Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 4 décembre 2016
Antananarivo | 15h15
 

Société

Fermeture d’une entreprise franche

1300 personnes au chômage

samedi 27 août | Randria Maeva

L’entreprise franche Floréal Ankorondrano a annoncé le jeudi 25 août 2016 sa fermeture, traduit par un chômage technique. Par conséquent, 1300 personnes viendront s’ajouter aux chômeurs malgaches. Avec 3000 employés et 3 usines, cette entreprise est l’une des acteurs majeur du textile à Madagascar.

Cela fait déjà trois ans que l’entreprise a connu des difficultés suite à la baisse significative de la demande de pull en tricot basique, qui s’accentue particulièrement pendant la période creuse . L’entreprise qui exporte également plus de 50% de ses produits vers le Royaume-Uni est particulièrement affectée par le Brexit qui accentue le manque de visibilité sur son carnet de commandes.

Depuis plus d’un mois, les employés n’ont pas exercé régulièrement leurs fonctions, les travaux se résumaient à quelques activités minimes et aux services, les heures supplémentaires étaient supprimés, l’effectif des employés sous contrat à durée déterminée était réduite. Malgré cela, l’annonce de fermeture a été inattendue pour la plupart des salariés.

Ces derniers qui vont devoir aller à la recherche de nouvel emploi en cette période de crise et surtout pour les parents qui sont en pleine préparation de la rentrée scolaire. « Cela n’a pas vraiment été la situation idéale mais on s’occupait et on survivait. Dans l’attente d’une meilleure situation, certains d’entre nous vont entrer dans les petites commerces » affirme un employé de la société.

Le secteur informel est l’un des secteurs dominants à Madagascar mais il y a aussi le sous-emploi dans les différentes entreprises privées. En effet, 42,5% des travailleurs malgaches tiennent des postes inadéquates avec leur diplôme.

57 commentaires

Vos commentaires

  • 27 août à 09:51 | elena (#3066)

    Ce n’est pas bon signe : la descente en enfer commence à nouveau.
    Parmi les« mitsangana ry malagasy », il y a pas mal d’opérateurs économiques ils pourraient investir et reprendre l’affaire, et les panama papers ? Sa efa voky sahady izy,ny manao politika ihany no tiana ?
    Développez l’économie locale, créez des emplois : asa fa tsy kabary !

    • 27 août à 10:28 | vatomena (#7547) répond à elena

      Une démission un peu incompréhensible .L’Industrie textile européenne a été ruinée en raison du bas cout de la main d’œuvre asiatique or ,nous aussi ,avons un bas cout de main d’œuvre .

    • 27 août à 11:52 | Turping (#1235) répond à elena

      Bjr
      - En terme d’emplois, la fermeture de cette entreprise comme d’autres n’est pas un bon signe pour l’économie malgache, bien sûr a des impacts sur le volet socio-économique, et la paupérisation ainsi engendrée.Alors que la situation est déjà morose en général.
      - Le gouvernement a de part de responsabilités dans le redressement économique pour accompagner les entreprises en difficulté. Ce qui est loin d’être le cas, si on constate que les aides venant de l’extérieur pour payer les fonctionnaires fantômes, les emplois fictifs,.... l’ensemble serait le dernier recours pour sauver les misères, la population en déperdition
      - Oui,les opérateurs économiques hormis les karanas les chinois hormis le clan Ravalomanana, il devrait y en avoir à condition de se rassembler, discuter autour d’une table. L’union fait la force, au lieu de se diviser, la différence avec les opérateurs étrangers sus cités.Le rôle du gouvernement s’il existe soit il, c’est d’epauler surtout les entreprises malgaches en difficultés au lieu de s’entredechirer pour attendre les chinatoques.

  • 27 août à 11:30 | Gérard (#5118)

    Avec toutes les fripes ainsi que les chinoiseries, il sera impossible de garder des usines de textile à Madagascar d’autant que les dirigeants ne pensent qu’à se remplir les poches pendant le leps de temps qu’ils sont aux commandes.

  • 27 août à 12:22 | Saint-Jo (#8511)

    Bonjour ! Les fermetures de compagnies dans ce pays étaient courues d’avance, quand on tient compte, non seulement de cette ambiance délétère dans laquelle on vit et qui échappe à la consciencce des foza fotaka et bodega , mais aussi des lamentables manques de connaissances qu’ont les décideurs à propos des caractères et des cultures des populations de ce pays.
    Et le plus grave : malgré l’evidente catastrophe dans tous les domaines qui sévit dans ce pays, les abrutis qui se succedent au pouvoir et leurs troupes persistent dans leurs fautes et leurs erreurs.
    Et cette persistance dans la faute et l’erreur , ils la font avec une ridicule suffisance intellectuelle.
    Wikipedia, leur très douteuse banque de données, est passé par là !

    • 27 août à 12:47 | betoko (#413) répond à Saint-Jo

      Est ce que c’est toujours la faute au foza orana Saint Jo ?

    • 27 août à 13:36 | giraffa giraffa (#9696) répond à Saint-Jo

      1300 c est enorme ! l’etat devrait faire quelques choses. mais quoi ??? attendez, le pdt va allez a l’exterieur pour chercher des solutions ... a son retour il va promulguer la loi sur la communication et par peur d etre arretee les journalistes ne pourront pas dire qu’il n’a pas trouve de solution. Vous voyez que notre pdt a tout calcule. C’est un expert... mon oeuil

    • 27 août à 13:38 | Saint-Jo (#8511) répond à Saint-Jo

      Combien de compagnies les foza ont directement et indirectement détruites ?

    • 27 août à 16:39 | betoko (#413) répond à Saint-Jo

      Est ce que c’est toujours la faute au foza orana Saint Jo ? Et combien d’entrepreneurs malgache Marchiavel a mis en prison et combien d’entreprises malgaches il a fait voir de toutes les couleurs ? Pendant la transition des entreprises franches ont fonctionné correctement car leurs patrons savaient travailler . Andry Rajoelina n’avait jamais demandé à ces entreprises franches de s’en aller . Si Andry Rajoelina est pro-américain , cela n’aurait pas causé de problème .Pour vous même si vous avez mal au ventre au cocu c’est la faute aux foza . Parait que très bientôt les GTTay vont se réunir à Paris , dommage que je n’y serais pas ; J’en connais quelques uns qui habitent la région parisienne des extrémistes dangereux disait Mamy Rakotoarivelo comme Saint- Jo sans doute

    • 27 août à 20:09 | Saint-Jo (#8511) répond à Saint-Jo

      betoko croit stupidement comme tous les foza que le désastre économique qui frappe le pays depuis plusieurs années déjà est la faute aux Américains .
      Mais betoko ajoute aussi, comme le fait la nazie foza femelle isandra, que c’est la faute aux Français et à Monsieur Marc Ravalomanana.
      Pour eux les Gasy ne sont en aucune façon responsables de leur malheur.
      betoko, le protégé auto-déclaré du Consulat de France , pourra peut-être nous expliquer pourquoi les USA et la France devraient-ils faire des fleurs aux incapables dirigeants gasy et à leurs supporters.

  • 27 août à 12:27 | Stomato (#3476)

    Pour un peu cet article et ses commentaires me feraient rire !
    Mais quand je pense aux gens, et leur conditions de vie, qui sont impactés par cet arrêt ce serait de la pure cruauté.

    # 27 août à 09:51 | elena dit : Développez l’économie locale, créez des emplois : asa fa tsy kabary !

    Bravo, très beau commentaire !!! C’est bien de donner des ordres, mais à qui ? Et les qui en question quelle économie locale doivent-ils développer, et quels emplois créer ?

    # 27 août à 10:28 | vatomena (#7547) écrit : Une démission un peu incompréhensible. L’Industrie textile européenne a été ruinée en raison du bas cout de la main d’œuvre asiatique or ,nous aussi ,avons un bas cout de main d’œuvre .

    Oui, vous n’avez QUE une main d’œuvre à bas coût ! Question est-ce seulement avec une main d’œuvre peu chère que l’on peut faire fonctionner l’économie ? Ne faut-il pas d’autre ingrédients pour faire tourner des usines ?

    # 27 août à 11:52 | Turping fait des réponses à la Turping... Les bonnes anciennes solution à la YAKA FOKON et YAPLUKA.

    # 27 août à 11:30 | Gérard (#5118) assène une vérité de Monsieur de La Palisse (celui qui un quart d’heure avant sa mort était encore en vie !!!)

    Avec toutes les fripes ainsi que les chinoiseries, il sera impossible de garder des usines de textile à Madagascar d’autant que les dirigeants ne pensent qu’à se remplir les poches pendant le leps de temps qu’ils sont aux commandes.

