Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 25 septembre 2016
Antananarivo | 20h19
 

Environnement

Protection de l’environnement et tourisme

Les communautés de base de plus en plus impliquées

lundi 19 septembre
JPEG - 93.1 ko
Fanomezantsoa Rasandy, Responsable Technique du paysage de Hautes Terres du Nord, expliquant l’importance de la forêt

La signature de onze (11) nouveaux contrats de transfert de gestion des ressources naturelles (TGRN) et la mise en place officielle de l’aire protégée du corridor forestier Marojejy-Anjanaharibe sud-Tsaratànana ou COMATSA viennent consolider et conforter la nouvelle stratégie que l’Office national du tourisme (ONTM) cherche à développer dorénavant. « Madagascar Harena », ou l’île aux trésors selon le ministère de l’Environnement est le slogan que le secteur tourisme veut véhiculer pour la destination Madagascar. La stratégie est fondée sur les richesses de la biodiversité et de la diversité de l’environnement du pays par rapport aux autres destinations du sud-ouest de l’océan indien. Il faut reconnaître que ces forêts et aires protégées de Madagascar sont souvent l’objet de destruction et d’incursions dévastatrices non seulement en leur sein par les exploitants miniers mais également dans leurs périphéries par les communautés mitoyennes. Ainsi pour s’en préserver, il a été adjoint à ces aires protégées déjà gérées par les communautés dans le COMATSA, quelque 28 000 ha de forêts ; l’objectif est de consolider la ceinture verte qui entoure le COMATSA. C’était lors d’une cérémonie qui s’est déroulée le 15 septembre dernier. La mise en place de l’aire protégée COMATSA est réalisée grâce à la collaboration du ministère de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts, du WWF et du GEF/PNUD qui en assure le financement. Le tourisme compte beaucoup sur la protection de l’environnement et des richesses de sa biodiversité que les responsables de l’ONTM et du ministère estiment comme des atouts des plus prometteurs et durables, surtout si la promotion du segment est confiée à des professionnels et connaisseurs.

Une aire protégée aux valeurs socio-économiques

JPEG - 74.2 ko
Le Directeur du Système des Aires Protégées/ DSAP remet le document officiel de l’AP COMATSA au représentant du WWF, Simon Rafanomezantsoa

Le COMATSA fait partie de la deuxième plus grande aire protégée terrestre de Madagascar qu’est le Complexe des Aires Protégées Ambohimirahavavy Marivorahona (CAPAM) qui s’étend sur 537 465 ha. La superficie du COMATSA est de 318 087 ha. Le corridor offre un cadre de gestion qui favorise l’implication des communautés locales.

Elle est composée de plusieurs AP dont le COMATSA, la Réserve Naturelle Intégrale de Tsaratanàna, les aires protégées de Bemanevika et Mahimborondro. Ces aires protégées constituent un des plus grands blocs de forêts humides à Madagascar et assurent l’approvisionnement en eau de la Sava et de la Sofia, ainsi qu’une partie de Diana grâce aux six grandes rivières qui y prennent source. De nombreuses cultures vivrières, notamment la riziculture irriguée et les cultures de rentes, dépendent de ce grand réservoir hydrographique naturel. « C’est dire que l’économie régionale est intimement tributaire de ces aires protégées, qui soutiennent les conditions de vie de dizaine de milliers de ménages. Ainsi, ces forêts ne sont pas uniquement précieuses en termes écologiques mais aussi par leurs valeurs socio-économiques », explique Nanie Ratsifandrihamanana, Directeur Pays de WWF Madagascar.

Chaque communauté contractante bénéficie d’un encadrement technique ainsi que des formations pour qu’elle puisse s’acquitter de ses responsabilités de gestionnaire : maîtrise des exigences du cahier de charges, réalisations des activités de conservation et de gestion dans les unités de zonages et mises en œuvre des plans d’aménagements.

