Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 28 septembre 2016
Antananarivo | 23h12
 

Environnement

COP 21

Pourquoi Madagascar a-t-il besoin d’un accord ?

mardi 8 décembre 2015 | Domoina Ratovozanany

La deuxième semaine de la COP 21 a débuté le 7 décembre 2015 par la première séance de la réunion de haut niveau où chaque ministre a prononcé une déclaration nationale. Le ministre malgache de l’Environnement, Ralava Beboarimisa, a pris la parole au milieu de l’après-midi. Il a lancé un appel en faveur de la prise de responsabilité et du respect des principes de la Convention, à l’endroit des pays responsables du changement climatique.
« La conservation de la nature est une priorité pour Madagascar, en tant que hotspot de la biodiversité, car nos espèces endémiques sont menacées par le changement climatique. Nous avons un besoin urgent d’une mobilisation efficace et transparente des moyens de mise en œuvre, renforcement des capacités, transfert de technologie et accès direct au financement climatique, pour mettre en œuvre efficacement les actions de lutte contre le changement climatique », souligne Ralava Beboarimisa.

Notons que la veille, le 6 décembre, les ministres du continent africain de l’environnement ont tenu une conférence de haut niveau en présence du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, en vue d’aligner les points de vue africains et de défendre les positions et les intérêts du Continent pendant le reste du Sommet planétaire. La Grande île est également parmi les signataires de la déclaration du Forum climatique vulnérable (CVF) du 30 novembre et a adhéré à la déclaration « Because of the oceans » du 4 décembre.

Subséquemment, Madagascar appelle aussi à l’application du principe de différentiation au niveau de la mitigation, la transparence et la finance, ainsi qu’au traitement de l’adaptation et de la mitigation d’une manière équilibrée, du maintien de la température mondiale en-dessous de 1,5°C dans l’article 2. Dr Hery Rakotondravony, principal négociateur de Madagascar, a précisé que « malgré le consensus qui est en bonne voie entre les 196 parties, un immense effort doit être effectué concernant le financement climatique et la définition des pays vulnérables ».

Enfin, Ralava Beboarimisa a salué la déclaration de Laurent Fabius, président de la COP 21 qui a encouragé les différentes parties à trouver un accord contraignant. « La signature d’un accord sur le climat est importante pour Madagascar, car nous sommes parmi les pays les plus vulnérables au changement climatique. Nous avons besoin que les pays historiquement polluants nous aident à nous adapter et à contribuer à la mitigation », conclut le Ministre malgache de l’environnement.

Domoina Ratovozanany
Climate Fellow COP 21 Fellow du projet Adopt A Negotiator

27 commentaires

Vos commentaires

  • 8 décembre 2015 à 09:22 | mandrozeza (#5123)

    Plutôt que « car nos espèces endémiques sont menacées par le changement climatique »
    lire :
    car nos espèces endémiques sont parfois mangées par nos compatriotes

    • 8 décembre 2015 à 09:42 | Tsisdinika (#3548) répond à mandrozeza

      Allez plus loi dans votre raisonnement. Par exemple, les espèces endémiques sont parfois mangées par nos compatriotes parce qu’en raison du changement climatique, les terres arables et les pâturages s’appauvrissent, forçant les populations à exercer une pression sur les ressources naturelles. On n’est quand même pas comme les Japonais qui tuent les baleines pour le plaisir non ?

    • 8 décembre 2015 à 09:50 | Noue (#2427) répond à mandrozeza

      Il n’y a pas que ça !

      « Nous avons besoin que les pays historiquement polluants nous aident à nous adapter et à contribuer à la mitigation », conclut le Ministre malgache de l’environnement. »

      et Madagasikara n’en fait pas partie ? oh non ! pour lui Madagascar ne fait que subir ? d’où on ne fait rien ! on attend juste que les aides rentrent pour faire quelque chose ? allons !

    • 8 décembre 2015 à 10:32 | Isambilo (#4541) répond à Noue

      J’aimerais bien savoir ce que signifie « mitigation » dans ce contexte.
      Un point précis à exiger de la France : que ses bateaux réunionnais avec un équipage breton comme il se doit arrêtent de massacrer le fond marin. Dans le Canal de Mozambique, les Japonnais avaient commencé la destruction avec la Somapeche installée à Majunga. Maintenant ce sont des compagnies privées françaises qui prennent le relais alors qu’ils se plaignent des Coréens et des Japonais.
      On n’a pas besoin de la Cop21 pour éviter de travailler avec Rio Tinto ou Ambatovy, etc. On a surtout besoin d’individus intègres et compétents prêts à subir les intimidations des épiciers nationaux qui sont encore au stade du cueilleur-chasseur.
      Je ne vois aucune contradiction entre Tsidinika, Noue, Mandroseza, ça se complète et c’est pris avec un peu d’humour, en rien désagréable.

