Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 30 septembre 2016
Antananarivo | 16h25
 

Politique

La motion de censure après la déchéance

mercredi 3 juin 2015 | Léa Ratsiazo

Il y a un grand risque que le gouvernement de Jean Ravelonarivo passe à la trappe, que la déchéance du chef de l’Etat passe ou non. Le député Mapar, élu d’Ikongo, Jean Brunel Razafintsiandraofa, confirme que la motion de censure à l’encontre du gouvernement a été déjà déposée au bureau permanent de l’Assemblée nationale en même temps que la motion de déchéance à l’encontre du chef de l’Etat. « On ignore par contre quand le bureau permanent va mettre en œuvre cette motion de censure » selon ce député. Naivo Raholdina, un autre député Mapar d’Antananarivo, affirme que les députés peuvent renverser le gouvernement à tout moment, il rappelle aussi la violation du fameux article 54 pour la nomination du chef de l’Etat ; « nous sommes le patron des ministres et du gouvernement » selon ce député Mapar.

Le Premier ministre Jean Ravelonarivo, pressentant cette menace a haussé le ton hier 2 juin 2015 contre les députés. Il a affirmé ainsi s’opposer au coup d’Etat fomenté par « quelques » députés et déclarait qu’une « motion de censure est illégale ». Il s’agit d’un acte de déstabilisation au moment où le développement est en bonne voie, selon le Premier ministre.

Sur le fond, la déchéance contre le chef de l’Etat comme la censure contre le gouvernement, peuvent être discutables quant à leur opportunité mais sur la forme elles sont tout à fait légales. L’attitude des députés d’une manière générale avec leurs exigences indécentes d’avantages diverses dont la voiture 4X4, est également condamnables mais la déchéance comme la motion de censure sont prévues dans la Constitution et sont légales. D’autant que la motion de censure n’a pas besoin d’être validée par une Cour quelconque mais entre tout de suite en vigueur dès le vote des députés. Aussi, la dénonciation du chef de gouvernement sur le coup d’Etat et l’illégalité d’une motion de censure n’est pas tout à fait vraie. En terme de corruption, les deux camps seraient à égalité selon les proches des dossiers !

D’ailleurs, l’attaque en règle contre les députés et la dénonciation de l’illégalité de leurs actes sont-ils les meilleures stratégies pour se défendre ? Car l’attitude de l’Exécutif ne pousse pas tout à fait à l’apaisement. Ce qui a amené les députés à convoquer hier 02 juin le ministre de la Communication à qui il est exigé un traitement égalitaire de temps de parole entre les divers courants politiques. Car depuis le début de la crise, ou plus exactement depuis toujours, seuls les partisans des tenants du pouvoir ont accès à la radio et télévision nationale. La situation a empiré depuis la crise entre députés et le chef de l’Etat. Autre situation qui ne pousse pas non plus à l’apaisement. Les députés ont ainsi exigé le limogeage des directeurs des deux stations audiovisuelles publiques.

Les proches du chef de l’Etat ont déposé le mémoire de défense de Hery Rajaonarimampianina à la Haute Cour Constitutionnelle hier 02 juin. Des bruits courent sur une possible décision « d’irrecevabilité » de l’accusation des députés envers le président de la République, par la HCC. En contrepartie le chef de l’Etat serait obligé de suivre à la lettre la Constitution dont l’article 54 qui donne pouvoir à la majorité des députés de désigner le Premier ministre. Encore une autre crise !

26 commentaires

Vos commentaires

  • 3 juin 2015 à 10:19 | iarivo (#5822)


    Vive Madagascar, Une et Indivisible !

    Pour des Institutions républicaines, démocratiques et laïques fortes, respectées par tous !

    La lutte continue ...

    En quoi le fait de respecter l’article 54 serait-il la source d’une nouvelle crise ?

    C’est du n’importe quoi !!!

    - >>> Parce que c’est bien le fait de ne pas avoir respecté l’article 54 de la Constitution qui a provoqué cette crise institutionnelle !!!

    Le respect de l’article 54 n’est donc qu’une normalisation de vie politique malagasy par un retour vers la légalité et la légitimisation du futur gouvernement, quel qu’il soit.


    Vive Madagascar, Une et Indivisible !