Une convention tripartite pour une meilleure gestion forestière

JPEG - 80.3 ko
Le représentant du DREEF remet un contrat de TGRN à un représentant des communautés de base

Le transfert de gestion d’une forêt est un contrat entre l’Etat, représenté par la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts, la commune concernée et la communauté, régie par la loi Gelose (no. 96-025) ou le GCF (Décret n°2001-122). Il comprend, entre autres, la gestion des droits d’usage et l’exploitation des ressources conformément au plan d’aménagement, avec une règlementation qui rend plus rationnelle l’usage des services écologiques de la forêt. En effet, les membres de l’association contractante peuvent collecter des produits forestiers secondaires à des fins d’alimentation, cosmétiques, médicinales ou culturelles, selon les limites d’un règlement défini dans le plan d’aménagement.

JPEG - 44.4 ko
Les gilets des polisin’ala aux couleurs des partenaires des communautés

Le TGRN est une approche qui facilite l’implication et la responsabilisation des villageois dans la gestion durable des ressources forestières, tout en aidant le service forestier à assurer son rôle. Outre la protection des terroirs, des Activités Génératrices de Revenus sont mises en place pour réduire la dépendance des communautés vis-à-vis de la forêt et assurer leur autonomie quotidienne. Manantsoa Andriantahina, leader paysage des Hautes Terres du Nord, zone d’intervention de WWF à Madagascar souligne : « Il est important d’accompagner les communautés, pour que leurs engagements se fassent dans les meilleures conditions. Nous organisons plusieurs formations afin de faciliter l’imprégnation. Alphabétisation fonctionnelle, tenue de comptes et trésorerie, gestion associative, formations aux nouvelles techniques culturales : autant d’appuis qui aident les communautés à se responsabiliser rapidement et efficacement et maîtriser leurs contrats de gestion ».

Un contrôle du service forestier se fait régulièrement auprès des communautés. Dans trois ans, prochaine période d’évaluation de ces nouveaux TGRN, les villageois pourront démontrer leur savoir-faire et leur implication pour la conservation et la gestion rationnelle des forêts.

Recueilli par Bill

24 commentaires

Vos commentaires

  • 19 septembre à 09:57 | jules (#2904)

    MDR :« Une aire protégée aux valeurs socio-économiques »
    En bon français on doit dire « une aire de picnic avec BBQ spéciale pigeons rotis par la foule »
    A Mada tout brule ,les forets , les rares touristes et la moralité...
    Bientot ,Mada , dans les livres d’histoire au chapitre ,pays disparu

    Répondre

  • 19 septembre à 10:15 | Saint-Jo (#8511)

    Bonjour !
    Et un gadget de plus ! Un !
    Ah ! Que ces foza adorent épater la galerie avec des bidules qui ne sont que parures sans utilité , donc sans efficacité !
    Et qui sont les naïfs qui vont croire que ces trucs vont faire changer efficacement la situation de ce pays et la vie de ses populations ?
    Qui ? Mais les foza naïfs eux-mêmes , pardi ! Et en particulier ce fieffé menteur de RAMBO.

    Répondre

    • 19 septembre à 10:33 | Saint-Jo (#8511) répond à Saint-Jo

      Par pure coïncidence , hier soir quand je rentrai de ma campagne j’ai découvert sur ce site une question d’un intervenant sur ce forum .
      Alors je lui ai répondu ceci :

      # 19 septembre à 00:26 | Saint-Jo (#8511) répond à diego ^
      Bonsoir , Diégo !
      De mon côté il n’y a pas de mystère ! Je suis un Merina de partout et de nulle part .
      Comme l’était avant moi le personnage merina historique Razakanavalondambo que RAMBO ignore .
      Comme Razakanavalondambo aimait la riziculture , moi aussi j’aime la riziculture . Mais je n’ai pas l’habileté qu’avait Razakanavalondambo en la matière .
      Je n’aime pas les massacres des populations , ni toutes les injustices faites aux populations .
      J’aime l’or vert .
      Je sais lire et écrire.
      Et il n’y a rien à justifier dans tout ce que je viens de dire , Diégo !

