::::  Site web indépendant, sans attache avec le journal papier  ::::  Les dernières actualités  Actus Générales    Annonces personnelles  Annonces    ::::    Facebook    Twitter    Google+ Google+   ::::
Antananarivo | 22h30  :  13°C  :  Clair de lune et nuages épars
jeudi 24 juillet 2014
 

 > Education

Litige entre établissements privé et public

Les écoliers de l’EPP 67 ha Nord Est manifestent

mardi 13 mars 2012, par Pendo

De jeunes écoliers de moins de 10 ans sont sortis ce lundi 12 mars 2012 de leur établissement scolaire accompagnés de parents mécontents, voire furieux. Une manifestation qui n’a pas manqué d’attirer l’attention et qui ne s’est pas gênée pour s’installer aux portes de l’école privée « New Eden » 67 ha, située juste en face de l’EPP. Les écoliers revendiquent leur droit à l’aération de leurs salles de classe, mais également le droit à la lumière du soleil. En effet, la propriétaire de « New Eden », cet établissement privé, a construit depuis le 28 janvier dernier une palissade (tamboho) en briques d’une hauteur d’environ 2 mètres sinon plus, palissade qui empêche effectivement la lumière du jour d’éclairer trois salles de classe de l’EPP et d’apporter la chaleur du soleil aux élèves de CP1 et CE.

Il a également été question d’empiètement sur un regard utilisé par la SAMVA (service municipal de maintenance), qui d’après un compte rendu daté du 5 mars ne devrait pas être gêné et surtout pas par une construction en dur comme c’est le cas actuellement. La nouvelle directrice de l’EPP 67 ha Nord Est, Marie Angèle Ravaomalala, soutient les revendications des parents d’élèves et tente tant bien que mal de défendre les intérêts de ses élèves. Il faut dire que plus de 150 élèves sont concernés par le problème actuellement rencontré. L’EPP ainsi que les parents d’élèves se sont donc mobilisés pour contester la construction, et donc pour demander son arrêt ainsi que la destruction du mur érigé. Le petit espace qui en reste est d’ailleurs perçu par ces derniers comme une petit « couloir de la mort » pour son accès facile par des tiers et son aspect sombre et inquiétant, pouvant favoriser les actes de violence ou de banditisme.

La directrice de l’école privée « New Eden » et responsable de cette construction nie par contre résolument les accusations portée à son encontre. Elle soutient que les trois salles de classe atteintes n’avaient jamais ouvert leurs fenêtres durant les cours, jugeant ainsi les revendications comme étant un acte de mauvaise foi et la manifestation de griefs personnels. L’empiétement du regard de la SAMVA d’après elle reste également une accusation gratuite. Elle affirme avoir suivi toutes les formalités administratives requises et tout effectuer dans le respect des lois. Elle affirme notamment avoir suivi maintes étapes en passant par le domaine scolaire, le CISCO, le fokontany et bien d’autres, bien qu’elle ait refusé de s’entretenir avec les responsables de l’EPP le 28 janvier, jour de l’érection du fameux mur. Elle se proclame également victime, ne pouvant librement jouir de ses droits. Elle a d’ailleurs tenu à rappeler quelques bonnes œuvres réalisées, tels que certains revêtements de chaussées et des travaux de réhabilitation de la rue de son établissement, mais n’a surtout pas manqué de rappeler sa possession d’un certificat de situation juridique après l’achat du terrain à la SEIMAD.

Les rumeurs et les accusations gratuites à son encontre circulent librement mais cette dernière, s’estimant victime, a tenu à faire comprendre qu’elle n’userait pas de ses relations pour obtenir gain de cause. Elle restera définitivement dans la procédure légale, bien qu’elle ait laissé comprendre qu’elle connaissait bien le ministre de la communication actuel. Les deux protagonistes ont chacun leurs versions et sont tous deux convaincus d’avoir raison. La tension a considérablement monté depuis la descente des enfants de l’EPP dans la rue, une affaire à suivre…

   Imprimer cet article    Enregistrer au format PDF    Partager
 1 réaction Lire les commentaires
  • Les écoliers de l’EPP 67 ha Nord Est manifestent
    13 mars 2012 19:04, par Boum (#3846)

    Moi aussi je connais ma maman, mon papa, Jésus Christ et mes amis. Ils ne sont pas dans le gouvernement. Je n’utilise pas leur nom pour me servir, mais pour servir les autres, ceux qui sont perdu.

Vols, Hôtels, Séjours :
Les meilleurs prix

Un Top des prix tous les jours


La météo à Madagascar

 

Nous suivre

     
Publicité sur Madagascar-Tribune.com

 

Le Petit Futé

 

  • Version pour Smartphone
  • m.madagascar-tribune.com

  • Version pour IPhone
  • iphone.madagascar-tribune.com

    Visiteurs connectés : 174  



    Mettre en page d'Accueil | Ajouter á mes Favoris | Newsletter | © Madagascar-Tribune.Com | Propulsé par Vahiny |  Motorisé par SPIP

    Découvrez aussi : Xbox 360