    Pour des Institutions républicaines, démocratiques et laïques fortes et respectées par tous !

    La lutte continue ...

    • 3 juin 2015 à 11:02 | betoko (#413) répond à iarivo

      Hier toute la journée , la radio Antsiva a ouvert son antenne sur le thème
      Quelle serait la solution concernant cette nouvelle crise selon vous ?
      Le ministre Paul Rabary disait la raison pour la quelle le président de la république n’a pas respecter l’article 54 , c’est qu’il s’est senti otage du MAPAR . C’est du n’importe quoi . Dans ce cas pourquoi avoir accepté les aides des MAPAR , et c’est anti- démocratique , Au lieu d’élire les députés pourquoi ne pas les nommer tout simplement

    • 3 juin 2015 à 13:13 | iarivo (#5822) répond à betoko

      Si le Président de la République était bien l’otage, c’était, et c’est toujours, de celui de la « bande à Roger Kolo » !!!

      C’est bien cette bande de copains, de coquins (au sens négatif du terme) qui manipule actuellement la vie politique malagasy, du sommet jusqu’à la base, le Président de la République n’étant qu’une simple marionnette entre leurs mains !!!

      C’est bien pour cela que la destitution du Président de la République n’est pas vraiment souhaitable car, seule, elle ne résoudra RIEN, absolument RIEN !!!

      C’est plutôt à la neutralisation de cette bande de copains, de coquins (au sens péjoratif du terme) qu’il faudrait procéder si nous voulant véritablement ASSAINIR la vie politique et civique malagasy.

      Sans cette bande de copains, de coquins (au sens négatif du terme), le Président de la République n’aura plus aucun pouvoir de manipulation et de nuisance, et il sera bien obligé alors de respecter, à la lettre et dans son esprit, la Constitution de la IIIe République !!!

      Il sera complètement « nu comme un ver de terre » !!!

  • 3 juin 2015 à 10:40 | iarivo (#5822)


    Vive Madagascar, Une et Indivisible !

    Pour des Institutions républicaines, démocratiques et laïques fortes et respectées par tous !

    La lutte continue ...

    Sans attendre une quelconque réponse de la HCC sur la question de la déchéance du chef de l’État, une motion de censure devrait être voté contre ce gouvernement de Jean Ravelonarivo qui est totalement illégal et anticonstitutionnel !

    Cela a déjà ete fait ? Alors c’est très bien !

    Si pour une raison ou une autre cette motion de censure serait rejeté sur des motifs falacieux, l’Assemblée nationale devrait dorénavant s’opposer (vote négatif) à tous les textes ou projets de lois qui lui serait présenté par le pouvoir exécutif !


    Vive Madagascar, Une et Indivisible !

    Pour des Institutions républicaines, démocratiques et laïques fortes et respectées par tous !

    La lutte continue ...

  • 3 juin 2015 à 10:57 | iarivo (#5822)


    Vive Madagascar, Une et Indivisible !

    Pour des Institutions républicaines, démocratiques et laïques fortes et respectées par tous !

    La lutte continue ...

    J’apprécie énormément cette action d’un député du MAPAR auprès du Ministère de la Communication lui signifiant le non respect de la neutralité des médias publics et du traitement inéquitable des différents courants politiques !

    Par ces diverses actions du MAPAR et de l’ARMADA, nous nous dirigeons inexorablement vers le rétablissement d’un Etat de droit à Madagascar après plus de 30 années de luttes patriotiques et citoyennes !.


    Vive Madagascar, Une et Indivisible !

    Pour des Institutions républicaines, démocratiques et laïques fortes et respectées par tous !

    La lutte continue ...

  • 3 juin 2015 à 11:03 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    - « Pour pouvoir continuer à s’occuper des »AFFAIRES MALGACHES« ,il faut dissoudre cette »ASSEMBLEE NATIONALE" de zank’i..et de Miaraka Amin’i..
    - « IL FAUT DES DEPUTES DE MADAGASCAR ».Point barre !
    - « Des députés qui se soucient du sort des Malgaches et NON des dépiotés qui ne pensent qu’à leurs avantages » !
    - « DISSOUDRE CETTE ASSEMBLEE EST LE SALUT POUR MADAGASCAR » !

    Le PADESM et ses héritiers.

