Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 29 septembre 2016
Antananarivo | 09h33
 

Economie

Relance des activités

Des frémissements ?

mardi 28 octobre 2014 | Bill

Le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, est sollicité de partout pourrait-on dire. D’après des indiscrétions distillées par des forumistes de Madagascar-tribune.com, le président de la République s’inquiète car malgré tous ses efforts, il n’est pas satisfait des réalisations de son équipe jusqu’à présent. Il semble que çà grince de partout ou du moins quelque part. Il n’a de cesse de soutenir que la relance est en cours avec le soutien de la communauté internationale et des bonnes volontés locales. Mais on a l’impression qu’il n’est pas convaincu que les ressentis de la population soient identiques. Il était à Toamasina pour accueillir les missionnaires humanitaires de Mercy Ships. Il a procédé à une série d’inaugurations d’infrastructures sociales. Les Tamataviens s’en réjouissent et appellent à ce qu’une telle délégation présidentielle séjourne le plus longtemps et le plus fréquemment possible dans la capitale économique de l’île parce que dès lors qu’un tel événement intervient, il n’y a aucun signe de délestage dans toute la ville, contrairement à ce qu’ils vivent quotidiennement.

Des frémissements, disait le Premier ministre ; çà avance, soutiennent les tenants du régime qui, pour s’accrocher à leur siège, invoquent le peu de temps depuis qu’ils sont réellement à l’œuvre. Un bouleversement institutionnel, expliquent ces tenants du pouvoir, serait nuisible voire fatal pour la relance des activités ; par conséquent ce serait de nouveau le début d’une autre transition ou l’entrée sous un autre tunnel dont personne ne saura trouver la sortie. La communauté internationale, elle non plus, ne souhaite certainement pas que tout le processus qu’elle a mis en œuvre s’effondre comme un château de cartes et essaye de convaincre qu’elle est en appui au régime.

Quoi qu’il en soit, les relations avec cette communauté internationale donnent l’impression d’aller de l’avant. Les annonces de financements et souhaits d’investissements se multiplient. Les bailleurs de fonds traditionnels tels la BAD ou la Banque mondiale ou le PNUD ne manquent aucune occasion de s’aligner sur les programmes du gouvernement. Les groupes d’investisseurs ou de lobbying se sont succédés. On a vu le groupe Amitiés France-Madagascar Développement Plus, composé de parlementaires et d’hommes d’affaires français rendre visite aux autorités ; on vient de voir ce lundi 27 octobre un groupe de parlementaires chinois mais aussi des sud-africains.

La France a depuis toujours été là mais sans aucun vrai plan de développement mais plutôt la charité, la compassion envers un peuple embourbé dans la misère. Les Américains et les Chinois aussi étaient là mais on pourra dire que les récoltes n’ont été que vagues et diffuses. On ne fait plus autant de tapage médiatique sur les centres hospitaliers chinois d’Ambovombe ou de Mahitsy. Les Chinois sont plutôt réputés dans le commerce et récemment dans le trafic de bois précieux. Quand aux Sud-africains, ils sont connus pour être de la SADC et rien d’autre ; alors que l’Afrique du Sud est le géant économique et la puissance régionale de l’Afrique sub-saharienne et de cette partie occidentale de l’Océan indien. Beaucoup auraient aimé voir les Sud-africains ou les Chinois appuyer la construction des infrastructures routières du ministre des Travaux publics. Les Chinois n’ont-ils pas été les artisans de grandes infrastructures en Afrique au grand dam des puissances occidentales ? Mais les temps changent et il faut se rendre à l’évidence que même la France est en train d’entretenir des relations économiques avec la Chine pour l’Afrique. Y a-t-il partage des tâches entre elles à Madagascar ?