    Il est vrai qu’avec toutes ces concurrences venues d’ailleurs les usines textiles Malagasy ne pourront pas vivre. Sic !
    Vatomena se console en se disant que l’industrie textile européenne a été ruinée par la chinoise...
    Ce n’est plus tout à fait vrai. L’industrie européenne de production de masse l’a été, mais elle se redresse avec des textiles techniques que l’industrie chinoise n’est pas encore a même de copier.
    Mais pour cela il a fallu former des gens, depuis les chercheurs jusqu’aux ouvriers spécialisés. Puis construire des projets, et malgré « la crise » des fonds ont été trouvés pour mettre en œuvre ces nouveaux projets.

    Et ces projets comprennent tous les éléments qui sont nécessaire à la réussite d’un projet.

    Cette entreprise Floréal, que fabriquait elle ? Des produits demandés par le marché ? En respectant les demandes voire les exigences des clients ?
    Peut-être le gouvernement est responsable, mais il n’est pas le seul.
    Le complexe d’insularité fait que vous êtes plus ou moins persuadés que le monde doit être à vos ordres !

    Il y a de nombreux malgaches qui composent la diaspora. parmis eux il y a des entrepreneurs qui ont des entreprises qui fonctionnent très bien. Pourquoi ne reviennent-ils pas au pays ?
    Vous êtes vous posé cette question ?
    Réfléchissez y, elena, et vous aurez l’amorce de réponse à vos incantations.

    • 27 août à 12:47 | vatomena (#7547) répond à Stomato

      stomato —Avec sa maind’oeuvre à bon marché ,Madagascar ne peut etre que l’éxécutant .Gandhi avait proposé aux indiens de revenir au rouet pour lutter contre la concurrence des filatures anglaises ..La jeune génération indienne fut plus habile . Des dizaines de jeunes gens indiens allèrent se former à Manchester puis revinrent au pays .Dix ans apres ,Manchester fut ruiné par ce transfert de technologie . Les indiens ne leur achetaient plus rien

    • 27 août à 12:55 | Turping (#1235) répond à Stomato

      St Jo
      Apparemment, vous n’avez rien à proposer non plus !
      - Sûrement, les entrepreneurs issus de la diaspora existent. On n’a pas besoin de se vanter ni donner une formule pour cela. D’abord, il faut que la communauté diasporique suive bien les réalités de ce qui se passe à Madagascar avant de s’élancer si la motivation réelle est au rendez-vous au lieu de palabrer. Les projets, les motivations, la faisabilité, le tout va ensemble.
      - L’entrepreunariat, ce qui marche en France, Belgique,... ne veut pas dire que ça marchera à Madagascar et vice versa. Il faut s’adapter à la situation au niveau de la conjoncture nationale,voir les réalités.
      - L’histoire de « textile » si vous n’avez pas compris mon message, il y a l’AGOA,... son existence. Pourquoi le gouvernement n’exploite t-il pas le dispositif mis en place depuis l’élection de Hery ?
      - On ne va pas développer les secteurs agronomiques plutôt porteurs d’avenir pour aujourd’hui, sinon le post devient trop long.

    • 27 août à 14:12 | elena (#3066) répond à Stomato

      @stomato
      J’ai fait mieux que réfléchir et je ne me suis pas contentée d’incantations !
      Ayant fait partie de la diaspora à un moment donné, j’ai eu cette chance de pouvoir créer ma petite entreprise et des emplois à Madagascar.
      Tout est à créer, mais il faut des financements. Il faut commencer petit d’abord.
      Une chose positive, c’est que le micro-crédit marche bien.
      Ceci dit il est certain que si on fait de la« politique » et qu’on arrive à avoir des seza,ça va beaucoup plus vite.Mais si on a affaire à de vrais entrepreneurs qui s’intéressent au monde agricole ou à l’industrie, on peut espérer avoir un début de développement.Pour le moment, il n’ y a que des« petits bras ».
      Et on ne peut pas compter sur l’Etat pour créer un environnement d’investissement sécurisé, non seulement pour les investisseurs étrangers, mais aussi pour les investisseurs locaux.

  • 27 août à 12:57 | betoko (#413)

    Entendu sur RFI au début de cette semaine . Selon cette station de radio française , nombreux sont les entreprises chinoises qui se sont délocalisées en Ethiopie car dans c e pays les chinois peuvent faire ce qu’ils veulent , ils ne respectent pas le code du travail de ce pays , et le gouvernement ferme les yeux , RFI disait voilà l’esclavagisme moderne avec les chinois
    Selon un des conseillers de Hery Rajao sur les entreprises franches les quels ne s’occupent que tu textile , une des conditions de l’AGOA c’est que ces entreprises franches respectent notre loi , est ce à cause de cela que cette usine ferme car le patron ne peut pas pas faire travailler au noir ses employés ?

    • 27 août à 13:07 | vatomena (#7547) répond à betoko

      Quelle industrie peut fonctionner dans un pays où l’énergie est tres chère et où les délestages sont les plus fréquents ?

    • 27 août à 13:12 | rolandmada (#9689) répond à betoko

      les chinois font n’importe quoi n’importe ou !!!
      ils sont en train de piller Madagascar

  • 27 août à 13:14 | Vohitra (#7654)

    Bonjour à tous,

    Quelles sont les vraies raisons à l’origine de la fermeture de cette zone franche ?

    Je me pose la question étant donné qu’actuellement, deux agences de recrutement s’acharnent pour recruter des jeunes Malagasy dans les environs immédiats de la capitale pour aller travailler auprès des zones franches établies à l’île Maurice pour une durée de trois années selon les termes des contrats.

    Ces jeunes vont travailler 12 heures par jour pour un salaire mensuel d’environ cinq millions de nos francs, y compris les heures supplémentaires.

    Et pourquoi ces entreprises mauriciennes ne viennent pas s’établir ici, avec le même niveau de salaire, au lieu d’importer des petites mains provenant de Madagascar ?

    • 27 août à 15:16 | RAMBO (#7290) répond à Vohitra

      Floréal est une entreprise Mauricienne installée à Madagascar depuis la 2ème République...les TShirt fabriqués par Floréal sont en grande partie exportés vers l’Europe via le Royaume Uni..Sachez que Floréal est financée par les Anglais mais gérée par les Mauriciens... il est exact que Brexit y est pour quelque chose... La demande locale des produits Floréal est très peu donc...Chinois ou Mauriciens ils ont le même objectif : Gagner de l’argent« ... C’est le contexte politico-social à Mada qui décourage et les Cinois et les Mauriciens...ils préfèrent investir en Ethiopie ou rvenir à l’Ile Maurice avec des mains d’oeuvre Malgaches...là ou les gens ne sont pas encore »politisés" comme chez nous et que la question de l’environnement n’est pas encore prioritaire...

    • 27 août à 17:25 | Belakana (#7721) répond à Vohitra

      Bonjour Vohitra,

      Je voudrais aussi vous signaler qu’il existe une agence à Tana qui recrute des Malagasy pour travailler sur les paquebots de croisière de MSC qui naviguent en Méditerranée, en Mer du Nord et aux Caraïbes. Obligation pour ces Malagasy de parler Italien, Anglais et Français. Ce qui m’a le plus frappé, c’est que ce sont pratiquement tous des diplômés Bac+3 à Bac+5. Ils travaillent 12 heures par jour et touchent un salaire entre 1 200€ et 2 000€.
      Leur contrat est de 9 mois puis retour au pays pendant 3 mois et ils essaient de renouveler ledit contrat. J’en ai rencontré, lors des différentes croisières que j’ai effectuées, qui font ce travail depuis une quinzaine d’années. Leur désarroi est grand car au pays, même avec un Bac+5, il ne trouve pas de boulot, à hauteur de leur diplôme, à moins de connaître un « ngetroka ».

      Bonne soirée.

  • 27 août à 13:22 | betoko (#413)

    Vous avez raison Vatomena , mais toutes les banques fonctionnent car ils sont équipées de groupe élèctrogène , idem avec les grand hôtels restaurants comme le Colbert ou Le Louvre
    Je ne comprends pas pour quoi ces grosses entreprises comptent encore avec le Jirama ?

    • 29 août à 18:44 | Behantra (#9165) répond à betoko

      Belakana

      Vous connaissez l’école polytechnique installée à Diego

      Sachez que depuis sa création : les cinq premiers (major et les mentions bien) sont tous ici en Europe

      Ainsi il y en a un qui enseigne à l’école plytechnique à Palaiseau , un autre , titulaire du diplome de professorat , est directeur général dans un ministère ...

