Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 26 septembre 2016
Antananarivo | 03h12
 

Editorial

Adopter une culture de l’échec

mardi 20 janvier 2015 | Soamiely Andriamananjara

Au lieu de viser la réussite, que diriez-vous d’adopter une culture de l’échec ?

Permettez-moi d’abord de féliciter le nouveau Premier ministre et de lui souhaiter bonne chance. Je suis sûr qu’il va essayer autant qu’il pourra de réussir dans sa mission... comme avant lui tous les autres Premiers ministres avaient essayé. Je n’ai aucun doute que chacun d’entre eux cherchait réellement à atteindre des objectifs ambitieux. Dernièrement, je me suis demandé si mettre autant l’accent sur le succès était une si bonne idée pour les responsables politiques malgaches. Au cours des quatre dernières décennies, nous nous sommes continuellement concentrés sur la réussite et nous connaissons tous le résultat : nous l’admettons, nous avons généralement échoué. Peut-être est-il temps d’essayer une nouvelle approche : au lieu de continuer notre infructueuse quête de succès, que diriez-vous d’adopter une culture de l’échec ?

Je ne plaisante qu’à moitié : oui, apprenons à échouer et à accepter et à célébrer l’échec. Mettre trop l’accent sur la réussite met beaucoup de pression sur nos décideurs et affecte leur comportement. Cela les rend nerveux et les empêche de prendre des risques créatifs et de sortir des sentiers battus. La peur de l’échec pourrait effectivement paralyser nos décideurs parce qu’ils craignent embarras et dédain public au cas où ils ne réussiraient pas. Récemment, la possibilité d’échec semble avoir été utilisée comme une excuse pour bouger très lentement ou, pire encore, ne rien faire du tout.

À un certain niveau, une mentalité « orientée vers les résultats » ne semble pas vraiment s’adapter à la psyché malgache. Comme je l’ai souligné précédemment, nous sommes plus intéressés par le voyage que par l’atteinte effective de l’objectif. « Le désir de réussir » n’est peut-être pas vraiment notre truc. Je peux me tromper complètement sur ce point, mais je pense pourtant que notre culture nous donne explicitement le droit aux échecs tout au long du chemin. Nos ancêtres le pensaient vraiment quand ils affirmaient : « Raha indray mandeha no manta vary, aza mandevin-tsotrobe » (N’enterrez pas votre louche si vous ne parvenez pas à cuire correctement votre riz). L’échec n’est pas un tsiny mortel dans la société malgache ; il est toléré, il est pardonné. Parfois même, il est encouragé.

Dans la culture malgache, l’échec n’est pas considéré comme l’exact opposé du succès. C’en est un ingrédient clé, une contribution importante à la réussite. Comme nos sages ancêtres nous l’ont conseillé : « Soa lavo hahay mamindra, soa kenda hahay mitsako » (Tomber vous apprendra à mieux marcher, s’étrangler va vous apprendre à mieux mastiquer). Ils avaient tout à fait raison : l’échec est souvent un bien meilleur enseignant que le succès. Les analystes appellent cela une courbe en J : vous avez besoin de subir l’échec à court terme pour être en mesure de profiter de la réussite à long terme.

Cette idée d’ « échouer rapidement afin d’apprendre vite » est aujourd’hui au cœur de nombreuses entreprises florissantes. Mais la même attitude devrait probablement s’appliquer à l’élaboration des politiques. L’idée est de mettre en avant aussitôt que possible une politique économique ou une réforme structurelle afin d’en obtenir les résultats, recueillir des commentaires et passer à l’étape suivante. S’autoriser ainsi l’échec et à tenter tout un tas de choses nous rend plus agile. Cela nous permet également d’être plus créatifs et audacieux ; ce qui est particulièrement important si nous voulons nous aventurer en dehors de notre zone de confort pour trouver des solutions innovantes et originales aux défis de développement de Madagascar.

Il existe deux principales approches que nous pouvons adopter pour libérer le potentiel de Madagascar. La première consiste à passer beaucoup de temps à formuler un plan national de développement infaillible et ensuite, quand l’on est sûr que cela marcherait, le mettre en œuvre. À moins d’avoir beaucoup de temps et de matière grise, c’est pratiquement impossible à réaliser. Une approche plus raisonnable est d’expérimenter différentes politiques et réformes sans avoir la certitude qu’elles marcheraient ou non. Et ensuite de systématiquement les évaluer et les ajuster jusqu’à ce que vous identifiez celles qui fonctionnent bien. Dans ce cas, vous souhaitez que les échecs arrivent le plus rapidement possible, afin de vite savoir quels ajustements sont nécessaires aux politiques que vous avez choisies. En fait, les programmes ou les stratégies de développement les plus réussies sont nées de plusieurs erreurs et échecs.