    • 19 septembre à 15:40 | Marika (#9389) répond à Saint-Jo

      Sain-jo

      Bonjour,
      Nous aimons aussi l’or vert,les jaunes (corn),les black-basy,les avocats,les tapies et tomates.
      car nous sommes de la région de MANDRIDRANO.

      A+.

    • 19 septembre à 16:26 | Saint-Jo (#8511) répond à Saint-Jo

      Bonjour , Marika !
      Oh ! Que cela fait du bien de rencontrer quelqu’un qui sait de quoi il parle !
      Oh ! Que ça fait du bien !

  • 19 septembre à 10:56 | punchline (#9673)

    rien à foutre du forêt, si Madagascar n’est pas électrifié, nous allons continuer à utiliser le charbon de bois, si les techniques et les infrastructures modernes pour une culture civilisée ne nous sont pas inculqué, nous allons continuer L’agriculture sur brûlis.
    quoi ? on n’a pas d’argent ? et les aides et les recettes budgétaire ?

    et puis ces noms, toujours en haut de l’affiche Nanie Ratsifandrihamanana Directeur Pays de WWF Madagascar, les ratsifandrihamanana, les rabenoro, les ratsivalaka, les ranjeva, les andriamanjato, rabetrano, .... représentants des malgaches , les malgaches du sud victime du kere

    c’est à nous le gros salaire, c’est à vous le kere,

    eux ils privatisent les avantages, et popularisent les pertes, quand ça va mal ils ne sont plus responsable, mais le gros salaire continue à être versé

    Répondre

    • 19 septembre à 11:28 | Saint-Jo (#8511) répond à punchline

      Au secours ! punchline revient !

    • 19 septembre à 11:56 | takaka (#8449) répond à punchline

      Vous avez des difficultés avec ces noms Punchcoco ou Taïpunch ?
      Ici on cherche les solutions optimales en énumérant les porobolemo, pas en divaguant dans son froc millibandy.
      Ces noms cités sont comme les Ratsiraka, les Kolo, les Resampa, les Camilles, les Lahiniriko, les Soja, les Botokeky, les Boto, les Tata, les Zafera, les tout-venants de Dago mpaka fo, etc, etc.
      Mazava ?

  • 19 septembre à 11:47 | takaka (#8449)

    Il faut la gestion privée et le respect du cahier des charges pour son exploitation écotouristique, le développement sinon des sanctions financières exorbitantes. Il faut négocier avec des chaînes hôtelières internationales de grande envergure pour financer et réaliser un tel projet.
    Les communautés villageoises, les associations paysannes, les CTP et experts divers, tous des gouffres sans fond pour les finances : budget-programme, PRDieM, restaurants minima 2 stars, Offroad climatisés qui patinent à la moindre pluie, etc, etc.
    Les aires se trouvent dans la brousse, tout le monde habite à Tana ou ailleurs sauf le petit enkulé de polisin’ala qui me revend un Microcebus (difficile à élever en capture) pour esperer gagner du fric et se pavaner devant les Viavy tsara edy ôôô dans un Biraon’ ny Adala Rehetra (BAR) avec THB mafana et toaka gasy manara-penitra (pas d’hydromel sauf à Andravoahangy ambony à Tana).
    Karakory ? Kel’hera donky ?

    Répondre

  • 19 septembre à 12:09 | Jipo (#4988)

    Bonjour.
    Sans vouloir etre pessimiste, cela ressemble à tous les ronds de jambes antérieurs.
    C ’est bien beau d’ éduquer la population qui en a plus que besoin, mais ne pensez-vous pas que leurs donner les moyens , tout simplement de se nourrir, serait une priorité à ne pas occulter , moins encore contourner comme vous ne cessez de faire ?
    Quant au contrôle du service forestier, laissez moi rire, quand les réserves sont allègrement pillées, aux yeux et à la barbe de tous, un assainissement de tous les services, est prioritaire, certain disaient : « ils faut nettoyer les écuries d’ augias » mais ça : moucher les morveux est déjà une sinécure, quand à leur nettoyer le postérieur, prévoir, comme pour les miracles : un délai...