      Sachez aussi que ceux et celles qui ont été reçu au bac avec la mention trés bien sont partis au Canada

      Et aucun n’est revenu au pays

      Juste un exemple

      En 1993 un jeune malagasy qui a eu la chance de terminer ses études supérieures à Paris disait fièrement : Moi je retournerai à Madagasikara sitot mes études et stages terminées

      Nous sommes en 2016 , ce jeune est marié , pére de trois enfants , Directeur des Opérations dans une multinationale , avec sa femme ils ont déclaré aux impots plus de 260 000 euros de revenus pour 2016

      Il vient de féter son anniversaire et quand on lui rappelle gentiment ce qu’il avait dit plus de vingt ans auparavant, il rigole doucement et répond

      ça c’était avant

  • 27 août à 15:11 | Saint-Jo (#8511)

    Turping !
    Proposer des idées n’est pas très bien accueilli ici.
    Nos idées, nous les appliquons dans notre campagne. Et si discussion doit y avoir, elle se fait sur le terrain .
    Mes compatriotes de village qui vivent sur place ne connaissent pas le chômage.

    • 27 août à 15:35 | Stomato (#3476) répond à Saint-Jo

      Je m’immisce...
      Je ne trouve pas que Turping fasse des propositions, ou alors elles y ressemblent très peu !
      Je pense être disposé à vous croire quand vous dites « Mes compatriotes de village qui vivent sur place ne connaissent pas le chômage. »
      Ceux qui restent au village ont de quoi manger, et ils font tout pour assurer leur nourriture.
      Contrairement à ceux qui viennent en ville...

      Mais les remarques qui vous sont adressées par Turping m’interpellent :
      27 août à 12:55 | Turping (#1235) répond à Stomato ???
      St Jo
      Apparemment, vous n’avez rien à proposer non plus ! >> Pffff !

      - Sûrement, les entrepreneurs issus de la diaspora existent. On n’a pas besoin de se vanter ni donner une formule pour cela. D’abord, il faut que la communauté diasporique suive bien les réalités de ce qui se passe à Madagascar avant de s’élancer si la motivation réelle est au rendez-vous au lieu de palabrer. Les projets, les motivations, la faisabilité, le tout va ensemble.
      >> Les membres de la diaspora suivent de près ce qui se passe, ou ne se passe pas, au pays.
      Dans la mesure où rien de très positif ne s’y passe nombreux sont ceux qui attendent que tout soit détruit pour venir construire depuis le tout début. Enfin c’est AMHA la meilleure stratégie.

      - L’entrepreunariat, ce qui marche en France, Belgique,... ne veut pas dire que ça marchera à Madagascar et vice versa. Il faut s’adapter à la situation au niveau de la conjoncture nationale,voir les réalités.
      >> Vous avez tout à fait raison, ce qui marche en Europe ne marchera pas à Madagascar. Ce n’est pas nouveau, c’est vieux de 50 ans déjà ! Personne ne veut des réalités actuelles de Madagascar, car il n’y a rien d’enviable ! Enfin si il est des choses qui fonctionnent bien, Par exemple le stockage sous vide de la vanille de pas très bonne qualité. Le racket systématique des touristes dans les aéroports. les trafics divers et variés ou systématiquement celui qui croit avoir gagné est le grand perdant.
      Les clients internationaux s’en fichent totalement des réalités malagasy. Que leur importent les conditions de vies des ouvriers, du coût du travail du non respect de lois sur le travail qui ne sont pas appliquées ? Ce qu’ils veulent ce sont des produits de qualité, livrés au prix convenu en temps et en heure. Tout ça fonctionne bien en Europe et c’est évident cela ne marchera jamais à Madagascar... Avec des gens de votre mentalité.

      - L’histoire de « textile » si vous n’avez pas compris mon message, il y a l’AGOA,... son existence. Pourquoi le gouvernement n’exploite t-il pas le dispositif mis en place depuis l’élection de Hery ?
      >> Ah oui, encore une fois la générosité des étrangers pour aider Madagascar... Avez vous une idée de ce qu’attendent les USA dans le cadre de l’AGOA ? Relisez mon paragraphe ci dessus !

      - On ne va pas développer les secteurs agronomiques plutôt porteurs d’avenir pour aujourd’hui, sinon le post devient trop long.
      >> On arrête de réfléchir car ce serait trop long ! Continuez la voie ouverte il y a 50 ans !

    • 27 août à 20:49 | Saint-Jo (#8511) répond à Saint-Jo

      Stomato !
      J’ignore ce que les Gasy en majorité croient devoir faire avant de prendre la décision d’investir ou non dans une affaire.
      Peut-être croient-ils que décider d’investir par compassion pour des personnes qui ont perdu leur emploi est une bonne chose !
      Peut-être aussi croient-ils que le fait d’engager des capitaux dans une affaire par la seule foi que cela marchera est-il une façon efficace d’investir.
      Peut-être qu’à force de croire en leurs méthodes cela finira-t-il par marcher un de ces jours.
      Peut-être à Pâques ou à Trinité !
      On ne sait jamais !
      Mais pourquoi investit-on, en fait ?

  • 27 août à 15:35 | diego (#531)

    Bonjour,

    Parler, mikaindoha, analyser et discuter de l’économie, c’est l’ activité intellectuelle qui devrait occuper les élus, la présidence et les ministres malgaches.

    C’était et c’est possible dans la mesure où les élus et les dirigeants jouissent d’une légitimité incontestable venant de la CI depuis plus trois années !

    La réponse est dans la question aujourd’hui. Comment s’y prendre pour lutter contre le chômage ? Créer des emplois !!!! Et qui est, sont les créatrices, créateurs des emplois ? Les réponses sont données ici, les entreprises, PME, TPE.

    Maintenant, avant de se raconter d’histoire, il faut, au minimum, savoir quels sont les facteurs producteurs de l’économie :

    - Capital ( argent, terre ), Travail, et la Confiance !

    Il n’y a pas un seul économiste qui va oser me contredire car c’est tout simplement la vérité.

    Mais voilà pour un pays, pauvre, instable dans lequel l’État et les Institutions sont assez faibles et les politiciens ne sont pas assez disciplinés pour respecter et honorer la Constitution et observer et faire observer les lois, pour redemmarer, solidifier les activités économiques, c’est à dire pour créer des emplois :

    - il faut avant toutes autres choses, une stabilité politique, point !

    Les politiciens et citoyens qui essaient de nous dire qu’il y a une autre alternative à cette politique, il faut sérieusement qu’ils apprennent et comprendre les rôles des fondamentaux, c’est à dire :

    - l’État, les Institutions et la Constitution !!!!

    La politique et l’économie sont indissociables !

    • 27 août à 15:39 | Stomato (#3476) répond à diego

      >> Parler, mikaindoha, analyser et discuter de l’économie, c’est l’ activité intellectuelle qui devrait occuper les élus, la présidence et les ministres malgaches. <<

      Absolument pas ! C’est à VOUS de réfléchir à ce que VOUS devez faire pour VOTRE pays !
      Ne me dites pas que vous attendez des élus, du président et des ministres malgaches qu’ils vous disent quel slip vous devez mettre demain ? Qu’ils vous disent quoi manger et avec qui vous allez copuler ce soir pour fêter votre inaction pendant la semaine écoulée ?

  • 27 août à 15:50 | Stomato (#3476)

    27 août à 14:12 | elena (#3066) répond à Stomato ^

    @stomato
    "J’ai fait mieux que réfléchir et je ne me suis pas contentée d’incantations !
    Ayant fait partie de la diaspora à un moment donné, j’ai eu cette chance de pouvoir créer ma petite entreprise et des emplois à Madagascar.« Veuillez accepter mes excuses, votre histoire m’était inconnue. Bravo pour ce que vous avez fait. »Tout est à créer, mais il faut des financements. Il faut commencer petit d’abord.
    Une chose positive, c’est que le micro-crédit marche bien.« Je sais très bien que tout, ou presque est à faire à Madagascar, je le sais pour l’avoir vécu il y a 50 ans ! Le micro-crédit marche bien dans les pays d’Afrique et même à Madagascar. Mais n’ayons pas peur de dire pour quelle raison le micro-crédit fonctionne : C’est parce que 95 % des prêtes sont consentis à des femmes. Et les femmes sont fiables, elles bossent et font du profit qui leur sert à rembourser leur crédit et elles investissent une part de leur profit sans tout consommer de suite. »Ceci dit il est certain que si on fait de la« politique » et qu’on arrive à avoir des seza,ça va beaucoup plus vite.Mais si on a affaire à de vrais entrepreneurs qui s’intéressent au monde agricole ou à l’industrie, on peut espérer avoir un début de développement.Pour le moment, il n’ y a que des« petits bras »."