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa gmail.com

    • 3 juin 2015 à 14:25 | FanDeHery (#8989) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Tout à fait d’accord avec l’avis de m. Basile. Nos députés ne font que se soucier de leurs poches et non de l’intérêt de tous. Ils ne respectent même pas leurs électeurs, à qui ils doivent leurs places. Ces députés ne font que les sucer jusqu’à la moelle. Heureusement que certains députés sont de bonne foi et pourraient déposer une requête auprès de la HCC comme quoi ils sont contre cette motion de déchéance à l’encontre du Président de la République.

    • 4 juin 2015 à 15:23 | AFJAR DJOUMA (#8991) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Le noyau de tous les problemes est la CORRUPTION qui est presente malheureusement a tous les niveaux ; ce qui fait que personne n’a peur de personne, ny fanjakana rehetra dia tsy misy matahoatra ny fanjakana eo amboniny.
      La solution miracle,efficace et rapide a tous ces maux demoniaques, serait de mettre en place un bureau de justice pour LA JUSTICE,sur la Justice, compose d’elements etrangers ( ctd non malgaches, moyennant appuie et soutien internationale ) pour surveiller les actions des magistrats dans l’exercice leurs fonctions, et tous actes de corruptions a tous les niveaux, sans distinction que ce soit au niveau du Gouvernement, Assemblee, Senat, et Tous services lie au finance, et d’autres......

  • 3 juin 2015 à 11:33 | nash (#4185)

    Résultat d’une constitution bâclée, conçue et votée dans la hâte pour des buts de circonstance (faire élire le chef de la Transition ?). Le Régime n’est ni présidentiel, ni même semi-présidentiel, ni Parlementaire. Un président élu par toute la Nation est légitimé à choisir qui il veut comme chef du gouvernement (tous les autres élus ne l’étant que par une partie de la Nation). Le Parlement n’est pas le « chef » du gouvernement comme le croit certain député, le Parlement vote les lois et contrôle leur application, et censure éventuellement le gouvernement. Le chef de l’exécutif sera toujours le président dans la logique du système (là où le président n’est pas élu c’est le premier ministre ou son équivalent qui est chef de l’exécutif). Pour le bon fonctionnement des institutions (dont il est en principe le garant), le président peut (ou doit) faire confirmer par la Nation la légitimité des choix de la majorité parlementaire par une élection anticipée et donc une dissolution.

    • 3 juin 2015 à 11:51 | betoko (#413) répond à nash

      Dans l’immédiat il est impossible à Hery Rajaonarimampianina ne dissoudre le parlement , car lors si nous devrions élire des nouveaux députés les HVM n’auront aucun député .
      Une des solutions le plus sage et sans faire trop de mal de chaque côté , c’est que le président respecte l’article 54 de la constitution , qu’il nomme un autre premier ministre issu de la majorité parlementaire et que les députés le laissent tranquille , mais qu’on révise la constitution ou l’amender au plus vite . Dans ce cas Madagascar sera stable politiquement et qu’enfin les aides affluent

    • 3 juin 2015 à 11:59 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à betoko

      Quel majorité Parlementaire ?

      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa gmail.com

    • 3 juin 2015 à 12:05 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à betoko

      Stable avec des :
      - zanak’i ..
      - miaraka amin’i..
      NON,
      IL FAUT DISSOUDRE L’ASSEMBLEE NATIONALE et ELIRE DES DEPUTES DE MADAGASCAR.Point barre !
      - « Des députés qui s’occupent==vraiment==des Malgaches et »NON"==seulement des dépiotés qui s’occupent de leurs avantages pécuniers et personnels.
      - « Plus de »salaires et avantages« ==supérieurs== à 20 fois le »SMIC MALGACHE".

      Le PADESM et ses héritiers.

      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa gmail.com

    • 3 juin 2015 à 12:58 | iarivo (#5822) répond à nash


      Vive Madagascar, Une et Indivisible !

      Pour des Institutions républicaines, démocratiques et laïques fortes et respectées par tous !

      La lutte continue ...

      Voilà une analyse du concept et des principes républicains et démocratiques complètement bidon, nulle et non avenu !!!

      Le Président de la République n’aura comme pouvoir (étendue et limites de son pouvoir) que ce que la Constitution a définit en tant que tel, et cela QUELQUE SOIT LA MANIÈRE (OU LA MÉTHODE) DONT IL A ÉTÉ ÉLU OU DÉSIGNÉ !!!