Les décideurs et leurs conseillers devraient cesser de traiter l’échec comme quelque chose qui serait à éviter et à craindre. Reconnaissons-le : nous serons forcément amenés à rater des choses au cours de notre chemin. Alors, osons échouer. Mais faisons-le intelligemment. Nos échecs doivent être productifs : il ne sert à rien d’échouer si nous ne parvenons pas à tirer les leçons politiques clés de nos erreurs. Échouons rapidement. Échouons mieux. Non seulement rester simplement assis pour éviter l’échec à court terme nous empêche d’obtenir des succès à long terme, mais ce ne serait pas toléré par nos ancêtres : « Raha manao no tsy ambinina, ampio fa havana ory, fa raha miraviravy tanana, avelao hivarina amin’ny tany » (S’il a essayé mais n’a pas réussi, aide le, car c’est un parent malheureux ; mais s’il était juste assis à ne rien faire, laisse le tomber à terre).

De ce que j’ai lu et entendu, le nouveau Premier ministre est un homme d’affaires, un pilote et un général. J’espère que l’homme d’affaires sera dynamique et suffisamment audacieux pour prendre les risques de politiques innovantes, sans craindre l’échec. J’espère que le pilote sera suffisamment agile et habile pour naviguer dans les échecs à court terme que nous allons sûrement rencontrer dans notre voyage. Et j’espère que le général aura assez de sens stratégique et de rigueur pour convertir ces échecs en succès à long terme. Quoi qu’il en soit, je lui souhaite de nombreux échecs… complétés par de vrais succès.

34 commentaires

Vos commentaires

  • 20 janvier 2015 à 08:58 | Paulo Il leone (#6618)

    blablabla !!!
    Où l’on apprend qu’un citoyen concerné (en l’occurrence soamiely) n’est pas forcément un imbécile en état de siège, pas plus qu’un concubin n’est obligatoirement un abruti de nationalité cubaine !
    pour le Pulitzer faudra se fouler un peu plus, Soamiely !

    • 21 janvier 2015 à 19:29 | Gérard (#5118) répond à Paulo Il leone

      Madagascar est très majoritairement composé d’enfants et souvent même de grands enfants avec des raisonnements très puérils. Les enfants en apprenant à marcher tombent souvent, ce qui est le cas de Madagascar qui ne cesse de tomber. Donc il faut apprendre à ce pays à se relever et marcher convenablement.

    • 21 janvier 2015 à 22:34 | Gérard (#7761) répond à Paulo Il leone

      Dur métier que celui d’éditorialiste sur cette tribune !

      Inviter les lecteurs à un brin de réflexion conduit au minimum à être taxé « d’intellectualisme creux » sinon à l’injure et au doute quant à la santé mentale de l’auteur
      C’est pourtant un des ’objets d’un éditorial que d’amorcer la réflexion du passant, de prolonger le vécu immédiat.....
      Ici, prôner la célébration de l« échec est peut être excessif mais, face à l’inertie et l’immobilisme ambiant, une ligne de conduite du type »point n’est nécessaire d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer« (Charles le téméraire) ou »qui ose gagne" (devise des parachutistes SAS) ne pourrait elle avoir sa place ?

      Bien sur il est normal que de tels écrits agacent les braillards, supporters inconditionnels d’un Ravalomanana ou d’un Rajoelina qui ne différent pourtant guère plus l’un de l’autre que les 2 volatiles d’un adin’akoho lahy

    • 22 janvier 2015 à 12:57 | Paulo Il leone (#6618) répond à Gérard

      L’espoir fait vivre , je vous l’accorde, .... et accessoirement il nous aide à persévérer.
      Cela dit, si l’auteur du post avait écrit sobrement : « l’échec est instructif, il nous apprend beaucoup de choses, parfois même plus que la réussite », on aurait tous été d’accord et je l’aurais « liké » profusément, si je puis dire.
      Mais il a voulu en faire trop en débordant sur des considérations de culture ancestrale etc ...
      On a frisé le propos pseudo-philosophique, genre « prolégomènes à tout échec futur » !
      Pour dire les choses un peu plus brutalement : je trouve qu’il s’la raconte grave, pour ne pas dire qu’il a manifestement cédé à la tentation de la cuistrerie.
      à tchao à +

  • 20 janvier 2015 à 08:59 | betoko (#413)

    Déjà le fait qu’il soit un homme d’affaire est un handicape . D’après certains journaux même les plus objectifs c’est un affairiste de première , mais je ne lui fais pas un procès d’intention , je ne demande qu’ à voir .
    Donnons lui une chance pour réussir quand même là où tous les premiers ministres ont échoué depuis 50 ans
    Son épouse est la dame de compagnie de notre première dame et qu’elle tutoie le président de la république cela veut tout dire