    Répondre

    • 19 septembre à 20:06 | kunto (#7668) répond à Jipo

      KUNTO ny PATRIOTE MALAGASY d’ANTANANARIVO :

      - Mr Jipo vous avez peut être été cocu par votre épouse Malagasy ou trahis par un autre Malagasy : mais SVP ne mettez pas tous les Gasy dans le même panier va joué ailleurs ...

      - QUE DIEU éloigne les ennemis de MADAGASCAR .

  • 19 septembre à 13:07 | RAMBO (#7290)

    Jo Le Malin Hydrolique de la Campagne de Collaz.

    Faux et archi faux vous étiez rentré de nul part mais pas de campagne (c’est votre fantasme de déraciné cela)...vous n’êtes pas à Madagascar vous n’êtes pas Merina ...vous êtes dans une banlieue parisienne...Attention Jo le Malin Hydrolique de Collaz...Pinocchio vous a à l’oeil et le mot campagne est rajouté à votre login. hi hi hi.
    Evidemment au temps de Tsiranana les Français avaient pour but de former des marionnettes pour perpétrer la manière d’administrer en mode Française... Vous même et Jacques...Vous êtes des exemples typiques de cette forme de néocolonisation intéllectuelle...vous juger l’intelligence des gens par rapport au fait s’ils écrivent bien le Français ou pas.

    Répondre

    • 19 septembre à 14:17 | vatomena (#7547) répond à RAMBO

      Quels sont les bienfaits apportés au peuple par l’administration anti-néocoloniale d’un Ratsiraka ou d’un RA8 ? la question est posée.La réponse se voit dans la misère de la rue , dans la gabégie,la corruption ,l’inefficacité de l’administration.On a rompu avec un système sans pouvoir inventer un autre plus efficace. On vit maintenant dans la perdition de tout et meme de l’ame malgache .

    • 19 septembre à 16:36 | Saint-Jo (#8511) répond à RAMBO

      Peine perdue RAMBO le faux merina !
      Trop de monde sur ce lieu a déjà éventé vos mensonges !
      Selon vous-même personnellement , dans votre famille vous êtiez suivant les générations successives d’abord collabo des colonialistes , ensuite PSD et collabos des néo-colonialistes , ensuite foza du DJ-ex-la-terreur et maintenant vous êtes foza de Rajao-la-terreur !
      Planche pourrie en somme .

  • 19 septembre à 14:33 | LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR (#1331)

    - Comment peut-on faire avancer Madagascar ?

    A mon avis, une des meilleures voix possible : en impliquant de plus en plus les communautés de base, bref le fameux Fokonolona d’Andrianapoinimerina 3.0 ou de Ratsimandrava 3.0.

    WWF ou la PNUD n’a pas inventé les communautés de base à Madagascar, toutefois leurs apports sont essentiels pour la modernisation de l’approche (la version 3.0. )

    - Quel « business model » localisé peut-on extraire de cette expérience (*) ?

    J’appelle toutes les éminences grises « Tena Malagasy » à s’y pencher sérieusement (Avara-pi et paysans héritiers de savoir faire ancestraux).

    Hélas, pour l’instant, Aucun parti politique à Madagascar n’a de projet de société bien Malagasy et digne de ce nom.

    - Y -a-t-il des éminences grises productives à Madagascar ?

    (*) : Je me suis amusé à remplacer le mot « Forêt et ses dérivées » en
    MINES
    SECURITE
    PECHES
    TERRE AGRICOLE
    ...