    Mais vous FAITES de la Politique, celle qui s’adresse à la vie de la cité ! Il n’est pas nécessaire d’aller trop vite, c’est une assurance casse gueu*le ! Il vaut bien mieux se fixer une stratégie de développer sage et de s’y tenir.
    N’oubliez jamais que dans les pays aujourd’hui développés, et sur la voie du casse gueu*le, il y avait l’artisanat avant qu’il y ait l’industrie. Tout ne s’est pas fait en 10 ans, cela a mit des siècles.
    Mais pour Madagascar cela peur aller plus vite car tout est disponible maintenant, plus rien a inventer.

    « Et on ne peut pas compter sur l’Etat pour créer un environnement d’investissement sécurisé, non seulement pour les investisseurs étrangers, mais aussi pour les investisseurs locaux. »

    N’est-ce pas à vous de faire en sorte de pouvoir compter sur un état faisant bien fonctionner le pays ?
    Ou bien attendez vous une autre colonisation par un pays qui fera ce que vous ne faites pas ?

    Bonne continuation.

    • 27 août à 18:16 | elena (#3066) répond à Stomato

      Hugh !! le grand chef Vazaha a bien parlé. Heureusement que vous êtes là pour nous donner de bons conseils, hein !!!!
      Incantation :
      "Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
      Que serais-je sans toi qu’un coeur au bois de rose dormant...."

    • 28 août à 08:11 | betoko (#413) répond à Stomato

      Stomato , vous n’avez pas remarqué que le micro-crédit" est un usurier ? Je m’explique une de mes cousines voulait ouvrir une épicerie , nous sommes allés dans un établissement de micro - crédit , ce qu’on nous a proposé , est inacceptable , vous avez besoin d’emprunter 1000 fmg par exemple , remboursable en 10 mois , tous les mois vous devriez rembourser à cet usurier 200 fmg par mois , Donc au final , ce micro-crédit fait un bénéfice de 100% , c’est un voleur

    • 28 août à 09:51 | vatomena (#7547) répond à Stomato

      Betoko — Pouvez vous confirmer Betoko cette pratique plus qu’usuraire de cet organisme de micro crédit .En est il de meme partout ?

  • 27 août à 17:02 | diego (#531)

    Bonjour,

    Pour Madagascar, à la base, le problème est d’ordre politique, je dirais, uniquement politique. À mon sens, contrairement aux idées reçues, la majorité des Malgaches est travailleurs, mieux, aimer travailler.

    On peut observer depuis six ans par exemple que le pays, d’une manière générale, ne comprend pas ce qui lui est arrivé. Les politiciens semblent ne pas très bien comprendre ce qui se passe. Ils ne saisissent pas bien dans quelle situation politique et dans quel état économique se trouve leur pays !

    Pire, les élites et intellectuels malgaches ne trouvent pas le parade pour alerter et faire prendre conscience aux politiciens la dangerosité de la situation politique et économique dans lequel Madagascar se trouve. Le pays s’expose tout simplement à une implosion sociale.

    Obtenir la légitimité était un de deux plus gros défis des élus et le régime de Mr R.Hery. Le deuxième défi était et, pour toujours et pour tout gouvernement, rechercher et bâtir une croissance économique. La plupart des recherches montrent que, là où il y a eu croissance économique, la pauvreté a reculé !! C’est aussi simple que cela et c’est plus que clair.

    Pour créer des emplois, il faut faire appel aux entreprises. Les entreprises ne vont pas créer des emplois, nouveaux, si elles ne reçoivent pas des demandes, ou créer des emplois nouveaux, un pari risqué que beaucoup d’entreprises dans les pays pauvres hésitent à prendre pour cause d’instabilité politique en permanence. Comment bâtir une croissance économique dans ce cas ?

    En deux étapes :

    - un, instaurer une stabilité politique durable, qui, mécaniquement, permettrait aux élus de mettre de l’ordre dans la vie politique du pays, de facto, rendrait le pays gouvernable.

    Cela veut dire ce que cela veut dire, autrement dit, réconciliation effective, un gouvernement représentant tous les partis politiques et des idées différentes, qui, bien évidement, permettrait conduire une réforme très importante, établir définitivement dans le pays des processus et calendriers électoraux durables dans le temps.

    - deux, la première étape mettrait le pays en bonne position pour obtenir la Confiance des Bailleurs des Fonds et celle des Institutions financières Internationale et donc de s’endetter !

    Il faut s’endetter et j’ajoute, massivement. Les politiciens qui viennent nous dire le contraire, mentent ou ne savent pas ce qu’ils racontent. Il ne faut pas raconter n’importe quoi et faire croire aux Malgaches qu’il est faisable de lutter contre la pauvreté à Madagascar et moderniser, et développer ce pays sans recourir à un endettement massif. Ce n’est tout simplement pas vrai !

    Quelqu’un qui aurait une bonne base en économie ne vient pas se ridicule à challenger ce que je viens de dire, ajouter quelque chose, rallonger l’analyse, c’est faisable, mais on serait forcé de parler dans ce cas de financement parallèle. Ce n’est pas une bonne idée d’y recourir quand on a un pays instable politique et des Institutions peu fiables et un pouvoir public aussi faible. Madagascar n’a tout simplement plus des Institutions judiciaires fiables et solides pour faire respecter les lois dans le pays.

    Combien de fois va-t-on dire et répéter, et faire comprendre à nos élus, avant qu’ils admettent, que pour sortir le pays de la pauvreté, il faut que le pays se dote d’un État et des Institutions fortes, faire respecter les lois....et obtenir la Confiance des Institutions Internationales pour pouvoir bénéficier des aides massifs, de pouvoir s’endetter afin de financer et réaliser les projets qui conduirait le pays vers le chemin de la modernité ?

  • 27 août à 17:13 | diego (#531)

    Bonjour Stomato,

    Question, pour vous, c’est quoi un État ? Ne me dites pas que vous ne le savez pas.

    Un État :

    - c’est une communauté politique fixée sur un territoire et soumise à une même autorité, à un même gouvernement.

    Il ne vous a pas échappé dans un pays, il y a ce qu’on appelle Institutions. Et ne me dites pas que vous ne savez pas ce qu’une Institution ?

    Institutions :

    - formes et structures politiques ou sociales qui sont établies par la loi ou la coutume et qui relèvent notamment du droit public.

    Faudrait-il vous apprendre qu’il faut des Institutions, des élus et des lois pour rétablir l’ordre pour rendre le pays gouvernable, afin de veiller sur la sécurité des gens et la cohésion sociale et bâtir le futur du pays ?

    Acheter ses vêtements, envoyer ses enfants à l’école, veiller sur la santé et l’avenir de sa famille, ce n’est pas directement de la responsabilité des Élus et du président, par contre, réunir les bonnes conditions pour permettre aux entreprises et aux gens ambitieux et aux gens courageux, qui ont pleine d’idée de créer des emplois :

    - c’est bel et bien de la responsabilité du président et des élus de la Nation et bien évidemment des membres de gouvernement.

    Un petit Quiz pour la route :

    - qui votent de budget du pays, des nos grandes villes, par exemple !

    Aux citoyens Ve ???

    Au fait, qu’est-ce qu’un Budget ?

    Cela peut être un ensemble des sommes dont on dispose, pour pouvoir acheter un Slip par exemple !

    Pour un pays

    - ensemble des recettes et des dépenses d’une personne, d’une collectivité pour une période donnée.

    - ou encore, état prévisionnel et contrôlé des dépenses et recettes, généralement pour une année.

    Du coup, vous êtes totalement en dehors du clou......je ne parle pas, en aucun moment, d’un citoyen, d’un individu, mais du pays, de facto, des gouvernants et des élus et leurs devoirs vis à vis du pays et de sa population !!!

