITS par les Secteurs Bancaires.
      Cela ne crée pas au fond de Richesses, mais souvent des transactions supplémentaires dans une Bulle de spéculation dématérialisée et légalisée à outrance.
      Par exemple pour $1000 empruntés par X à une Banque, cette dernière a seulement besoin d’en avoir $10 dans sa réserve. $9000 (monnaie scripturale / argent créé ex nihilo) seront créés juste par jeux d’écritures dont la Banque ne dispose même pas, mais qui vont en plus créer des intérêts.
      Ensuite les $9000 enlevés de réserve de $900 vont être prêtés à Y de la même façon pour créer $8100 de monnaie scripturale (réellement inexistante) et ainsi de suite …. C’est du Vol organisé du système monétaire où les Banques appliquent ‘’la division fractionnaire’’.

      === > Prenons l’exemple d’un prêt immobilier l’achat d’un appartement.
      La banque crée deux dettes, une à son actif qui est le prêt que vous devez lui rembourser, une autre à son passif qui est le compte de dépôt où elle dépose l’argent emprunté.
      Si vous ne pouvez pas rembourser, la Banque va s’approprier la valeur de l’appartement, alors qu’elle n’avait rien auparavant (l’argent a été créé ex nihilo). L’appartement va donc se rajouter à ses actifs alors que le prêt va être retiré de ses actifs.
      On est dans un jeu d’écritures à somme nulle mais la banque possède maintenant un appartement de plus : c’est pourquoi le prêt avec intérêt est illégitime car la Banque n’a pas pris de risque, à aucun moment, pour accroître son capital, au dépens du reste de la Société.
      Si vous remboursez, elle ne perd pas, si vous ne remboursez pas elle gagne un appartement.
      Autrement dit, la Banque a prêté une somme qui n’existait pas auparavant et qu’elle a créée en la faisant apparaître sur le compte de l’emprunteur, mais l’emprunteur lui rembourse avec l’argent qu’il possède et qu’il gagne avec son travail < ===.

      Donc les Pays Africains et surtout Madagascar doivent combattre et donc éviter ce système créé par les Banques Centrales Occidentale non moins adhérentes et actionnaires du FMI, mais qui est aussi au service d’une Pensée Unique Mondiale.

  • 26 mars 2015 à 11:40 | jansi (#6474)

    Bonjour a tous
    Tous les pays souffrent des diktats des bailleurs internationaux, meme les pays democratiques.
    La France subit les pressions insoutenables de la Commiwwion européenne a propos de son deficit superieur a 3% du pib.
    La Grece essaient de se defaire de l’etau insupportable de la troika et de la RFA.
    Tous les pays d’Afrique sont les cibles faciles du Fmi .

    Madagascar d3vrait songer a devenir plus attrayant et competitif pour les IDE, tout en evitant de vendre son ame . Cest faisable a voir les experiences du sud est asiatique.

    • 26 mars 2015 à 11:49 | Isambilo (#4541) répond à jansi

      Oui mais dans le sud ouest asiatique il y a des entrepreneurs et des financiers qui savent ce que gérer veut dire.

    • 26 mars 2015 à 12:39 | Rakotomenatra (#6912) répond à jansi

      Là vous pouvez attendre longtemps !

      La priorité pour ces dirigeants est la vente de beaucoup d’alcool (comme l’Etat est actionnaire majoritaire dans la STAR...), pour souler et infantiliser les gens, pour qu’ils ne réfléchissent pas trop.

      Et évidemment : TDMP !

      Avant de rêver d’attirer des investisseurs, il faudrait traiter ceux correctement qui ont déjà osé s’aventurer dans ce beau pays. Mais on les traite comme si c’était une grâce de les laisser entrer dans ce paradis magnifique...

      La croissance économique du pays n’est pas du tout la priorité des politicards - au contraire. On est tracassé par des harcèlements fiscaux et des tentatives de corruption, au moment où on pourrait espérer un retour de son investissement, il y a toujours une crise et donc pas de revenus pendant plusieurs mois, tout de même il faut toujours payer des impôts. Et la dernière crise était en plus suivie d’un bordel de 5 années de transition.

      Et tout ce qu’on touche est politique, politique, politique !

