Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 27 septembre 2016
Antananarivo | 21h16
 

Lu ailleurs

Les valeurs morales armes contre les flux financiers illicites

vendredi 4 décembre 2015

En janvier 2015, un Groupe de haut niveau a été mis en place par la Commission économique des Nations Unies de l’Afrique (CEA) pour enquêter et rédiger un rapport sur la question sensible des flux financiers illicites en provenance d’Afrique. Le rapport définit les flux financiers illicites (IFF) comme étant de « l’argent gagné, transféré ou utilisé illégalement ».

Dans le rapport on peut lire que : « Au cours des 50 dernières années, il est estimé que l’Afrique a perdu plus de 1trillion $ sous forme de flux financiers illicites ». Cette somme est à peu près équivalente à l’ensemble de l’aide publique au développement reçue par le continent au cours de la même période. Actuellement, l’Afrique est estimée perdre plus de 50 milliards $ par an en IFF. Mais ces estimations pourraient être bien en deçà de la réalité parce que les données précises n’existent pas pour tous les pays africains, et ces estimations excluent souvent certaines formes d’IFF qui, par nature, sont secrets et ne peuvent pas être correctement estimés, tels que les produits de la corruption et les trafics de drogues et d’armes à feu. Le montant perdu chaque année par l’Afrique à travers les IFF est donc susceptible de dépasser largement les 50 milliards de $.

Ces fuites constituent une grande préoccupation, étant donné la croissance insuffisante et les niveaux élevés de pauvreté, les besoins en financement et de l’évolution du cadre mondial de l’aide publique au développement, etc. La pauvreté demeure très préoccupante en Afrique en termes absolus et relatifs. Le nombre de personnes vivant avec moins de 1,25 $ par jour y est estimé avoir augmenté de 290 millions en 1990 à 414 millions en 2010 (Nations Unies 2013). Ceci est du au fait que la croissance de la population l’emporte sur le nombre de personnes sorti de la pauvreté. La pauvreté en Afrique est également multidimensionnelle : accès limité à l’éducation, à la santé, au logement, à l’eau potable et à l’assainissement. Cette situation génère au mieux une perte de plus de 50 milliards $ par an en IFF.

Le groupe de réflexion a constaté que les IFF passent par le biais 1) des activités commerciales telles que des prix de transfert abusifs, la sous-facturation commerciale, l’esquive des droits de douane et des prélèvements domestiques 2) des activités criminelles y compris le blanchiment d’argent et 3) de la corruption et l’abus des pouvoirs. Le rapport identifie ce qui suit comme les sources et les facilitateurs de flux financiers illicites : la mauvaise gouvernance, la faiblesse des structures réglementaires, les conventions de double imposition, et l’existence de juridictions opaques financières et/ou des paradis fiscaux.

Ces chiffres sont en effet alarmants et ahurissants, surtout à un moment où plus de 400 millions d’Africains vivent dans la pauvreté absolue. Il est en effet scandaleux que le même continent est en train de perdre plus de 50 milliards de dollars chaque année. Chaque sortie illicite de l’Afrique est, ou pour être plus précis, devrait être une entrée illicite au profit d’autre continent et quelques autres pays. Par conséquent, il va sans dire que d’autres ont grandement profité de la pauvreté de l’Afrique. Cependant, il est souvent dit qu’il faut être deux pour danser le tango.

Qui sont les personnes sur notre continent qui collaborent avec les vampires d’autres continents pour sucer le sang de notre cher continent ? Les fils et les filles de l’Afrique eux-mêmes. La plupart d’entre eux sont des leaders dans les affaires ou au gouvernement. Beaucoup d’entre eux sont académiquement et intellectuellement excellents et il n’est pas étonnant que certains aient pu gagner des « certificats d’excellence académique ». Sans doute, cela signifie que la leçon de l’excellence morale pourrait ne pas avoir été écrite sur leurs ardoises au cours de leur formation impressionnante ou aurait pu être écrite si faiblement qu’elle s’évapore très rapidement face à la tentation.