    • 27 août à 18:44 | Mihaino (#1437) répond à diego

      Bonjour Diego ,
      Coïncidence ou non mais vos commentaires de ce jour ressemblent étrangement au discours de Pety Rakotoniaina , président du parti Tambatra , dans l’émission spéciale de TVPlus d’hier ! Ecoutez attentivement ses arguments en réponse aux questions du journaliste Abraham Razafy et vous verrez !
      Stabilité , refondation des Institutions , élections et/ou referendum à mieux organiser etc, etc, ...
      J’ai la nette impression que certains politiciens vous lisent , étudient vos propositions depuis plusieurs années et tout à votre honneur !
      Je suis intimement convaincu que nos Dirigeants tiennent compte de nos remarques sur ce forum depuis quelques mois et ils commencent à les appliquer :
      - Mise en application de toutes les recherches effectuées par les étudiants et les chercheurs dans la culture du riz par exemple et l’amélioration de nos cultures riches ( vanille , girofle ) ;
      - Les nouvelles technologies sont suivies de très près par nos divers responsables ;
      - La CENI, après les vives critiques de ses actions passées, va créer une plateforme de concertation avec les journalistes, la société civile , d’autres acteurs et de fonctionnaires pour améliorer les futures élections ;
      Bon week-end

  • 27 août à 23:27 | diego (#531)

    Bonjour Mihaino,

    La politique à mes yeux n’est pas un métier. C’est un art, à travers lequel, les citoyens apportent leurs concours pour servir leur pays. Elle doit être Conceptuelle. Pas nécessairement transparente en tout temps, mais en tout cas, la politique qui toucherait et aurait des incidences sur la vie quotidienne de la Nation et des ses citoyens, et pour ainsi dire sur la vie politique et économique du pays doit être expliquée, doit être comprise par les électrices et électeurs et par toutes et tous les citoyens ( nes).

    C’est le premier devoir des élus et d’une manière générale, celui des politiciens et des leaders politiques. Vient ensuite le devoir de gouverner le pays, de veiller à sa sécurité, à la cohésion sociale et à l’intégrité territoriale. La gestion des affaires, des richesses et des patrimoines nationaux.

    Tout ceci, doit nous ramener mécaniquement à réfléchir sur et à parler de l’État, des Institutions et de la Constitution et toutes les petites comme les grandes composantes de la société malgache. Et de nous questionner l’état véritable dans lequel, ils se trouvent aujourd’hui, hier, avant-hier et surtout l’état dans lequel, nous allons les laisser à la génération suivante. Dans quel état serait tous ces petits et grandes structures de la Nation Gasy dans cinq, dix ans et dans 20 ou 30 ans par exemple ?

    Pour les gens qui prétendent aimer leurs pays ou aimer Madagascar, n’importe quel pays d’ailleurs, c’est à mon sens, le premier sujet qui doit occuper et préoccuper les gens, les citoyens !

    J’arrive à une conclusion, après avoir participé depuis six années dans ce forum et pointé des doigts inlassablement les problèmes qui constituent les blocages politiques, empêchant le pays de penser au présent et de se préoccuper de son avenir :

    - que la classe politique malgache est parmi la plus irresponsable et inconsciente et je dirais, la moins éduquée.

    Quand on a du mal à pointer du doigt les problèmes, on aurait forcement enclin à croire et faire croire que le pays n’a absolument pas des problèmes, de facto, que les problèmes ont été crée de toutes pièces pour embêter les dirigeants et mettre en difficulté les élus....et le comble c’est que même les non-élus exigeaient avoir des droits et pas n’importe lesquels, le droit de gouverner sans avoir été sanctionné par la moindre élection, le droit de porter de titre, le droit de jouir toutes les prerogatives des élus légitimes ! Pour dire les choses vulgairement, c’est fou....Madagascar était vulgaire durant cinq belles années ! La vulgarité est difficile à digérer.....

    Alors si les politiciens commencent à faire de rétropédalage et prennent conscience que pour se présenter à des élections, et afin de bien gouverner, il faut constituer une équipe, avoir un parti politique fort, fiable et stable et un programme, des projets clairs et dire, expliquer comment implémenter ces projets, c’est déjà le début d’une sortie de crise.

    Il y a plusieurs solutions pour sortir le pays d’une crise institutionnelle qui l’étrangle, mais Mr R. Hery et ses alliés ont décidé d’ignorer ou plus grave, ils ne n’ont rien compris ou n’ont tout simplement pas la compétence et l’expérience pour les apprécier.

    Ma préférence depuis six ans se décompose en trois étapes, très faciles à mettre en place, en moins de six mois, maximum huit et le pays attendrait un rythme de croisière ferait envie ses pays voisins :

    - un, réconciliation nationale et la mise place d’un pouvoir dans lequel l’équilibre ethnique doit être absolument observé. Un partage de pouvoir donc et bien évidement, il serait facile dans cette condition de mettre assez rapidement des processus et calendriers électoraux stables dans le temps ;

    - deux, les élus, les parlementaires doivent définir les rôles de l’Armée, et à porté à l’intention de la Nation ;

    - trois, il faut, d’une manière claire et définitive, définir les rôles que le pays veut donner aux étrangers.

    Que ces rôles soient uniquement économiques, ou uniquement politiques ou les deux, ou rien du tout, il faut le définir. Madagascar est un pays indépendant, il est libre d’adopter des lois qu’il lui permet d’exercer sa souveraineté et de préserver ses richesses et défendre ses intérêts nationaux.

    - et le quatrième étape, qui est aussi importante que les trois premiers, c’est la suite logique des trois en fait, c’est la désencombrement du pouvoir.

    Pour que le pays soit bien gouverné, il faut s’attaquer sérieusement à la décentralisation. Il faut transférer certaines compétences dans les provinces. Actuellement les provinces n’ont aucun pouvoir. Regardez tout simplement comment on malmène Mme Ravalomanana. Le régime de Mr R. Hery n’a pas encore compris qu’il doit gouverner le pays pas la province d’Antananarivo ou la Capitale. La Capitale, comme les capitales de cinq autres provinces ont leurs élus, des élus légitimes, aussi légitimes que les élus nationaux. Ces élus doivent jouir de leurs prérogatives, et l’exiger s’il le faut.

    Je suis de tout coeur avec les initiatives nationales. On n’en a déjà parlé, je pense, Madagascar a tout ce qu’il faut pour redémarrer et amorcer tout seul son développement, mais c’est la volonté et les structures politiques qui font défaut.

    La dextérité des jeunes dans la technologie est impressionnante, il suffit de créer des plateformes dans lesquels ils vont évoluer....

    Bref, on a tellement envie que ce pays avance vite, ne pas perdre de temps avec des choses futiles. Il faut tout faire et rapidement à ce que le pays soit gouvernable, obtenir la Confiance des Bailleurs des Fonds ne serait qu’une affaire de temps....

    • 28 août à 11:10 | latassy (#9462) répond à diego

      @ Diego

      Je rajoute dans une perspective d’élargissement d’idées pour une définition relative d’« un politicien » : dans certains pays, la politique s’apprend dans des instituts spécialement concus pour , et nul n’a l’idée de s’improviser « politicien » sans avoir le diplôme réquis pour.

  • 28 août à 10:59 | Stomato (#3476)

    27 août à 18:16 | elena (#3066)

    Hugh !! le grand chef Vazaha a bien parlé. Heureusement que vous êtes là pour nous donner de bons conseils, hein !!!!
    Incantation :
    "Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
    Que serais-je sans toi qu’un coeur au bois de rose dormant...."

    >> Quelle belle poésie ! Si c’est là toute votre culture c’est vrai que vous pouvez vous passer des conseils d’un vieux con...
    Lequel a été comme vous un jeune con, mais vous pourrez vous devenir un vieux con ???

    # 28 août à 08:11 | betoko (#413)

    Stomato , vous n’avez pas remarqué que le micro-crédit" est un usurier ? Je m’explique une de mes cousines voulait ouvrir une épicerie , nous sommes allés dans un établissement de micro - crédit , ce qu’on nous a proposé , est inacceptable , vous avez besoin d’emprunter 1000 fmg par exemple , remboursable en 10 mois , tous les mois vous devriez rembourser à cet usurier 200 fmg par mois , Donc au final , ce micro-crédit fait un bénéfice de 100% , c’est un voleur

    >> Voyez ce qui est dit sur Wikipédia, Depuis 1999, la méthodologie de crédit adoptée par les institutions de microfinance prend de manière croissante la forme d’un produit individuel flexible, ressemblant plus aux produits bancaires classiques. La forme choisie à l’origine était basée sur la méthodologie de crédit collectif, utilisant les mécanismes d’épargne locale et de caution solidaire et la supervision des pairs pour couvrir le risque de crédit. Se sont rapidement ajoutés des financements extérieurs reposant sur un système de titrisation des portefeuilles de crédit.
    En 1976, le Pr Yunus crée la Grameen Bank, organisme qui propose des prêts aux plus pauvres du Bangladesh.
    Depuis la création du micro-crédit, divers organismes voyant que ça fonctionnait bien, ont décidé de se lancer dans ce marché pour prendre de l’argent aux pauvres selon une méthode « sexy » pour les pauvres.
    Les gouvernants ont trop souvent laissé faire sans contrôle. Mais il subsiste des organismes corrects.
    Quel est le taux à partir duquel il y a usure à Madagascar ?
    Dans l’exemple que vous citez quel est le ou les organismes de micro-crédit qui travaille(nt) comme vous le décrivez ?

