Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 28 mars 2017
Antananarivo | 11h09
 

Tribune libre

Lettre des lecteurs

Lettre ouverte au Président de la République

vendredi 19 septembre 2008 | Georges Rabehevitra

A mon Président de la République et à tous nos dirigeants actuels
Monsieur le Président, mesdames et messieurs les dirigeants en tous genres

C’est avec respect que je me permets de vous écrire (et à travers vous, à tous les dirigeants du pays) car vous êtes l’élu du peuple. Je ne me fais pas d’illusion, vous ne lirez pas mes propos et tout votre entourage va tout faire pour ne pas vous en informer. Tant pis, c’est comme les J.O., l’important pour moi c’est de participer. Et puis comme disait Jules Renard, « écrire c’est une façon de parler, sans être interrompu ».

Du respect et de la peur

Avant propos et avis personnel qui n’engage que moi : il ne peut y avoir de respect durable que s’il est mutuel. Le peuple (donc y compris moi) vous respecte, mais en retour, vous leur (donc y compris aussi moi) devez aussi le respect. Il en devrait être de même dans toute relation humaine. Un des grands problèmes culturels et sociologiques de notre peuple, c’est que depuis très longtemps, notre culture et notre société (humaine) confondent (dans le sens « mélange ») le respect et la peur. Ce mélange du respect et de la peur est présent dans tous les cercles des relations humaines chez nous les Malgaches (relations parents - enfants, mari - femme, aîné - cadet, dirigeant - peuple, supérieur - subordonné,….). La peur, c’est le sentiment qui bloque toute relation humaine et qui n’est certainement pas source de sérénité, de créativité, de critique, de participation ou de collaboration.

Ce n’est pas parce que je vous respecte que je dois avoir peur de vous ! Je peux avoir peur de la mort, du vide ou des bandits, mais certainement pas de mon Président de la République ou d’un dirigeant ! La peur vient du fait que c’est l’un des protagonistes de la relation qui distille la peur (dans le cas de la relation avec votre entourage, c’est vous qui instillez cette peur), pour se faire respecter, et là, c’est le début d’une relation qui ne peut évoluer, tôt ou tard, que vers le conflit et l’affrontement !!! Le respect obtenu par la peur est illusoire et forcément temporaire car tôt ou tard, celui qui a peur finira par ne plus l’avoir, c’est la réaction du genre : « plus rien à perdre ». Alors après, il ne pensera plus qu’à se venger en faisant peur à son tour, et c’est le cercle vicieux. Pour mettre un peu d’humour dans mes propos, je citerais le dramaturge Eugène Ionesco qui a dit : « caresser un cercle, il deviendra vicieux !! »

Je vous laisse tous (y compris tous nos compatriotes) réfléchir aux conséquences désastreuses d’une telle confusion entre la peur et le respect, en citant Maurice Bédel (médecin, essayiste français) : « la peur est une recréation de la volonté, la dilection des faibles (Dilection : (n.f.) Amour pur et pénétré de tendresse spirituelle) ». La sagesse populaire malgache dit pourtant : « izay tsy miresaka, mamorona loharanon’ady », que je traduis librement : « là où il n’y a pas débats, il y a source de conflit ».

De l’intelligence collective

Je voudrais axer la suite de mes propos sur l’utilisation de l’intelligence collective pour atteindre les objectifs ambitieux de votre programme politique qu’est le MAP (pour moi, c’est un programme politique). Le peuple malgache regorge de personnes et de personnalités intelligentes, expérimentées, dévoués, désintéressés,…quel que soit leur âge, leur parcours, leur origine (et oui il y a des malgaches d’origines étrangères), leur niveau d’études,…

Le problème, c’est que l’ensemble des affaires de notre pays actuellement semble ignorer cette réalité. Tout le destin du pays est apparemment uniquement entre vos mains, vos conseillers, vos proches, votre parti politique. C’est vrai que toutes les décisions, in fine, relèvent des lourdes responsabilités que le peuple vous a confiées. Mais justement, avant toute décision, l’intelligence collective du peuple malgache doit être utilisée au maximum et autant que faire se peut. Bien sûr comme dans la vie courante, il y a parfois, des décisions à prendre en urgence. Mais pour les affaires publiques qui concernent la nation toute entière, si la situation est urgente, c’est que l’on n’a pas su prévoir. Or gouverner c’est prévoir, CQFD (Ce Qu’il Fallait Démontrer).