De peur que je sois mal compris, l’éducation morale de la jeunesse n’est pas l’obligation exclusive du système scolaire en général. Toutes les parties prenantes, y compris la famille, le groupe de pairs, le gouvernement et les institutions confessionnelles doivent jouer leur rôle. Ce qui est arrivé dans la ville indienne de Bihar, où les parents aidaient leurs enfants à tricher lors des examens, vient confirmer l’idée qu’assurer l’excellence morale n’est pas la seule responsabilité des enseignants ou des autorités publiques chargées des examens. La fraude aux examens à Bihar était si répandue que ça lui a valu une place dans le bulletin des nouvelles de la BBC World Service. Dans un des extraits on peut lire : « Beaucoup d’étudiants trichent en utilisant des manuels scolaires et des notes dans les centres d’examen en dépit de la sécurité serrée. Leurs parents et leurs amis ont été photographiés escaladant les murs des centres d’examen pour leur passer les réponses... Les journaux locaux ont été plein de photos des parents qui tentent d’aider leurs enfants à tricher, même en risquant considérablement leurs propres vies ... Quelques photos montrent même des policiers postés à l’extérieur des centres qui prennent des pots de vin pour détourner leurs regards, ajoute notre correspondant. Lors d’une descente à une seule école le mercredi, les autorités ont saisi des feuilles contenant des réponses pouvant remplir jusqu’à neuf sacs. « Qu’est-ce que le gouvernement peut faire pour arrêter la tricherie si les parents ne sont pas prêts à coopérer ? En aucun cas un parent ne doit donner sciemment de l’argent à son enfant pour soudoyer un enseignant ou aider et encourager sans vergogne l’enfant à tricher comme ce fut le cas dans la ville indienne du Bihar.

Des qualités telles que l’auto-discipline, l’estime de soi, l’humilité, la capacité de faire face et rebondir après l’échec ou prendre du recul sont parmi une longue liste de qualités qui doivent être écrites sur l’ardoise de la jeunesse. Les gouvernements, les chefs religieux, la famille et la société en général doivent tous jouer leurs rôles respectifs pour que nous puissions atteindre notre objectif et produire des jeunes qui sont excellents non seulement académiquement mais aussi moralement.

H. E. Augustin KpeheNgafuan, Ministre des Affaires étrangères de la République du Libéria.

Article publié en collaboration avec le projet www.libreafrique.org

12 commentaires

Vos commentaires

  • 4 décembre 2015 à 10:27 | Dadabe (#9116)

    Document très intéressant et parfaitement applicable à Madagascar. Mais je crains qu’un membre du gouvernement malgache capable d’écrire cela ne soit pas encore né...

    • 4 décembre 2015 à 12:23 | Paulo Il leone (#6618) répond à Dadabe

      Vous voulez dire que le père Noël n’est pas malgache ?

    • 4 décembre 2015 à 13:26 | Gérard (#7761) répond à Paulo Il leone

      il n’a pas tort, ce monsieur, ministre d’un pays qui se situe dans la moyenne des corrompus, +- 100ème sur 200 dans le classement de transparency ou Madagascar est 130 ème

      l’éducation est essentielle mais ne suffit pas

      n’importe quel shérif vous le dira il y a ceux qui sont honnêtes par nature, ceux qui respectent la loi, et ceux qui respectent le colt !

      les champions que sont les pays nordiques et la nouvelle zélande ont certes des systémes éducatifs (protestants !) performants et des valeurs

      Mais ils ont aussi des systémes judiciaires et policiers qui vous ôtent à l’avance l’envie de tricher