    • 22 janvier 2015 à 08:00 | revysaditra (#8500) répond à betoko

      NA HO ANY... NA TSY HO ANY...
      nous avons tous les ingrédients pour RÉUSSIR.
      — -
      un handicapé TOKA-MASO ???
      ...Jamba lava izao, any ka MANJAKA NY TOKA MASO !
      — -
      Il n’est de pire sourd que celui qui ne veut entendre !
      — -
      Nous ne savons pas nous DÉFAIRE du PASSÉ...
      — -
      ...inona no mahatonga an’izany... le rapport avec le PASSÉ...
      — -
      2 mécanisme de frustration :
      — -
      — -
      1) la comparaison aux autres : vazaha, karana, kely maso
      — -
      2) le rapport au PASSÉ
      — -
      — -
      ...nous ne savons pas nous défaire du passé
      — -
      ...pourtant, nous avons tous les ingrédients pour RÉUSSIR !!!
      — -
      ...chez les lémuriens, on note actuellement environ 80 espèces...
      — -
      ...chez les oiseaux 284 espèces dont 6 qui ont été introduites par l’homme...
      107 qui sont endémiques et 209 qui se sont reproduits à Mada...
      — -
      ...chez les tortues....
      http://youtu.be/AhS8ehjOK-M
      — -
      ...chez les femmes et les hommes. ...une île à fortes potentialités économiques...
      ...sociales et culturelles...
      ... avec une main-d’œuvre familiale...
      .... main-d’œuvre communautaire abondante et bon marché...
      — -
      ...sous les Îles Éparse... une richesses naturelles cachées...
      — -
      ...notre immenses forêts...
      ... où évolue une faune et une flore toutes endémiques...
      — -
      ... NA HO ANY... NA TSY HO ANY...
      nous avons tous les ingrédients pour RÉUSSIR.
      — -
      si ça marche tant mieux...
      si ça ne marche pas...
      ...on passe à autre chose !!!
      — -
      Ianao no Tompon’ LA CLÉ
      http://youtu.be/IScUZrv6vrU

  • 20 janvier 2015 à 09:20 | Boris BEKAMISY (#4810)

    L’Auteur devrait se poser, lui aussi, sérieusement la question pour savoir à quelle proportion il contribue à cet ECHEC CULTUREL GASIGASY .

    Comment UN PAYS avec des RAMASSIS DES PSEUDO-INTELLOS d’un tel NIVEAU DE CONFUSION puisse connaitre autre chose que de l’ECHEC !

    Devant la situation aux MILLE URGENCES que leur Pays se trouve ,les PSEUDO-INTELLOS GASIGASY adorent tourner les pouces et les ....MECHES PETAKA tout en se masturbant le méninge trouvant que leur rôles de SPECTACTEURS sont les plus confortables .

    Ce sont plutôt ces pseudo-intellos inutiles pour leur Pays qui devraient méditer sur leur .....ECHEC !

    Déjà cet éditorial se trompe d’intitulé témoignant le niveau de la confusion de l’auteur et confirmant son statut de pseudo intello_inutile pour la Nation, cet éditorial de Mr ANDRIAMANANJARA Soamiely pour avoir UN SENS devrait être intitulé comme suit : ADOPTER LA CULTURE DE LA CAPITALISATION DE L’ECHEC....

    Je vois déjà commedhab que des nombreux ....mèches petaka s’agitent dans tous les sens sur cette mise au point pertinente et interpellatrice de Boris BEKAMISY

    BB

    • 21 janvier 2015 à 23:14 | Gérard (#7761) répond à Boris BEKAMISY

      J aurais voulu louer la pertinence et la qualité de votre message.

      Helas, c’est déjà fait, par vous même, ce qui est certainement bien immodeste mais tellement plus certain

  • 20 janvier 2015 à 09:21 | Isambilo (#4541)

    Une digression à propos du vide. Belle illustration des discours des pseudo-spécialistes du management.

  • 20 janvier 2015 à 09:30 | Longo (#8756)

    Je trouve au contraire que cet article ne relève que du bon sens ;

  • 20 janvier 2015 à 11:09 | Mihaino (#1437)

    Nous sommes tous libres d’aimer ou de ne pas aimer cet article !
    Personnellement , j’apprécie le fond et la forme de cette analyse .
    L’auteur est très habile d’avoir cité des sagesses malgaches qui devraient interpeller tous nos compatriotes ! Ses arguments sont faciles à comprendre et son style rédactionnel correct .
    Bonne continuation Soamiely Andriamananjara !

  • 20 janvier 2015 à 12:06 | Bernard SG (#8172)

    Tout dépend des critères de réussite vs. echec : si nos dirigeants successifs étaient arrivés au pouvoir avec un désir farouche de faire avancer le pays, il y uarait en effet un constat d’échec patent. En revanche, si leur principale intention était de s’enrichir personnellement et de se faire un nom, se bâtir des réseaux, etc. alors, on pourrait dire qu’ils ont plus ou moins réussi.

  • 20 janvier 2015 à 14:40 | caro (#7940)

    « Je ne plaisante qu’à moitié : oui, apprenons à échouer et à accepter et à célébrer l’échec. »

    Meme si vous avez pris soigneusement la precaution de vous abriter dans la demi plaisanterie, vous faites l’apologie de la mediocrite et de la platitude.

    L’on sait que, quelles que soient les entreprises, on n’est jamais a l’abri de revers. Il est tout a fait normal que l’on connaisse par moment des deceptions. Mais de la a dire « célébrer l’échec » : quelle insanite !

    Par definition, « celebrer » consiste a feter solennellement ou a faire publiquement la louange de quelque chose. Il s’ensuit qu’accorder tel formalisme a un echec ne releve que de la pure cretinerie.

    Il y a un facteur qui constitue un element fondamental du developpement, personnel, economique, ou autre : le traumatisme ne d’un echec. Quel que soit le niveau ou la capacite personnelle a se relever apres un echec, il y a toujours des sequelles qui demandent un temps plus ou moins long, selon le cas, pour refermer les « plaies », si cela puisse avoir lieu.