    Répondre

    • 19 septembre à 18:50 | Turping (#1235) répond à LE VEILLEUR alias L'EVEILLEUR

      Bjr, L’eveilleur, veilleur Alias
      Vous n’avez tout à fait tort. Quand vous évoquiez, les noms D’andrianampoinimerina et Ratsimandrava, ça fait plaisir.
      - A reconnaître l’action des ONG,leur implication.
      - Pour préserver l’écosystème, la plantation et reboisement des arbres sont plus que nécessaires pour sauvegarder l’écosystème.
      - Je réponds en même temps à Punchiline, l’effet néfaste des pratiques de culture sur brûlis comme le déboisement des arbres sans reboisement en contre partie sur le long terme .
      - Effets néfastes : sur le réchauffement climatique, et l’érosion des sols entraînant ensablement dans les rizières, etc...peu de rendement à cause de l’érosion ainsi engendrée.
      - En gros, l’arbre permettrait de jouer le rôle dans la rétention d’eau, par exemple pour éviter les sécheresse comme ce qui se passe dans le sud.
      - Avec la politique du ventre, il faut savoir préserver la nature, car la pratique sauvage des brûlis entraîne également la disparition des espèces endémiques (faunes et flores).
      Conclusion : Il y a des défis à relever pour sortir de la moyenâgeuse car la technologie, les énergies renouvelables nous permettraient de rentrer dans l’ère du 21 ème siècle. On avons tout ce qu’il faut (l’air, l’eau, le soleil), alors que beaucoup de gens n’ont pas accès à l’eau potable dans le sud et voire sur l’ensemble du territoire Alors que paradoxalement, des millions de mètres d’eaux pluviales sont déversées quotidiennement à la mer sans être utilisées. On parle de délestage reccurentiel, intempestif anti - économique, sans que les gouvernants puissent mettre en oeuvre les nouveautés qu’offrent les technologies.

    • 19 septembre à 18:56 | Turping (#1235) répond à LE VEILLEUR alias L'EVEILLEUR

      Bjr, L’eveilleur, veilleur Alias
      Vous n’avez tout à fait tort. Quand vous évoquiez, les noms D’andrianampoinimerina et Ratsimandrava, ça fait plaisir.
      - A reconnaître l’action des ONG,leur implication.
      - Pour préserver l’écosystème, la plantation et reboisement des arbres sont plus que nécessaires pour sauvegarder l’écosystème.
      - Je réponds en même temps à Punchiline, l’effet néfaste des pratiques de culture sur brûlis comme le déboisement des arbres sans reboisement en contre partie sur le long terme .
      - Effets néfastes : sur le réchauffement climatique, et l’érosion des sols entraînant ensablement dans les rizières, etc...peu de rendement à cause de l’érosion ainsi engendrée.
      - En gros, l’arbre permettrait de jouer le rôle dans la rétention d’eau, par exemple pour éviter les sécheresse comme ce qui se passe dans le sud.
      - Avec la politique du ventre, il faut savoir préserver la nature, car la pratique sauvage des brûlis entraîne également la disparition des espèces endémiques (faunes et flores).
      Conclusion : Il y a des défis à relever pour sortir de la moyenâgeuse car la technologie, les énergies renouvelables nous permettraient de rentrer dans l’ère du 21 ème siècle. Nous avons tout ce qu’il faut (l’air, l’eau, le soleil), alors que beaucoup de gens n’ont pas accès à l’eau potable dans le sud et voire sur l’ensemble du territoire Alors que paradoxalement, des millions de mètres cubes d’eaux pluviales sont déversées quotidiennement à la mer sans être utilisées. On parle de délestage reccurentiel, intempestif anti - économique, sans que les gouvernants puissent mettre en oeuvre les nouveautés qu’offrent les technologies.

  • 19 septembre à 16:31 | Turping (#1235)

    Que demande le peuple ?si ce programme sera mis en oeuvre, néanmoins ce sera un bon début d’avancement !
    - Pour que le développement puisse mettre en route, l’émancipation citoyenne serait très sollicitée accompagnée du civisme.

    Répondre

    • 19 septembre à 16:34 | Turping (#1235) répond à Turping

      Se mettre en route !