7 commentaires

Vos commentaires

  • 28 octobre 2014 à 12:01 | Jipo (#4988)

    Le frémissement le plus manifeste a bien été le retour du grand timonier, que l’ on s’ est empressé de museler pour mieux continuer à inaugurer tous azimuts, en attendant les pépètes de la CI .
    Et le Pays continuant sa dérive, le loch à la perpendiculaire , voir verticale ...

  • 28 octobre 2014 à 12:26 | kartell (#8302)

    Il faut se rendre à l’évidence, le temps béni des aides coulant à flot est révolu, obsolète mais Madagascar semble surprise d’un tel changement !....
    La C.I. a trop longtemps été flouée par des discours de bonne gouvernance, de serment prenant même Dieu à témoin que toutes les aides allaient profiter au peuple pour prendre ,aujourd’hui, une autre attitude, une perception plus critique et plus en retrait de la situation qui prévôt dans ce pays....
    Madagascar n’est pas et n’a jamais été le centre du monde mais aujourd’hui, d’autres préoccupations bien plus urgentes alertent la C.I. : le problème du terrorisme, les guerres en Syrie et limitrophes , ebola ect...où la C.I.se mobilise et dépense sans compter ou presque....
    Madagascar n’a pas su et n’a pas voulu se reformer, elle porte maintenant les conséquences de ses hésitations et de ses renoncements tous azimuts...
    L’étonnement manifesté pour une telle gabegie est d’autant plus surprenant qu’à vouloir s’interroger comme aujourd’hui, c’est ne pas comprendre cette descente aux enfers mais pire encore, c’est cautionner l’état des lieux du pays en dédouanant ses responsables et surtout le système qui le sous-tend...
    Les leçons du passé semblent, une fois encore, pas avoir été tirées ....

  • 28 octobre 2014 à 12:34 | Paulo Il leone (#6618)

    ça frémit ou ça bouillonne ? Rappelons que le thé est meilleur quand il est fait avec de l’eau frémissante !

    « le violon frémit comme un coeur qu’on afflige.. » —Baudelaire

    « Jeu pointeu ...ou jeu tireu ? —Marius »Je frémis à l’idée que dj-simplet puisse un jour revenir pouvoir au pouvoir" — mon coiffeur, grand politologue devant l’Eternel.

  • 28 octobre 2014 à 15:47 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalamo alaikoum

    « La France a depuis toujours été là mais sans aucun vrai plan de développement mais plutôt la charité, la compassion envers un peuple embourbé dans la misère ».

    Est-ce le rôle/le devoir de la France de faire le plan de développement de Madagascar ?

    Avec de tels raisonnements, on peut rejeter la faute de notre non-développement à nos élites et nos dirigeants qui attendent toujours que la France leur fasse un plan de développement.

    • 28 octobre 2014 à 16:46 | Paulo Il leone (#6618) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Pour une fois on est d’accord !
      Si on vous avait fait un « plan de développement » tous les patriotes d’opérette de ce forum auraient crié à la « colonisation »
      Jamais contents les Malgaches ! Tout ce que vous savez faire c’est mordre la la main qui veut vous aider, à l’image de basile et tant d’autres aigris comme lui !

    • 28 octobre 2014 à 18:41 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Paulo Il leone

      On est toujours d’accord sur tous les sujets mais c’est juste la manière de l’exprimer qui nous diffère.

  • 29 octobre 2014 à 08:42 | meloky (#637)

    Rien a craindre Mr le President !

    Les critiques doivent etre a vos cotes des que vous etez le chef supreme, Encore vos decisions doivent servir tous les promesses que vous avez faites pour les compatriotes ! Dans ce cas, Le President ne doit pas hesiter d’utiliser son plein pouvoir pour realiser ses promesses !

    Mais il doit les entamer tout de suite sans aucun retard car les peuples les veulent !!!!

    Nul est protege par les critiques, mais toutes actions qui servent les peuples sont desireux et souhaites !

    Nous souhaitons bonne chance a Nos President de la Republique durant son mission et mandat !

Annonces

Avis de décès

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 516