    Cette situation est transposable en politique et encore plus au niveau d’un Etat. Le fait de suggerer la culture de l’echec n’est autre que pousser l’ensemble du pays encore plus loin qu’il ne l’est actuellement dans cet ocean de misere dans lequel il baigne.

    « ... vous souhaitez que les échecs arrivent le plus rapidement possible, afin de vite savoir quels ajustements sont nécessaires aux politiques que vous avez choisies. En fait, les programmes ou les stratégies de développement les plus réussies sont nées de plusieurs erreurs et échecs. » :

    Ceci veut dire tout simplement que vous prenez la vie de la nation avec ses 22 millions de population comme un laboratoire ou vous faites des manipulations et attendez que les erreurs produisent leurs effets pour ensuite en tirer des lecons. A peu de chose pres, si c’etait le comportement d’un medecin qui cherche a guerir son patient ?

    Les echecs font partie de la vie, ils se rencontrent davantage que le succes. On en apprend de ses erreurs, certes, mais ce n’est pas une raison pour les mettre sur un piedestal pour les venerer par une celebration.
    C’est une question de mesure, celle de relativiser les echecs, et non de les considerer comme facteur d’encouragement.

    • 20 janvier 2015 à 16:49 | Paulo Il leone (#6618) répond à caro

      Touché ... coulé, Soamiely !

    • 20 janvier 2015 à 16:52 | Paulo Il leone (#6618) répond à Paulo Il leone

      ..que dis-je « coulé » ? Explosé !!!

    • 20 janvier 2015 à 19:50 | zanadralambo (#7305) répond à caro

      Je suis resté pantois à la lecture de cette chronique. A croire que l’auteur se complait dans la culture de l’ échec. Tout le monde fait des erreurs, personne n’est à l’abri, mais de là à justifier par avance les erreurs qui seront commises, je ne souscris pas. C’est faire l’apologie de la médiocrité, on a donné avec la révolution de l’ imposteur de 1975.
      Salutations cordiales, Caro.

    • 20 janvier 2015 à 23:43 | caro (#7940) répond à zanadralambo

      Bonjour Zanadralambo,

      Je dois vous dire qu’au depart, je n’avais pas l’idee d’aller faire un commentaire quelconque, mais au fur et a mesure de ma lecture, ma comprehension ne me semblait plus m’accompagner, donc il fallait la reprendre, mais rien a faire. Je m’interrogeais si c’etait du second degre ou de l’humour, non plus.

      Lorsque vous dites : « A croire que l’auteur se complait dans la culture de l’ échec. », si seulement c’etait de la complaisance, passe encore, car cela n’aurait regarde que lui-meme, mais ici, il s’agit de bien plus, proposer et inviter les autres dans un editorial !

      Et pour parachever le tout, prendre appui sur des proverbes pour justifier ses tentatives d’explications bancales.

      Il y a des moment ou les commentaires de certains forumistes titillent un peu quand on parle de Madagascar, de ses gouvernants, de la culture malgache,... mais comment pourriez-vous les reprouver quand un malgache pond un article pareil declarant ouvertement que :

      -  « une mentalité « orientée vers les résultats » ne semble pas vraiment s’adapter à la psyché malgache. »
      -  « « Le désir de réussir » n’est peut-être pas vraiment notre truc. »
      -  « ... Nos ancêtres le pensaient vraiment... »
      -  « Dans la culture malgache, l’échec n’est pas considéré comme l’exact opposé du succès. »
      -  « Les décideurs et leurs conseillers devraient cesser de traiter l’échec comme quelque chose qui serait à éviter et à craindre. »
      -  ...

      Avec tout ca, je ne pense pas que l’on arriverait a mieux faire l’apologie de la mediocrite.

      Un autre aspect qui revolte dans cet article, c’est la reference faite aux proverbes utilises comme support.

      Comme j’ai indique dans mon message, les echecs font partie de la vie et les proverbes cites ne corroborent nullement cette complicite a l’obsequieuse mediocrite, car ils relativisent les echecs en encourageant d’aller de l’avant et non de s’y complaire.
      Et avec un raisonnement pareil, il n’est guere etonnant que le pays soit comme il est. J’espere que cette vision etriquee ne concerne qu’une infime partie des malgaches, autrement, c’est tres mal parti !

      Pour en revenir a « ... la révolution de l’ imposteur de 1975 », tout ce que nous vivons actuellement n’est que le resultat de cette sorte d’apprentissage de la sorcellerie de la periode qui a vu s’amorcer la decadence de ce pays, lorsque les renes du pouvoir etaient entre les mains d’« amateurs », donc des incapables qui se prenaient pour le maitre du monde.

      Exactement comme cette apologie de la nullite.

      Si vous vous souvenez, lors d’une conference de presse, a l’epoque, ou Ratsiraka repondait a un journaliste sur la douteuse capacite de certains responsables, sa reponse etait de dire qu’apres un temps d’apprentissage, ceux-la devraient etre a la hauteur.
      Voila comment les minables etaient gratifies au lieu de faire directement appel a des competences, qui d’ailleurs ne manquent pas au pays.
      Tout recemment, vous avez l’exemple d’un certain animateur de divertissement nocturne qui se trouvait aux commandes pour diriger les destines de 22 millions d’ames.

