Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 6 décembre 2016
Antananarivo | 23h02
 

Société

Responsabilité sociétale des entreprises

Les fermiers du Projet Harenasoa se professionnalisent

vendredi 29 juillet

Les fermiers du Projet Harenasoa initié par Ambatovy, dans le cadre du Fonds d’Investissement Social d’Ambatovy, sont actuellement autonomes et se professionnalisent grâce aux différents appuis technique et financier qu’ils ont reçus de la compagnie.

Spécialisés dans la production de poulets de chair, ces fermiers sont actuellement regroupés au sein de quatre associations basées dans quatre communes rurales dans les Districts de Brickaville et de Toamasina II. Ce sont les associations FMAFNA d’Ampasimadinika, TARATRA d’Antsapanana, FIMABRI de Brickaville et MPIMIDIA d’Ambinaninony. Elles collaborent étroitement avec des professionnels de la filière pour améliorer la qualité de la production, garantir la commercialisation des produits et assurer la fourniture des intrants. Une coopérative a été aussi constituée dans l’optique de créer une économie d’échelle. 8 000 poulets sont vendus au mois de juin 2016.

En outre, afin de renforcer les capacités techniques de ces fermiers, Ambatovy a financé des sessions de formation sur le recyclage de la conduite d’élevage, les techniques de compostage, et les techniques de maraîchage, suivies d’une visite d’échanges avec d’autres fermiers d’Analamanga, à Mahitsy et à Bevalala. La valorisation des fumiers produits sur les fermes par la production du maraîchage et autre cultures, est le principal sujet de cette formation.

Recueilli par Bill

1 commentaire

Vos commentaires

  • 30 juillet à 08:39 | Dadabe (#9116)

    Je suis surpris, vingt-quatre heures plus tard, qu’il n’y ait aucun commentaire concernant ce sujet sur le projet Harenasoa subventionné par le Fonds d’Investissement Social du site industriel Ambatovy. Bien entendu que, en particulier sur ce forum, l’ambiance n’est pas à flatter les investisseurs étrangers et que l’article de Bill, une fois encore, ressemble surtout à un communiqué sagement recopié...
    Mais, tout de même ! Voilà un exemple intéressant : je parle de la coopérative constituée par les producteurs malgaches et dont ils sont, semble-t-il, les maîtres. Voilà qui régule l’écoulement de leur production, leur assure probablement un prix plancher correct, les met à l’abri des escrocs du collectage etc, etc... Et cette question (que je ne maîtrise absolument pas, il faut bien l’avouer) m’intéresse beaucoup car Madagascar ne s’en sortira jamais sans une prise en compte sérieuse de son agriculture et de son industrie agro-alimentaire.
    Oublions le temps des coopératives d’Etat sous Ratsiraka où la « dictature socialiste » d’alors incitait les petits paysans à surtout ne pas en faire trop puisqu’ils étaient en suite spoliés du fruit de leur travail. L’heure est à une forme d’organisation rationnelle de la production, de la transformation et de la distribution où les petits producteurs agricoles (la majorité des Malgaches !) auraient leur mot à dire. Qu’en pensez-vous ? Donner la parole au peuple, le vrai. Intéressant, non ?

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 152