Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 1er octobre 2016
Antananarivo | 04h27
 

Société

Santé publique et alcool

Des soucis

jeudi 18 février | Bill

Incompréhensible ! C’est le moins que l’on puisse dire en lisant toute une liste de nouveaux promus à de hauts emplois de l’Etat. Le conseil de gouvernement de ce mardi 16 février consacre une partie de sa séance à la question d’alcool combustible et aux personnalités qui vont devoir se pencher sur le sujet. Il a adopté deux projets de décret nommant d’une part, les membres du Conseil d’orientation (C.O) du Bureau national de coordination du Programme national Ethanol combustible, et d’autre part les membres de l’Unité de coordination. Le Conseil d’orientation comprend 21 membres ; six (6) autres composent l’Unité de coordination. Au moment où des organismes internationaux regrettent l’insuffisance sinon le manque de débat sur des sujets d’intérêt public et général, on voudrait savoir si l’alcool et cette question d’éthanol combustible ne méritent pas de tels débats. Des séances de sensibilisation à l’intention des médias et des employés de l’Assemblée nationale sur la nécessité de débattre de tels sujets viennent de prendre fin hier.

Certes que la canne à sucre et les usines de production commencent à renaître de ses cendres et que l’alcool et ses dérivés sont une des mamelles du fisc et de la trésorerie nationale en plus de l’emploi que la chaîne de production génère ; mais les dégâts humains sont aussi énormes que la drogue sur le plan social. Et quand des clips publicitaires pour une boisson alcoolisée à 6,5°, apparemment au-delà des normes autorisées sur le petit écran de votre téléviseur vous interpellent, on s’interroge sinon qu’on doute sur les priorités et programmes réels du gouvernement.

En tout cas, les promoteurs de l’énergie verte se frottent les mains car l’éthanol peut réduire l’usage du pétrole lampant. De même le promoteur du « toaka gasy » peut aussi quelque part se féliciter car ses appels n’auront pas été vains pour la normalisation de la production d’alcool de canne artisanal. Les commerces, petits et grands de boissons alcoolisées et les épi-bar rient sous cape. La transition énergétique à Madagascar est en cours et cela arrange tout le monde, sauf la santé.

3 commentaires

Vos commentaires

  • 18 février à 09:29 | Noue (#2427)

    « on s’interroge sinon qu’on doute sur les priorités et programmes réels du gouvernement. »

    c’est pas nouveau qu’on s’interroge là dessus ! on s’occupe des petites bêtes mais jamais l’essentiel

  • 18 février à 10:18 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    L’alcool reste de l’alcool et l’interdiction doit les concerner tous sans distinction d’origine et surtout ceux importés qui non seulement nous détruisent mais engendrent également des sorties de devises.

  • 18 février à 12:56 | toky (#8231)

    - Consommation de tokagasy : un vrai problème de santé publique ;
    - vary be vato : problème de santé publique urgent
    - soins bucco-dentaire : problème de santé publique (il suffit de regarder des interviews à la télé pour le vérifier )
    - cadavre trouvé n’importe où sans information judiciaire ouverte un autre problème plus grave que les 3 qu’on vient de cité car : l’appareil judiciaire n’a rien à foutre de ce qu’on appelle VIE HUMAINE sauf si la victime est proche du riche, politicien ...Nous entendons très souvent : le BMH va récupérer le cadavre.... Triste et vraiment triste càd si tu es mort empoisonné ou asphyxié ou...la population appelle le BMH pour récupérer ton cadavre : pas d’enquête ni rien.... MORT dans tout le sens du terme.

Annonces

Avis de décès

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 

Archives

 

Visiteurs connectés : 101