Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 5 décembre 2016
Antananarivo | 07h16
 

Société

Société minière Jiuxing Mines

Le point de l’exploitation à Soamahamanina

vendredi 4 novembre | Bill

Le permis d’exploiter entre les mains de la compagnie Jiuxing Mines n’a pas été annulé ; ce sont les travaux qui sont suspendus ou en stand-by conformément à la décision du gouvernement, déclare un technicien de la société minière. Le 29 octobre dernier, des responsables de la compagnie chinoise ont été à Soamahamanina et ont expliqué aux journalistes qui les ont accompagnés (en réponse aux souhaits des journalistes dont ceux de la radio Antsiva et de la radio ACEEM), le projet dans son ensemble et les perspectives à venir (emplois pour les jeunes, infrastructures et développement socio-économique).

Les travaux effectués à ce jour à Soamahamanina sont encore dans leur phase d’exploration ou d’essais pour établir le profil d’exploitation. Ces essais consistent d’une part à trouver l’automatisme du mécanisme de lavage ou à éprouver l’unité de lavage, et d’autre part au traçage du profil d’exploitation, c’est-à-dire dégager les couches stériles jusqu’à trouver la couche minéralisée. C’est au cours de ces travaux préparatoires qu’est intervenu le stand-by.

Jusqu’ici, une superficie de sept (7) ha sur les 10ha prévus ont fait l’objet de l’ « état partiel » et 32 contrats ont été signés avec les propriétaires des espaces concernés. L’ « état partiel » est évolutif, au fur et à mesure de l’avancement des travaux. Il consiste à identifier les sites impliqués dans l’exploitation et leurs propriétaires en vue des négociations et des compensations.

En tout cas, comme l’a souligné le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, l’exploitation industrielle de l’or ne peut se faire qu’à ciel ouvert ; ce que le technicien de la société chinoise confirme en précisant que le paysage sera en gradins et que le site sera revégétalisé ou remis en l’état comme stipulé dans le cahier de charges au bout de l’exploitation.

La société avait déclaré voici quelques semaines, vouloir entreprendre une porte ouverte à Soamahamanina mais elle n’a pas encore eu lieu. Le verdict de ce jour est attendu de part et d’autre avec impatience car il peut influer sur l’avenir de l’exploitation. Les positions de l’Etat ne sont pas très claires à propos des questions minières et pétrolières ; où en est-on avec les projets de nouveaux codes du secteur extractif ?

2 commentaires

Vos commentaires

  • 4 novembre à 11:44 | Jipo (#4988)

    Bonjour.
    Bill persiste & signe .
    Que ces interlocuteurs cessent de balader les concernés .
    En effet les investigations ont été suspendues, car rembourser les pots de vins déjà investis à l’ étranger est mission impossible pour ces parvenus avides et sans scrupules .
    Oui mais non ...
    les dirigeants, prennent tout simplement leurs compatriotes pour des cons, il serait temps que cela cesse !

  • 7 novembre à 21:49 | SNUTILE (#1543)

    Il n’ a jamais été vécu l’exploitation INDUSTRIELLE sans redevance au peuple nation qui ont été le gardien et propriétaire de ses biens depuis des siècles. ça suffit d’exploiter la pauvreté des peuples qu’on a abandonnés depuis des générations à souffrir. Travaillons d’égal à égal compensation des années perdues. 85%, 15% des ressources soutirées. Et de priorité c’est le pays étranger le 1er installé normalement. mais pas qui veut sans ordre mais désordre. C’est une honte, inhumaine, immorale de se vautrer sur le bien sauvegardé par d’autres.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 231