      Et je n’ai pas besoin de vous dire la suite car tout le monde le vit.

      Cordialement

    • 20 janvier 2015 à 23:44 | caro (#7940) répond à Paulo Il leone

      Sacre Paulo : touche, coule,... puis expolse !

      Le but de l’exercice n’etait pas d’aboutir a ce point, mais il se trouve que l’idee developpee par l’auteur m’a conduit a exposer les miennes.

    • 21 janvier 2015 à 00:26 | zanadralambo (#7305) répond à caro

      Je partage, en long et en large, votre analyse. Pas un mot, pas une virgule à retirer.
      Amitiés.

    • 21 janvier 2015 à 05:43 | GILHAN (#8671) répond à caro

      Bonjour Caro,

      Je partage vos analyses.

      Je me permets d’ajouter que :

      PRIMO, " A grand pouvoir correspond une grande responsabilité

      Dans un avion commerciale, genre Boeing 747, AIRBUS A 340 ou A.380,il y a dans le poste de pilotage un Adjoint du commandant de bord et des chefs techniques. Le tout demeure sous les ordres du Commandant de bord.

      L’adjoint du Commandant de bord est un pilote à part entière. Il peut piloter à lui seul l’avion mais il reste sous les ordres et la supervision du commandant dans les grandes décisions à prendre, savoir la mise sous pilotage automatique, le changement de cap ou de destination immédiat.

      L’adjoint du commandant de bord a sous ses ordres les chefs techniques ; mais « le grand patron » reste le commandant de bord !

      Tout l’équipage doit obéir au commandant de bord du jet sans discussion ni murmure !

      Corollairement à cela, il est le premier responsable.

      Et l’erreur se paie cash !

      Il suffit de voir ce qui s’était passé du vol d’AIR ASIA :

      le jet a avait affaire à une condition climatique très dangereuse. Le commandant de bord avait demandé à la tour de contrôle chargé du trafic aérien de monter d’altitude pour l’éviter. La tour de contrôle l’a fait attendre car le trafic aérien était dense (un « embouteillage » d’avion !).

      Au lieu de choisir d’autres options comme l’attérissage d’urgence dans un aéroport le plus proche ou changer carrément de « route », le commandant de bord avait opté pour l’attente ;

      d’où le résultat : crash avec mort d’hommes ; les équipages y compris

      Diriger un Etat, c’est en quelques sortes être au commandement d’un avion avec DES MILLIONS de passagers à son bord !

      Le poste de Président de la République et de Premier Ministre, c’est comme ceux du commandant de bord et de son adjoint.

      Le Pouvoir Législatif, c’est comme « les patrons de la compagnie aérienne » d’appartenance du jet en question.

      Le pouvoir Judiciaire s’apparente à la tour de contrôle.

      Ainsi, en tant que « commandant de bord » et « adjoint de commandant de bord », à qui reviennent les derniers mots , il doivent maîtriser l’équipe.

      Surtout, ils n’ont droit en aucun cas à l’erreur !

      SECUNDO, il est vrai qu’être Président de la République ou Premier Ministre ne s’apprend pas à l’école.

      Occuper de tels postes pourraient faire peur si on n’a pas du tout droit à l’erreur.

      C’est la raison pour laquelle ces postes ne sont pas attribués à un quidam quelconque !

      Pour éviter les tâtonnements et les cafouillages en tous genres, au ROYAUME UNI, le parti opposant qui n’est pas au pouvoir tient ce qu’on appelle : le « SHADOW CABINET » (Cabinet fantôme).

      Le chef du parti tient le rôle de premier ministre, et il nomme des ministres qui, à leur tour constituent leurs staffs respectifs. Ce gouvernement fonctionne réellement comme tout gouvernement.

      Seulement, ce n’est pas un gouvernement insurrectionnel genre ex D.J. chargé plus tard de fomenter un coup d’Etat !

      Mais c’est un « Gouvernement fantôme » comme son nom l’indique !

      Bref, c’est en quelques sortes une simulation grandeur nature où les politiciens et autres responsables britanniques « apprennent » à gouverner et à réagir selon les situations comme s’ils étaient au Pouvoir.

      Ainsi, c’est grâce à cette « Shadow Cabinet » ou « gouvernement fantôme » que le parti d’opposition arrive à donner leurs positions immédiate et sérieuse car applicable (non pas pathétiques et lèches B... comme le nôtre !) concernant un sujet donné au niveau des Parlements Britanniques !

      Et quand ils accèderont au Pouvoir, ils ne cafouillent ni ne tâtonnent plus mais s’appliquent tout de suite aux rôles qui leurs ont été donnés.

      C’est la raison pour laquelle la gouvernance britannique est parmi la plus efficace au monde.

      A MADAGASCAR, par contre, on se constitue d’important bataillon de conseillers à la va vite au gré de son humeur et surtout guidé par le copinage et l’appartenance clanique !

      On organise ici et là des colloques, des forums, des assises, ateliers, séminaires à n’en plus finir dans chaque sujet donné.

      On avance comme motif le fait de « consulter la base, les concernés ; la population » ! Pourtant, ce n’est que fallacieux servant à justifier l’inexistence de politique du tout ,donc de l’incompétence des politiciens !

