Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 15 décembre 2017
Antananarivo | 15h18
 

Tribune libre

Le bon, la brute et le truand

mardi 3 février 2009 | Georges Rabehevitra

Les gens de ma génération se rappellent du titre d’un film western des années 60. C’est une image, mais malheureusement, dans l’histoire politique de notre pays, le premier a manqué et nous n’avons eu droit qu’à la Brute et au Truand.

Le Bon, on l’attend toujours et tel que c’est parti, ce ne sera pas pour cette fois ci.

Dans la Tribune datée du 19 septembre 2008, j’ai écrit une ‘’lettre ouverte au Président de la République’’, sous le pseudonyme de Dr Honoris CAUSA.

Je ne changerai pas un mot de ce que je disais à l’époque sur la façon dont Mr RAVALOMANANA et son équipe ont dirigé le pays, et je ne changerais pas non plus un mot de ce que je prédisais à l’époque, puisque les faits m’ont donné raison. Pour ceux qui seraient intéressés, demandez à la Tribune une copie.

La ‘’Brute’’ (je vous rappelle c’est une image), est toujours en place et s’accrochera au pouvoir comme un pou, en évoquant sa légitimé par rapport à la Constitution, Constitution sur laquelle il s’est royalement assis depuis son accès au pouvoir.

Le « Truand’’ (encore une image) arrive et va faire exactement comme la ‘’Brute’’, pour accéder au pouvoir. Il a réclamé plus de démocratie au départ, et il avait raison. Mais profitant de la situation (c’est cela être un ‘’truand’’), il commence à s’asseoir sur la démocratie en s’autoproclamant »chef de l’Exécutif’’. Je lui rappelle quand même que, j’ai beau fouiller dans mes livres d’histoire, c’est pour la première fois dans l’histoire politique du monde qu’un (soi-disant) démocrate dit, je cite ‘’ je prends le pouvoir’’. Il le dit en plus sans rire !

Peut-on lui demander d’essayer d’imaginer dans 5 ans, quel sera l’état de ce pouvoir qu’il prend sans l’avis de personne. Pour un homme politique, digne de ce nom, c’est si difficile d’imaginer le futur à 5 ans ?

Tout ce cirque et ce cinéma seraient risibles s’il n’y avait pas tout le malheur d’un peuple en corollaire.

Messieurs, ressaisissez-vous !. Le premier s’est conduit comme si le pays était sa petite entreprise dans laquelle il faisait ce qu’il voulait. Le deuxième est en train de penser la même chose, en se disant pourquoi pas moi ! Et l’avenir dans tout cela ?

Ma suggestion est simple :

- on revient au status quo ante : le pouvoir actuel continue à gérer les affaires du pays avec plus de transparence, de démocratie et surtout traquer la corruption au sein même de ce pouvoir, mais pour cela il faut changer d’équipe car celle d’avant n’a pas du tout cet état d’esprit
- il faut appliquer la Constitution (régime parlementaire avec la séparation des pouvoirs Exécutif, Législatif et Judiciaire), liberté d’expression pour tous les médias. Sous le prétexte fallacieux de protéger l’ordre public, on empêche les opinions de s’exprimer (avec quels résultats ???)
- le maire d’Antanarivo gère sa commune tout en gardant un œil sur les affaires nationales, et ce pour l’intérêt général
- en même temps, chacun de tout ce beau monde avide de pouvoir fourbit ses armes en attendant les échéances de 2012.

Si les 2 parties ne raisonnent qu’en terme de savoir qui a gagné ou qui a perdu, ma suggestion ne vaut pas un clou. Si les 2 parties se disent qu’il faut trouver une solution pour que le perdant ne soit pas à coup sûr le peuple, alors, peut-être que cela vaut le coup de m’écouter.

Vous avez compris, je mets les 2 parties dans le même panier (de crabes !!!).

Georges RABEHEVITRA

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 306