    # 28 août à 09:51 | vatomena (#7547)

    Betoko — Pouvez vous confirmer Betoko cette pratique plus qu’usuraire de cet organisme de micro crédit .En est il de meme partout ?
    >>Le prêt à intérêt est attesté en Mésopotamie. Dès -1750, le code d’Hammurabi prévoit une régulation des taux autorisés, avec un maximum de 20 % ou 33 % selon le produit prêté (argent ou semences.
    Pour parler d’usure, il fait se référer à ce que dit la législation du pays où sont faits de prêts ou des crédits, par exemple :
    Législation (France)
    En France, dans le but de protéger les particuliers, le législateur a déterminé les principes généraux de l’usure, autrement dit le taux maximal effectif s’appliquant aux opérations de prêt.
    Il est fixé à 133 % du taux effectif moyen pratiqué au cours du trimestre précédent par les établissements de crédit pour des opérations de même nature comportant des risques analogues.
    Publié trimestriellement par la Banque de France, il comprend plus d’une dizaine de catégories d’opérations et concerne la plupart des prêts aux entreprises, ainsi que quasiment tous les prêts aux particuliers : prêts immobiliers, découverts en compte, prêts à la consommation, etc.

    Qu’en est -il de la législation à Madagascar ?

    • 28 août à 11:55 | regisson (#7075) répond à Stomato

      bonjour

      Qu’en est -il de la législation à Madagascar ?

      donnez, donnez, donnez les sous, on va s’en occuper
      et vous n’aurez pas le droit de regarder

      c’est la ligne de conduite de la legislation a Mada..

      comme le reste d’ailleurs

    • 28 août à 11:57 | vatomena (#7547) répond à Stomato

      Ce que dit Wiképedia sur l’usure en France
      le deuxième chiffre indique le début de l’usure

      Prêts d’un montant inférieur ou égal à 3.000 euros 14,94 % 19,92 %
      Prêts d’un montant supérieur à 3.000 euros et inférieur ou égal à 6.000 euros 9,68 % 12,91 %
      Prêts d’un montant supérieur à 6.000 euros 5,55 % 7,40 %

      En savoir plus sur http://www.cbanque.com/credit/taux-usure.php#z6fCsGJ7uTQOq4Ow.99

    • 28 août à 15:12 | elena (#3066) répond à Stomato

      @stomato
      Vous qui prenez un ton condescendant(attention à la marche !), vous n’avez pas reconnu cette adaptation de la poésie de Jean Ferrat ! J’ai au moins cette culture là !

  • 28 août à 13:36 | RAMBO (#7290)

    200 clandestins étrangers expulsés de Madagascar !

    Notre pays intéresse au plus haut niveau pirates et bandits internationaux...le Gouvernement depuis Décembre 2015 fait de l’assainissement d’immigrés clandestins sur notre sol...la loi d’expulsion des contrevenants sont en vigueur depuis 2015...Auparavant , depuis 1962 une simple amende de 7000 Ar était la seule sanction qui frappait les clandestins arrêtés sur notre sol.
    http://www.la-depeche.info/actualite/immigration-200-etrangers-sans-papier-expulses-depuis-2015/

  • 28 août à 13:57 | Jipo (#4988)

    Bonjour.
    Permettez-moi de penser que si cette entreprise ferme, ce n’ est pas uniquement à cause du Brexit, qui n’ en est qu’ un prétexte .
    La législation & politique locales doivent bien avoir leurs parts de responsabilité .
    Avec un honoris causa en ékonômy , question zestion, azafady qu’ est ce que ce serait ???
    Il serait intéressant de regarder de plus prêt , les règles , pots de vins, & conditions douanières tous aussi sélectifs que singuliers .
    Ceux qui ne payent pas et ceux qui le font pour les autres , comment se fait-il qu’ à Maurice ce soit un des fleuron de leur économie avec le tourisme, et qu’ à Madagascar ce ne le soit pas : cherchez l’ erreur ...
    Une économie « saine » ne peut se développer dans la corruption ./

  • 28 août à 15:21 | Stomato (#3476)

    28 août à 15:12 | elena (#3066)
    @stomato
    Vous qui prenez un ton condescendant(attention à la marche !), vous n’avez pas reconnu cette adaptation de la poésie de Jean Ferrat ! J’ai au moins cette culture là !

    J’ai à peine reconnu le poème de Louis Aragon mis en musique par Jean Ferrat que vous avez tenté de déformer, avec succès.

    Votre entreprise est dans la fabrication de confiture ?
    Car la culture est comme la confiture, moins on en a plus on l’étale...

    • 28 août à 15:42 | elena (#3066) répond à Stomato

      C’est tout ce que vous pouvez dire sur la culture ?Dans la banalité et le cliché vous êtes fort !

    • 28 août à 16:56 | Stomato (#3476) répond à Stomato

      28 août à 15:42 | elena (#3066) répond à Stomato ^

      C’est tout ce que vous pouvez dire sur la culture ?Dans la banalité et le cliché vous êtes fort !

      >> Vous n’avez bien sûr pas remarqué que j’ai ajouté ce paragraphe sur la culture pour vous éviter de commenter celui mettant en évidence votre inculture sur la chanson française, de Jean Ferrat en particulier !

      Vous n’allez pas reconnaitre que cet artifice de communication permet de limiter l’effet désastreux de la mise en évidence de lacunes de l’interlocuteur.
      Sans grande utilité avec l’interlocuteur malgache qui ne reconnait jamais au grand jamais son erreur.
      Mais qui reste dans le domaine du respect qui lui est dû.

    • 28 août à 19:22 | elena (#3066) répond à Stomato

      Condescendant et certainement pas concis. Et toujours cette généralisation sur les malgaches.
      « Sans grande utilité avec l’interlocuteur malgache qui ne reconnait jamais au grand jamais son erreur »
      Pourquoi vous ne dites pas simplement « les gens comme vous » ?

    • 28 août à 22:49 | Turping (#1235) répond à Stomato

      Stomato,
      La diaspora malgache, ceux qui s’en sortent bien évidemment n’attend que tout soit détruit pour retourner au bled. Cela sous entend, les malgaches qui fuient le pays à cause de la politique les misères, le voyage sans retour n’est pas impossible. Ceux qui sont coincés à l’extérieur sont nombreux également, pour survivre comme à Madagascar. Désolé de le dire !
      - Ceux qui ont un ou des projets pour Madagascar sans lien familial de confiance restent coincés par l’indécision. Avant tout le problème à Madagascar reste l’insécurité, improductif,... Et c’est la raison pour laquelle ne motive pas beaucoup de gens (la diaspora).
      A moins qu’on ait l’esprit de devenir comme Basile, contrairement aux français comme vous qui s’installent à Madagascar, il faut faire avec pour résister, avancer dans le projet.

  • 28 août à 16:54 | diego (#531)

    Bonjour latassy,

    Tout le monde peut faire de la politique et jouir du titre -politicien -. Je pense que les électrices et les électeurs Malgaches trouveraient cela tout naturellement normal.

    Ce qui n’est pas normal, stupide et de plus, dangereux, c’est de voir une personne ou des groupes des gens qui n’ont pas été sanctionnés par les élections pouvant gouverner le pays durant cinq longues années, un mandat électoral pour un pays qui a adopté institutionnellement le quinquennat :

    - sans que les Institutions judiciaires et la HCC du pays ne soulevaient le moindre problème institutionnel.

    Alors qu’on a justement en face de nous des hommes de loi, des gens dont le devoir est justement d’aide les citoyens à comprendre la Loi et à la respecter, et rappeler constamment aux politiciens d’observer afin de mieux proteger la Loi et la Constitution.

    Et c’est ces gens, ces femmes et hommes de Loi que j’exigerais ce que vous exigez des politiciens par exemple, des grandes études, compétences, savoir faire et surtout honnêteté morale et intellectuelle....

    Des hommes de Loi qui n’ont pas constaté une transgression, ( an act that goes again a law, a rule or code of conduct, an offense ) envers la Constitution Malgache et les lois en vigueur dans le pays depuis 2002, 2009 et 2013 et ces élections organisées par des Institutions étrangères, à mes yeux, une ACTE DE TRAHISON envers le pays, constatons que c’est vraiment étrange et un peu déstabilisant et inquiétant pour l’avenir !!!

