Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 11 décembre 2016
Antananarivo | 12h32
 

Economie

Groupements des entreprises à Madagascar

Non à la concurrence déloyale

mercredi 28 septembre | Randria Maeva

Les entreprises à Madagascar dénoncent la concurrence déloyale qui nuit à la production des entreprises locales et à la compétitivité entre les différentes unités, pouvant amener jusqu’à leur faillite. Cela a été souligné dans un communiqué de presse publié le 24 septembre 2016. Le Groupement des entreprises de Madagascar (GEM), le Syndicat des industries de Madagascar (SIM) et le FIVMPAMA condamnent le non-respect, la non-application des textes règlementaires. Les activités illicites se multiplient comme les fraudes et la corruption au sein des différentes institutions concernées et en dehors de ces dernières, il y a aussi, regrettent les groupements des entreprises, l’entrée des produits ne suivant pas les normes. Les criminels, les trafiquants de ressources naturelles et les blanchisseurs d’argent restent impunis, malgré qu’ils soient dévoilés et connus. Les entreprises qui entravent la loi de la compétitivité en font partie, notamment ceux qui effectuent des ventes à perte. C’est également le cas pour ceux qui effectuent des ventes sans facture et qui ne payent pas les TVA.

Aucune mesure n’est prise par l’Etat pourtant cela peut avoir des répercussions sur la production des entreprises, sur leurs économies mais aussi sur la santé publique. Ce sont surtout les entreprises locales qui sont touchées, avec toutes ces infractions, tous ces trafics et tous ces produits importés qui envahissent facilement le marché. Les groupements accusent surtout l’Etat, par rapport à la non-application de la loi et du non-suivi des activités, pourtant la concurrence déloyale peut aussi avoir des impacts sur les ressources de l’Etat. Rappelons que c’est en 2005 que Madagascar a adopté la loi n° 2005-020 sur la Concurrence, qui a pour but de garantir la liberté et la loyauté de la concurrence, dans la promotion de la compétitivité des entreprises et pour le bien bien-être des consommateurs. Toutes les dispositions et les conditions y sont exposées.

« Nous invitons l’Etat à prendre ses responsabilités face à cette situation intolérable qui ne peut plus souffrir de manœuvre dilatoire. Nous réclamons une action ferme pour la sauvegarde et le développement de l’industrie nationale, le mieux-être de la population, la protection des ressources naturelles du pays, l’instauration de l’équité fiscale, et le respect du code de l’éthique de l’économie, avec un planning précis des mesures à mettre en œuvre par des Responsables identifiés » soulignent les entreprises dans le communiqué.

Notons que ces groupements rassemblent une vingtaine d’organisations professionnelles et des syndicats provenant de différents secteurs.

11 commentaires

Vos commentaires

  • 28 septembre à 10:01 | zaho (#699)

    Il était plus que temps car si rien n’est fait, on va tout importer. J’ai du mal à comprendre l’attitude de nos dirigeants, mais aussi de beaucoup de fonctionnaires malgaches. Pour moi, un produit importé, quel que soit son origine, ne peut pas être moins cher que le même produit, fabriqué localement. Notre pays est tellement corrompu que nos dirigeants trouvent cela normal. Les taxes dues à l’ETAT sont empochées par les douaniers et les hauts fonctionnaires ou nos dirigeants et nos élus. Continuons comme cela et on finira par importer le RIZ que nous consommons. C’est lamentable.

    • 28 septembre à 10:32 | vatomena (#7547) répond à zaho

      Mais ,Zaho ,en période de soudure ,c’est déjà du riz importé que nous mangeons .:du riz vietnamien ,indien ou thailandais !!!
      Ceux qui nous dirigent construisent des chateaux mais ils se gardent bien de s’affirmer dans la riziculture .Le gasy aujourd’hui préfère vendre ou mettre en location sa terre plutôt que de la cultiver pour lui meme .L’exode rural vide les campagnes.

    • 28 septembre à 12:13 | Bena (#494) répond à zaho

      j’ai lu l’annonce, mais je n’ai pas vu qu’est-ce que ces groupements patronaux vont faire si l’Etat ne fait rien (ce qui sera forcement le cas). boycotter les impôts ?

    • 28 septembre à 14:18 | iarivo (#5822) répond à zaho

      Étonnant quand on écrit :
      « Pour moi, un produit importé, quel que soit son origine, ne peut pas être moins cher que le même produit, fabriqué localement. »

      Pourtant c’est bien le problème qui se produit depuis plusieurs décennies en Europe face à la mondialisation !

      Un coût de production plus bas pour les produits importés lié au volume de production ou à une main-d’œuvre meilleur marché.