      D’ailleurs - la dernière crise était quand ? en 2009 ? oups - on est déjà dans la 6ième année ! Comme cela se répète tous les 5-7 ans à Madagascar, il est temps pour la prochaine...

      Donc soyez les bienvenus chers investisseurs - amusez-vous bien !

    • 26 mars 2015 à 20:40 | jansi (#6474) répond à Rakotomenatra

      Ceux (les IDE) qui sont la, dites vous, sont maltraités ?
      Ce n’est pas totalement vrai.
      Jugez en :
      - Sheritt et QMM ne ristournent que 1 à 2% à l’Etat. Il est vrai qu’il s’agit d’une veritable braderie organisée par R8 avant sa chute. Ce qu’on aimerait connaitre, c’est la contrepartie, car meme le personnel ouvrier est importé du Sri Lanka et des Philippines.
      - Dernierement un ouvrier malagasy d’Ambatovy Moramanga est décédé suite à la négligence des employeurs. Grève s’ent suit jusqu’à ce jour.
      - Les entreprises des zones franches se portent plutot bien. Certains (chinois semble t il) se permettent meme de traiter leurs ouvriers et ouvrieres comme de veritables esclaves. Aucune possibilité de créer des conventions collectives. Et les inspecteurs du travail n’y peuvent rien.
      - Aucune entreprise dirigée par les Malagasy ne beneficient des privilèges fiscaux reservés aux seuls IDE. Rares sont les entreprises malagasy qui peuvent bénéficier d’un pret bancaire. En revanche, certaines entreprises etrangères n’apportent aucun dollar ou euro de l’extérieur et sont financés depuis le début par les banques étrangères implantées à Mada. C’etait d’ailleurs le but de la manoeuvre quand les 1eres vagues de privatisation avaient concerné les banques nationales.
      Les entreprises etrangères soumises aux règles du droit commun (Telma, Orange, Colas, Airtel, Shell, Total, Galana, Jovena etc) se portent plutot bien. On refuse aux petroliers amont d’augmenter les prix ? Ok, mais il y a des compensations comme non paiement de certaines taxes .
      - D’autres entreprises et sociétés (dirigés par des indopakistanais en général) se plaignent des mauvais traitements des agents fiscaux par exemple ? Il faut voir la juteuse contrepartie. Ils oublient souvent de tout déclarer.

      Il est vrai, il y a plusieurs dysfonctionnements. Quand je parle de rendre le pays plus attrayant aux IDE, il ne s’agit pas toujours d’exemption de taxes et impots. Il y a aussi des conditions techniques comme le manque d’énergie, les infrastructures defectueuses, la corruption, l’état de non droit.
      Je pense aussi qu’il faut arreter de vendre son ame en proposant des salaires de misère aux employés, en passant des accords occultes en faveur des dirigeants personnellement.

      Il faudrait mettre toutes les entreprises malgasy et etrangères sur le meme pied d’egalité. C’est surement et non seulement la 1ere condition d’une veritable competition mais aussi la condition de l’assainissement du milieu des investisseurs en tous genres.

  • 26 mars 2015 à 13:25 | faliafo (#8347)

    Même l’amiral rouge, grand agent publicitaire des non-alignés en son temps, n’a pas osé demander ou n’a pas pu obtenir un centime de ce Mouvement. Si « le (pseudo-)mérite » du tetezamita était de faire fonctionner le pays, pendant 5 ans, sans rien obtenir des bailleurs traditionnels, les dirigeants de l’époque, Rajaonari-modi-fanina en première ligne, avaient fait preuve d’incapacité certaine pour esquisser une nouvelle approche de recherches d’autre source de financement pour Madagascar. Nous avons raté, par exemple, l’opportunité de se présenter à la nouvelle banque de développement (NDB BRICS). Maintenant que ce groupe n’est plus à la mode puisque leur économie stagne dangereusement, puisque certains spécialistes prédisent même que la prochaine crise financière mondiale proviendra de ce coin du fait que ces pays sont superbement surendettés et puisque... comme la Chine a récemment entamé sa sortie de ce groupe en créant l’Asian Infrastructure Investment Bank, faisant trembler les américains (WB) et l’ADB, la question du jour à poser, en parlant des Finances Internationales serait : « Pourquoi ne pas frapper à la porte de l’AIIB ? » D’autant plus que la Chine a clairement spécifié que chaque pays souhaitant y adhérer sera le bienvenu.