    Voilà le vrai dangereux pour le pays aujourd’hui et dans le long terme.

    Si ces hommes de Loi n’avaient pas vu et n’avaient jugé dangereux pour dénoncer des actes de transgression depuis 2002, jusqu’à aujourd’hui, envers la Constitution et les lois du pays, je suis curieux de prendre connaissance de ce qu’ils qualifieraient alors des actes anticonstitutionnels à Madagascar.

    C’est un peu refuser de mettre en prison les voleurs, les gens qui sont dangereux pour la paix public et la cohésion social, mais alors, qui vont-ils mettre en prison ? Les autres ? Ou, le pays n’a tout simplement pas besoin de prison.

    Les prisons malgaches sont peuplés par des gens illettrés qui ont commis des actes graves, certains, mais ils n’ont certainement pas affaiblis l’État, les Institutions du pays et n’ont certainement pas cherché à détruire la Constitution du pays, ce n’est pas de leur niveau...

    Voilà le plus gros problème et le plus complexe aussi que Madagascar doit faire face. Il y a deux fronts bien distincts :

    - le désordre politique, dont l’origine est l’absence de leadership et aussi le refus des politiciens d’avoir des leaders ;

    - et le désordre dans les Institutions judiciaires, c’est un bateau, techniquement et moralement à la dérive.

    Il n’y a que les politiciens qui pourraient mettre fin à ces dérives morales, aussi bien dans le milieu politique même et à l’intérieur des Institutions judiciaires.

    Mais cela, cela ne pourrait se réaliser que lorsque le pays ait des processus électoraux fiables, soldes et viables dans le temps.

    Bref, en poussant nos réflexions un peu plus loin tout le jour, on verrait rapidement et comprendre un peu mieux les problèmes qui constituent un blocage politique dans le pays, car pour mieux asservir un pays, il n’y a rien de plus efficace que de l’empêcher de mettre de l’ordre dans le paysage politique !!!!

    Comme cela le pays n’est point gouvernable !!!! Une aubaine pour corrompre et affaiblir les Institutions du pays et mécaniquement appauvrir la population ! Le tour est joué. Aucun mal face à des politiciens peu éduqués et qui n’ont pas beaucoup d’expériences et une Nation où les élites se montrent exeptionellement dangereuses que les ennemis naturelles du pays.

    • 28 août à 17:33 | diego (#531) répond à diego

      Et à mon sens, les politiciens sérieux et ceux qui veulent avoir un destin national doivent être capables de prendre très au sérieux et comprendre les crises :

      - de 2002, 2009 et expliquer pourquoi la CI vient organiser des élections dans un pays souverain ?

      Les politiciens ne peuvent faire l’économie de ces crises et les contourner, espérerant passer à autres choses. Cela n’arrivera pas parce que ces crises ont déjà causé des grands et dommages dans tous les domaines dans le pays.

      Alors, il faut les traiter ces crises. Ce sont des crises Institutionnelles, politiques, sociales, d’indentité et économiques ! Et il faut les traiter comme telles !!!

  • 28 août à 22:09 | Turping (#1235)

    Diego
    Hormis les blabla répétitifs ( état de droit, institutions fortes, respect de la constitution).
    - Les acabits qu’on entend quotidiennement c’est à dire les théories sans pratiques reste vain.
    - Quand je lis vos posts se focalisant sur les mêmes rhétoriques on a l’impression que tout était bien avant 2002.C’est faux !
    - Sûrement l’état institutionnel était un peu mieux, mais sabordé par les esprits revanchards depuis la chute de Ratsiraka. La problématique est là, ce qui explique aussi le non avancement.
    - Ce pays n’a pas besoin uniquement des institutions fortes mais aussi de société civile forte.
    - Le problème de Madagascar se repose surtout sur l’état sécuritaire, car l’insécurité reste un fléau non résolu depuis des lustres en commençant par les vols de Zébus dans le Sud, le sureffectif des militaires depuis la révolution socialiste. Il ne faut pas faire semblant d’ignorer tout cela. Ce qui ne veut dire qu’actuellement tout va bien madame la Marquise.

    • 28 août à 22:22 | Turping (#1235) répond à Turping

      Le sureffectif des militaires a engendré l’insécurité car trop d’armes pullulent ( location des armes, d’où les vols de Zébus, vols à mains armées, braquages....),.

  • 29 août à 00:21 | diego (#531)

    Bonjour Turping,

    Il ne faut pas raconter n’importe quoi cher Monsieur. Déjà, personne ne vous a dit que tous étaient bien avant 2002.

    Et si vous trouvez que parler de la Constitution, de l’État et des Institutions c’est de blabla, il est fort probable que vous avez de difficultés à définir et à comprendre leurs rôles. C’est un peu étonnant pour quelqu’un qui a envie de parler d’une crise, justement, institutionnelle !

    Et vous ne comprendriez pas une crise institutionnelle si vous aviez une idée assez vague de ce que les Institutions.

    Vous semblez avoir des difficultés à distinguer la différence entre un Madagascar dans lequel les Institutions et les pouvoirs publiques fonctionnent, la Constitution est respecté par l’ensemble des partis politiques, et le même pays dans lequel vous retrouvez les mêmes Institutions, et les mêmes pouvoirs publiques, les mêmes partis politiques mais que la Communauté Internationale ne reconnaît pas, illégitime à ses yeux :

    - quand et quelle période intérieur à 2002 que vous avez entendu, une seule fois, la Communauté Internationale traitée les Institutions et les dirigeants malgaches d’illégitimes ?

    Répondre à cette question devrait permettre aux gens dotés d’intelligence et en état de bien réfléchir de ne pas raconter des âneries sur les crises avant 2002 et celles qui se sont succédées dans le pays, qui n’est qu’une seule en fait et l’origine n’est autre :

    - que le refus de camp Ravalomanana et ses alliés, de circonstance, d’aller honorer le 2e tour, qui aurait permis au pays d’éviter les pièges qu’on lui a tendu.

    2002 était une crise exceptionnellement grave pour Madagascar. Elle a permis aux groupes d’individus qui savaient très bien ce qu’ils faisaient à accaparer les Institutions du pays et mécaniquement à affaiblir l’État.

    On a le droit de ne pas faire la même lecture que moi de cette crise là, mais vous constatez bien Turping que :

    - un, Ratsiraka est forcé à s’exiler ;

    - deux, qui l’aurait cru, Ravalomanana est à son tour forcé à s’exiler ;

    - trois, après un demi siècle d’indépendance, des non-élus, des gens sans mandats, illégitimes donc ont gouverné Madagascar durant cinq ans ;

    - et quatre, c’est la CI jusqu’à aujourd’hui qui organise les élections dans le pays.

    Vous voyez bien, avec un petit peu de gymnastique intellectuelle, que vous assistez à une pièce de théâtre assez étrange depuis 2002 :

    - ce ne sont pas les politiciens qui instrumentaient les Institutions judiciaires, mais c’est ces dernieres qui terrorisaient hier et continuent à terroriser aujourd’hui les politiciens en fait.

    Les Institutions judiciaires jugeaient même des officiers supérieurs et généraux de l’Armée Malgache. Quand est-ce et dans quel pays la justice civile pourrait-elle juger des officiers supérieurs et généraux ?

    L’État sécuritaire, non sens ! Il faut juste comprendre et faire comprendre aux politiciens surtout aux jeunes que pour bien jouir de l’indépendance et de leur belle Île, il faut savoir rétablir les autorités de l’État. Autrement dit, renforcer, partout dans l’Ile les pouvoirs publiques. Et bien sûr, il faut s’attaquer aux différentes réformes, dont retablir la fiabilité des Institutions surtout les Institutions judiciaires :

    - Ratsiraka et Ravalomanana étaient en train d’accomplir leurs mandats quand on a envoyé derrière eux la Justuce Malgache ; Rajoelina, non-élu, pouvait tranquillement terminer son quinquennat ; ne voyez-vous pas l’erreur dans ces situations ?

    Il faut, à mon sens, sortir de l’état d’esprit sous-developpé, consistant à faire croire aux gens qu’il est normal d’affaiblir l’État et les Institutions du pays quand on veut faire partir le tenant de pouvoir :

    - c’est axactement ce que j’appelle attitude de Poutine, il a pris la Crimée, sur le long terme, c’est assez dangereux, car voilà que les grandes puissances auraient donc le droit de remettre en cause les territoires des pays voisins et d’X pays dans monde, s’en accaparer......qui peut prédire ce qui va se passer en Asie et en Europe de l’Est avec une telle attitude si elle devait se banaliser ?