      Idem pour le Parlement (Assemblée nationale et Sénat) et la HCC !!!

      La Constitution de la IVe République, autant que celle de la IIIe République, de la IIe République et de la Ière République, a une définition très claire et précise de l’étendue et des limites du pouvoir du chef de l’État, en l’occurrence le Président de la République !!!

      Le problème à Madagascar, étant donné que nous sommes des êtres « spéciaux » et « originaux » (pour ne pas dire « marginaux »), c’est que depuis notre retour à l’indépendance aucun Président de la République élu au suffrage universel direct n’a respecté la Constitution ni les limites de son pouvoir et de ses fonctions définies et précisées par cette même Constitution !!!

      ... à l’exception de Didier Ratsiraka durant SA IIe République (R.D.M.) puisque cette dernière a été élaboré à SA demande exclusive et sur mesure à 200%, puis imposé de force à toutes les autres entités politiques et de la société civile !!!

      Comme dans TOUTES les Démocraties qui se respectent du monde entier, le pouvoir exécutif ne peut, et ne pourra gouverner et appliquer sa politique que SEULEMENT et UNIQUEMENT s’il bénéficie d’une MAJORITÉ parlementaire !!!

      Si le Président de la République, élu ou non au suffrage universel (in)direct, le chef de l’État ne bénéficie par d’une majorité parlementaire, alors il ne lui reste qu’un double choix :
      - se soumettre (cohabitation)
      - ou se démettre.

      Tout autre option que ces deux là ne seront que des actes illégaux, anti-républicains et anti-démocratiques, bref du despotisme purement et simplement !!!

      A Madagascar, c’est bien le Président de la République élu au suffrage universel direct, et lui seul, qui désigne le Premier-ministre ...

      ... mais son choix ne peut et ne doit porter que sur une palette de personnalités politiques présenté EXCLUSIVEMENT par LE ou LES parties politiques majoritaire à l’Assemblée nationale !!!

      C’est ce qui se passe dans TOUTES les Démocraties qui se respectent du monde entier !!!

      A un moment donné durant leur mandat présidentiel, le général de Gaulle, François Mitterrand et Jacques Chirac ont successivement perdu leur majorité parlement, alors ils ont :
      - soit démissionné,
      - soit mise en place la cohabitation (Premier-ministre choisi et imposé par la majorité parlementaire MAIS désigné par le Président de la République)

      Comme à Madagascar nous sommes des êtres spéciaux et originaux (... cette obstination à vouloir tenter de péter plus haut que son cu/ !!!), ET pour respecter notre tradition républicaine vita malagasy, alors le Président de la République veut se placer au-dessus des lois et imposer SON Premier-ministre (grâce à divers subterfuges !!!), et cela contre la volonté, et au détriment, de la majorité parlementaire !!!

      Cette volonté de destitution du Président de la République ainsi que le vote d’une motion de censure envers l’actuel gouvernement ne sont que des actes visant à ASSAINIR la vie politique et civique malagasy afin de la repositionner sur le bon chemin (en conformité avec la Constitution).


      Vive Madagascar, Une et Indivisible !

      Pour des Institutions républicaines, démocratiques et laïques fortes et respectées par tous !

      La lutte continue ...

    • 3 juin 2015 à 13:34 | nash (#4185) répond à iarivo

      Le cas d’école est justement celui de Chirac en son temps : jugeant en 1997 que la majorité parlementaire qui le soutenait n’était pas à sa convenance, il a dissout en pensant en avoir une plus forte ou le soutenant mieux, mais s’est retrouvé avec une majorité de députés élus qui lui étaient opposée (c’est ce que j’appelle faire confirmer par le suffrage universel ce que veut la nation). Il ne pouvait donc que nommer le chef de son opposition comme premier ministre. Notre spécificité folklorique est qu’il n’y a pas d’opposition puisque tous les députés ont voté le budget il y a à peine quelques semaines, et que personne ne veut s’assumer opposant.