    • 4 décembre 2015 à 13:33 | Dadabe (#9116) répond à Paulo Il leone

      C’est un peu ça, oui... Mais, que voulez-vous, je crois encore au Père Noël (beaucoup moins dans les hommes et particulièrement ceux de ces générations post-Indépendance malgache qui n’ont su que jouer aux victimes des méchants colons et aux gros crickets surtout intéressés par leur porte-monnaie). Du coup, je me dis qu’une jeunesse bien formée, bien éduquée, bien ouverte au monde, bien dotée sur le plan des nouvelles technologies et surtout bien décidée à se redresser (et à relever les défis du XXIème siècle) sans écouter leurs parents, c’est peut-être cela la solution. En tout cas, j’appelle la jeunesse malgache à se révolter pacifiquement.
      PS - Cela dit, je vais faire quelques courses, car les nourritures terrestres sont également nécessaires...

    • 4 décembre 2015 à 19:25 | olivier (#7062) répond à Paulo Il leone

      Tout cela n’est qu’un malentendu..

      Rakoto noel est un Général de corps d’armée !

      pas Santa KLAUS !
      AHHHHH...

      MDR

  • 4 décembre 2015 à 14:06 | DIPLOMAT (#846)

    L’Afrique de l’ouest (Nigeria, Côte d’ivoire, Bénin etc...) est championne du monde toute catégorie confondu de fraude à la carte de crédit.

    Dans l’indifférence totale des autorités européenne d’ailleurs.
    Les seuls victimes sont toujours les commerçants en ligne.

    Compter sur les valeurs morales pour régler le problème de flux financier , c’est à mourir de rire !

    J’invite chacun à relire les déclaration de Mr CAHUZAC , ministre du budget, qui jurait (en faisant la morale) qu’il n’avait jamais eu de compte en Suisse !

    Et les Suisses, le Luxembourg , les iles Anglaises, ou les paradis fiscaux tel que Les îles Caimans ou Maurice ONT une morale quand on parle d’argent ?

    • 4 décembre 2015 à 16:56 | Tsisdinika (#3548) répond à DIPLOMAT

      Voulez-vous dire en mentionnant le cas Cahuzac qu’un ministre capable de tenir le même discours que ce Libérien n’EST également PAS encore né en France ? Incroyable.

    • 4 décembre 2015 à 17:18 | DIPLOMAT (#846) répond à Tsisdinika

      Pas en France seulement !! Mais sur terre !

    • 4 décembre 2015 à 17:34 | Tsisdinika (#3548) répond à DIPLOMAT

      Je ne le vous fait pas dire.

    • 4 décembre 2015 à 17:53 | Dadabe (#9116) répond à Tsisdinika

      Bonjour à vous !
      Il y a au moins, sur Terre, un ministre capable de tenir ce discours : celui du liberia. Et je suis sûr qu’il n’est pas le seul. Mon souci, à moi, le vieux qui ne verra sans doute pas cela se réaliser, c’est que de tels discours soient lus et compris par la jeunesse malgache afin de les encourager à redresser la tête. Je crois en l’utopie ! Surtout le vendredi, veille du week-end (je plaisante...).

  • 4 décembre 2015 à 18:34 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Je ne vois pas comment l’Afrique peut perdre ce qu’elle n’en a pas : 50milliards d’USD par an est une somme importante pour des pays africains dont les budgets sont presque tous déficitaires et ne suffisent même pas à couvrir leurs budgets de fonctionnement respectifs.
    Et DADABE qui se fait encore avoir une fois de plus par un texte sans tête ni queue.

  • 4 décembre 2015 à 20:37 | Isambilo (#4541)

    C’est du blabla, rien de nouveau. L’argent quitte l’Afrique mais pas tous les Africains.
    Qu’il y ait de la triche au Bihar, et alors ? Et le faux doctorat d’un ministre allemand ? Et tous les copier-coller des publications universitaires ? Certes, c’est marginal. Mais la mauvaise éducation existe partout et de tout temps.
    S’il y a une loi, c’est aussi pour la contourner.
    Ce genre de platitude est bien gentil mais ne fait que ressasser les travers de l’humanité.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 276