    • 8 décembre 2015 à 11:08 | Dadabe (#9116) répond à Isambilo

      Pour ce qui est du massacre des fonds marins, je suis d’accord. Après les Japonais, les armateurs Réunionnais. Ok. Pour les ailerons de requin, les concombres de mer et la pêche, au bord même du littoral, de poissons juvéniles n’ayant pas encore pu se reproduire, les Malgaches sont les premiers concernés et fautifs même si on peut comprendre que de pauvres pêcheurs démunis de tout songent avant tout à nourrir leurs enfants... Il se trouve aussi que les fonds marins malgaches, dans les eaux territoriales malgaches (en l’état actuel de la reconnaissance officielle de ces eaux territoriales) ont fait l’objet d’accords de pêche et que les gouvernements successifs, à commencer par Ratsiraka, s’en sont mis plein les poches ! Et tant pis pour les ressources halieutiques.
      PS - qu’avez-vous contre les marins bretons ? Ils font partie des meilleurs du monde et les équipages sont essentiellement constitués de Malgaches et de Comoriens.. (Je le sais car j’avais un ami, malheureusement décédé aujourd’hui, capitaine de pêche d’un gros armateur réunionnais qui travaillait, lui, vers le grand sud, les îles Kerguélen. Et je puis affirmer que c’était un grand pêcheur, un homme droit et respectueux de ses marins malgaches et de l’environnement).

    • 8 décembre 2015 à 16:53 | Menalahy (#9072) répond à Isambilo

      Bonjour Isambilo,

      Peut-être faudrait-il comprendre « mitigation » dans le sens de « compensation en espèces sonnantes et trébuchantes » puisque mitigation voudrait dire, dans le sens pénal du terme : substitution d’une peine à une autre.

      Ce serait, alors, une forme soft pour réclamer de l’argent qui va partir dans quelles poches ?

      Je suis étonné par le culot de ces dirigeants africains et malagasy quand l’Europe a proposé des aides pour contenir l’immigration. Et maintenant pour une aide en faveur de la sauvegarde de la planète =.

      Dans les deux cas, leur réaction, à l’unanimité a été de réclamer le maximum d’argent sous prétexte que les sommes proposées étaient en-deçà des besoins.

      Je ne dis pas qu’ils n’ont pas raison de demander une compensation financière à hauteur des besoins. Mais, ce culot que je dénonce est motivé par l’appât du gain uniquement. « Par ici la bonne soupe ».

      Je ne crois pas que je leur fais un procès d’intention car toutes ces aides et autres subventions destinées à sortir l’Afrique et Madagascar du sous-sous-développement, n’ont pas été injectées, en totalité, vers leurs destinations initiales.

  • 8 décembre 2015 à 09:37 | Dadabe (#9116)

    « La conservation de la nature est une priorité pour Madagascar, en tant que hotspot de la biodiversité, car nos espèces endémiques sont menacées par le changement climatique", a déclaré, sans rire, le ministre malgache de l’Environnement, Ralava Beboarimisa, lors d’une intervention au COP21 de Paris.
    Le ministre en question devrait peut-être, lui aussi, arrêter de fumer la moquette. C’est affligeant !
    La disparition de la forêt malgache et de ses essences rares (palissandre, bois de rose , ébène etc...) c’est dû au réchauffement climatique ? Des centaines d’espèces endémiques ont besoin de cette forêt pour survivre...
    Les tortues du grand Sud, elles se sont suicidées à cause du réchauffement climatique dans les soutes des avions ? « Oh, fait trop chaud, je vais me pendre... », les tortues sont souvent dépressives !
    La chasse aux requins sur le littoral ? A cause du réchauffement climatique, bien sûr. Les Chinois ont trop chaud alors ils se rafraîchissent avec des cocktails d’ailerons de requins, les inconscients !
    Les centaines (ou milliers) de lémuriens, officiellement protégés mais qui finissent à la casserole, chaque année ? Le réchauffement climatique (dans la casserole !). Etc, etc...
    Curieux, cette tendance des ministres de nous prendre pour des demeurés. P’têt bien que le réchauffement climatique a détruit leur encéphale (ou ce qui fait office)... Allez savoir !