    • 3 juin 2015 à 14:58 | iarivo (#5822) répond à nash

      Dans ce que vous soulevez, il y a deux (2) problémes (ou causes), l’un par rapport au Président de la République et de sa représentativité, l’autre dans l’appréhension de ce qu’est l’esprit, le concept républicain et démocratique (problème culturel)

      Dans le premier cas, le Président de la République n’a quasiment aucune représentativité, que ce soit soit au niveau du Parlement (élection législative = zéro député), ou nationale (=> la compagne électorale lors de la présidentielle avait été faite à plus de 99% par des partis politiques auxquels il n’appartenait pas, tel le MAPAR, le Ledear Fanilo, etc.)

      Sans aucune représentativité locale, régionale ou nationale, le Président de la République ne pourra JAMAIS gouverner ni appliquer sa politique de développement générale.

      C’est une évidence même et persister, s’obstiner dans ce sens ne pouvait qu’aboutir sur une crise institutionnelle.

      Dans le deuxième, nous ne pouvons pas demander à des millions de nos compatriotes de se comporter comme des citoyens conscients, responsables et acteurs de la République alors que culturellement ils sont à plus de 90% bloqué sur des concepts et des principes basés sur la féodalité (relations Suzerain/Vassal).

      Avec en plus une précarité totale qui frappe le plus grand nombre d’entre nous, il est compréhensible que chacun s’efforecera en priorité de satisfaire d’abord ses propres intérêts avant ceux de la matin !

      Pourquoi voulez-vous que le MAPAR, ou pire encore, le ARMADA se comporte comme un parti d’opposition alors qu’il forme la majorité absolue des députés ?

      Nous tomberons dans l’absurdité totale !

      Accepter, tolérer même simplement ces différentes tentatives de détournement de la Constitution ne serait alors que cracher, vomir sur l’esprit et l’idéal républicain et démocratique.

      Plutôt que de tenter à nous accommoder à ces spécificités folklorique, battons-nous à ce la Constitution et les Institutions soient respectée.

      Plutôt que d’accuser de tous les maux cette IVe République et de réclamer sa révision, voir son abrogation, cherchons plutôt à définir et à expliquer chacun de ses termes afin que nous n’ayons qu’une seule définition et interprétation !.

    • 4 juin 2015 à 01:10 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à betoko

      - « Si nous devrons élire des nouveaux députés,les HVM n’auront aucun député »-
      Bekoto,relisez votre phrase...Merci d’avance !
      Expliquez-moi votre conclusion :
      - « PAS DE DEPUTE » avant le résultat des votes !

      Bravo !

      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa gmail.com

    • 4 juin 2015 à 01:13 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à iarivo

      NON,nous ne sommes pas « MARGINAUX » mais manao bodogairona fotsiny.
      - « Antananarivo n’est pas Madagascar ».
      Le PADESM et ses héritiers.

      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa gmail.com

  • 3 juin 2015 à 12:09 | monfort (#8295)

    Je viens de lire ce message sur le site de ORANGE.MG

    « 11h30>DECHEANCE DU PRESIDENT : une soixantaine de députés auraient déposé une lettre à la Haute Cour Constitutionnelle pour s’opposer à la déchéance de Hery Rajaonarimampianina. Des députés qui au départ ont soutenu la destitution du Président de la République figurent parmi eux »

    AU SECOURS ILS SONT DEVENUS FOUS

    • 3 juin 2015 à 12:25 | olivier (#7062) répond à monfort

      Fous ?

      Mais pas du tout...

      c’est endémique comme comportement .

      OR

    • 3 juin 2015 à 15:25 | Isambilo (#4541) répond à olivier

      Encore quelques jours et on apprendra que c’est Rajaonarimampianina lui-même qui a signé 120 fois la motion demandant sa déchéance.

    • 4 juin 2015 à 07:52 | olivier (#7062) répond à Isambilo

      Tous ces députés, ministres, conseillers, qui avouent toucher des pots de vin de Pierre, Paul ou Jacques...Sans que cela ne choque personne..

      Ces politiciens qui veulent ré-écrire la constitution ( bien bancale, avouons le !) sur le coin d’une table, selon leurs intérêts du moments..

      Ri - di - cules

    • 5 juin 2015 à 10:03 | FanDeHery (#8989) répond à Isambilo

      Vous vous trompez, encore quelques jours et on apprendra que les 120 députés, comme vous le sous-entendez, ramperaient devant le Président car cette motion de déchéance n’a pas lieu d’être.