      La Politique étant l’art, les techniques pour gouverner une Nation !

      Et surtout, quand on accède au Pouvoir, les MALAGASY ont toujours l’habitude de se munir de parachute !

      Cela explique :
      - les corruption et détournements en tous genres,

      - le favoritisme dû surtout à l’appartenance clanique (« Avant d’être untel, je suis d’abord originaire de Tsitondroina ». Donc, je dois me pencher du côté de mes co-originaires quelques soient leurs compétences" !)

      - la constitution d’avoirs et biens à l’extérieur pour les plus hauts perchés, et des biens mobiliers et immobiliers conséquents dans leurs fiefs natals pour les autres !
      Après tout, quand le Responsable quitte le pouvoir et n’a presque rien érigé, les MALAGASY ; surtout ses entourages immédiats et co-originaires ; n’ont ils pas cette habitude de dire :« VOA MAFY I LEIRY FA TSY NAHAY NANANGONA » (Il est un perdant parce qu’il n’a pas su amasser) ?

      Tout cela a pour conséquence le fait de n’accorder aucune importance à l’échec !

      L’essentiel, c’est l’accession au Poste

      Et dire que l’auteur de cet article a osé encore faire l’apologie de l’échec ; cela, en utilisant des proverbes Malagasy qui n’ont rien à y voir du tout !

      Quel toupet de sa part !

      Pourquoi, pendant qu’il(elle) y est, ne fait il(elle) pas non plus l’apologie de cette corruption endémique ?????

      Je vous remercie

    • 21 janvier 2015 à 12:01 | Paulo Il leone (#6618) répond à caro

      Il faut dire qu’il l’avait bien cherché ...

    • 22 janvier 2015 à 00:27 | caro (#7940) répond à GILHAN

      Bonsoir Gilhan,

      Je tiens a vous feliciter de vos messages qui ont de la consistance, et qui me semblent ne rien a voir avec ceux d’avant contenant les lettres capitales, avec un ton favorisant la reflexion. Je pense que vous serez beaucoup mieux « entendu » de cette maniere, meme si on ne vous le dit pas ouvertement.

      Ceci dit, un responsable a quelque niveau qu’il se trouve a toujours des comptes a rendre, et comme vous l’expliquez bien, les erreurs se paient cash.
      Voila pourquoi, il est inadmissible que des apprentis ou des « manipulateurs de laboratoires » ne doivent jamais occuper des postes importants.

      Quand vous parlez des britanniques, ce n’est pas seulement en matiere politique qu’ils excellent. Comparaison n’est pas raison, mais faites un peu le parallele entre le Scotland Yard de la Metropolitan Police Service et la notre.

      C’est par rapport aux meilleurs qu’ils faut s’aligner et chercher en permanence a monter plus haut, au lieu de disputer le peleton de queue : « miady gisitra lava izao toy ny gasy » comme le voudrait dans son apologie de la mediocrite l’auteur de cet editorial.

      La vie d’une nation n’a pas besoin d’un Inspecteur gadget qui ne mise que sur la chance pour resoudre les problemes quasiment sans faire expres. Elle n’est pas non plus une experimentation comme dans l’apprenti sorcier de Paul Dukas.

      Il faut chercher a etre le meilleur quoi que l’on soit, comme preconisait Marthin Luther King avec le texte de Douglas Mallock :

      https://fanahy.wordpress.com/tag/douglas-mallock/page/2/

      Cordialement.

    • 22 janvier 2015 à 11:00 | revysaditra (#8500) répond à GILHAN

      Salut GILHAN,
      Interrogé sur l’expression d’« APARTHEID » employée par Manuel Valls...
      .... pour décrire la situation dans certains quartiers...
      ...Nicolas Sarkozy s’est dit « consterné ».
      Manuel Valls... io no général Jean Ravelonarivo-ntsika !!!
      — -
      le « SHADOW CABINET » (Cabinet fantôme).
      — -
      Andry TGV... c’est notre SARKO !!!
      Valls a raison et ce concept d’APARTHEID pour créer un électrochoc...
      APARTHEID créer par les riches s’opposent à la redistribution des richesses.
      — -
      La devise de la droite : « tout pour moi, rien pour eux » ....
      ....et tant pis pour les autres....
      ...ils se tournent vers les religions et l’extremisme...
      ... à la recherche d’un sens à donner à leurs vies.
      — -
      http://youtu.be/j_nQNEpb9yo

    • 27 janvier 2015 à 10:32 | Benoabo (#8767) répond à zanadralambo

      Non, pas moi. Pour moi, c’est une analyse tout à fait déplacée et ça risquera de pousser encore plus les petits peuples Malagasy dans le plus profond de la misère. Donc, cessons de suggérer et de cautionner par la même occasion n’importe quoi ici chers formistes. Passons nous aux choses beaucoup plus sérieuses pour faire avancer plus rapidement ce pays.