    2002 c’est la même nature de crise, mais avec la Constitution et les Institutions........difficile à prédire et aux conséquences politiques et économiques néfastes et incalculables. Vous semblez banaliser la crise de 2002, parce que vous ne l’avez pas compris ou pire, vous pensez que les crises qui en découleraient vous épargneraient, vous et votre famille....attitude assez étrange, à mon sens. Je dénonce 2002 car il a anéanti tous les efforts des Malgaches et du pays, dans tous les domaines, du coup elle affaibli le pays, a dégradé les pouvoirs d’achats des gens....il est de combien le PIB du pays aujourd’hui ?

    Les vols des zébus sont des problèmes politiques et économiques, c’est comme les bois des roses et l’Ors.

    Si un régime réussit à augmenter le PIB du pays, autrement dit, le pouvoir d’achats des gens, il aurait moins de violences et de vols, par exemple....avec un petit exercice intellectuel, là aussi, et on arrive vite à cette conclusion !!!!

  • 29 août à 19:08 | Stomato (#3476)

    28 août à 19:22 | elena (#3066) répondant à Stomato ^
    .../...
    Pourquoi vous ne dites pas simplement « les gens comme vous » ?

    >> Parce que je n’ai pas été comme vous, élevé dans la culture de la haine.
    Et que j’ai du respect pour les malagasy. Difficile à comprendre n’est-ce pas ?

  • 29 août à 19:24 | Stomato (#3476)

    28 août à 22:49 | Turping (#1235) répond à Stomato ^

    Stomato,
    La diaspora malgache, ceux qui s’en sortent bien évidemment n’attend que tout soit détruit pour retourner au bled. Cela sous entend, les malgaches qui fuient le pays à cause de la politique les misères, le voyage sans retour n’est pas impossible. Ceux qui sont coincés à l’extérieur sont nombreux également, pour survivre comme à Madagascar. Désolé de le dire !

    >> Votre point de vue sur l’attente de la diaspora d’une destruction totale avant de revenir est plausible à défaut d’être vraisemblable. L’état du pays laisse à penser que la seule solution est une solution chirurgicale qui consiste à se débarrasser de tout ce qui est non fonctionnel et de reconstruire à neuf...
    Que des exilés malagasy peinent à trouver leur idéal hors du pays est certain. Ceux qui ne peuvent pas ou ne veulent pas s’adapter ou adapter leurs connaissances dans un pays d’accueil rament comme des malades. Et leur retour périodique au pays est très pénible car ils ne peuvent dire à la famille qu’ils ne sont pas les rois du pétrole... Mais cela n’est pas spécifique aux malagasy.

    - Ceux qui ont un ou des projets pour Madagascar sans lien familial de confiance restent coincés par l’indécision. Avant tout le problème à Madagascar reste l’insécurité, improductif,... Et c’est la raison pour laquelle ne motive pas beaucoup de gens (la diaspora).

    >> Il se peut que l’attente de la famille soit trop importante, et que les sacrifices consentis pour envoyer le fils étudier à l’étranger ne sont pas compensés par le travail qui reste à faire pour que le fils prodigue soit le phénix descendu du ciel...
    C’est bien souvent un effet néfaste de la télévision étrangère qui laisse croire qu’ailleurs tout est facile.

    A moins qu’on ait l’esprit de devenir comme Basile, contrairement aux français comme vous qui s’installent à Madagascar, il faut faire avec pour résister, avancer dans le projet.

    >> Vous avez bien mis en évidence les lacunes diverses des structures administratives malagasy qui sont des freins à l’établissement à Madagascar de petites et moyennes entreprises MALAGASY qui seules peuvent créer de l’emploi et préfigurer la venue dans le tissus économiques d’entreprises plus importantes.
    Les ou LA solution est intégralement entre les mains de malagasy et aucunement entre celles des différentes structures internationales dont les sigles commencent à ressembler de plus en plus à des gros mots, voire des insultes.

  • 30 août à 15:48 | papangue (#9623)

    @stomato

    Vous tirez sur tout ce qui bouge, tel le général Mapache dans La Horde sauvage réalisé par Sam Peckinpah qui reçoit des Américains une mitrailleuse , et qui tire en rafales sur tout le monde dans n’importe quel direction.

    En voici des exemples, quitte à faire des rétropédalages :
    Agression gratuite d’elena, critiques exacerbées sur tous les forumeurs :
    Vous vous êtes complètement gouré sur la personne, car cette personne a créé son entreprise.

    « >> Quelle belle poésie ! Si c’est là toute votre culture c’est vrai que vous pouvez vous passer des conseils d’un vieux con...
    Lequel a été comme vous un jeune con, mais vous pourrez vous devenir un vieux con ??? »

    Ce n’est pas parce que vous l’étiez, que tous les autres ….

    « # 27 août à 11:30 | Gérard (#5118) assène une vérité de Monsieur de La Palisse (celui qui un quart d’heure avant sa mort était encore en vie !!!)
    Il est vrai qu’avec toutes ces concurrences venues d’ailleurs les usines textiles Malagasy ne pourront pas vivre. Sic ! »
    Cela vous fait rire, derrière il y a des êtres humains, des ouvriers, partout ailleurs il y a des barrières, des normes, des protections.

    Non, de plus ici, ce n’est pas une lapalissade, c’est juste la vérité.
    Cette-fois -ci ,encore, vous pensez peut-être que Gérard est malagasy ….d’où cette charge.

    « Ceux qui restent au village ont de quoi manger, et ils font tout pour assurer leur nourriture.
    Contrairement à ceux qui viennent en ville... »

    Si ce n’est pas une lapalissade !

    « Vatomena se console en se disant que l’industrie textile européenne a été ruinée par la chinoise...

    Ce n’est plus tout à fait vrai. L’industrie européenne de production de masse l’a été, mais elle se redresse avec des textiles techniques que l’industrie chinoise n’est pas encore a même de copier. »

    Mais derrière, pareil, c’est des ouvriers qui n’ont pu se reconvertir, à cause de leur bagage trop faible, des régions entière en France sont devenus des déserts industriels.

    C’est vrai pour l’Allemagne, le Japon , qui est hors Europe, mais la France est à la traine en vêtement high-tech… mais avec une croissance notable.
    Source : http://www.savoirs.essonne.fr

    « Les clients internationaux s’en fichent totalement des réalités malagasy. Que leur importent les conditions de vies des ouvriers, du coût du travail du non respect de lois sur le travail qui ne sont pas appliquées ? Ce qu’ils veulent ce sont des produits de qualité, livrés au prix convenu en temps et en heure. Tout ça fonctionne bien en Europe et c’est évident cela ne marchera jamais à Madagascar... Avec des gens de votre mentalité. »

    Non, je connais beaucoup de monde en Europe qui regardent le bien-être des fabriquants, ce n’est pas votre cas, il est temps de changer de logiciel.
    La consommation éthique vous ne connaissez pas, il est temps de se mettre à jour.

    « >> Parce que je n’ai pas été comme vous, élevé dans la culture de la haine.

    Et que j’ai du respect pour les malagasy. Difficile à comprendre n’est-ce pas ? »

    Non Mossieur, vous n’en avez aucun pour le malagasy, et pour personne d’ailleurs, vus ne véhiculez que des discours haineux, vous êtes aigris par la vie.

    J’ai toujours affirmé que les malagasy sur les forums Internet sont les descendants et représentants de tout ce qui a détruit le pays depuis 1960 à aujourd’hui. Il y a quand même des exceptions, des personnes intéressantes.

    Vous avez écrit ceci
    « Alors si ce n’est pas l’homme qui a détruit la foret, mais qu’il s’est contenté de l’aggraver, il est légitime de continuer a cultiver sur brulis et incendier la brousse pour obtenir une pauvre herbe verte rabougrie pour faire manger des zébus faméliques. »

    Cela c’est du mépris pure et simple des tantsaha, vous ne reprenez que les vécus coloniaux, largement réfutés par la communauté scientifique.

    Vous êtes l’archétype de l’ancien monde colonel révolu, la vielle France qui sent la naphtaline, heureusement tous les Français ne sont pas comme vous.

    La jeune génération n’est plus du tout dans ces rêveries de l’Empire perdu, mais dans une réelle tentative de compréhension de l’autre.

    • 30 août à 19:29 | Stomato (#3476) répond à papangue

      Ca va mieux, votre fiel est écoulé ?
      Bonne continuation dans vos lectures partielles et partiales.

    • 30 août à 19:50 | vatomena (#7547) répond à papangue

      la jeune génération qui s’en va au bain de mer en burquini ? est ce bien cela à laquelle vous pensez ?

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 215