    • 26 mars 2015 à 15:32 | Isambilo (#4541) répond à faliafo

      Il n’est pas dans la conception chinoise de partager le pouvoir, et cela depuis le début de notre ère au moins. Soit 2015 ans. Ce serait donc miala Ankatso, Ambohidempona.
      Le FMI et la Banque Mondiale surveillent de très près la banque des BRICS. Ils ne se gênerons pas de faire sauter cette banque s’ils pensaient que ça pourrait mettre en cause leur pouvoir sur la finance international. Les BRICS sont d’ailleurs toujours membres du FMI et de la Banque Mondiale.

  • 26 mars 2015 à 17:33 | jaongaly (#6709)

    Bref,
    Si j’ai bien compris, ces institutions utilisent les mêmes critères basiques que toutes les banques ;
    crédibilité, solvabilité, bonne gouvernance, stabilités politiques, sociales et économiques....
    Et surtout n’oublions pas que la Confiance est le fondement de toutes les échanges depuis, au moins, Mathusalem.
    Donc moins le bailleur a confiance plus les conditions d’octroi de ses aides sont pointues.

  • 26 mars 2015 à 18:15 | Ra-Jao (#282)

    TEXTE PROPOSE PAR PAMBAZUKA NEWS.
    Madagascar et ses ressources naturelles : c’est bien plus grave que ce qu’on vous dit !
    A diffuser et à rediffuser sans arrêt.