La dérive que l’histoire a montrée et continue à démontrer dans les pays pauvres (dont le nôtre malheureusement), et en particulier dans le continent africain, c’est qu’un homme, un parti politique ou un groupe finisse par croire que le salut ne viendra que de lui (ou de son groupe). Les conséquences d’une telle pensée désastreuse sont les mêmes : dictature, pouvoir à vie, révolution, coup d’Etat, guerre civile, c’est-à-dire, tous les phénomènes qui sont des grands malheurs pour le peuple tout entier, et qui le maintient dans la pauvreté. C’est peut-être le but recherché car il est plus facile de se maintenir au pouvoir avec un peuple pauvre ?

On va finir par donner raison à Monsieur Sarkozy quand il disait que l’Afrique n’est pas encore rentrée dans l’histoire. C’est sûr qu’avec des dirigeants comme Omar Bongo, Mouammar El Kadhafi ou Robert Mugabe, l’Afrique n’est pas prête d’y entrer, dans cette histoire du monde, sauf quand on parle de dictature, de famine et de pauvreté !!!

Monsieur le Président, mesdames et messieurs les dirigeants, quelle que soit votre volonté de faire progresser le pays, vous n’y arriverez pas tout seul, le TIM n’y arriverait pas tout seul. Vous avez besoin de tout le monde, y compris des étrangers (via les bailleurs ou les ONG), pour réussir à développer le pays. Utilisez, je vous en prie, l’intelligence collective pour avancer, c’est le seul salut. Avant toute décision importante, c’est en demandant les différents avis de chacun, en écoutant et en acceptant les critiques que vous serez à même de prendre les décisions nécessaires et indispensables à notre objectif commun : sortir notre pays de la pauvreté et du sous-développement.

Obéissance, peur et glissade dangereuse vers le totalitarisme

Ce n’est certainement pas parce qu’un ministre cumule 10 fonctions (direction de parti politique, vice-président d’une association cultuelle, coach d’une région, administrateur ou DG d’une société, etc…) que son ministère fonctionnera mieux, au bénéfice des administrés. Bien au contraire, comme il n’y a pas beaucoup de délégation dans un ministère, la moindre signature d’un ministre peut attendre 1 mois !!!! Dans notre pays, comment peut-on penser un seul instant, qu’un ministre puisse cumuler autant de fonctions et de responsabilités ? Parce que gérer un ministère ce n’est qu’un poste à temps (très) partiel ? Aucun des ministres en place n’a jamais pensé à dire que ce n’est pas possible d’accomplir sereinement et efficacement un ensemble de responsabilités aussi variées ? C’est « la peur » et « l’obéissance » qui font qu’ils ne disent rien, bien qu’ils sachent pertinemment que c’est impossible humainement, temporellement et matériellement.

Ce n’est certainement pas entouré de ministres ou de conseillers « apeurés ou obéissants » que vous serez confiants dans vos décisions. Quelqu’un qui dit « oui » peut le dire parce qu’il a peur (de perdre sa place ?) et, par conséquent, il obéit. En termes de résultats attendus, c’est tellement mieux que quelqu’un vous dise « oui » parce qu’il est sincèrement convaincu, après débats contradictoires. La discipline n’a rien à voir avec l’obéissance et c’est une autre source de confusion mentale. La discipline relève d’un ensemble de règles bien définies et acceptées. L’obéissance relève de l’irrationnel et de l’indéfini, car elle n’a pas de limites, ni de règles.

