Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 3 décembre 2016
Antananarivo | 17h49
 

Gouvernance

Politique générale de l’Etat

Le processus de réforme de la sécurité, enfin remis en marche

mardi 6 septembre | Bill

Il a fallu plusieurs mois pour que la Présidence se penche sur le document relatif à la question de sécurité que le gouvernement Ravelonarivo a ficelé et présenté à la presse à Mahazoarivo lors d’un petit déjeuner au mois d’octobre 2015. Le général Jean Ravelonarivoa a par la suite présenté officiellement une lettre de politique de la Réforme du Secteur Sécurité (RSS) le mois de janvier 2016. Ce lundi 5 septembre 2016, Iavoloha décide enfin de lui consacrer un atelier de cinq jours inauguré par le chef de l’Etat en personne. Pourquoi un aussi grand laps de temps alors que cette question de sécurité fait beaucoup souffrir le pays ? On dira sans doute, « mieux vaut tard que jamais », n’est-ce pas ! Du moins on ne l’a pas oublié comme le projet de partenariat avec le groupe nigérian Dangote.

En tout cas, et quelque part sous pressions d’origines diverses, le pouvoir ne pouvait pas méconnaître le caractère crucial de la sécurité tant au niveau international que national. Le Système des Nations Unies et l’Union Africaine insistent sur cette Réforme du secteur sécurité. Le processus est aujourd’hui entré dans la phase d’élaboration du plan de réforme apprend-on depuis hier ; comme si les documents élaborés par le comité érigé sous Ravelonarivo étaient caduques ou insuffisamment réfléchis, parcellaires et peu instructifs.

Au cours de cet atelier, il s’agira de procéder à une synthèse de toutes les résolutions et propositions émises en tenant compte du fait que le concept de sécurité inclut différents domaines de la vie nationale, tant politique, social, qu’économique.

Le Chef de l’Etat a fait valoir qu’il s’agit de procéder à une réforme qui servira la population car la sécurité et le développement sont étroitement liés. Ainsi, il a invité toutes les parties prenantes à harmoniser leurs points de vue afin d’avoir une même vision de la sécurité. Durant leurs travaux, ils devraient aussi s’inspirer des expériences des partenaires internationaux, notamment les Nations Unies et l’Union Africaine, fait remarquer la Présidence de la République.

20 commentaires

Vos commentaires

  • 6 septembre à 09:59 | Saint-Jo (#8511)

    Bonjour !
    Dorénavant on pourra vaquer librement et tranquillement à toutes ses occupations alors ?
    Sans blague ?

    • 6 septembre à 10:01 | punchline (#9673) répond à Saint-Jo

      quand je me me regarde je m’inquiète, et quand je me compare à toi je me rassure

    • 6 septembre à 10:03 | Saint-Jo (#8511) répond à Saint-Jo

      punchline !
      ça commence à bien faire !

  • 6 septembre à 09:59 | punchline (#9673)

    trouve nous remenabila, et ravaka sy rabokona, et on va commencer à te croire

    à moins que c’est toi et ta grosse êtes cette ravaka et rabokona

  • 6 septembre à 11:35 | Isambilo (#4541)

    On commence par supprimer l’armée de terre (et l’académie militaire), on développe la marine national, on renvoie les gendarmes uniquement à la campagne. La police nationale ne s’occupe que des affaires dépassant les frontières d’une région.
    Ne pas confondre cybercriminalité et droit d’expression.
    Surtout, ne pas intégrer les corps expéditionnaires internationaux, ça donne de mauvaises idées à ceux qui y participent.
    Le reste relève du bavardage.

    • 6 septembre à 11:51 | che taranaka (#99) répond à Isambilo

      Supprimer l’armée n’est pas une bonne idée... ceci grossira les rangs des remenabila...

      L’armée aura deux (2) missions

      - Défense nationale
      - Développement rural:agriculture et élevage

      Bref on remet en place les « Bérets verts »

      leur solde sera en fonction de leur productivité agricole

  • 6 septembre à 12:14 | Isambilo (#4541)

    che taranaka,
    D’accord que ce serait une occasion de voir naître d’autres remenabila.
    D’accord pour les Service civiques /« Bérets verts ». Mais un général pour au moins 1000 hommes.
    Pas d’accord pour la défense nationale parce qu’on ne fera jamais le poids contre un plus qu’éventuel envahisseur. D’autant plus qu’il y a plusieurs façons de dominer un pays sans les armes à feu.