    Projets miniers, pétroliers, minerais, bois précieux, ressources halieutiques, plantes médicinales et biopiraterie, puits de carbone, la liste est longue.
    - la société Sherrit International . : Accord officiel donné par Andry Rajoelina pour le projet minier Ambatovy en 2012
    - Expulsion de plusieurs milliers de paysans par la société Bionexx (3) du côté de Fenomanana, près d’Imerintsiatosika, dans le district d’Arivonimamo selon le collectif Tany. Les médias locaux parlent d’expulsions de 6000 familles et des emprisonnements. Des paysans qui continueraient à occuper illégalement 658 ha de terres (sur lesquelles ils vivent depuis plusieurs décennies !) que la société Bionexx loue désormais auprès d’une entreprise lybienne Laico. (cf.MT 12/09/2012).
    Les familles ont été expulsées des terres où elles cultivaient du riz et du manioc depuis plus de 30 ans
    - Rio Tinto, groupe mondial d’exploitation minière, principal partenaire de l’État malgache dans la région Anosy pour l’exploitation de l’ilménite. Cette même entreprise qui, pour le besoin de ses extractions, va dégrader 1665 ha d’habitat forestier littoral (5) sur les sites miniers de Mandena, Petriky et Sainte Luce en 40 ans et avait déjà commencé à déplacer des communautés (UICN et Rio Tinto, 2012). Rio Tinto QMM assure néanmoins que ces communautés ont reçu des compensations financière .
    - société Mainland Mining Ltd, (6) qui explore actuellement (ou exploite, on ne sait plus trop !) l’ilménite et le zircon dans les régions Analanjirofo et Vatovavy Fitovinany, avait obtenu une concession de 26 000 carrés miniers de la part de l’État Malgache.
    A vos calculette : 1 carré minier équivaudrait à 85 ha. Et si vous faites le calcul, on arrive donc à 2 221 000 ha de terres/
    Certes, la société a des engagements (usines, emplois,construction pour évacuer leur production..) , mais force est de constater que la société n’aurait ni paramètres de suivi environnemental, ni un responsable environnemental du projet, ni rapport de suivi environnemental, encore moins un acte domanial du terrain. C’est bien au-dessus des 1 300 000 ha que Daewoo souhaitait louer pour 99 ans à Madagascar.
    - Total a eu l’exclusivité du projet d’exploitation de sables bitumineux de Bemolanga et Tsimiroro (Total et l’or sale de Madagascar : http://blogs.mediapart.fr/blog/jade-lindgaard/141210/total-et-l-or-sale-de-madagasca).
    La lecture de document nous apprend qu’en septembre 2008, c’est-à-dire juste avant le coup d’État militaro-civil de 2009, Total a payé 100 millions de dollars pour ses 60 % du champ de Bemolanga, devenant ainsi son exploitant unique et ayant convenu d’un programme de travail de deux ans destiné au forage de 130 puits principaux supplémentaires pour un coût de 200 millions de dollars. D’après les estimations, le champ de Bemolanga contiendrait plus de 16,5 milliards de barils de pétrole en place, avec près de 10 milliards de barils de pétrole récupérable, et le développement du champ coûtera entre 5 et 10 milliards de dollars (Source : Friends of the Earth, 2011).
    - Les investisseurs étrangers déjà bénéficiaires de permis d’exploration sont nombreux : Allemand Tantalus pour les terres rares, Indien Varun pour l’or et le platine, Chinois Mainland Mining pour l’ilménite et WISCO pour le fer, Thaïlandais Pan African Mining pour l’uranium, Australien Toliara Sands Project pour l’ilménite, pour ne citer que ceux-là. Certains se sont organisés en joint-venture, l’association la moins connue étant celle entre les sociétés chinoises « de pétrole de Daqing » avec le groupe indien Varun
    La liste des projets d’exploitation des ressources naturelles et des actifs naturels sur le territoire malgache est long, bien trop long (projets miniers, pétroliers, minerais, exploitation illégale légalisée du bois précieux, pillage des ressources halieutiques, plantes médicinales et biopiraterie, les puits de carbone ou REDD, les terres, etc). Et malheureusement, elle est méconnue du “grand public” alors que les enjeux sont colossaux. Pourtant, il s’agit indiscutablement d’une question de “choix social” qui devrait être démocratique, concerté et négocié. Les dirigeants d’hier et d’aujourd’hui hypothèquent le futur de tout un peuple et celui de la génération future Malgache, en négociant et signant de “manière unilatérale” ces différents contrats, sous-prétexte d’une nécessité de redressement du pays et de préalables au développement.
    Tous ces projets, catastrophiques et irréversibles pour certains, ont un coût incommensurable pour la Société malgache, notamment les 75% de population pauvre et extrêmement vulnérable, sans parler des dégâts irréversibles pour l’environnement et pour notre biodiversité. Une vraie injustice environnementale, économique et sociale ! Bien sûr, ces projets sont indéniablement bénéfiques pour l’Etat malgache qui devrait théoriquement bénéficier de taxes et de royalties/ Encore faut-il que ça arrive dans les caisses, car ceux que les malgaches portent à la tête de leur pays réussissent à “capter la rente” (c’est devenu monnaie courante pour cette catégorie sociale privilégiée !) et pour les quelques Malgaches qui sont employés dans ces projets, mais aussi et surtout pour les compagnies privées venues dans ce pays béni des dieux, ce paradis terrestre où tout est accessible si facilement. Et bien évidemment, les multinationales et les compagnies privées étrangères ne peuvent que se saisir de telles opportunités, surtout quand la gouvernance est faible, et le peuple maintenu dans une “ignorance totale”.

    Pour conclure, peut être que comme moi, vous vous posez la question de savoir pourquoi Madagascar est l’un des pays le plus pauvre du monde actuellement.
    Et comme moi, vous êtes certainement bien d’accord que la politique de main tendue que nos dirigeants successifs ont décidé, est bien incompréhensible.
    Mais je crois que l’explication est simple : cette race d’homme qui se batte pour conquérir le pouvoir a trouvé la façon la plus rapide de faire fortune pour profiter des quelques années qu’ils vont vivre sur cette terre : leur ristourne après la conclusion de l’accord de financement par Bretton Woods et leur commission en contrepartie des contrats signés avec les multinationales.
    L’enjeu pour notre peuple c’est de tomber sur des dirigeants patriotes qui lucidement mettra en place vrai une stratégie de développement basée sur l’exploitation de nos richesses naturelles tout en préservant l"nvironnement pour nos enfants. Est ce une utopie ?
    Le Botswana, ce petit pays, 10 ans seulement après son indépendance, est devenu un modèle en Farique en fondant son développement sur l’explotation de ses ressources diamantaires.