Ce n’est certainement pas en étant entouré de « quelques mentors étrangers », et donc étrangers aussi à la culture et l’histoire de notre pays, que vous serez le mieux conseillé. En tant que consultants, ils peuvent apporter leurs savoirs et leurs expériences, mais il ne faut pas oublier non plus qu’ils sont là pour remplir leurs carnets d’adresses (et leur portefeuille). De toute façon, ceux-là n’ont aucune légitimité ni responsabilité vis-à-vis de notre peuple.

Ce n’est certainement pas en ayant des illuminations dans un avion ou dans un lit, ou en se faisant appeler ou décorer « docteur ou professeur » à tout va, que vos décisions seront les plus pertinentes. Vous pouvez vous honorer (honoris) d’un titre de ce genre par chaque pays membre de l’ONU (cela vous fera environ 192 titres), cela ne fera pas avancer d’un pouce notre pays vers la voie du développement. S’il suffisait d’avoir pleins de diplômes (même réellement académiques et non pas « honoris causa » comme votre collection) pour faire sortir un pays du sous développement, la Banque Mondiale et le FMI auraient réussi car dans ces institutions, vous tapez dans une poubelle et il en sort 10 docteurs ou professeurs (des vrais) en économie des universités les plus prestigieuses de la terre et de l’univers !

Ce n’est certainement pas parce qu’un parti politique (le TIM) truste tous les postes au sein des 2 assemblées, des mairies, des associations cultuelles (religions), … que les lois et décrets, la bonne gouvernance et la gestion du pays seront meilleures. Pensez-vous vraiment qu’actuellement, une institution comme le parlement (Sénat et Assemblée Nationale) est vraiment un lieu de débats et d’échanges d’idées pour la bonne conduite des affaires publiques ? Pourquoi consacrer un tel budget pour une chambre d’enregistrement ? Ce n’est pas parce que l’opposition politique n’existe pas par manque de crédibilité qu’il faut qu’il en soit ainsi. Bien au contraire, il faudrait profiter du fait que la majorité est écrasante dans les 2 chambres, pour faire de la pédagogie politique pour la population, en exigeant de vrais débats au niveau du parlement. S’il n’y pas de débats entre gens du même bord (TIM), comment peut-il en être autrement avec des gens de bords différents ?

Ce n’est certainement pas parce que, sous votre ordre, vos dévoués entourages (ministres zélés) harcèlent administrativement un maire él, que notre pays progressera et que les objectifs du MAP seront atteints. C’est une pratique d’un autre âge que ce harcèlement administratif. Avez-vous la mémoire si courte, ou peut-être que le fait de détenir le pouvoir vous a rendu tellement sourd et aveugle à l’histoire et à la raison, que vous avez oublié ce que l’on vous a fait subir, vous aussi, quand vous étiez maire ? Il y a 2 ans, vous avez réuni tous les maires pour leur dire qu’ils sont un des piliers du développement de notre pays. Peut-être que vous avez oublié de dire « à condition que vous soyez élu TIM ? »

Osez, s’il vous plaît, surtout de la part de ceux qui vous entourent, la contradiction, les débats d’idées, l’insolence (dans le bon sens du terme), l’impertinence, les avis différents du vôtre, les critiques, la désobéissance, une autre façon de faire, en deux mots : l’intelligence collective. Vous devriez vous méfier surtout de ceux qui, parmi votre entourage, ne font que vous obéir, n’osent pas vous contredire et proposer une idée ou solution différente. Pour moi, ce sont vos pires ennemis et les pires traîtres à la cause de la lutte contre la pauvreté. Ils prennent cette attitude car ils ne pensent qu’à eux et à eux seuls (leur place, faveur, pouvoir,….), et certainement beaucoup moins à la cause du développement auquel nous aspirons tous. Demandez à tous les historiens, ils vous diront que les plus grands progrès de l’humanité sont nés des débats d’idées, de la critique, de la contradiction, de la controverse et de la concertation.