    • 6 septembre à 12:54 | vatomena (#7547) répond à Isambilo

      Histoire de colons ,de colons Blancs .—Il arriva un jour que les colons anglais installés sur les rives américaines se révoltèrent contre la raiamandreny Angleterre et sa reine pour des histoires de taxes .Ainsi naquit la première forme des Etats Unis -Malheureusement ,il y eut plus tard une guerre de sécession pour une histoire d’esclaves à affranchir dans les états du Sud
      Sécession ,le mot est dit —Il y a toujours eu dans le passé de Madagascar des particularismes virulents .Les mérina étaient toujours à guerroyer à travers le pays pour établir leur suprématie sur les petits royaumes locaux ; Sakalavas ,Betsimisaka ,Antakaranas,Sihanakas ,Bezanozano s’en souviennent .C’est l’administration de Gallieni qui finalement fera l’Unité du pays .
      A l’heure où dans le Sud du pays règne la plus grande misère et la plus grande insécurité ,à l’heure où des bandes armées parcourent le pays ,à l’heure où l’armée régulière abat sans procès des innocents et se montre complice de toutes les exactions ,il est à craindre que toutes ces bandes un jour ne se fédèrent et rejettent par les armes l’autorité centrale si peu sensible au désespoir général .Ce serait une guerre de sécession .
      L’armée régulière si mal commandée ,si compromise pourra -t-elle faire face ?

  • 6 septembre à 17:53 | Vohitra (#7654)

    Pourquoi est-ce que l’Etat Malagasy devra s’engager actuellement dans un processus de réforme du secteur de la sécurité ?

    Est-ce que les dirigeants politiques du pays peuvent donner des réponses adéquates à cette question conformément aux appréhensions et inquiétudes perçus au niveau de la population ?

    Quand est-ce qu’il n’y aura plus de confusion entre défense des institutions de la République et défense d’un régime politique au pouvoir ?

  • 6 septembre à 18:09 | diego (#531)

    Bonjour,

    Il y a deux réformes que le président aurait dû s’attaquer dès le lendemain de son élection :

    - un, réformer l’Armée. Définir exactement les rôles de cette grande Institution, ces rôles devraient-ils être politiques, sécuritaires ou les deux ? Il faut les définir pour que tout soit claire !

    - deux, réformer les Institutions judiciaires ! Écoutez, tout le monde entend que Ivato est un aéroport où les richesses du pays partent.....tout le monde entend que nos bois quittent le pays sous les nez du régime...ou au milieu de tout cela, la HCC et le régime questionnent et attaquent même la liberté d’expression :

    - écoutez, où est l’urgence pour le pays ?

    Il faut y penser !!!

  • 6 septembre à 18:52 | Isambilo (#4541)

    Vatomena,
    L’histoire de Madagascar n’a pas commencé avec l’arrivée de colons venant de France.
    On sait depuis le 16e siècle, grâce aux sorabe et aux récits de voyages portugais, anglais, hollandais et français, que les roitelets dans toute l’île se faisaient la guerre en permanence.
    La conquête de l’île par le royaume merina n’a commencé qu’au début du 19e siècle. La conquête de l’ouest par les Maroseranana a commencé au 17e siècle, tout aussi sanglante.
    Votre ethnocentrisme et votre méconnaissance de l’histoire malgache ne vous rendent pas du tout crédible. Rassurez-vous, vous n’êtes pas le seul. Mais ça se rattrape.
    .

    • 6 septembre à 19:31 | vatomena (#7547) répond à Isambilo

      ignorantus ,ignoranta ,ignorantum

      Il est vrai que j’ignorais que les Sorabé racontaient l’histoire de tout Madagascar depuis les premiers hommes jusqu’à la découverte par les premiers explorateurs des mers. Ce sont bien eux qui ont fait entrer Madagascar dans la géographie mondiale . On connait la suite........

  • 6 septembre à 19:56 | Isambilo (#4541)

    Vatomena
    Trop minable pour mériter une réponse. Evitez de répondre à mes posts.