  • 20 janvier 2015 à 16:33 | Turping (#1235)

    - Adopter une culture de l’échec va de pair avec les rituels ,les discours les promesses pleines de volonté sans les mettre en pratique Hélas nous avons toujours assisté malheureusement ,pitoyablement et lamentablement à un vrai fiascoo .Un échec toujours presque total quelques mois ,quelques années plus tard .
    - Changer de premier Ministre avec de résulats médiocres fournis par le gouvernement précédent nous donne l’impression et de bouffée d’air ,en se posant que cette fois-ci ,cela va être la bonne gouvernance ,le vrai changemnt avec des vraies reformes ,.....
    - Sans mettre le pessimisme à 100% malrgé la méfiance ,la gouvernance d’un militaire à la tête du pouvoir ,on se pose toujours la question si l’Homme providentiel choisi est à la hauteur de la tâche qui lui a été conféré que de parler du népotisme ,du club rotarien ,etc.....
    - Quel est le parcours politique ,d’occupation antérieure de ce dernier dans la lutte,l’administration qu’il prônait défendre ?

    ".....En tant qu’ancien dirigeant de la SEIMAD ,est-ce que ce nouveau PM qui opte avant la formation de son gouvernement pour une Administration plus rapide et plus efficace sera t-il à la hauteur de l’ercice de ses fonctions ?
    On a entendu dire de ses allocutions ; « Fini le temps des rêves maintenant ,le temps est réservé au travail » a t-il martelé .Une sorte de rédemption ,d’espoir que tout recommencement ,la renaissance va frapper enfin à la porte des misères .C’est pathétiques et hallucinant comme message !

    - De toute façon ,on verra Monsieur Soamialy Andriamanajara ,ce n’est pas la première fois qu’on a entendu ,de tels discours ,de changement gouvernemental .

    - Seuls les actes concrets ,les résultats qui nous permettront de juger réellement quant à la mise en pratique .Ce qui nous différencie des autres pays qui se dévéloppent et qui marche démocratiquement.
    On verra aussi si la nouvelle équipe gouvernementale ’sera efficace et saura répondre aux attentes des malgaches afin de résoudre les tâches ,les grands chantiers qui les attendent .
    - Vendre la peau d’un ours avant de l’avoir tué pour le moment c’est trop prématuré .

    • 20 janvier 2015 à 16:37 | Turping (#1235) répond à Turping

      Lire : exércice ; marchent ..

    • 20 janvier 2015 à 20:02 | zanadralambo (#7305) répond à Turping

      Bonjour, Turping. Un militaire à la barre, sincèrement, ce n’est pas ma tasse de thé. Cette armée qui, depuis 1975, a pour mission de mater tout ce qui peut ressembler à une contestation est un ramassis de brigands. Ce général qui était dans les petits papiers de l’amiral d’ opérette ne fera pas long feu.
      Apparemment, c’est pour s’acheter les bonnes grâces des voyous en uniforme qu’on a nommé un malotru en galons. N’empêche, l’Armée ou cette horde qui se fait passer pour l’Institution n’ a pas à se mêler de politique, elle devrait assurer la sécurité de ses concitoyens au lieu de comploter avec le bandit en col blanc, autrefois DJ.

    • 20 janvier 2015 à 22:43 | Turping (#1235) répond à zanadralambo

      Bonjour Zanadralambo ,
      Oui ,logiquement les militaires ,leurs places c’est dans les casernes ,protéger la nation et aussi de combattre les insécurités .
      - Malheureusement nous avons vu le régime dictatorial d’un militaire depuis la révolution socialiste catastrophique .
      - Un militaire devrait rester apolitique . Certainement ,ils sont là pour défendre les voyous en unforme ,surtout le pouvoir en place .
      - Les voeux pieux c’est toujours d’espérer le changement ,l’avancement !

  • 20 janvier 2015 à 17:47 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Si c’est pour préparer l’opinion publique à être tolérant devant l’échec éventuel du prochain gouvernement du PM JR, il fallait s’y prendre autrement car la méthode utilisée est trop théorique/académique pour être réaliste.

    Si c’est pour préparer l’opinion publique à être tolérant devant l’échec éventuel du prochain gouvernement du PM JR, il fallait s’y prendre autrement car la méthode utilisé est trop théorique/académique pour être réaliste/compréhensible par le commun des mortels.
    De toute façon proposer l’échec, comme objectif n’est jamais une fin en soi, si vous prenez la rêne d’un pays, tombé plus bas que terre comme le notre, c’est pour le sortir de cet état léthargique et mettre en avant la culture de l’échec, c’est faire barrage au préalable à l’espoir de s’en sortir proprement donc le remède serait pire que le mal.
    On privilégie la réussite et on voit le résultat, un échec total. Adopter le contraire pour un meneur d’homme c’est comme demander à ses suiveurs de ne pas fournir d’efforts.
    Le fait d’y penser est déjà un non sens et de là à l’écrire comme éditorial est une aberration.