    • 8 décembre 2015 à 09:44 | hrrys (#5836) répond à Dadabe

      Tout compte fait , ces pays industrialisés ne devraient pas se passer de cet réchauffement climatique

    • 8 décembre 2015 à 10:08 | Dadabe (#9116) répond à hrrys

      C’est votre interprétation, pas mon propos. Je ne réagis qu’au discours d’un ministre incapable de dire la vérité : Madagascar a mis à mal (et même en grand péril) sa biodiversité depuis des décennies et préfère aujourd’hui sauter sur l’explication du réchauffement climatique. Deux avantages à cela : ne pas être responsable de la catastrophe écologique malgache (et je n’implique évidemment pas TOUS les Malgaches !) et espérer une aide financière non négligeable, qui ne sera probablement pas affectée à la protection de la biodiversité (ou ce qu’il en reste).
      PS - Je n’ai pas attendu le COP21 pour être écologiste (non encarté dans un parti) et la responsabilité des pays industrialisés dans le réchauffement climatique est plus qu’évidente. Mais la responsabilité concernant les fortes menaces sur la biodiversité malgache n’a qu’un très lointain rapport avec le réchauffement climatique (ce dernier ayant une toute petite et même très petite part de responsabilité).

    • 8 décembre 2015 à 12:07 | Menalahy (#9072) répond à Dadabe

      Bonjour Dadabe,

      « Curieux, cette tendance des ministres de nous prendre pour des demeurés. »

      Ce sont les bailleurs de fonds climatique qu’il prend pour des cons en essayant de les culpabiliser (à juste titre) tout en se disculpant des erreurs et des manquements de son ministère.

      Le principe du cépamafôtisme est la règle sinon on n’obtient pas les fonds qui vont garnir les fonds ... de poches.

      Toutes ces déclarations, au nom du sauvetage de la planète, ne sont que des incantations pour conjurer le pire à venir et non pour résoudre des problèmes qui auraient dus être réglées, en amont, sur le plan local : lutte contre les feux de brousse, lutte contre la désertification, reboisement intensif et effectif, protection des ressources halieutiques, et j’en passe.

      Tous ces chefs d’Etat et leurs ministres s’écoutent lors de leurs discours formatés par le vocabulaire idoine car ils n’ont aucune volonté politique pour prendre les problèmes à bras le corps : ils attendent les premiers subsides avant d’agir au lieu de montrer, qu’à leur petit niveau, ils ont essayé et tenté d’y remédier.

      Mendier et culpabiliser les autres : voilà la réalpolitik des Africains et du Malagasy.

    • 8 décembre 2015 à 12:25 | leclercq (#4410) répond à Menalahy

      Bonjour
      En effet ,,, on a plaisir à ’accuser les « AUTRES » ainsi on peut continuer à quémander et à se plaindre pourvu qu’on verse de subventions et aides de toutes sortes et que l’on s’enrichisse !!! c’est bien une sale mentalité de la plupart des chefs Africains et Malgaches !!!

    • 8 décembre 2015 à 12:29 | Dadabe (#9116) répond à Menalahy

      Vous avez bien sûr raison Menalahy mais les « bailleurs de fonds » sont des Etats ou des organismes avec des experts à chaque étage qui ne se laissent pas tromper par un discours. En revanche le brave peuple, lui, manque d’informations et parfois d’esprit critique et a souvent tendance à écouter le dernier qui parle... D’où la nécessité de dénoncer ces blab-bla-bla sans queue ni tête (surtout sans tête).
      J’aime bien votre expression « incantation ». C’est tout à fait cela. Un catéchisme mal digéré à la va-vite et puis on récite en croyant au miracle des subventions.
      PS - Voici plus de vingt ans, un gamin d’une douzaine d’années, collégien pauvre mais digne et travailleur, m’avait vendu une petite revue « écologique » qu’il était chargé de distribuer dans une petite ville des hauts plateaux. Et il se donnait du mal, le petiot avec ses deux ou trois copains et copines adhérents locaux d’une association (ou ONG) nationale ! J’ai oublié le titre de cette revue que j’ai égarée au fil de mes déplacements et déménagements. Mais elle était très bien faite, bien illustrée, pédagogique. Elle évoquait déjà la catastrophe environnementale d’aujourd’hui. Si vous (ou quelqu’un d’autre sur ce forum) s’en souvient, merci de me faire savoir si cette revue existe toujours à l’intention des enfants et adolescents...
      PS - Cette revue donnait aussi de précieux conseils sanitaires. Je me souviens notamment d’une fiche très bien faite sur la bilharziose, maladie parasitaire qui fatigue tant d’organismes et met en jeu la vie même des plus jeunes !