    • 7 septembre à 13:12 | papangue (#9623) répond à Isambilo

      Akory aby !
      Akory lahale,

      Des guerres il y en a eu, entre les roitelets des plusieurs ethnies, et l’ethnie dominante , n’en a ni l’antériorité ,ni l’exclusivité.

      D’ailleurs, partout dans le monde, entre le XVIIe S et le XIXe , il y a eu des guerres d’expansion territoriale :
      Guerres entre Amérindiens, guerres de Shaka Zoulou avec ses exterminations, guerre entre Zoulous et les Blancs Afrikaners, guerre entre Afrikaners et Anglais …

      Les différentes guerres précoloniales, les guerres entre puissances coloniales et les empires présents, qui, eux-même, ont du faire des guerres pour gagner des territoires ou préserver les territoires.

      Pour M/car en particulier, en voici quelques-unes , de ces guerres, non exhaistives :

      - Zafiraminia ,Zafikazimambo :
      Paul Ottino :
      « C’est bien une guerre exterminatrice qu’ils livrent aux Zafiraminia.... »
      Voir aussi Flacourt sur ce passage

      - Guerre antemoro : révolte des Ampanabaka contre les Anteony
      première guerre 1883,2e 1894

      - Androy
      A la fin du 17e tous les souverains Zafimanara se rapprochèrent entre eux, afin de mieux résister contre les Maroseranana Mahafaly.
      Pour avoir plus de guerriers possible en vue d’un conflit possible avec les clans voisins (Mahafaly, Bara, Fr..) les rois Zafimanara s’efforçaient toujours d’incorporer et d’assimiler dans leurs royaumes de nouveaux clans qui passent d’aventure à travers leurs terres.

      - Betsimisaraka
      Ramagnano forma une armée et partit à la conquête du Nord à partir de l’embouchure de Mangoro.
      Il regroupa son armée à Andeovoranto. Il marcha sur Tamatave et Fenoarivo et les prit. Ramagnano "tait cruel et sans pitié contre les populations qu’il a vaincues.il brula les maisons et les récoltes.il vendait les gens au marchand d’esclaves...et allait jusqu’à piller les tombeaux.

      - Sakalava :
      - Guerre du Fiherenana
      - Dans le livre A l’Ouest de Madagascar les Sakalava du Menabe
      Bien que tout le monde s’accorde en pays salakava à attribuer aux souverains l’origine de l’asservissement, il semblerait que l’esclavage ait été dans cette région, de tout temps une pratique courante.
      Seule la traite avec les commerçants étrangers européens ou arabes subissait le contrôle du roi.
      D’après les récits, il n’est pas rare que des raids soient organisés en pays Bara ou en hautes Terres à seule fin d’alimenter la traite en prisonniers de guerre.
      Le commerce des esclaves avec les étrangers permettra la riposte.

      - Antesaka Andriamandresy :
      « Réveillés en sursaut, les habitants de Vorokotsy se bousculent pour sortir de chez eux, accueillis par les bambous tranchants, tombant grièvement blessés. Ceux qui s’en échappent, se jettent sur les mortiers qu’ils ne voient pas dans la nuit épaisse et qui favorisent aussi leur chute brutale. Personne ne peut en échapper et tous périssent, les assaillants ne faisant aucunquartier. « De Vorokotsy, il ne restait que des décombres fumants et son roi Rakaby, avant de recevoir le coup fatal de sagaie, eut le temps de pleurer ce qui avait été son orgueil et sa splendeur. Il regrettait amèrement l’incident du vatomandry. » Depuis, le village de Vorokotsy reçoit un nouveau nom, « Trana­tranambolo » en mémoire du procédé utilisé par Andriamandresy pour obtenir la victoire : faire hérisser partout des bambous. »

      - Guerres fréquentes entre Zafizoro et Antefasy malgré le fait qu’ils soient apparentés.

      Izay ro izy.

      Veloma jiaby.

    • 7 septembre à 20:03 | Saint-Jo (#8511) répond à Isambilo

      Très intéressant vos récits , papangue !
      Je les archive .
      Merci , papangue ! Et j’espère que vous nous en raconterez d’autres !