  • 3 juin 2015 à 14:25 | Ra-Jao (#282)

    La solution n’est-elle pas de dissoudre l’assemblée, et si la HVM ne gagne pas, qu’il travaille en bonne intelligence avec la majorité - en cohabitation- qui sort des urnes.

  • 3 juin 2015 à 14:30 | SNUTILE (#1543)

    Si c’est la même pour Madagascar

    Tous les articles se soutiennent comme les piliers d’une maison. Le pilier posé en fondation doit être le soutien du pilier au-dessus donc Prioritaire avant celui qui est assis dessus.
    Si cette fondation n’est pas respecté tout s’écroule. Dans le principe d’une majorité écrasante mais non partielle peut-être que l’assemblée PEUT FAIRE UNE PROPOSITION mais PAS OBLIGER LE PRESIDENT A TRAVAILLER SANS L’ESPRIT DEMOCRATIQUE

    ARTICLE 8.
    Le Président de la République nomme le Premier ministre. Il met fin à ses fonctions sur la présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement.
    Sur la proposition du Premier ministre, il nomme les autres membres du Gouvernement et met fin à leurs fonctions.

    • 3 juin 2015 à 15:41 | iarivo (#5822) répond à SNUTILE

      Si les termes de votre article 8 sont exacts et exhaustifs, alors vous ne pouvez que vous mettre de l’évidence que le Président de la République n’a « quasiment » pas l’autorité de choisir librement son Premier-ministre, ni les membres de son gouvernement.

      Le Président de la République n’a même pas l’entière liberté de mettre fin aux fonctions du Premier-ministre et des membres de son gouvernement, il ne peut seulement qu’accepter la démission du Premier-ministre et de son gouvernement, sauf cas de fautes lourdes ou graves de la part de ces derniers.

      > La décision volontaire de démission du gouvernement et de son Premier-ministre doit donc être un préalable obligatoire et indispensable avant que le Président de la République puisse mettre fin à leurs fonctions..

      C’est une manière efficace de « protéger » le gouvernement, représentant de l’Assemblée nationale, en cas d’abus et de malversation de la part du Président de la République.

      De même, le Président de la République ne peut pas dissoudre l’Assemblée nationale sans avoir préalablement pris l’avis du Premier-ministre, normalement et légalement le représentant de l’Assemblée natonale. L’important est de savoir quelle est la portée de cet avis du Premier-ministre (peut-il s’opposer ou non à cette dissolution de l’AN = veto)

      Si la Constitution est respectée à la lettre et dans son esprit, le Président de la République ne peut pas faire ce qu’il a envie, surtout si l’Assemblée nationale lui est hostile (pas de majorité présidentielle)

      En tant que citoyen patriote et républicain, c’est pour le respect de cette Constitution que nous devons nous battre, et non pas pour une personne, surtout pas, si nous voulons un apaisement de la vie politique et civique à Madagascar.

      En tout cas, le Président de la République ne pourra appliquer sa politique QUE s’il est en accord avec la majorité parlementaire, c’est le principe de base de la Démocratie représentatives.

    • 3 juin 2015 à 16:06 | SNUTILE (#1543) répond à iarivo

      Je souhaiterai que vous ayez lecture toujours des conditions de nomination du 1er ministre dans un gouvernement à l’exemple de celui de la France (Madagascar proche de la culture éducative francophone).
      Les conditions nécessaires pour exercer le rôle (comme les bons acteurs) et pour le changement ministériel.
      Il n’est pas question de prendre partie mais d’empêcher les malveillants de tirer profit de la situation. Aux honnêtes hommes d’apporter des preuves écrites évidentes pour l’histoire et les mémoires archivées pour mieux gouverner.

      1 - Qui désigne le Premier ministre ?
      http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/fonctionnement/premier-ministre/gouvernement/qui-designe-premier-ministre.html

      2 - Quelles sont les conditions pour être ministre ?
      http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/fonctionnement/premier-ministre/gouvernement/quelles-sont-conditions-pour-etre-ministre.html

      3 - Qu’Est-ce qu’un remaniement ministériel ?
      http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/fonctionnement/premier-ministre/gouvernement/qu-est-ce-qu-remaniement-ministeriel.html

Annonces

Avis de décès

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 313