    • 8 décembre 2015 à 14:00 | Isambilo (#4541) répond à leclercq

      Pourquoi Africains et Malgaches ? L’Indonésie (Bornéo, Java et ses bidonvilles), les Philippines, la Thaïlande, etc, de sont pas en reste.
      L’Australie et la Nouvelle Zélande ont trouvé la solution, ils envoient leurs poubelles dans les îles alentours. Ce ne sont pas des colons pour rien.

    • 8 décembre 2015 à 15:18 | DIPLOMAT (#846) répond à Menalahy

      En effet, il y a incontestablement un effet sur le climat du fait de la surproduction de Gaz , et en particulier de CO 2.

      Pour Madagascar, c’est affligeant.
      La destruction sauvage des forêts.
      La croissance démographique non contrôlée.
      L’absence de plan d’occupation des sols.
      L’absence de substitution au bois pour la cuisson et le chauffage.
      Le pillage des forêts dans le but de commercialiser du charbon de bois.
      l’absence totale de réponse pénale aux voyous qui désequilibrent la faune.
      On évoque les tortues, mais il y aussi les serpents et les perruches ...

      Voici des décennies que l’on constate de Tana les flancs de collines avoisinantes, en feu pendant des longues semaines...
      Des Hectares de forêts calcinées, gratuitement par simple vandalisme . Desepèrant, à gerber ....
      Aucun ministre , aucun responsable pour constater ! *
      Les plus belles réserves sont tenues par des particuliers, parfois Français ... rarement Malgaches ... c’est dire ...

    • 8 décembre 2015 à 16:19 | leclercq (#4410) répond à Isambilo

      Bonjour
      Que je sache !!! Madagascar est indépendant tout comme un certains nombres de pays Africains ainsi que tous ceux que vous citez sans oublier l’Inde etc etc , et le petit peuple lui en subit les conséquences quand aux gouvernants de ces pays eux ferment les yeux tant ça leur rapporte mais ça vous savez déjà n’est ce pas ??

    • 8 décembre 2015 à 17:09 | Menalahy (#9072) répond à Dadabe

      Je ne dis pas que cet argent est distribué à tort et à travers. Mais supposons que les bailleurs de fonds climatique refusent d’octroyer « un minimum » sous prétexte que leur calcul et leurs prévisions (aux bailleurs de fonds climatique) correspondent à "ce minimum).

      Alors viendra le concert de ces Chefs d’Etat rapaces et insatiables pour dénoncer urbi et orbi la « mauvaise foi » de ces bailleurs de fonds climatique ainsi que « le double langage de ces bailleurs de fonds climatiques ».

      Vous soulignez, à juste titre, que le brave peuple qui manque d’informations et d’esprit critique (parfois) aura tendance à prendre comme parole d’évangile les propos de ces dirigeants. Il suffit d’annoncer que les bailleurs de fonds attentent à la sureté climatique de l’Afrique et de Madagasikara pour que ce brave peuple se laisse enrôler dans un combat dont il ignore les tenants et les aboutissements.

      C’est ce qui se passe avec ces 20 000 signatures collectées à Antananarivo et que les promoteurs de la restitution des Isles Vazimba veulent étendre à toute l’Île.

      Combien de signataires ont réellement compris les enjeux pour ces Isles Vazimba ?

      Combien connaissent l’existence de ces îles ?

      Des pétitions et des signatures de ce genre, j’en vois presque tous les jours dans la rue : toutes ont pour dénominateur commun « des causes nobles » ou présentées comme telles.

      Et les signataires se laissent embobiner par une signature qui ne les engage même pas mais qui font le bonheur des « collecteurs de signatures » car ils peuvent crier urbi et orbi (de nouveau) que le brave peuple est avec eux.

      J’appelle cela « la démocratie des dupes et des cocus ».

    • 8 décembre 2015 à 17:37 | Menalahy (#9072) répond à DIPLOMAT

      Je ne nie pas les effets des gaz à effet de serre ainsi que leurs conséquences sur la vie des réfugiés climatiques.