    • 8 septembre à 14:23 | vatomena (#8391) répond à Isambilo

      @Isambilo

      tres volontiers . —Par prudence ,commencez par zapper des que vous rencontrez mon identifiant—Merci d’avance !

    • 8 septembre à 14:46 | vatomena (#8391) répond à Isambilo

      @Papangue _ à l’exemple de saint Jo ,je vous remercie pour ce volet historique qui est absent des « Sorabé »—Puis je vous en demander plus ?
      Les raisons de ces guerres intestines ? Je me pose des questions . A ces époques,la brousse était pratiquement vide d’hommes (moins de 3 millions d’habitants ) ,les terres vacantes étaient innombrables. Des terres vierges partout .Ou on vidait des querelles ou on voulait s’approprier des richesses ,mais lesquelles ?
      Un semblable récapitulatif des guerres de conquètes menées par les mérinas m’interesserait au plus haut point .

  • 8 septembre à 12:53 | papangue (#9623)

    Hello Saint-Jo,

    Oui bien sûr, avec plaisir,j’essayerais de faire beaucoup moins de fôtes d’ortografy !

    exemple : zafisoro au lieu de zafosoro !

    Ianarao any Dago ireo sao mba mahalala boky gasy vaovao momba ny tantaran’i Madagasikara, indrindra ny fahatongavan’ny Malagasy voalohany tany Madagasikara.

    Misy boky tsara fa efa ela, ohatsa Raison Jourde Les Souverains de M/car fa efa 30 taona.

    Efa nisy fikarohana taty aorina ka mety efa « outdated » ny info ao amin’ny bokin’i Fancoise Raison-Jourde.

    Misy koa Fréderic Randriamamonjy fa tsy misy daty mazava amin’ny fahatongavan’ny razamben’ny Malagasy.

    Veloma jiaby.

    • 8 septembre à 13:40 | Saint-Jo (#8511) répond à papangue

      Bonjour , papangue !
      Désolé , mais les reproches que je fais sur les fautes d’orthographe sont exclusivement à l’endroit des vantards qui se déclarent plus instruits , voire plus intelligents , que les autres .
      Je lis et j’écoute toujours avec beaucoup d’attention les récits historiques qui concernent ce pays et ses populations .
      Concernant les livres qui vous intéressent , personnellement je ne sais quoi vous dire .
      Vous savez bien que nous , à Mada , n’avons pas grand-chose pour satisfaire notre soif de connaissances nouvelles .
      Par contre , vous à l’Etranger , vous pouvez toujours prospecter dans les deux librairies l’Harmattan (bonne orthographe ?) rue des écoles 5è arrondissement à Paris ( entre la fac de Jussieu et le collège de France) .
      Ou alors , vous pouvez aussi prospecter dans la bibliothèque de recherche de la Sorbonne (l’historique , la vraie, délimitée par le boul’mich - la rue saint-jacques et la rue des écoles) . Si vous pouvez avoir accès à cette bibliothèque de recherche , vous pourrez trouver ce qui peut vous intéresser , en particulier les noms des revues académiques internationales spécialisées sur le thème .
      Peut-être aussi pouvez-vous aller à la Grande Bibliothèque François Mitterand , sur les rives de la Seine en face de Bercy mais de l’autre côté de la rivère. Il y a beaucoup de publications nouvelles sur notre île qui pourraient vous intéresser aussi là-bas , mais la consultation , je crois , doit se faire sur place .
      Au plaisir , papangue !

  • 8 septembre à 14:57 | papangue (#9623)

    @Saint-Jo,

    Non,non, je ne vous reproche rien et da’ailleurs vous n’avez pas fait de critique !
    En fait, c’est juste qu’en me relisant ....

    Comme vous dites, et je comprends bien, l’urgence est ailleurs, déjà que le minimum vital n’est plus atteint, ma demande semble superflue ,et futile par rapport au quotidien des Malagasy en général ,et aussi pour les professionnels concernés par l’Edition, la recherche etc...

    Ils (les professionnels de l’Edition) malagasy sont déjà confrontés aux problème de survie à tous les sens du terme,boucler fin de mois , et insécurité ...

    OK, il faut se débrouiller ici alors. Je voulais juste me renseigner pour les publications locales. merci.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 237