  • 19 septembre à 17:20 | Jipo (#4988)

    @ Vatomena .
    « Quels sont les bienfaits apportés au peuple par l’administration anti-néocoloniale » ???
    Mais ouvrez donc les yeux non de Dieu !!!
    Insécurité, insalubrité, corruption, délestazes, trafics polymorphes, détournements, assassinats, famine, analphabétisation, droit de se taire, réseaux ferrés, routiers, VRD : vita gasy, voilà l’ héritage laissé en échange du pillage de ce que ces sales vazahas ont laissé, par cette minorité qui prétend représenter les Malgaches , cette race élue, de descendance, princière, que dis-je : royale , cette caste qui a décrété que de par sa chevelure, qu’ elle était : supérieure, et le pire c ’est qu’ elle a réussi à s’ en convaincre, jusque dans les gènes !
    C ’est pas bossa ...

    Répondre

    • 19 septembre à 20:12 | kunto (#7668) répond à Jipo

      KUNTO ny PATRIOTE MALAGASY d’ANTANANARIVO :

      - 1 seul sujet = le développement de Madagasikara

      - 1 seul ennemi = la pauvreté

      - Gasy ( du Nord au Sud - de l’Est à l’Ouest ) ne vous abaissez pas au niveau des ennemis de Madagascar .

  • 19 septembre à 17:26 | mandrozeza (#5123)

    Il doit y avoir une erreur dans la légende des photos car la même (jolie) personne apparaît deux fois.
    Légende 1 : Le Directeur du Système des Aires Protégées/ DSAP remet le document officiel de l’AP COMATSA au représentant du WWF, Simon Rafanomezantsoa
    Légende 2 : Le représentant du DREEF remet un contrat de TGRN à un représentant des communautés de base.
    C’est toujours bizarre quand un(e) jeune diplôme un vieux. Pour ma part, je n’aurai jamais envisagé de le faire, même s’il n’avait que le certificat d’études.

    Répondre

  • 19 septembre à 17:39 | Mihaino (#1437)

    Bill, vous êtes trop fort en publi-reportage ! TVPlus et Madagate devraient vous recruter si vous continuez à sortir des articles de ce genre ! Bref , vous avez changé de registre à mon humble avis car vos collègues Ndimby A. & Patrick A. ne touchent pas de salaires de MT.com dans leurs éditos selon leurs dires si je ne me trompe pas !Il n’est pas élégant ni correct de ma part de vous demander le prix de votre prestation ! J’ai la nette impression que c’est un Bill nouveau ou un nouveau Bill qui apparaît dans la 1ère colonne depuis quelques jours !! Mes excuses si je me trompe .
    Vous êtes toujours à la UNE sur MT.com et vos articles n’intéressent plus que quelques participants !
    Où sont les vrais thèmes à développer pour attirer les lecteurs fidèles de MT.com car le sensationnel n’attire plus grand monde ???!! Certains anciens participants ont quitté ce forum , d’autres nouveaux arrivants étalent leurs connaissances & expériences et c’est tant mieux !
    Enfin, concernant votre article de ce jour , je n’attends qu’à voir les réalisations concrètes .
    Wait and see....

    Répondre

    • 19 septembre à 21:12 | Jipo (#4988) répond à Mihaino

      Bonsoir Mihaino.
      Hélas cela fait déjà plus qu’ un « mauvais moment » que les sujets traités par l’ intéressé, n’ intéressent quasiment plus personne, ses articles sont souvent sanctionnés de très peu de commentaires, quand ce n’ est pas le O commentaire ! en plus de fautes de français indignes d’ un éditorialiste digne de ce nom.
      A croire que MT se saborde chaque jour que Dieu fait avec un malin plaisir, digne de masochisme non dissimulé à moins qu’ elle n’ ait plus personne d’ autre ?
      Un mimétisme de la médiocrité ambiante, d ’une médiocratie généralisée, voir contagieuse ?
      Le devoir de résultat, et la méritocratie, semblent fuir de manière à défier le moramora endémique, une descente aux enfers à l’ image du pays, avec une détermination, pour ne pas dire obstination que seuls ceux qui en tirent des profits peuvent cautionner, hélas encore cette minorité au détriment de la majorité .
      A quand son éradication totale , quand les Malgaches vont-ils se réveiller & mettre le Oh là ???

Réagir à l'article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, merci de vous connecter avec l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 214