    • 28 septembre à 16:03 | Zafimaro (#3479) répond à zaho

      Trafic de bois de rose : ultime avertissement pour Madagascar
      Par Laurence Caramel

      LE MONDE Le 26.09.2016 à 09h54 • Mis à jour le 26.09.2016 à 18h19

      S’abonner dès 1 € Réagir AjouterPartager Tweeter
      image : http://s2.lemde.fr/image/2016/09/26/768x0/5003265_6_68a0_en-mai-2014-sur-une-rive-de-la-riviere_85e952f9d636dae53f64466d7319095e.jpg
      En mai 2014, sur une rive de la rivière Iagnobe, près du village d’Andanalavahil, des troncs coupés illégalement dans le parc national de Masoala, au nord de Madagascar.
      Le couperet était prêt à tomber avant que les autorités malgaches ne parviennent à arracher un ultime répit de trois mois. Vendredi 23 septembre, le comité permanent de la Convention sur le commerce international d’espèces de faune et de flore menacées d’extinction (Cites), réuni à Johannesburg, a accordé au gouvernement jusqu’à la fin de l’année pour apporter des gages tangibles de son action contre le trafic de bois de rose. Faute de quoi, il pourrait décider une suspension totale du commerce des espèces protégées de la Grande Ile. Concrètement, cela signifie que le pays aura interdiction d’exporter une centaine d’espèces parmi lesquelles figurent crocodiles, pythons, caméléons, orchidées et quelques lémuriens, autant d’icônes de ce point chaud de la biodiversité planétaire.
      En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/09/26/trafic-de-bois-de-rose-ultime-avertissement-pour-madagascar_5003266_3212.html#hzCgtfjDOQUi3WFc.99

    • 29 septembre à 23:45 | kunto (#7668) répond à zaho

      KUNTO ny PATRIOTE MALAGASY d’ANTANANARIVO :

      - Mr Zaho à raison : à Madagascar le coût de la main d’oeuvre et les taxes sont bas donc un produit importé avec frais de douane - transport ... etc ... ne peux pas être moins chère qu’un produit vita Gasy .

      - DONC : il y a un grave problème depuis longtemps qui n’a jamais intéressé nos dirigeants .

    • 29 septembre à 23:57 | kunto (#7668) répond à zaho

      KUNTO ny PATRIOTE GASY d’ANTANANARIVO

      - Le Président de la République - Le Ministre du commerce et son équipe connaissent ils leur devoir ?????

      - Politiciens vous êtes là pour nous donné le tempo - la direction à suivre ... etc ...

      - 1 seul Ethnie = Malagasy ( Unis on est plus forts ) .

      - 1 seul ennemi = la pauvreté ( le seul sujet comment diminué la misère ????? ) .

  • 28 septembre à 11:37 | Jipo (#4988)

    Re bonjour .
    Concurrence déloyale ???
    Mais quelle concurrence ???
    Tout ce qui est importé n’ est pas fait à Madagascar, faudrait etre plus que kon pour importer des choses qu’ on est capable de produire, à l’ exception du riz accaparé par des racailles style ratsyhiraca, pour se remplir les fouilles et importer de la brisure de riz, estampillée : « for pigs » qui plus est : souvent donné gracieusement pour la population que les dirigeants affament ...
    D’ autre part comment voulez-vous importer des produits de luxe, quand la majorité de la population vit avec 4 à 5 € / jour ?
    Avec les lumières au pouvoir, qui n’ ont rien trouvé de mieux que de foutre du 150 à 300 % de taxes à l’ importation, que même les pays riches, refuseraient de payer ?
    Et de l’ imposer à leurs compatriotes avec le niveau de vie qu’ ils leurs imposent ...
    Ils méritent tout simplement la confiscation de tous leurs biens, familles comprises, à titre d’ exemple ; Des racailles qu’ on vous dit !

    • 29 septembre à 23:32 | kunto (#7668) répond à Jipo

      KUNTO ny PATRIOTE MALAGASY d’ANTANANARIVO :

      1) Tout ce qui est importé n’est pas produit à Madagascar ????? n’importe quoi , quand on vit à l’étranger et qu’on ne connaît pas la réalité du terrain à Madagascar on ferme sa bouche .
      Beaucoup de produits importé existent aussi à Madagascar mais nous ne sommes pas aider : Fiscalement - politiquement ... etc ...

      2) La majorité des Malagasy vit avec 4 à 5 € / jour ????? depuis quand ????? Prions DIEU pour que la majorité des Malagasy vit avec 2 € / jour demain ...

  • 28 septembre à 14:12 | Ibalitakely (#9342)

    Je suis fortement étonné tout récemment lorsque j’ai entendu que la pâte alimentaire « mamango kokoa » vient de l’ile Maurice qui n’égale pas le paty matsiro Salone de chez nous, pâte jaune ve dia afarana leaza ??? Et l’inverse peut-il être vrai concernant import-export ???

  • 28 septembre à 15:35 | Albatros (#234)

    Il n’y a pas que la lutte contre la concurrence déloyale à l’importation qui devrait faire réagir les entreprises malgaches.
    J’aurai l’occasion de dénoncer dans quelques jours une corruption organisée (je dirais même très organisée) qui concerne le transport du clou de girofle via la RN12.
    Un dénommé MR Nico, ingénieur à l’ARM, semble être très au courant de ce racket des transporteurs sur la route dite « Bac plus 10 ».

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 188