      Toutefois, ce qui m’agace au plus haut point :

      - c’est le discours des néo-écolo qui ne donnent plus des conseils pour que chaque individu prenne ses responsabilités mais donnent des INJONCTIONS pour établir un nouvel ordre moral : le bio-écolo (il faut être locavore, il faut manger moins d’aliments produisant trop de CO2, etc).

      - l’attentisme sinon l’immobilisme des dirigeants des pays confrontés de plein fouet au changement climatique.

      Hery Vôvô parle quelquefois d’énergie renouvelable. Mais concrètement, il favorise les centrales thermiques.

      Son sinistre ministre parle de conservation de la biodiversité mais les bois précieux sont « fauchés » comme de la mauvaise herbe, les ressources halieutiques sont pillées, les reboisements ne donnent pas les effets escomptés, le respect de l’environnement n’est pas respecté au niveau de l’extraction minière, etc.

      Je me demande si ces dirigeants ne sont pas plutôt préoccupés par leur porte-monnaie au lieu des conséquences pour leur peuple selon le principe du « après moi, le déluge » et du « là où je passe, il ne poussera plus un seul brin d’herbe ».

    • 8 décembre 2015 à 18:55 | DIPLOMAT (#846) répond à Menalahy

      comment ne pas abonder dans votre sens....

      Quand on compare le Maroc et M/car , le royaume dispose maintenant de la plus grande centrale solaire du monde, et installe des éoliennes le long du littoral !

      L’industrie automobile européenne s’installe ainsi que les industries de services.

      A Madagascar, nous sommes encore en train de nous poser les questions de délestage .... le fossé !!

    • 9 décembre 2015 à 23:38 | Albatros (#234) répond à Dadabe

      Bonsoir Dadabe,
      Je vous suis totalement !.

  • 8 décembre 2015 à 14:29 | sanois (#8546)

    Quand je pense que les iles eparses vont etre englouties..submergees..noyees

    plus de pied a terre..

    • 8 décembre 2015 à 17:50 | Menalahy (#9072) répond à sanois

      - C’est le moment ou jamais pour les récupérer ainsi que les richesses qu’elles renferment pour sortir transformer Madagasikara en puissance pétrolière après avoir échoué à devenir le grenier de l’Océan Indien.

      Le rassemblement de samedi prochain (12/12/2015) devrait s’atteler à pondre une résolution allant dans ce sens. J’espère.

      - Plus terre à terre mais tout aussi important, ce sont des Soeurs Ursulines qui se préoccupent du Kere officiellement ignoré et nié par le gouvernement des globe-trotters.

      http://www.midi-madagasikara.mg/societe/2015/12/07/insecurite-alimentaire-dans-le-sud-les-religieuses-au-secours-des-enfants-affames/

    • 9 décembre 2015 à 23:45 | Albatros (#234) répond à Menalahy

      C’est amusant d’entendre parler de « richesse pétrolière » alors que le Monde essaye de se tourner vers les énergies renouvelables !!.

  • 8 décembre 2015 à 18:14 | dago_gasy (#9344)

    UN PEU D’HONNETETE SUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE A MADAGASCAR ET SUR LE BESOIN DU PAYS

    « car nos espèces endémiques sont menacées par le changement climatique », fa tena olona efa lany henatra mihintsy ve io ministre io eh !!!

    A-t-il oublié l’ampleur de la déforestation à Madagascar qui est faite par le peuple et contre le peuple.-

    La destruction honteuse du bois de rose (avec l’aide des chinois) est-elle liée au changement climatique ?

    Tous les courageux paysans agriculteurs qui ont une terre fertile où tout pousse et qui travaillent avec les moyens de moyen âge, cela est-il dû au changement climatique ???

    Les gens du sud mangent les tortues et les lémuriens faute de nourriture mais ce n’est pas d’aujourd’hui et tellement faiblement dû au réchauffement climatique, qu’il faut bien être un pseudo intellectuel Malagasy (qui ne sont certainement allés en brousse) pour penser que le changement du climat est la cause principale.

    Et que penser de la dilapidation des ressources minières encore une fois au bénéfice de quelques uns et cela dans la plus grande corruption ??? (Au fait la corruption est due à la modification du climat !!!!)

    Qu’il ait de l’aide pour une exploitation propre et surtout un grand programme de génération de l’énergie renouvelable, ainsi qu’une aide conséquente pour une agriculture moderne et propre, OK !! Mais avec un immense contrôle des prêts et dons alloués.