    • 26 mars 2015 à 20:47 | jansi (#6474) répond à Ra-Jao

      Entièrement ok avec vos propos.
      Il y a du boulot en vue.
      Eviter le FMI, ou tout au moins reduire son intervention ? Rendre Mada plus attrayant sans toutefois vendre son ame comme le demontre tout ce que vous devriviez ci dessus.
      Merci.
      Cordialement

  • 26 mars 2015 à 22:59 | takaka (#8449)

    Les non alignés ? C’est du périmé.

  • 27 mars 2015 à 11:27 | Rakotozafy (#1655)

    C’est bien beau tous ces propositions ; mais quels autres organismes sont prêts à prêter à un taux à 0.5 % d’intérêt comme le FMI ou les autres Bailleurs reconnus par cette Institution. Parce qu’il ne faut pas oublier que toutes les aides doivent avoir l’assentiment du FMI et passe par eux.

    Aussi le DJ serait plus idiot qu’on le pensait s’il n’a pas cherché à profiter de ces financements, durant presque SIX ans.

    Dernière question pratique comment compenser le déficit de notre balance de paiements ? Principale aide du FMI pour Madagascar.

    • 27 mars 2015 à 12:08 | Rakotozafy (#1655) répond à Rakotozafy

      rectificatif

      C’est bien beau toutes ces .....

    • 27 mars 2015 à 12:37 | Ra-Jao (#282) répond à Rakotozafy

      Rakotozafy, je porte à votre connaissance l’histoire économique du Botswana.
      Et je laisse à votre appréciation si ce modèle - fonder sa stratégie de développement sur ses diamants - n’est pas applicable chez nous avec la diversité de nos ressources narurelles ? La bonne gouvernance et le patriotisme, à l’instar des dirigeants botswanais sont les conditions qui font défaut dans notre régimme bananier.

      "La forte croissance de l’économie botswanaise trouve largement son origine dans la découverte, en 1967, de gisements diamantifères à Orapa (mis en service en 1971), puis à Letlhakane (mis en service en 1977), et surtout dans la découverte, en 1973, du gisement exceptionnel de Jwaneng. Mise en service en 1982, la mine de Jwaneng est en effet la plus grande mine de diamant mise à jour depuis un siècle, et l’un des premiers sites au monde pour la qualité de ses gemmes.
      Ces gisements exploités par la Debswana, société conjointe (50 % Gouvernement - 50 % De Beers), ont produit 20 millions de carats de diamants en 1997 (soit près d’un cinquième de la production mondiale), commercialisés par le Consortium De Beers-Central Selling Organization (CSO), pour une valeur de 6,3 milliards de francs.
      Production annuelle de diamants au Botswana (en millions de carats)
      1981 1985 1990 1997
      5,0 12,6 17,3 20
      Le diamant représentait ainsi, en 1997, un tiers du PNB, la moitié des ressources publiques et 70 % des exportations du Botswana.
      3. Une politique macroéconomique très prudente
      La manne « diamantifère » a été exceptionnellement bien gérée : le Botswana a largement échappé à la « maladie hollandaise » qui affecte la plupart des économies rentières et se manifeste par un endettement gagé sur les ressources futures, l’hypertrophie du secteur public, une inflation élevée et des salaires trop élevés par rapport à la productivité du travail, ce qui empêche le développement du secteur privé.
      Le train de vie du Gouvernement botswanais est modeste et les bâtiments officiels (présidence, ministères, Parlement) visités par la Délégation du Sénat ne présentent aucun faste..."

    • 28 mars 2015 à 11:30 | Rakotozafy (#1655) répond à Ra-Jao

      Aucun pays n’a les mêmes conditions économiques, si ça réussit à Botswana, ce n’est pas obligé que c’est pareil pour nous, déjà pour principe dans notre cas, je suis contre l’exploitation du sous sol, laissons ces richesses à nos enfants, plus tard ils en auront plus besoin que nous.

      Je continue à dire, qu’il faut qu’on développe l’agriculture pour l’exporter en Afrique, ils en ont besoin et nous, nous avons la terre, le soleil, l’eau, la main d’œuvre, le savoir et c’est de ressource économique renouvelable, pas comme la richesse du sous sol.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 102