  • 21 janvier 2015 à 17:12 | Jipo (#4988)

    @ Soamiely Andriamananjara ???
    C ’est à se demander combien etes vous payé pour faire ainsi l’ apologie de la médiocrité, de l’ incompétence, et pour remuer le couteau un peu plus : d’ en redemander !!!
    Vous avez en France l’ exemple édifiant de cette bande de bobos, adeptes de la culture du dgenre, de la copulation pour tous, et à présent de la médiocrité institutionalisée, au profit de ces pauvres essayistes à l’ intégration, traumatisés / les notes, incapables de comprendre le Français, autre que de profiter d’ un système et de toutes sas lacunes, protégés par ces politichiens politiquement correctes, dictateurs de la pensée & comportement uniques .
    Il serait question de supprimer tout simplement les notes, les examens ( que l’ on donne déjà ) avec un analphabétisme galopant ( cf Macron) bavure non politiquement correcte, tout comme la stigmatisation de l’ islam : SUJET TABOU , FADY !
    Quand vous prétendez aux postes de dirigeants, vous avez un devoir de résultat, vos échecs, tentatives de marcher, apprendre à courir, ou autre apprentissages, vous les faites AVANT !
    Pas en prenant 22 millions de compartiotes, en otages, dans vos tentatives d’ apprentissages, vous faite l’ apologie de celui grace auquel vous continuez à vous ramasser , à patauger, à tendre la main, j’ ai cité le vénéré ratsy-hiraka, ce mauvais messager que certains adulent encore, il en est de meme pour le rat zoel, il y aura toujours des adeptes de la médiocrité de l’ incompétence, du népotisme, de la voyoucratie, mais là permettez- moi de vous dire que vous lisez trop de ramahefarisou bazil de son prénom, dis-moi qui tu lis je te dirai qui tu es ...
    Vous avez donné le baton pour vous faire battre, ne vous étonnnez pas de recevoir une volée de bois vert , pour cette aveu et apologie de l’ échec.
    Il y a deux cas de figures :
    Ceux qui disent qu’ il faut se fixer un objectif et essayer de l’ atteindre ( en se disant que ce n’ est pas grave si ...)
    & Ceux qui se disent qu’ il faut s’ en fixer plusieurs et essayer d’ en atteindre au moins un.
    Sans parler d’ ambition,ou de mentalité de LOOSER, vous semblez avoir choisi le parti de refuser de vous battre et donc de celui qui a déjà perdu, faute d’ avoir une chance de gagner.
    Vous etes en train de faire de votre troupeau, un perdant, et le pire d’ en faire l’ apologie, auriez vous eu le même enseignant que celui de rajoelina andry ?
    Comme diraient certains ils y en a qui arrivé au fond du trou : creusent encore ...
    Entre la disparition de Tonton Georges et votre texte, on ne pourra que se rendre à l’ évidence que MT abonde dans votre sens .
    Si vous croisez lucifer transmettez-lui mes salamalecs ...

  • 22 janvier 2015 à 16:33 | lefona ihany (#6757)

    En parlant de culture, vu que la musique aurait tendance à adoucir les moeurs, je suis assez fier de voir ce groupe inconnu de musiciens malgaches qui font du Funk (musique américaine, certes), mais qui s’affichent en tant que Malgaches ! Ce qui est bien avec eux, (le groupe s’appelle AMEEGA), c’est qu’ils ont un statut aux US, Japon, Bresil.. et se battent pour leurs convictions !
    J’aime bien ce côté où ils s’affichent en mettant en avant leurs savoir-faire et leur « MALGACHITUDES ».
    Si les politicards pouvaient faire pareil !
    Le reste n’est que bla bla bla mais l’évidence coule de source !
    http://www.idf1.fr/videos/le-jjda/2015-01-16-l-invite-du-jour.html

    • 22 janvier 2015 à 19:11 | caro (#7940) répond à lefona ihany

      Oui, merci pour le lien.

      Meme si le funk n’est pas ma musique de predilection, la au moins le groupe montre ce qu’il sait faire et montre sa personnalite sans courir derriere la « mode ».

      En voila une culture de « aller de l’avant » et non de l’echec !

      Et surtout ils ont du repondant devant le jacassier de Jacky de Dorothee.

  • 22 janvier 2015 à 18:11 | lanja (#4980)

    Raha tiana handroso ny eto dia mila personnalité forte, credible à mpamatsy vola, tsy matahotra hanjehina ho manao jadona rehefa manatanteraka hevitra mampandroso sy miady @ kolikoly, vitsy dia vitsy no mahafeno izany , ary na misy aza tsy ho afaka satria ny prezda avy @ révolution orange mihitsy no tsy crédible

    • 23 janvier 2015 à 04:15 | revysaditra (#8500) répond à lanja

      Être honnête et faire de la politique,
      ...C’EST RARE MAIS POSSIBLE !!!
      — -
      Vous aussi... vous vivez dans ce monde parallèle.
      — -
      Marine Le Pen réclame la place de Président.
      — -
      Fin du cauchemar ? Non, début d’un étrange jeu.
      — -
      ...et si Marine Le Pen est élue à la prochaine élection présidentielle ?
      ...Marine est du gabarit de Mme Angela Merkel !!!
      — -
      Aoka letsy à... Lay gabarit dia hita mihitsy hoe gasy pur lery...
      — -
      tanora gasy LE PENiste why san’a !
      — -
      http://youtu.be/8jWXTvbLN7o
      — -
      Lasa niaraka amin’i MARINE lery ...marina é !
      — -
      Être honnête et faire de la politique...
      ......C’EST RARE MAIS POSSIBLE !!!
      — -
      http://youtu.be/s4RJK9t8ABI
      — -

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 70