    STOP A LA MENDICITE - STOP AUX ACCUSATIONS SYSTEMATIQUES AUPRES DES ETRANGERS !!!!!

    Madagascar est indépendant depuis des décennies, et on entend toujours les pleurnichards et intellectuels manipulateurs de l’opinion qui rejettent toujours tout sur les autres.

    • 8 décembre 2015 à 19:55 | DIPLOMAT (#846) répond à dago_gasy

      Bien dit...

  • 8 décembre 2015 à 18:54 | diego (#531)

    Bonjour,

    Quand on lit ceci :

    « La conservation de la nature est une priorité pour Madagascar, en tant que hotspot de la biodiversité, car nos espèces endémiques sont menacées par le changement climatique. Nous avons un besoin urgent d’une mobilisation efficace et transparente des moyens de mise en œuvre, renforcement des capacités, transfert de technologie et accès direct au financement climatique, pour mettre en œuvre efficacement les actions de lutte contre le changement climatique », souligne Ralava Beboarimisa.

    Tout le monde sait que c’est insignifiant ce genre de déclaration. Une déclaration qui me donne envie de vomir, désolé, mais c’est vraiment le cas.

    Le monde politique est le première menace qui va faire tout disparaitre de la Grande Ile, surtout sa richesse naturelle.

    Qu’est-ce que Madagascara attend par « financement climatique » ? Si financement arrivait, on le confierait aux politiciens malgaches ? Dans un pays où pas une seule institution n’est épargnée par la corruption ?

    Vous voyez qu’on tourne en rond. Madagascar veut participer à tout, mais le pays n’a plus des leviers politiques et économiques envers lesquels s’appuyer pour tirer le pays vers un développement économique :

    - la COP 21 met en plein jour les problèmes des sous-développements.

    En ce qui concerne le lutte contre la pauvreté et sous développement, le gouvernement malgache n’est tout simplement pas crédible et à tout point de vue.

    Si le pouvoir était sérieux, il ferait tout, politiquement et économiquement, pour assurer une indépendance énergétique et électrifier toute l’Ile, avoir un budget pour le reboisement......et lutter efficacement contre le trafic qui détruit et appauvrit tout le jour notre richesse naturelle.

    Désolé, la COP21 n’apporte pas de nouveaux messages à Madagascar. Il faut penser que si on était un pays stable et gouverné, bien gouverné, on serait écouté, on nous croirait, on écouterait notre cri, notre souffrance :

    - de facto, on viendrait rapidement nous aider !!!

    L’Inde et la Chine polluent leurs pays respectifs, maintenant, ils veulent venir, investir nous dit-on, en Afrique et Madagascar. Personne ne prend même pas le temps de poser la question dans quels secteurs d’activités économiques ces deux pays veulent investir ?

  • 8 décembre 2015 à 21:57 | isoarha (#8297)

    Madagascar à besoin de cet accord, comme tous les autres pays qui se soucient du réchauffement climatique. Madagascar fait partie du groupe des pays vulnérables et négocie dans l’intérêt et des Malgaches et des autres terriens.Madagascar est victime périodiquement de cyclones dont la puissance ne cesse d’augmenter, ave cet accord, il pourra axer son plan d’urbanisme ou autre processus de développement sans trop s’inquiéter des effets néfastes dus aux cyclones.Madagascar est en pleine recherche de l’énergie qui lui correspondrait, les facilités de transfert de technologie aiderait ce pays à éviter peut être les énergies fossiles.Madagascar est une île, comme toute île ses côtes sont grignotées petit à petit par la remontée d’eau, c’est un phenomene resultant des fontes des glaces dû au réchauffement climatique.Madagascar pense à ses descendants, elle veut leur laisser un pays vivable. Les Malgaches sont intelligents, ils sont tous derrière le ministre Beboaromisa et sa délégation pour qu’un accord soit signé et qu’il rentre ave un voandalana pour des années

  • 9 décembre 2015 à 19:55 | kunto (#7668)

    KUNTO ny PATRIOTE MALAGASY d’ANTANANARIVO :

    - Quand on ne peut pas agir sur l’insalubrité du pays : comment agir pour le climat ?????

    - 1 seul objectif = le Développement et le nettoyage de Madagascar ( Nationalistes - Patriotes vous êtes ou ????? ) .

    - QUE DIEU NOUS GUIDE

Annonces

Avis de décès

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 254