Le psychologue américain, Stanley Milgran (cf ci-après et à méditer par tout votre entourage), spécialiste de la « soumission à l’autorité », disait dans un des ses ouvrages, je cite : « dans l’histoire de l’humanité, l’obéissance a inspiré plus de crimes horribles que la rébellion ». Faites aussi le tour de l’histoire et vous verrez qu’il ne doit pas être loin de la vérité. L’obéissance, c’est tout le contraire de l’intelligence commune.

Les psychiatres vous diront qu’obéir à ses propres instincts, c’est laisser ses hormones ou ses ADN guider ses décisions (ce que font les violeurs et criminels en tout genre), alors que les réseaux de nerfs et de neurones (le cerveau), c’est l’intelligence collective du corps humain.

Toutes les décisions que vous avez prises, que vous prenez, ou que vous allez prendre affecteront la vie de notre peuple, de la génération future, et pour longtemps. C’est cela qui fait la lourdeur et la grandeur de vos responsabilités et de vos tâches.

Ces propos ne relèvent pas du conseil, je ne me permettrai pas, étant donné le respect (et non pas la peur !) que je vous dois en tant qu’élu du peuple. C’est juste l’avis d’un citoyen ordinaire, aussi avide que vous de faire avancer le choses, et qui en a marre, mais vraiment plus que marre, de voir son pays « scotché » à la pauvreté, alors que ce peuple a toutes les capacités intellectuelles et culturelles pour s’en sortir, pour le bien de la génération future.

Quelques propositions

• Ce serait vraiment formidable si vous étiez le dirigeant qui ferait entrer notre pays dans le 21è siècle, donc dans l’histoire !!! J’ai parié 1 ariary avec un ami, qu’au contraire, vu votre style et votre entourage dévoué et obéissant (que vous avez vous-même mis en place car apparemment vous préférez les obéissants et dévoués), vous êtes en train de faire exactement comme nos anciens dirigeants et les dirigeants africains successifs : s’accrocher à tout prix au pouvoir car vous pensez que la seule et unique solution ne peut venir que de votre seul génie et qu’il y a trop d’intérêts personnels en jeu (les vôtres mais aussi ceux de vos dévoués). Les conséquences inévitables c’est le glissement irrémédiable vers le totalitarisme et tout son lot de malheur !!!. J’espère de tout cœur me tromper et que je perdrai mon pari. Mais d’un autre côté, aucun signe ne montre que vous serez capable de passer la main. Au contraire vous vous êtes déjà mis dans la tête, vous vous y préparez avec l’aide de vos dévoués, que vous resterez « au pouvoir à vie » pour le bien du peuple malgache !!!

• Vous vous considérez comme le Président de tous les malgaches, par uniquement des « malgaches chrétiens » comme on a tendance à le croire, étant donné votre attitude concernant la religion !!!

Anecdote sur la religion :

un professeur à l’Université a dit récemment lors d’une cérémonie publique : « comme les malgaches sont des chrétiens,… », après son discours, je lui ai dit qu’une telle affirmation équivaut à dire qu’Andrianampoinimerina n’était malgache car il n’était pas chrétien, par ailleurs j’ai rajouté qu’il faut expulser de Madagascar ceux qui ne sont pas chrétiens, et qui n’ont pas de visa de long séjour !!! En effet, être malgache est une situation administrative (nationalité) qui n’a rien à voir avec une appartenance ou pratique religieuse quelconque !!!

Concernant la religion, je cite le philosophe français Bensaïd quand il parle de la montée de l’intégrisme religieux dans plusieurs pays : « Quand la politique est à la baisse, la théologie est à la hausse. Quand le profane recule, le sacré prend sa revanche. Quand l’histoire piétine, l’éternité s’envole ».

Avec mes respects les plus sincères et en vous souhaitant bon courage et bonne réussite dans vos lourdes tâches.

Misaotra Tompoko.

Dr Honoris CAUSA
Fiction University

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 638